Ce que votre médecin veut réellement dire par «rien»

Ce que votre médecin veut réellement dire par «rien»
Par Dre Taz, Omnipraticienne

« Votre enfant n’a rien », dit-il à son 29e patient en deux heures. Qu’est-ce qu’il insinue? Que vous êtes menteur? Hystérique? Incapable? Que ça vous amuse de poireauter 180 interminables minutes dans une salle d’attente bondée?

« Trois heures d’attente pour me faire dire qu’il n’y a rien! », répondez-vous. Que voulez-vous dire? Que ce médecin est incompétent? Négligent? Que vous auriez préféré que le petit ait une otite purulente perforée?

Je suis certaine que vous reconnaissez ce dialogue, qui n’est nullement de la fiction, mais la réalité de ma propre clinique sans rendez-vous du vendredi soir. Rectifions les choses :

Ce que vous voulez vraiment dire :

  • La garderie vous a appelé en pleine réunion parce que le petit fait de la fièvre. Selon le protocole administratif, vous avez dû le récupérer. C’est la 3e fois en 2 mois.
  • Vous avez épuisé vos congés de maladie et vous ne pouvez pas vous permettre une autre nuit blanche. 
  • Vous trouvez que le médecin a examiné votre enfant un peu rapidement. Son nez coule, il tousse, il refuse de manger, joue peu et dort beaucoup.  Et si c’est grave?
  • Vous voulez que votre enfant aille mieux et vite, quitte à prendre des antibiotiques.

Ce que le médecin veut vraiment dire :

  • Près de 200 différents virus peuvent causer le rhume. Les antibiotiques, conçus pour des bactéries, ne sont alors d’aucune utilité.
  • Un rhume se caractérise par de la fièvre, un manque d’appétit, de la fatigue, de la toux, un nez qui coule (de toutes les couleurs), un mal de tête, de gorge, des éternuements et, parfois, des douleurs abdominales et de la diarrhée.
  • Un enfant attrape en moyenne de 10 à 12 rhumes par année (donc 1 par mois!).
  • Un rhume dure en moyenne de 7 à 10 jours, mais les symptômes sont plus importants les trois premiers jours, pour ensuite atteindre un plateau et finalement décroître.
  • Le rhume est extrêmement contagieux. Il s’attrape par les microparticules  contenues dans la toux et les éternuements, et peut persister dans l’air qui entoure le malade. Il s’attrape aussi par les résidus qui se retrouvent sur les mains ou sur les jouets quelques heures.
  • De 90 % à 95 % des rhumes se résolvent sans problème.
  • Très occasionnellement, un rhume se complique d’une otite, d’une pneumonie, d’une sinusite ou d’une autre infection causée cette fois par une bactérie. L’enfant est alors malade plus longtemps. Ses symptômes s’aggravent au lieu de s’amoindrir et la fièvre est persistante.
  • Un antibiotique n’est jamais banal. Il y a toujours un risque potentiel de provoquer des effets secondaires ou allergiques, sans compter les phénomènes de résistance. C’est donc important d’en prescrire à bon escient.
  • Je m’en remets donc à votre patience. Presque tous les cas de rhumes sont banals. Si l’état de votre enfant s’aggrave, n’hésitez pas à revenir me voir.

Dans un monde idéal, voilà le dialogue que vous devriez avoir, vous et ce médecin. Ce « rien », qui vous a paru si cinglant, ne signifie pas que votre enfant est atteint d’un mal imaginaire. Pour ce médecin, ce « rien » est simplement l’humble aveu de son impuissance à faire quoi que ce soit pour vous aider, sinon d’attendre...

Dre Taz, Omnipraticienne
Je sais combien la santé est un sujet qui nous préoccupe tous... Inspirés par ma pratique d'omnipraticienne, mes textes sont d'abord ceux d'un parent comme vous!
Toutes les chroniques de l'auteur