Du ketchup à toutes les sauces…

Du ketchup à toutes les sauces…
Par Stéphanie Côté, Nutritionniste

Un de mes neveux vient à peine de fêter son 2e anniversaire qu’il entre dans son « terrible two ». Entre autres manifestations, le petit monsieur devient terriblement possessif envers… la bouteille de ketchup! Puisqu’il est capable d’ouvrir la porte du réfrigérateur, il l’obtient lui-même, sans trop de difficulté. Gare à celui qui convoite son bien! Il veut du ketchup sur tous les aliments et si sa mère ne s’y opposait pas, il en verserait même dans sa soupe.

Est-ce que je me trompe si je pense que tous les enfants aiment le ketchup? Pour plusieurs d’entre eux, c’est l’ingrédient miracle qui fait manger de la viande, des légumes, du tofu, des lentilles et j’en passe. Et pour bien des parents, c’est la solution miracle pour que leurs enfants mangent des aliments des 4 groupes alimentaires.

Oui, le ketchup est fait à base de tomates et renferme une bonne quantité de lycopène, cet antioxydant qui protège entre autres contre le cancer de la prostate. Mais il contient aussi passablement de sucre et de sel. Bref, son profil nutritionnel est loin d’être exemplaire. Les parents le savent, mais le ketchup demeure un compromis accepté pour assurer un certain équilibre alimentaire et un climat agréable à l’heure des repas.

C’est vrai qu’il n’est pas facile de faire aimer certains aliments aux enfants. Ça s’explique notamment par leur néophobie, c’est-à-dire leur réticence naturelle devant la nouveauté. Bref, c’est tout à fait normal. Mais, à force d’expositions et de contacts avec les aliments « suspects », les enfants finissent par les apprivoiser et même par les apprécier. Il faut donc faire preuve de patience, encourager à goûter sans forcer à manger, et fournir un bon exemple d’ouverture aux nouvelles expériences gustatives!

Je n’ai rien à redire contre le ketchup utilisé comme condiment – en petite quantité. C’est lorsqu’il camoufle le goût des aliments que je crois qu’il n’est pas la meilleure méthode pour élargir la « palette alimentaire » des enfants. C’est une solution temporaire.

Que faire alors? Diminuez la quantité de ketchup utilisée, demandez à vos enfants de goûter avant d’ajouter la fameuse sauce aux tomates et offrez-leur une variété de condiments et de sauces (tzatziki, raïta, hoummos, etc.). Évitez de mélanger un aliment méconnu ou mal-aimé à ceux mieux acceptés, car l’enfant risque de refuser tout d’un bloc. Cela dit, au risque de me répéter : le temps et la persévérance sont vos meilleurs alliés. 

Je ne connais aucune famille québécoise qui n’achète pas de ketchup. C’est la place qu’il occupe d’un foyer à l’autre qui varie. Je mets moi aussi du ketchup dans mon hamburger… et je dois avouer que la magnifique Stéphanie Zinone (du film Grease 2, qui a marqué mon enfance) y est pour quelque chose. Mais contrairement au personnage incarné par Michelle Pfeiffer, j’évite que ce soit « double ketchup »!

Vos enfants sont-ils « accros » du ketchup? Quelle est leur recette la plus inusitée?

Stéphanie Côté, Nutritionniste
Nutritionniste et maman de 2 enfants, j'ai un intérêt particulier pour l'alimentation des petits. Conseils enrichissants et anecdotes savoureuses sont ici au menu chaque mois!
Toutes les chroniques de l'auteur

Chroniques sur le même sujet