Fruits et légumes: faut-il craindre les pesticides?

Fruits et légumes: faut-il craindre les pesticides?
Par Stéphanie Côté, Nutritionniste

 Les bénéfices sur la santé des aliments biologiques sont souvent remis en question. Récemment, c’est l’Académie américaine de pédiatrie qui l’a fait. Après avoir analysé les études à ce sujet, ces spécialistes concluent que les aliments biologiques n’améliorent pas la santé des enfants, ni ne diminuent leur risque de contracter des maladies à long terme.

Comme bon nombre d’experts, l’Académie américaine de pédiatrie soutient que les bénéfices pour la santé à manger des fruits et des légumes sont supérieurs aux risques que représentent les résidus de pesticides. L’Académie est préoccupée à l’idée que les parents au budget limité pourraient offrir moins de fruits et légumes à leurs enfants sous prétexte de ne pas pouvoir les acheter biologiques. Le message est donc clair : les enfants doivent manger des fruits et des légumes, que ceux-ci soient biologiques ou non! C’est aussi mon avis.

Mais ce n’est pas une raison pour banaliser les résidus de pesticides dans les aliments. Une question demeure : à quel point y sommes-nous exposés? Le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ) y répond dans un récent rapport sur la présence de résidus de pesticides dans les fruits et légumes frais vendus au Québec entre 2007 et 2011.

On y apprend que :

  • plus de la moitié des fruits et légumes frais (59 % provenant du Québec et 55 % importés) ne contiennent aucun résidu de pesticide détectable;
  • 1 % des produits du Québec et 7 % des produits importés ont une concentration en résidus de pesticides qui dépasse la limite établie par Santé Canada. Le MAPAQ précise toutefois que ces valeurs limites sont bien en deçà du niveau qui pourrait soulever des préoccupations pour la santé.

Bref, dans plus de la moitié des fruits et légumes traditionnels qu’on achète, il n’y aurait pas de pesticide. C’est d’autant plus vrai quand on privilégie ceux du Québec, puisqu’ils respectent les normes canadiennes dans une plus grande proportion que les produits importés (surtout des États-Unis).

Cela dit, certaines variétés de fruits et légumes sont plus souvent contaminées que d’autres. Si vous souhaitez réduire le plus possible l’exposition de vos enfants aux résidus de pesticide, il est utile de savoir lesquels. Ainsi, si vous voulez consacrer seulement une part de votre budget aux aliments biologiques, voici les fruits et légumes à privilégier : pomme, fraise, pêche, nectarine, raisin, céleri, épinard importé, poivron, pomme de terre, laitue, concombre de champ, courgette et haricot importé.

Dans tous les cas, il est important de bien nettoyer les fruits et légumes. Il faut les laver sous l’eau courante et brosser ceux qui le permettent à l’aide d’une brosse à légumes. Peler les pommes permet bien sûr de réduire les résidus de pesticides, mais les appauvrit aussi en vitamines et en fibres. Pour ne pas trop perdre, on peut faire le compromis de les peler à l’occasion seulement et de les manger avec la pelure bien lavée  le reste du temps.

La préoccupation à l’égard des résidus de pesticides n’est pas la seule raison qui motive les amateurs d’aliments biologiques. Acheter bio est bien souvent une question de valeurs et de principes environnementaux. Mais quand notre portefeuille ne peut pas en assumer le coût, il vaut 100 fois mieux offrir des fruits et des légumes traditionnels à nos enfants que ne pas le faire du tout.

Et vous, craignez-vous l’impact des résidus de pesticides sur la santé de vos enfants ou leur offrez-vous des fruits et des légumes en toute confiance?

Stéphanie Côté, Nutritionniste
Nutritionniste et maman de 2 enfants, j'ai un intérêt particulier pour l'alimentation des petits. Conseils enrichissants et anecdotes savoureuses sont ici au menu chaque mois!
Toutes les chroniques de l'auteur

Chroniques sur le même sujet