A-t-on vraiment toujours raison?

A-t-on vraiment toujours raison?
Par Dre Taz, Omnipraticienne

Mon fils est à cet âge fatidique où il découvre à quel point il est intéressant de faire exactement le contraire de ce que je lui demande. Non, il n’a pas 15 ans, mais bien 3!

S’ensuit une escalade d’événements prévisibles et désagréables : accumulation de frustrations, réprimandes à vitesse accélérée, pleurs sonores et persistants, mauvaise humeur résiduelle. Bref, un gaspillage d’innombrables minutes qui auraient pu être consacrées à siroter un café au lait, à écouter le dernier succès à la radio ou même à distribuer chatouilles et câlins...
Mais aviez-vous vraiment besoin de vous mettre dans cet état? Se pourrait-il que vous ayez eu tort? Voici quelques mythes : à conserver ou s’en départir.

Donner des bonbons aux enfants les rend hyperactifs (et vous épuise!)

FAUX. C’est une idée très répandue. Pourtant, de très bonnes études, notamment avec des enfants atteints du syndrome d’hyperactivité et de déficit de l’attention, n’ont pas réussi à démontrer une corrélation entre l’ingestion d’aliments sucrés et le niveau d’énergie.

C’est sûrement parce que les enfants mangent des sucreries à des occasions où ils sont plus fébriles, aux anniversaires par exemple, que la croyance populaire alimente ce préjugé.

Cela dit, il y a plein d’autres raisons - comme les caries et le surpoids - pour modérer la consommation de sucre.

Il ne faut pas nager après avoir mangé

VRAI. Si vos enfants sont comme le mien, ils ne peuvent attendre d’avaler la dernière bouchée de leur lunch avant de se jeter dans la piscine au plus chaud de la journée, vers 13 h... Il est contre-indiqué de nager, et de faire tout exercice physique vigoureux d’ailleurs, après avoir mangé.

À la suite d’un repas, notre organisme déploie toute son énergie à la digestion, entre autres en provoquant un afflux sanguin vers le système gastro-intestinal. Notre corps a donc moins de sang disponible pour les muscles. Si on demande des efforts supplémentaires à ces derniers, cela peut occasionner des crampes ou une fatigue musculaire et donc exposer nos enfants, même les bons nageurs, à la noyade.

On suggère donc d’attendre une demi-heure après un repas avant de faire tout exercice.

Écouter de la musique à un volume trop fort endommage l’ouïe

VRAI, mais tout dépend de ce qu’on entend par « fort ». « Fort », c’est plus de 80 décibels. En comparaison, parler normalement c’est 60 décibels. Crier : on monte à 85. Un concert rock en milieu de salle : vous atteignez les 100 décibels.
Une courte exposition à un bruit très fort, comme le décollage d’un avion, ou des expositions répétées à un bruit modérément fort, comme des mangas japonais, quotidiennement pendant des années, peut altérer l’audition.

Écouter son iPod tous les jours? Pas très dommageable si le volume est réglé de manière à entendre légèrement les sons environnants (désolés pour les parents d’ados et utilisateurs de métro!).

Lire dans une pièce mal éclairée est néfaste pour la vue

FAUX. Pas plus que de regarder la télévision 8 heures consécutives ou de jouer aux jeux vidéo pendant une éternité. En revanche, toutes ces passionnantes activités, ainsi que lire dans le noir, peuvent provoquer de la fatigue et de la sécheresse oculaires. Elles peuvent aussi révéler certains troubles visuels, car les défauts de la vue (myopie, astigmatisme, etc.) nous rendent plus sensibles à la fatigue.

Mais retenons que lire dans une pièce mal éclairée ne laisse aucune séquelle permanente sur la vision.

Ceci n’est qu’un modeste échantillon d’idées véhiculées depuis des décennies et qu’on perpétue sans trop se poser de questions. La parentalité n’est-elle pas déjà assez difficile comme ça? Je préfère choisir mes batailles et appliquer ma discipline au service de principes qui sont à tout le moins véridiques! Et avec beaucoup d’humilité, je l’avoue, mes parents n’ont pas toujours raison! Moi? J’essaie...

Dre Taz, Omnipraticienne
Je sais combien la santé est un sujet qui nous préoccupe tous... Inspirés par ma pratique d'omnipraticienne, mes textes sont d'abord ceux d'un parent comme vous!
Toutes les chroniques de l'auteur

Chroniques sur le même sujet