La découverte des organes génitaux, ça commence tôt!

La découverte des organes génitaux, ça commence tôt!
Par Mireille Dion, Sexologue

Dans mon dernier blogue, je vous parlais de la fascination des enfants pour les parties intimes des autres. Cette semaine, je vais vous parler des tout-petits qui découvrent leurs propres organes génitaux. À la surprise de bien des parents, cette étape commence très tôt.

Lorsque Fanny m’a demandé s’il était normal que son petit garçon de 1 an et demi touche souvent son pénis, je l’ai rassurée en lui répondant que oui. J’ai aussi ajouté que bientôt, elle aura à lui enseigner la notion d’intimité. Elle m’a rapidement répondu : « Ça, ce n’est pas pour tout de suite, il est bien trop jeune! »

istock_000017676633xsmallCe qu’il faut savoir, c’est qu’avant l’âge de 3 mois, l’enfant croit qu’il est le prolongement de sa mère ou de la personne qui prend soin de lui. Il ne sait pas qu’il est un être à part entière. Lorsqu’il a faim, il pleure et on lui donne à boire; lorsqu’il a froid, on le couvre; lorsqu’il a souillé sa couche, on le change. Le concept de la pensée magique perd un peu de son pouvoir lorsque l’enfant réalise que ses besoins ne sont plus aussi rapidement comblés.

C’est en touchant les différentes parties de son anatomie comme ses pieds, son visage et ses jambes que l’enfant commence à prendre peu à peu conscience de son corps. C’est aussi de cette même manière que l’enfant découvre ses organes génitaux; vers 7 ou 8 mois chez le garçon et vers 10 mois chez la fille.

Il importe tout d’abord de garder en tête que la découverte de ces parties intimes s’accompagne souvent de sensations agréables pour l’enfant qui peuvent le rassurer ou le détendre. Il peut donc être tentant pour lui de répéter l’expérience et, au début, un peu n’importe quand. Il s’avère donc très important de lui enseigner très tôt la notion d’intimité en ne réprimant pas son geste, mais en lui expliquant que le moment ou l’endroit est inapproprié.

Les filles aussi

Les garçons et les filles ont des comportements masturbatoires. Les gestes sont habituellement plus faciles à repérer chez le garçon qui prend par exemple son pénis dans sa main pour le manipuler. La fillette aura plutôt tendance à utiliser la pression de sa peluche entre ses jambes, par exemple. Bien qu’il s’agisse d’une découverte et de moments exploratoires, plusieurs considèrent le geste plus « normal » chez le garçon que chez la fille. Cela s’explique en partie par la société voulant que la masturbation chez les filles soit encore un sujet moins bien accepté et dont on parle peu.

Beaucoup de parents et d’intervenants en petite enfance sont gênés par les comportements masturbatoires de l’enfant. Il s’agit évidemment d’un geste intime. Selon l’âge de l’enfant, vous pouvez lui indiquer les endroits où ces gestes intimes peuvent avoir lieu (sa chambre, par exemple). Vous devez aussi intervenir lorsque vous remarquez que des blessures en résultent (par exemple, des rougeurs ou de l’irritation). Il importe alors de souligner à l’enfant que sa manière de le faire doit être différente. Sans lui montrer « comment faire », vous pouvez lui faire des suggestions en utilisant des mots qu’il comprend comme se toucher plus « doucement », par exemple.

Interdire à l’enfant de toucher certaines parties de son corps alors qu’il respecte la notion d’intimité sous-entend que la sexualité est négative et pourrait avoir des répercussions néfastes sur le développement de ses relations futures. Votre attitude à la fois positive et des interventions adéquates sont donc importantes. Les enfants grandissent souvent plus vite que l’on pense!

Chroniques sur le même sujet