Je pars en voyage et j’apporte… les enfants!

Je pars en voyage et j’apporte… les enfants!
Par Dre Taz, Omnipraticienne

L’un des grands avantages de l’hiver (et le seul, disent les mauvaises langues), c’est les vacances dans le « Sud ».

J’ai travaillé dans une clinique santé-voyage, j’ai trop souvent vu des parents renoncer à des vacances au soleil pourtant bien méritées. Tous n’ont pas le privilège de pouvoir faire garder leurs enfants... Mais pourquoi s’empêcher de voyager? Amener sa progéniture peut s’avérer une expérience enrichissante (l’apprentissage de techniques de construction de châteaux de sable, par exemple) et pas nécessairement risquée. Il suffit de ne rien oublier! Jouez le jeu!

Je pars en voyage et j’apporte... les carnets de vaccination.

Ce genre d’expédition est une bonne occasion pour vous assurer que les vaccins de votre enfant - et les vôtres - sont à jour. Les maladies de la petite enfance, rares en Amérique du Nord, sont malheureusement encore bien présentes au Mexique ou dans les Caraïbes. De plus, selon votre destination, certains vaccins supplémentaires peuvent être de mise.

Petit conseil : faites vacciner votre enfant au moins 10 jours avant le départ. Vous ne voudriez pas qu’il ait des effets secondaires... sur la plage!

Je pars en voyage et j’apporte les carnets de vaccination et... les papiers.

Apportez photocopies des passeports, des carnets de vaccination (avec groupe sanguin), même du dossier médical si votre enfant a des problèmes de santé. Soyez certains d’avoir une assurance voyage, surtout en cas de rapatriement s’il y a accident ou maladie grave.

Si vous voyagez seul avec bébé, ayez une procuration de l’autre parent qui vous autorise à le faire.

Je pars en voyage et j’apporte les carnets de vaccination,  les papiers et... des bonbons.

Qui a dit que bébé et avion sont incompatibles? C’est vrai que ça frappe l’imaginaire : un bébé qui pleure pendant des heures, ou qui vomit partout, ou qui sautille sur son siège en risquant de renverser le plateau-repas du passager d’à côté! Pourtant, il existe des moyens simples d’éviter que ça tourne au cauchemar.

La première cause d’inconfort est la douleur aux oreilles. Pendant le décollage et l’atterrissage, donnez à boire à bébé (le sein ou un biberon) ou un bonbon à votre enfant, pour stimuler le mouvement de succion et décompresser les tympans.

Si vous soupçonnez que bébé a le mal des transports, n’hésitez pas à lui donner un médicament à cet effet, une demi-heure avant le départ. En plus, ce médicament a l’avantage de provoquer une certaine somnolence.

Prévoyez des petites surprises pour éviter que bébé s’ennuie : nouveaux jouets ou livres. Ayez sous la main quelques petites gâteries en cas de fringales ou de repas plateaux non inspirants... sandwichs, croustilles, bonbons (maintenant que vous savez que le sucre n’excite pas!).

Bon c’est assez pour aujourd’hui. Peut-être vous ai-je convaincu d’aller ouvrir un guide voyage et de magasiner un nouveau maillot de bain... mais pas d’acheter les billets? Attendez de lire la suite à ma prochaine chronique et peut-être que d’ici là, 20 cm de neige me donneront un argument supplémentaire!

Dre Taz, Omnipraticienne
Je sais combien la santé est un sujet qui nous préoccupe tous... Inspirés par ma pratique d'omnipraticienne, mes textes sont d'abord ceux d'un parent comme vous!
Toutes les chroniques de l'auteur

Chroniques sur le même sujet