Donne-moi un bisou, sinon…

Donne-moi un bisou, sinon…
Par Mireille Dion, Sexologue

 Lors de son 4e anniversaire, Zoé a reçu de sa grand-mère une jolie peluche. « Donne un bec à grand-mère! », lui a alors demandé son père. La voyant un peu hésitante, sa mère a tout de suite renchéri en disant : « Si tu ne lui donnes pas de bec, elle va reprendre son cadeau! »

J’ai aussi souvent été témoin de scènes où le parent d’un enfant de la garderie insistait pour avoir un bisou avant de partir au travail. Rapidement, l’enfant avait rejoint les amis et, voyant qu’il s’amusait déjà beaucoup, le parent s’était contenté du signe de la main que l’enfant lui avait envoyé pour lui souhaiter bonne journée. Il y en a qui ajoutaient : « Dépêche-toi de venir me donner un bisou, sinon je vais finir par être en retard! »

Quel parent n’a pas, un jour ou l’autre, demandé un bisou à son enfant? Je me confesse : j’ai moi-même échangé, il y a quelques années, un bisou de ma filleule contre une crotte au fromage! Or, que ce soit parce que vous souhaitez qu’il vous embrasse pour vous remercier, pour lui dire au revoir lorsque vous le laissez à la garderie ou parce que vous avez tout simplement envie de ce petit moment de tendresse, le bisou ne devrait jamais être un acte obligé. Pas plus que vous devriez vous sentir obligé, vous, en tant qu’adulte, d’embrasser les gens (même ceux que vous aimez très fort) pour leur dire bonjour, merci ou au revoir.

Par contre, on se doit d’être poli. En ce sens, pour reprendre l’exemple de Zoé, au moment où son père lui a demandé d’embrasser sa  grand-mère, peut-être aurait-elle préféré la remercier différemment qu’avec un baiser. Il existe effectivement plusieurs façons de dire merci. Les caresses et les bisous soufflés en sont des formes. Vous pouvez aussi proposer à l’enfant de faire un beau dessin ou de fabriquer une petite carte pour l’offrir en guise de remerciement. Lorsque vous évitez d’obliger l’enfant à embrasser grand-mère pour la remercier ou que celle-ci se retient de l’embrasser lorsqu’il n’en a  pas envie, vous développez le sens d’autonomie de votre enfant et vous lui enseignez la notion de respect de son corps. Il apprend ainsi qu’il a le droit d’accepter ou de refuser un bisou ou encore d’utiliser une autre manière de dire merci. Surtout, il comprend que s’il n’a pas envie d’être embrassé, ou touché, il a le droit de dire non.

De plus, sans les empêcher d’être victimes de sévices, le fait d’apprendre aux enfants à respecter leur corps leur donnera une base en matière de prévention. Les enfants agressés sexuellement le sont rarement dans un contexte de violence. Au contraire, l’agresseur se montre souvent très gentil avec eux et il n’est pas rare qu’il leur offre des cadeaux en échange de gestes.

Chroniques sur le même sujet