Ça goûte Noël!

Ça goûte Noël!
Par Stéphanie Côté, Nutritionniste

L’approche de Noël, depuis que je suis petite, est pour moi synonyme de clémentines. Vous vous souvenez peut-être qu’il y a 25 ans, certains fruits n’étaient pas disponibles à l’année?

Je n’ai jamais eu de calendrier de l’avent. Mais quand les clémentines arrivaient, ça signifiait que Noël n’était plus très loin. C’est avec elles, et un peu grâce à elles, que je patientais jusqu’au 24 décembre. Et j’en mangeais! Si j’avais pu faire des réserves de vitamine C, je les aurais faites pour l’année durant le seul mois de décembre! Je pense que je les appréciais encore davantage du fait que j’y avais accès une courte période de temps. J’aime tous les agrumes, mais les clémentines sont les seules à posséder une signification particulière à mes yeux et à me rappeler des souvenirs.

Dans la catégorie des desserts, plusieurs - évidemment! - sont associés aux Fêtes. Les beignes de ma grand-maman, le dessert aux pêches d’une tante et surtout, les rouleaux au chocolat et guimauves de ma mère. C’est une recette simple, faite avec des pépites de chocolat, des petites guimauves de couleurs, de la noix de coco râpé et quelques autres ingrédients qu’on trouvait même dans mon Abitibi natale. Ce n’était rien de très raffiné, mais ça goûtait Noël. Et ça goûte toujours Noël, car ma mère en prépare chaque année. D’ailleurs, elle sait qu’il n’y a pas d’autres moments pour les préparer. Pas d’autres moments où ses rouleaux au chocolat et guimauves seraient autant appréciés.

Depuis que j’ai des enfants, je tente de créer mes propres traditions associées à la nourriture. Les clémentines en font partie, bien sûr, mais pas le dessert au chocolat et guimauves. C’est celui de ma mère, et maintenant celle de « grand-maman ». Je n’y touche pas. Comme ma mère a toujours laissé la confection des beignes à sa mère. Quels aliments ou mets mes enfants associeront-ils spontanément à Noël?

Si la tendance se maintient, ce sera sans doute les galettes à la mélasse. C’est ma recette fétiche du temps des Fêtes. En fait, ce n’est ni la meilleure de mes recettes ni la plus spéciale, mais c’est la plus chargée de sens. Ma grand-mère la préparait, ma mère aussi, et maintenant que je suis maman, je la prépare avec mes deux sous-chefs : mes enfants. Dès que je m’installe au comptoir, ma fille de 3 ½ ans et mon garçon de 1 ½ an approchent chacun une chaise et montent dessus. Laura porte son tablier rose et Benjamin porte la toque de sa soeur (en attendant que le père Noël glisse la sienne dans son bas de Noël). Ils versent les ingrédients, regardent tourner les batteurs électriques, lèchent la spatule, font des bonshommes à l’aide d’emporte-pièces et les observent cuire au four.

Tout compte fait, ce que mes enfants retiendront de ma tradition des galettes à la mélasse, ce n’est pas tant qu’ils en mangeaient, mais aussi qu’ils les cuisinaient. Une tradition à la fois alimentaire et culinaire, c’est encore mieux!

Pour vos enfants et vous, quels aliments sont associés à Noël?

Stéphanie Côté, Nutritionniste
Nutritionniste et maman de 2 enfants, j'ai un intérêt particulier pour l'alimentation des petits. Conseils enrichissants et anecdotes savoureuses sont ici au menu chaque mois!
Toutes les chroniques de l'auteur

Chroniques sur le même sujet