Comment la pandémie a changé ma vie de maman

Comment la pandémie a changé ma vie de maman
Par Josée Bournival, Auteure, animatrice et blogueuse
28 décembre 2020
Réflexion de Josée Bournival sur 2020 et sur sa vie familiale.

Dans la dernière semaine, pour mon travail, j’ai lu un roman. L’histoire d’une femme qui a eu 17 enfants. Dix-sept. Comme dans 1-2-3-4-5-6-7-8-9-10-11-12-13-14-15-16-17. Sa réalité familiale était différente de la mienne, mais elle a tout de même élevé cette marmaille le sourire aux lèvres.

Je n’ai pas pu m’empêcher de faire un parallèle avec ma vie. Parce que cette année, soyons honnêtes, juste avec quatre enfants, j’ai monté le ton plus souvent. Mon nouvel emploi de professeur d’art dramatique me tient très occupée et plutôt stressée. Les enfants ne sont pas habitués à l’absence de maman. Ils se plaignent ouvertement du peu de temps que je leur consacre. C’est la première fois, depuis la naissance de mon aînée, que je travaille principalement à l’extérieur de la maison. Et le soir, au lieu de lire des histoires de licornes et de dragons, maman sort son ordinateur pour préparer ses cours ou remplir d’autres contrats à la pige.

Vous vous en doutez, tous ces changements découlent de la pandémie que nous vivons depuis mars. J’ai perdu la majorité de mes contrats en animation et j’ai dû trouver autre chose.

Cette année, je n’ai pas l’impression d’être une super-maman. J’ai l’impression de toujours faire le minimum requis pour le bonheur de mes enfants. Sinon, je n’arriverais pas à garder la tête hors de l’eau. Je rame, constamment. Je suis épuisée.

Ça me ramène à cette héroïne dont j’ai lu l’histoire. Cette mère de 17 enfants qui s’assurait principalement de nourrir, vêtir et abriter ses petits. Elle voulait aussi les rendre heureux, mais je doute fort qu’elle ait eu le temps de jouer à Among us ou de construire des Rescue Bots avec des boites de carton en plus de toutes ses tâches de la vie familiale.

Vous savez la différence entre cette femme et moi? Elle vit dans un roman. Dans la réalité, le temps est compté et on ne peut pas tricher la vérité. Je ne peux qu’espérer reprendre pied et retrouver un certain équilibre. Pour moi et pour mes enfants. Même si je me plains, la situation actuelle ne changera pas. Il faut faire avec.

Ce qui peut changer, c’est le regard que je pose sur moi. Je peux lire mon histoire personnelle avec indulgence et compréhension. Je sais que vous êtes nombreux, cette année, dans une situation similaire, dans un état d’esprit semblable peu importe votre réalité personnelle. Donnons-nous une tape dans le dos!

Et vous? Dans quel état d’esprit terminez-vous l’année 2020? Est-ce que les événements de la dernière année ont eu un impact sur votre vie de famille? Si oui, lequel?

 

Photo : GettyImages/lisegagne

Josée Bournival, Auteure, animatrice et blogueuse
Je suis la maman de 3 grandes filles et d’un petit garçon. Je souhaite échanger avec vous sur une foule de sujets reliés à la vie de famille.
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (4)

  1. Geneviève Lapointe 29 décembre 2020 à 21 h 00 min
    Bordel! Une super-maman, non pas cette année. J'essaie encore de consolider telé-travail et famille. Étant maman de 2 jeunes enfants, je me sens tellement coupable de les mettre plus souvent qu'à l'habitude devant des films. D'accorder qu'il regarde quelques vidéos YouTube pour que je termine mon dossier. Les pauvres, ils souffrent en silence et sans ce plaindre des répercussions de cette maudite pandémie... Mais voyons, pas de cette pandémie, des imbéciles qui croient encore qu'il ne s'agit que d'une conspiration. Allez au diable que je leur dit; à cause de votre entêtement a croire qu'on vous manipule, le virus continue de se propager et mes enfants, vos enfants en souffrent...et je me sens sans cesse coupable.
  2. Cbo 31 décembre 2020 à 10 h 11 min
    La pandémie n'a pas eu trop d'incidence sur notre vie de famille, étant donné que je faisais déjà du télétravail et que l’activité a en fait augmenté dans mon secteur. La période la plus difficile a bien sûr été durant la fermeture des écoles (une décision navrante à mon avis qui a eu des effets désastreux pour bien des enfants). Comme souvent, quand ils se plaignent, je rappelle à mes enfants qu'ils sont très chanceux. Chanceux d'avoir des parents qui travaillent, chanceux de vivre dans un pays sûr, libre et en paix. Chanceux de vivre dans une famille qui ne connaît pas de difficulté particulière, etc. Oui, notre quotidien a changé, mais nous restons privilégiés dans un monde où la plupart des gens vivent des situations bien pires. Il me semble essentiel de ne pas le perdre de vue.
  3. Mary Saint-Surin 2 janvier 2021 à 17 h 34 min
    Je suis maman de deux filles magnifique et également éducatrice en CPE. Je me sens coupable très souvent depuis que notre routine à changer. Je donne tellement d'énergie dans mon travail et les nouvelles façons d’interagir en cpe, qu'il m'arrive de rentrée chez moi et de ne plus avoir d'énergie pour jouer, cajoler mes filles. De plus, la peur m'habite de rapporter cette cochonnerie chez moi à chaque jour. Je me dis chanceuse quand même d'avoir ma grande de 8 ans qui se débrouille quand même lors de ses zoom et mon autre de 4 ans qui prend de plus en pus de responsabilité. Elles ont compris que j'ai parfois besoin d'aide. On reste positif et dite vous que sa ne resteras pas comme cela toute le reste de notre vie. On finira par reprendre une certaine forme de normalité. Cette pandémie m'apprend la valeur d'être unit et apprécier que le temps ralentisse un peu... Sa fait du bien.
  4. Imene 14 janvier 2021 à 23 h 27 min
    Bien avant la pandémie je dormais déjà mal parce que mon bébé se réveillais beaucoup, je me réveillais tous les jours à 5h du matin et franchement à ce moment là j’étais épuisée moralement à cause du manque de sommeil j’ai commencé par négliger ma propre personne, après j’ai arrêté de faire des activités avec mes enfants, je voulais juste cuisiner et dormir mais maintenant je me reprends j’ai décidé de me faire un moment pour moi , pour être forte et de faire plus d’activité et de sorties avec les petits , malheureusement tous est fermé cette période alors on profite pour jouer dans notre cour et faire des activités à la maison , maintenant je me suis repris