Divin et diabolique Nutella

Divin et diabolique Nutella
Par Stéphanie Côté, Nutritionniste

 La première fois que Laura a mangé du Nutella, je l’ai prise en photo. Voyez son sourire conquis! Ça doit faire plus d’un an et demi, et l’histoire d’amour se poursuit.

Au début, je lui en offrais rarement. En fait, il y avait rarement du Nutella à la maison, ce qui réglait la question. Puis, au fil des mois, papa est devenu « accro » à la chère tartinade. Désormais, il y a un pot en permanence dans l’armoire.

Comment le refuser à ma fille quand mon conjoint tartine généreusement ses propres rôties devant elle? Impossible. C’est sans coeur, et elle en développerait une obsession!

Mais pourquoi voudrais-je limiter la consommation de cette nourrissante tartinade aux noisettes avec lait écrémé et cacao? Parce qu’elle n’est pas aussi nourrissante que les publicités veulent nous le faire croire.

Un pot de 400 g a beau combiner « la saveur et la valeur nutritive de 56 noisettes grillées, de 1 tasse de lait écrémé et d’un soupçon de délicieux cacao », il y a autre chose. Les deux premiers ingrédients sont le sucre et l’huile de palme. Le sucre occupe à lui seul plus de la moitié du pot. Les noisettes occupent la 3e position. Et le « soupçon » de cacao est plus important que la poudre de lait écrémé.

Le résultat est divin au goût, je l’admets. Mais pour ma petite fille de 3 ½ ans en pleine croissance, je voudrais que ce ne soit pas l’ingrédient principal de son petit-déjeuner.

Je propose donc une solution plus que raisonnable : sortir le Nutella 1 matin sur 2. Mon conjoint croit pouvoir survivre. Proposition adoptée! Laura s’y fait très bien aussi, et elle redécouvre le beurre d’amande et les céréales.

- Est-ce que j’ai mangé du Nutella hier?

Quand la réponse est non, Laura sait alors que c’est le « matin Nutella ». Ça a fonctionné quelques mois. Puis, ma ratoureuse fillette s’est mise à demander son petit-déjeuner à mon conjoint et à moi à tour de rôle, pendant que l’autre prenait sa douche. Grâce à notre mémoire défaillante, elle réussissait ainsi à obtenir une toast au Nutella plus souvent!

J’ai donc changé la stratégie « avec/sans » pour la méthode « moitié/moitié ». La rôtie devait être garnie à moitié avec du Nutella et à moitié avec du beurre d’amande ou d’arachide.

- Mais maman, ça me donne de l’énergie, du Nutella.

Voilà que la publicité fait son effet, maintenant!

- Le beurre d’arachide ou d’amande te donne de l’énergie pour plus longtemps, ma puce. Tu vas avoir faim bien avant l’heure de la collation si tu manges juste du Nutella.

Avec le verre de lait qui accompagne sa rôtie, la dose de protéines est enfin digne de mention. C’est un des éléments-clés pour rendre un repas rassasiant, et le Nutella n’en renferme qu’un pauvre gramme par portion. Le pot devant moi confirme mes affirmations. Il confirme toutes mes affirmations, même celles sur son attrait irrésistible…

Diable que c’est bon!

Stéphanie Côté, Nutritionniste
Nutritionniste et maman de 2 enfants, j'ai un intérêt particulier pour l'alimentation des petits. Conseils enrichissants et anecdotes savoureuses sont ici au menu chaque mois!
Toutes les chroniques de l'auteur