Ce que j’aurais voulu qu’on me dise avant l’accouchement

Ce que j’aurais voulu qu’on me dise avant l’accouchement
Par Dre Taz, Omnipraticienne

 Même les médecins sont un jour parents pour la première fois. On peut conclure, à tort, que nous n’avons besoin d’aucun conseil et que nous savons par coeur tout ce qui est écrit dans les livres. Bien sûr, je connais sur le bout des doigts la physiologie de la montée laiteuse, les soins à apporter à un nombril sanguinolent, la courbe hormonale post-partum.

Mais tout n’est pas écrit dans les livres!

J’ai vécu cette formidable aventure et je peux vous confier ce que j’aurais voulu qu’on m’explique AVANT que je pleure d’épuisement et que je me fâche d’incompréhension...

Vous n’avez plus le contrôle de votre vie.

Les premiers jours, votre horaire répondra aux besoins de bébé exclusivement. Dodo, allaitement, rots, pleurs, couches et on recommence... Ne planifiez rien. Même pas de dormir des nuits complètes, même pas de prendre une douche, même pas d’assurer la salubrité de votre domicile. Laissez-vous aller. Dormez et mangez dès que bébé dort, et acceptez sereinement cet état. Cela peut durer quelques jours, voire quelques semaines, et allez, avouons-le, parfois quelques mois!

Vous êtes dorénavant un phénomène social.

Des inconnus s’adressent à vous au parc. Une lointaine collègue vous demande comment a été le dernier vaccin. Des visiteurs se pointent chez vous à toute heure de la journée pour entrevoir le petit trésor. C’est bien gentil, mais on peut se sentir agacée, peut-être même envahie, selon son état de vulnérabilité. Même si ces incursions sont issues de bonnes intentions et peuvent être utiles, sachez dire « non » et « pas maintenant » si c’est ce que vous ressentez.

Vous êtes toujours un couple.

Le bébé prend TOUTE la place. On peut « oublier » son conjoint ou se sentir négligée. Faites un effort : prenez une petite demi-heure pour partager un café. Désamorcez les moments intenses et les sentiments nouveaux que vous vivez l’un par rapport à l’autre. Vous êtes un appui réciproque formidable, mais encore faut-il prendre le temps d’en profiter!

Amusez-vous avec bébé.

On est maintenant investie d’une grande mission : la vie de son enfant. Si cela reste vrai en tout temps, vous avez entre les mains le meilleur gadget antistress qui soit. Faites des grimaces, lisez-lui des contes, babillez, jouez avec votre enfant. C’est tout aussi utile à son développement que bénéfique à votre moral.

Un enfant coûte cher.

Une étude révèle qu’un enfant coûte 225 000 $ avant ses 18 ans! Et cela, rien qu’en matériel de première nécessité (nourriture, vêtements, écolage). La première année est particulièrement onéreuse en équipement (poussette, siège auto, couches, etc.). Prévoyez une planification financière précise, cherchez les options les plus économiques et partagez vos trucs avec d’autres nouveaux parents.

La culpabilité et les erreurs font partie de la parentalité.

Le monde n’est pas parfait, incluant vous. Vous n’arrivez pas à sevrer bébé de sa tétine? Il a pleuré 1 heure avant que vous ne compreniez que sa couche était souillée? Vous vous êtes endormis dans le même lit? Ça ira, le monde n’a pas arrêté de tourner.

Certains diront que cette chronique n’est pas très médicale. Pourtant, je peux faire une corrélation presque directe entre la fréquence avec laquelle les nouveaux parents me consultent et le nombre de plaintes et leur façon de gérer leur nouvelle réalité. Des parents, mal préparés (pas de façon théorique, car la plupart en savent plus que moi, vive internet!) dans leur quotidien, ont des bébés avec coliques, des migraines, des allaitements difficiles, des douleurs abdominales inexpliquées... 

Je souhaite qu’en sachant tout cela, vous soyez mieux outillés et en meilleure santé physique et psychologique.

Qu’auriez-vous voulu qu’on vous dise avant d’avoir bébé?

Dre Taz, Omnipraticienne
Je sais combien la santé est un sujet qui nous préoccupe tous... Inspirés par ma pratique d'omnipraticienne, mes textes sont d'abord ceux d'un parent comme vous!
Toutes les chroniques de l'auteur

Chroniques sur le même sujet