Vite la trousse de premiers soins!

Vite la trousse de premiers soins!
Par Dre Taz, Omnipraticienne

La formidable époque des défis et des découvertes. Un bébé qui ne maîtrise pas encore ses mouvements, qui ne s’exprime pas tout à fait, qui ne contrôle pas ses sphincters, mais qui se croit invincible.

L’été approche (théoriquement). Et qui dit été dit tricycle, parc, pataugeoire, chalet, zoo, festival... et accidents!

Fiston Junior est une tornade ambulante. À part appliquer quelques principes de discipline, je ne peux que ronger mon frein. Attendre. Prendre de grandes respirations. Et pallier toutes les éventualités.

trousse_premiers_soinsD’abord (et je sais que je me répète), je vais aller renouveler mes cours de premiers soins (oui, même les médecins font ça). Et pourquoi pas vous? Il existe plusieurs organismes qui donnent des cours de secourisme. Contactez votre CLSC ou votre municipalité pour connaître les cours offerts dans votre secteur.

Ensuite, le gros bon sens : les détecteurs de fumée, les extincteurs, la clôture de la piscine, une  pharmacie à jour et sécuritaire, les numéros de téléphone d’urgence à jour.

Et finalement, un point qu’on aborde souvent lors des visites annuelles : la fameuse trousse de premiers soins. Elle est différente de la pharmacie, car elle ne concerne que les urgences d’enfants. Et dès qu’on part pour une activité un peu éloignée, ne serait-ce que pour quelques heures, je la prends avec moi. Voici ce que la mienne contient :

  • un thermomètre pour bébé
  • de l’acétaminophène
  • un antihistaminique liquide, pour une réaction allergique importante (comme aux piqûres de moustiques)
  • une cuillère calibrée ou une seringue orale pour administrer les médicaments
  • un insectifuge
  • une crème solaire
  • une crème apaisante en cas de coups de soleil, de rougeurs ou de piqûres
  • des pansements de toutes les formes et tailles (autocollants ou non)
  • un rouleau adhésif
  • une bande élastique (pour les entorses ou les grosses plaies)
  • un savon liquide doux
  • des petits tampons individuels imbibés d’alcool
  • une pince à épiler et des aiguilles pour les échardes
  • une paire de ciseaux à bouts ronds
  • des gazes stériles
  • quelques paires de gants stériles (et s’il fallait soigner quelqu’un d’autre?)
  • un manuel de premiers secours
  • des sucettes : toujours primordiales en cas de gros bobos impressionnants


Cette trousse doit être conservée dans des conditions particulières : à température ambiante moyenne (pas dans le coffre d’une voiture); hors de la portée des enfants, mais accessible rapidement pour les adultes, et toujours au même endroit. Idéalement, cette trousse devrait être vérifiée régulièrement (tous les 2 mois dans mon cas). Je vérifie les dates de péremption, si les bouteilles sont bien scellées, les sucettes pas trop collantes.

Et voilà, je suis armée!

Et vous, avez-vous déjà eu des mésaventures estivales (ou durant le reste de l’année)? Aviez-vous ce qu’il fallait sous la main?

Dre Taz, Omnipraticienne
Je sais combien la santé est un sujet qui nous préoccupe tous... Inspirés par ma pratique d'omnipraticienne, mes textes sont d'abord ceux d'un parent comme vous!
Toutes les chroniques de l'auteur

Chroniques sur le même sujet