Antibiotiques: votre enfant en a-t-il vraiment besoin?

Antibiotiques: votre enfant en a-t-il vraiment besoin?
Par Dre Taz, Omnipraticienne

 Voici un petit quiz : lequel de ces patients a besoin d’un antibiotique?

  • Alice, 4 ans, qui tousse « creux »  depuis 3 jours.
  • Alexandre, 5 ans, qui a des sécrétions vertes coulant de son nez depuis 5 jours.
  • Francis, 3 ans, qui a reçu un diagnostic d’otite.
  • Lison, 2 ans, qui a mal à la gorge et qui fait de la fièvre.

Il serait tellement facile de remettre une prescription d’antibiotiques à tous les parents de mes patients! Ça prend 2 minutes. Ma salle d’attente se viderait rapidement; je serais à la maison avant 17 h;  je pourrais superviser les devoirs et cuisiner autre chose que du surgelé!

Mais je résiste vaillamment et j’explique à ces parents inquiets ce qui suit (ça prend plus que 2 minutes) : 

Je suis moi-même maman et j’aimerais TELLEMENT que les antibiotiques soient le médicament miraculeux! Malheureusement, ils ont un champ d’action limité. Et si on expose un germe à un antibiotique auquel il n’est pas sensible, non seulement il continue son activité dévastatrice, mais en plus, il acquiert une mémoire et mute pour se renforcer davantage.

C’est ce qu’on appelle le phénomène de résistance. Si on se fie aux données scientifiques, l’utilisation d’antibiotiques devrait être une exception. Dans 75 % des cas, la prescription n’est pas nécessaire. C’est une mauvaise habitude!

Pourquoi?

Parce que certains médecins (et ça m’inclut) sont pressés. Tant qu’à retirer de la cire d’oreille pour deviner le tympan; se battre avec un enfant en crise pour apercevoir ses amygdales; écouter les poumons malgré les pleurs; confronter le regard larmoyant de parents anxieux, autant tendre un bout de papier. Que de temps et d’énergie gagnés!  

En attendant, les germes deviennent de plus en plus malins, mémorisent, s’adaptent. On assiste à une inquiétante vengeance des bactéries résistantes : le clostridium difficile dans les hôpitaux; un type de gonorrhée qui ne répond plus à aucun médicament et le fameux SARM qui nous a obligés à changer la façon de soigner les plaies...

C’est notre faute à tous. On utilise les antibiotiques avec un manque de discernement flagrant : pour nos enfants, pour nous-mêmes, pour les poulets de fermes industrielles, pour un trop grand nombre de problèmes!

Alors? Dans le petit quiz, qui a besoin d’un antibiotique? PERSONNE!

Bien sûr, tous ces enfants peuvent en avoir éventuellement besoin, si les symptômes s’aggravent ou persistent. Mais a priori, si on les expose à des antibiotiques, non seulement ils ne changeront pas l’issue de la maladie, mais en plus, on risque des effets secondaires (diarrhée, allergies, etc) et une bactérie super-résistante. Ces patients ont surtout besoin de s’hydrater, d’acétaminophènes, de repos, de médecins qui font leur travail et de parents qui taisent leur anxiété et suivent quelques conseils simples :

  • La prévention : se laver les mains, tenir les vaccins à jour, allaiter et ne pas fumer.
  • Demander au médecin pourquoi il prescrit un antibiotique à notre enfant. Croit-il vraiment qu’il y a une infection bactérienne? Lui a-t-on donné la fausse impression que c’est ce que nous voulions?
  • Si vous devez administrer un antibiotique, suivez scrupuleusement les doses et la durée. 


Allons allons, pour l’instant, les bactéries super-résistantes ont gagné quelques combats, mais pas la guerre! Quelles sont vos armes secrètes?

Dre Taz, Omnipraticienne
Je sais combien la santé est un sujet qui nous préoccupe tous... Inspirés par ma pratique d'omnipraticienne, mes textes sont d'abord ceux d'un parent comme vous!
Toutes les chroniques de l'auteur

Chroniques sur le même sujet