L’ère de la peur

L’ère de la peur
Par Dre Taz, Omnipraticienne

Quand ce n’est pas les mises en garde au sujet des bisphénols dans les biberons, c’est le danger des cellulaires, les conservateurs dans les vaccins, ou les risques des aliments non bio, etc. Nous sommes envahis d’avertissements en tout genre... Souvent, des parents inquiets m’interrogent, trouvant difficile de discerner le vrai du faux dans tous ces « dangers ».

Je voulais écrire une chronique sur chacun de ces sujets, jusqu’à ce que je réalise que mon opinion est assez égale pour l’ensemble d’entre eux.

Dans le contexte nord-américain, nous vivons probablement à l’époque la plus sécuritaire qui soit depuis la nuit des temps. Finis les dinosaures menaçants, les guerres mortelles, les famines, les épidémies. La nourriture, généralement de bonne qualité, abonde. Nous sommes physiquement protégés des intempéries écologiques. Il existe des lois justes et démocratiques. Nous vivons plus longtemps que jamais et en santé. On est loin de Laura Ingalls dans La petite Maison dans la Prairie qui pêchait dans la rivière pour nourrir sa famille.

N’étant plus préoccupés par notre survie, nous avons le loisir de nous inquiéter d’autre chose.

Or, la multiplication des formes de médias et, surtout, l’accès systématique et presque en temps réel à tout événement nous fournissent une raison perpétuelle de stresser. Une pauvre victime de l’E. coli, citée 30 fois, devient beaucoup plus terrifiante. Je reproche aux salles de presse de vouloir attirer un audimat à tout prix plutôt qu’informer réellement.

Alors, comment réagir sainement à ces avertissements? Quoi croire ou non? Et si on se trompait?

Sachez d’abord qu’à moins d’avoir 30 ans de recul, analysés dans une étude sérieuse, le ciel nous tombe rarement sur la tête. Aussi longue sera ma carrière, il ne me sera certainement pas donné d’établir un lien de cause à effet entre un produit et une maladie. Parfois, même si ce sont des propos basés sur des affirmations scientifiques, il faut se méfier et RELATIVISER.

Alors que faire? Le plomb? Les ondes? Le plastique? Les adjuvants des vaccins? Je ne sais pas ce que ces substances font exactement. Tentons de minimiser leur utilisation sans devenir psychotique.

Faites de votre mieux :

-Ne vous ruinez pas pour acheter des pommes bio et misez sur des fruits saisonniers cultivés localement.

-Procurez-vous des jouets en bois correspondant à votre budget, mais la voiture en plastique à la peinture douteuse n’empoisonnera pas votre bébé demain.

-Le téléphone cellulaire est utile si grand-maman veut gazouiller avec Fiston, mais ne téléchargez pas une application pour bébé sur votre iPhone.

-Ne jetez pas votre toute nouvelle série de biberons même s’ils contiennent du BPA. Sinon, débarrassez-vous aussi de la plupart de vos ustensiles de cuisine, de toutes les chaussures de bébé et de l’éponge de bain.

-Il vous reste une bouteille pleine de crème solaire qui contient du parabène? Habillez mieux bébé, évitez de sortir entre midi et 15 h, et finissez votre stock en tartinant les jambes seulement.

Toutes les recherches que j’ai lues étaient incapables de me mentionner des doses concrètes, des situations réelles, et ne se basaient que sur des données de quelques mois. Je vous réponds avec mon gros bon sens.

Gardez en tête que nous vivons à une époque où plusieurs instances (les médias ou les compagnies pharmaceutiques) ont intérêt à cultiver peurs et incertitudes. Moi, j’affirme que l’angoisse et l’ambiance malsaine que ces hypothétiques dangers environnementaux génèrent sont bien plus délétères que l’effet cumulatif de l’ensemble d’entre eux. Le meilleur exemple qui me vient à l’esprit est la fausse association entre le vaccin contre la rougeole et l’autisme. Parlez-en aux victimes québécoises de la dernière épidémie, il y a à peine quelques semaines. 

Et vous, de quoi avez-vous peur? Ou plutôt, de quoi avez-vous décidé d’avoir peur ou non?

Dre Taz, Omnipraticienne
Je sais combien la santé est un sujet qui nous préoccupe tous... Inspirés par ma pratique d'omnipraticienne, mes textes sont d'abord ceux d'un parent comme vous!
Toutes les chroniques de l'auteur