1-0 pour grand-maman : on peut «attraper» froid!

1-0 pour grand-maman : on peut «attraper» froid!
Par Dre Taz, Omnipraticienne

Ma regrettée maman me sermonnait toujours à propos de Fiston Senior.

- Tu ne l’habilles pas assez chaudement.

-  Attention aux courants d’air. 

- Mets-lui des chaussettes et un chapeau. 

-  IL VA ATTRAPER FROID! 

 Je la regardais du haut de mon savoir scientifique, avec un sourire indulgent, et lui répliquais que cela n’avait rien à voir. Pour moi, à l’époque, les superstitions de grand-mère ne valaient pas grand-chose contre 10 années d’études acharnées...

Pourtant... Maintenant que les chaleurs ont commencé, j’ai mis en marche le climatiseur de ma chambre (qui est aussi celle de Fiston Junior) à quelques reprises ces derniers temps. Et chaque fois, bébé a développé des symptômes de rhume. Comme moi les fois où je suis sortie cet hiver les cheveux mouillés. Ou encore comme Fiston Senior quand de la neige s’est infiltrée dans ses bottes.

Et j’ai eu un doute. Et si ce n’était pas les virus scolaires? Ni les virus des « matantes » en visite? Ni ceux de mes patients que je rapporte à la maison? 

Le froid donne-t-il le rhume? 

Au risque de voir une de mes certitudes médicales s’effondrer, j’ai fait quelques recherches. C’est un sujet qui passionne : des études sur le sujet, il y en a beaucoup! 

Il est vrai que plusieurs virus, comme l’influenza, ont des pics d’apparition plus marqués en hiver. Une étude démontre une augmentation de 4 % des infections des voies respiratoires supérieures pour chaque diminution d’un degré Celsius de la température extérieure. Il est généralement admis que c’est par promiscuité : on reste davantage à l’intérieur quand il fait froid dehors et on s’échange nos microbes.

Mais il y a une autre hypothèse. Le mucus nasal emprisonne les virus environnants, qui sont ensuite guidés par les poils de la narine vers la gorge et avalés pour être « détruits » par l’acidité de l’estomac. Or, par temps froid, ce mucus est beaucoup moins gluant (beurk) et ce système de défense physique est moins efficace. Nous sommes donc plus vulnérables aux virus.  

On sait aussi qu’en laboratoire, le froid diminue l’effet immunitaire des macrophages (des cellules blanches qui « mangent » les microbes). Sans compter que plusieurs virus se reproduisent mieux à basse température. 

Tout ça est bien beau, mais les études sur les êtres humains sont peu convaincantes et assez contradictoires. Lors de l’une d’entre elles (méthodologiquement douteuse cependant), on a même été jusqu’à demander à 180 volontaires britanniques de se tremper les pieds dans des bassins d’eau froide pendant 20 minutes pour les observer les jours subséquents à savoir si des symptômes grippaux apparaîtraient! 

Bref, que faut-il retenir de tout ça?

Que le froid ne REND pas malade, mais qu’il prédispose peut-être à augmenter la vulnérabilité de nos enfants aux virus déjà présents. 

  • Il faut encore et toujours soigneusement se laver les mains.
  • Les visiteurs malades doivent respecter l’espace vital de mes Fistons.
  • Je n’empêcherai pas mes enfants de se baigner sous la pluie. Mais j’insisterai un peu plus sur les vestes quand on se rend dans les endroits publics hyperclimatisés.
  • Et je mettrai la pédale douce sur le climatiseur de ma chambre...

Comme quoi, la vérité sort parfois aussi de la bouche des grands-mères!

Dre Taz, Omnipraticienne
Je sais combien la santé est un sujet qui nous préoccupe tous... Inspirés par ma pratique d'omnipraticienne, mes textes sont d'abord ceux d'un parent comme vous!
Toutes les chroniques de l'auteur