Du rose pour un garçon

Du rose pour un garçon
Par Mireille Dion, Sexologue

À Noël l’an dernier, alors que j’étais enceinte et que nous croyions attendre une fille, la sœur de mon conjoint nous a offert une belle libellule rose : un magnifique jouet d’éveil orné d’un miroir, de bouts de ruban et d’une fleur en plastique transparent avec des billes roses à l’intérieur. Je me souviens que ma belle-mère nous avait dit ensuite, pendant que nous déballions son hochet éléphant iStock_000044946906Smallbleu : « Je n’ai pas voulu prendre de chances, s’il fallait que ce soit un garçon! ».

Durant l’Antiquité grecque, le bleu faisait référence au ciel (donc aux dieux) et était utilisé pour les garçons. Associée ensuite à la Vierge Marie, durant le Moyen Âge, cette couleur représentait davantage les filles. Aujourd’hui, le bleu est généralement utilisé pour les garçons et le rose, pour les filles. C’est depuis  que les parents ont la possibilité de connaître le sexe du bébé  durant la grossesse que les trousseaux pour garçon ou fille ont la cote.

Le bleu et le rose sont par contre devenus des couleurs très stéréotypées. Nombreux sont ceux qui trouveraient inconcevable d’utiliser des suces de couleur rose pour un garçon ou une couverture bleue avec un imprimé de petites autos pour une fille. À croire que les hommes ne peuvent pas aimer le rose et les femmes, les voitures… Par contre, certains adultes considèrent acceptable qu’une fille porte un chandail bleu. Toutefois, faire porter du rose à un garçon passe souvent moins bien.

Nous avons finalement eu un garçon (voir « Est-ce un garçon ou une fille? ) et il aime beaucoup sa belle libellule rose! Il la préfère à l’orignal que je lui ai acheté et… au hochet éléphant bleu de sa grand-mère! Mon conjoint m’a récemment dit alors que je l’accrochais à sa poussette : « C’est sûr que si tu te promènes avec la libellule, les gens vont penser que c’est une fille! ». Oui, et alors? Je crois malheureusement que les « qu’en dira-t-on » dérangent. Trop souvent, le regard des autres peut effectivement faire peur.

Devrais-je alors empêcher mon fils de jouer avec sa libellule parce qu’elle est rose? Ou du moins, ne lui offrir que lorsque nous sommes à la maison, à l’abri des regards interrogateurs ou porteurs de jugement? Absolument pas! Je profite au contraire de l’occasion pour lui enseigner subtilement la notion d’identité sexuelle. En lui parlant de « Madame la libellule »,  je lui permets de faire tranquillement la différence entre les garçons et les filles. En le laissant s’amuser avec sa libellule, je respecte ses préférences (et ce, dès son plus jeune âge) et je l’aide par le fait même, à développer son estime de soi.

À la base, les enfants ne savent pas que certaines couleurs sont stéréotypées. Évitons de leur transmettre nos préjugés!

Chroniques sur le même sujet