La baisse de la libido après l’accouchement

La baisse de la libido après l’accouchement
Par Mireille Dion, Sexologue

iStock_000020453266SmallMon amie Karine vient d’avoir un bébé. Comme plusieurs autres mamans, elle m’a demandé : « Après combien de temps, à la suite de l’accouchement, la libido revient-elle? » Rassurez-vous, la majorité des femmes vivent une baisse de libido plus ou moins importante après l’accouchement. La période qui suit la naissance d’un enfant (que ce soit le premier, le deuxième, le troisième, etc.) en est une d’adaptation. Les choses sont différentes, le quotidien est différent, vous vous sentez différente et vous avez des perceptions différentes.

De nombreux facteurs physiques peuvent être la cause de cette baisse de libido :

  • la fatigue (les troubles du sommeil en fin de grossesse, un accouchement long, l’accumulation de fatigue après la naissance, etc.);
  • l’épisiotomie (les sensations de brûlure lorsque vous urinez, de l’inconfort durant la guérison, etc.);
  • la structure du vagin (il est souvent moins souple à la suite du passage de bébé; les sensations au moment de la pénétration peuvent donc être atténuées);
  • la possible douleur aux seins (si vous allaitez : difficultés telles qu’engorgement, gerçures, etc.);
  • le nouveau rôle des seins si vous allaitez (la possibilité qu’un écoulement de lait ait lieu lors des phases d’excitation et d’orgasme peut inhiber le désir sexuel chez certaines);
  • les nombreux changements physiques occasionnés par la grossesse (les cicatrices dues à l’épisiotomie ou à la césarienne, les vergetures, la prise de poids, la perte des cheveux, la transpiration, etc.);
  • la lubrification du vagin qui est moindre (en raison du manque d’œstrogène, le vagin est moins lubrifié lors de l’excitation sexuelle; cela peut entraîner des douleurs  durant la pénétration);
  • le manque d’intimité (il peut être difficile de se retrouver en tant que couple, en particulier au cours des premières semaines suivant l’accouchement).


Plusieurs facteurs psychologiques peuvent aussi entraîner une baisse de la libido :

  • la peur d’avoir mal (notamment dans le cas où la première tentative a été douloureuse);
  • le double rôle des seins lors de l’allaitement (cette partie de votre corps n’est plus seulement une zone érogène, mais représente aussi la source d’alimentation de votre bébé);
  • le fait de prioriser votre enfant (si vous ne faites que penser à lui, parler de lui, agir en fonction de lui, etc.);
  • les sources de stress (concernant le travail, la famille, votre compétence en tant que parent, votre situation financière, etc.);
  • la peur de tomber enceinte de nouveau (si vous n’utilisez pas une méthode contraceptive);
  • la dépression postnatale.


Il importe aussi de souligner que plusieurs hommes peuvent ressentir une certaine baisse de libido après la naissance du bébé. En effet, la fatigue, le fait de partager moins d’intimité avec leur partenaire, le malaise à l’idée que le bébé se réveille pendant l’activité sexuelle, la crainte que les relations soient douloureuses pour la femme, les différentes sources de stress, etc. peuvent réduire la libido chez les pères d’un nouveau-né.

L’importance d’une image et d’une estime de soi positives

Les changements physiques occasionnés par la grossesse, comme la prise de poids et les vergetures, peuvent avoir un effet sur la perception que vous avez de vous-même. Le fait de ne pas vous sentir désirable peut vous empêcher d’avoir envie de vous dévoiler à l’autre. Il est par contre intéressant de souligner que les nouveaux papas sont nombreux à être beaucoup moins incommodés par ces modifications corporelles que par le manque de disponibilité de leur conjointe.

Dans le cas d’un premier bébé, votre inexpérience et vos inquiétudes à prendre soin adéquatement de votre enfant peuvent aussi avoir un impact sur votre libido. En effet, si vous ressentez un sentiment d’incompétence, il se peut que l’image que vous ayez de vous-même ne vous donne pas envie de vous rapprocher de l’autre.

L’important est donc, selon moi, de tenter de conserver une image et une estime de soi positives afin de traverser plus facilement cette période pouvant effectivement être difficile pour la relation que vous avez avec vous-même, mais aussi avec votre conjoint. Pour ce faire, accordez-vous du temps pour vous adapter à votre nouvelle vie de parent, soyez indulgente envers vous-même (personne n’est parfait et votre bébé ne s’attend pas à ce que vous le soyez non plus), permettez-vous de petits moments de détente et, surtout, créez au quotidien de petits instants d’amour avec votre partenaire (un mot laissé sur la table, une caresse, un baiser). Peu à peu, votre bébé grandira, vous aurez un peu plus de temps et vous pourrez ainsi plus facilement vous retrouver en amoureux et avoir envie de partager une vie sexuelle ensemble.

Chroniques sur le même sujet