On est tous le parent parfait de quelqu'un d'autre

On est tous le parent parfait de quelqu'un d'autre
29 octobre 2020
Sans même le vouloir, parfois on se compare. Mais pourquoi présume-t-on que les autres parents sont parfois « meilleurs » que nous? Réflexion de Jean-François Quessy.

Quand on regarde autour de soi, on voit plein de bons parents : le papa qui joue au soccer avec cinq ou six enfants du quartier un samedi après-midi et qui court sans jamais s’essouffler; la maman assise par terre sous la pluie en train de ramasser des vers de terre avec son plus jeune; le papa et la maman qui ont vécu une superbe activité familiale et qui tapissent déjà notre fil d’actualité sur les médias sociaux, etc.

Sans même vouloir se comparer, on ne peut pas fermer les yeux et ignorer comment nos proches, nos amis, nos voisins exercent leur parentalité.

Pourquoi présume-t-on qu’ils sont de « bons » parents, voire de « meilleurs » parents que nous?

C’est simple : souvent parce qu’ils font ou parce qu’ils sont quelque chose que nous ne sommes pas.

Et, à travers ces différences, leurs enfants ou les enfants qui les entourent semblent être bien, heureux et avoir beaucoup de plaisir.

À cet instant, la comparaison devient inévitable puisqu’on aimerait tous être CE parent-modèle. Celui que l’on idéalise. Celui qui semble si parfait. Celui qui fait « ce que l’on devrait aussi être capable de faire » pour être à la hauteur.

On oublie beaucoup trop vite ce que l’on accomplit auprès de nos tout-petits et ce que l’on est au quotidien. Vous savez… Ce que les autres parents perçoivent de nous et que l’on ne voit même plus nous-mêmes.

Ce qu’ils captent lorsqu’ils regardent aller notre cellule familiale : notre capacité à gérer les conflits; notre sang-froid dans les moments d’adversité; notre planification de la semaine; nos jeux de société sur le balcon; le temps que nous nous réservons en couple pour demeurer un couple uni; nos soirées où nous accompagnons le plus jeune dans un sport, etc.

Alors si l’on est pour continuer à se comparer, cessons de le faire pour se rabaisser et faisons-le donc plutôt pour s’inspirer, le plus simplement du monde, sans s’obliger à atteindre des objectifs inatteignables.

De toute façon, on est tous le parent parfait de quelqu’un d’autre!

 

Photo : GettyImages/lisegagne

Jean-François Quessy
Je suis un père passionné, mais aussi un grand amoureux qui aborde sa vie avec humour.
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (1)

  1. Michelle 7 novembre 2020 à 21 h 35 min
    Merci pour ce billet si juste. Enfants, parents, nous sommes tous différents, uniques. Apprécions nous tous tels que nous sommes. Reconnaissons nos bons coups autant que ceux des autres, des autres parents et de chacun de nos enfants. Je ne crois pas que la recherche de la perfection ou le désir de faire comme les autres rend plus heureux. Centrons donc notre énergie à identifier et répondre à nos propres besoins, ceux de nos enfants et des gens que nous aimons. Je souhaite que votre billet amène certains parents à cesser de se mettre de la pression pour répondre à des standards qu'ils s'imposent et se centrent plutôt sur l'essentiel: leur bonheur et celui de leurs proches.

Laisser un commentaire



En cliquant sur Soumettre, vous acceptez nos modalités d'utilisation

Partager