Finances: que reste-t-il du cadeau de 720$ du gouvernement?

Finances: que reste-t-il du cadeau de 720$ du gouvernement?
Par Marie-Eve Tremblay, CPA, CA et professeure en comptabilité à l’UQAC
Je me doute que contrairement à moi qui suis comptable, vous ne pensez pas à la fin de l’année en terme fiscal!

Le décompte est commencé, la fin de l’année arrive à grands pas. Je me doute que contrairement à moi qui suis comptable, vous ne pensez pas à la fin de l’année en terme fiscal! Pourtant, certaines mesures adoptées par Ottawa et Québec cette année risquent de modifier la déclaration de revenus de bien des familles, même si un nouveau gouvernement a été élu au fédéral. Aujourd’hui, j’aimerais vous parler de la PUGE, la prestation universelle pour la garde d’enfants.

La PUGE est ce montant fixe que le gouvernement fédéral vous remet mensuellement si vous avez un ou plusieurs enfants de moins de 18 ans. (À ne pas confondre avec le versement mensuel non imposable de la PFCE, calculé en fonction du revenu familial.)

En juillet dernier, sans doute pour accroître sa cote de popularité en période préélectorale, le gouvernement conservateur a bonifié de façon importante le montant mensuel de la PUGE. Il est passé de 100 $ à 160 $ pour les enfants de moins de 6 ans. De plus, un montant de 60 $ a été ajouté pour les enfants de 6 à 17 ans. En 2015, vous avez donc reçu 720 $ de plus par enfant par rapport à 2014.

Mais ceci n’est pas tout à fait exact, car la PUGE est imposable. Vous devrez donc aussi payer de l’impôt sur les 720 $ supplémentaires reçus. Pour un couple ayant un revenu familial de 70 000 $, le montant supplémentaire reçu sera plutôt d’environ 515 $ par enfant, une fois l’impôt payé*. Et plus le revenu familial est élevé, plus ce montant baisse. Pour un couple ayant un revenu familial de 90 000 $, le surplus reçu sera plutôt d’environ 445 $**.

L’abolition du crédit pour enfant à charge

C’est d’une façon beaucoup plus réservée que le gouvernement conservateur a annoncé l’abolition du crédit pour enfant à charge auquel vous aviez droit lors de la production de votre déclaration fiscale. Ce crédit vous permettait de retirer un montant de 282 $ par enfant à charge de moins de 18 ans. Une fois l’impôt payé sur la PUGE et le crédit aboli, il en restera environ 233 $ de plus par enfant pour la famille qui gagne 70 000 $ annuellement et 163 $ pour celle qui a un revenu annuel de 90 000 $. Cela est intéressant, mais vous conviendrez avec moi que nous sommes bien loin du 720 $ de bonification que le gouvernement se félicitait de distribuer aux familles!

Pour les familles ayant des revenus plus élevés, il est aussi possible que tous ses changements se traduisent au bout du compte par de l’impôt à payer. Il serait donc judicieux de mettre un petit montant de côté, histoire d’éviter les mauvaises surprises lors de la production de votre déclaration fiscale en avril prochain.

Les promesses du nouveau gouvernement

Avec l’arrivée d’un gouvernement majoritaire libéral, nous pouvons nous attendre à des changements à partir de juillet 2016. S’il respecte ses promesses, une nouvelle allocation canadienne pour enfants pourrait voir le jour et viendrait remplacer la PUGE et la PFCE. Le calcul de l’allocation se ferait alors sur la base du revenu familial et elle serait exempte d’impôt. Les familles ayant un revenu familial de moins de 150 000 $ pourraient recevoir davantage qu’avec les prestations actuelles. Par contre, pour celles dont le revenu familial dépasse les 200 000 $, les prestations seraient abolies. À suivre…

______________________

* En supposant que chaque membre du couple gagne annuellement 35 000 $ et donc que leur taux marginal d’impôt est de 28,53 %.

**En supposant que chaque membre du couple gagne annuellement 45 000 $ et donc que leur taux marginal d’impôt est de 38,37 %.

Marie-Eve Tremblay, CPA, CA et professeure en comptabilité à l’UQAC
Fière maman de deux enfants, je sais qu'être parent c'est aussi composer avec un budget familial. En tant que comptable, je souhaite démystifier certaines notions qui ont un impact sur vos finances.
Toutes les chroniques de l'auteur