Tousse dans ton coude

Tousse dans ton coude
Par Josée Bournival, Auteure, animatrice et blogueuse
12 février 2020
Josée Bournival ne compte plus le nombre de fois où elle a prononcé la phrase « tousse dans ton coude » depuis une semaine.

Au déjeuner, Blanche déplace sa chaise contre la mienne. Je sais très bien pourquoi elle agit ainsi. Sa petite moue de dégoût confirme ce que je pense.

Autour de la table familiale, elle prend habituellement place à côté de sa grande sœur qui a eu la grippe dans les derniers jours. La grande tousse encore beaucoup… en se déplaçant de quelques centimètres, ma Gripette pense qu’elle va éviter la propagation du virus.

- Blanche, reprends ta place.

- Elle va me donner sa grippe!

Comme si ce n’était pas suffisant, les deux filles dorment dans la même chambre. Ça fait donc deux nuits qu’on « héberge » Blanche, car elle refuse de dormir dans une pièce « full microbes ».

Je ne compte plus le nombre de fois où j’ai prononcé la phrase « tousse dans ton coude » depuis une semaine. Assurément des centaines de fois. Malgré la répétition, je vois toujours un enfant en train de tousser dans le vide… face aux autres ou carrément dans les assiettes disposées sur la table à manger. (Soupir!) Je me console en me disant que je n’ai plus de bébé dont le nez coule comme un robinet et qui porte tout à sa bouche.

Mes enfants trouvent aussi que j’exagère avec mes demandes de lavage des mains. Pour les plus petits, on dirait que j’ai des caprices ou des tocs. J’ai beau leur expliquer que c’est « LE » geste qui les protège le plus des vilains microbes, pour eux je suis exaspérante! Surtout qu’ils doivent utiliser un savon en barre (ils font vraiment pitié) : maman évite les savons liquides à cause des bouteilles de plastique.

Lorsque je les vois se moucher, j’explique qu’ils doivent se laver les mains de nouveau. Que le mouchoir contient plein de microbes (donc on le jette, on ne le laisse pas traîner SVP).

- Est-ce que tu laves mes cheveux parce qu’il y a des microbes dedans? m’a même demandé Léonard hier soir. ;-)

J’avoue que je ne lave pas les poignées de porte et les interrupteurs de la maison chaque semaine. Même chose pour le clavier de l’ordinateur familial. Mais en période de rhume et de grippe, je m’active. Les plus jeunes étaient surpris de me voir faire. Ils n’avaient pas vraiment conscience que ces surfaces sont touchées par tous les membres de la famille et que les microbes s’y transmettent d’une personne à l’autre. Jusqu’à présent, j’ai deux enfants sur quatre qui ont eu la grippe. Je vais continuer de frotter un peu et de répéter à l’infini « tousse dans ton coude » en espérant éviter la maladie aux deux qui ont été épargnés jusqu’à présent.

Et vous? Que faites-vous pour éviter la propagation des microbes d’un enfant à l’autre? La maladie est-elle présente chez vous actuellement? Comment gérez-vous le tout?

 

Photo : GettyImages/Golfcuk

Josée Bournival, Auteure, animatrice et blogueuse
Je suis la maman de 3 grandes filles et d’un petit garçon. Je souhaite échanger avec vous sur une foule de sujets reliés à la vie de famille.
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (12)

  1. caroline 16 février 2020 à 20 h 23 min
    Depuis que je suis une maman, mon seuil de tolérance vis à vis les microbes a nettement changer. Surtout avec plusieurs enfants et quand ils étaient bébés ... si la gastro était en cavale dans les rues, j’avais le sentiment ( ou mauvaise perception) de les voir se propager sur les murs et plancher de notre nid familiale. En sachant très bien que je devait avoir l’air un peu zinzin mais j’imagine que ça fait partie du lègue maternel tout comme le sentiment de culpabilité. Bref, je ne sais pas si le fait d’avoir entrepris des mesures d’hygiène et mentionner trop de fois de tousser dans leur coude, fait en sorte que mes enfants aussi on une intolérance aux microbes ( comme lorsqu’un des membres de la fratrie ne tousse pas à la bonne place, je les entends rouspéter sur le champ!) Tout ce qu’on peut faire est d’éviter de trop en faire et de s’attendre à avoir une maison hyper salubre avec 6 personnes et des animaux! Un minimum d’hygiène quotidienne et des bonnes habitudes de vie/ habitudes d’hygiène, feront l’affaire. Trop c’est comme pas assez... la loi de Pareto ;)
  2. Josée Bournival 21 février 2020 à 13 h 41 min
    Bonjour Caroline. Je suis aussi d'avis qu'un environnement aseptisé n'est pas l'idéal. Les enfants qui mangent de la terre au parc, ceux qui mangent de la neige fraîchement tombée... mieux vaut en rire un peu! Josée XX
  3. Julie 17 février 2020 à 12 h 36 min
    Merci de ton témoignage. La semaine dernière j’«hébergeais» moi aussi, dans mon lit, mon fils contre les méchants virus de sa sœur aînée qui, elle aussi, laisse traîner ses mouchoirs! C’est donc pareil d’une famille à l’autre! J’ai la « chance » que mon fils mouche bien depuis ses 2 ans... c’est dû au fait qu’il avait le rhume de septembre à juin à toutes les 2 semaines depuis sa naissance. Je suis fière de ne plus utiliser le mouche bébé! Il y a une centaine de types de virus... je suis certaine qu’on les aura bientôt tous attrapé et qu’on ne l’aura plus jamais 😉
  4. Josée Bournival 21 février 2020 à 13 h 44 min
    Bonjour Julie. Je ris à votre mention des mouchoirs qui traînent. Quand j'ai plus d'un enfant malade, ils se battent pour ne pas ramasser les mouchoirs en prétextant que c'est peut-être ceux d'un autre enfant et qu'ils vont avoir les microbes de l'autre... misère!!! ;-) Josée XX
  5. Geneviève 19 février 2020 à 10 h 39 min
    Merci du beau témoignage! Je suis infirmière et de mon côté, avec le temps, je me suis aperçu que cette lutte grugeante en énergie et en temps contre les microbes ne donnait rien chez nous. Les enfants touchent à tout et malgré nos tentatives de nettoyage/désinfection, on s'est aperçu que si on était pour l'attraper, on l'attraperait. On dirait avec l'expérience que la désinfection ne fait aucune différence. Alors j'ai arrêté de désinfecter en abondance, je nettoie comme tous les jours, et on essaie de faire attention au minimum, et en tout ça ne change rien. On ne l'attrape pas plus pas moins avec ou sans désinfection intense. Et je me suis dit que de toute façon, attraper un rhume ou une grippe, ça encourage notre système immunitaire à bien fonctionner, et ça ne dure pas si longtemps. Puis en prime, je peux continuer à embrasser mes enfants sans cet ilôt de peur de contamination que nous confère les diverses maladies contagieuses bénignes.
  6. Anne-Laure 19 février 2020 à 15 h 26 min
    Merci de votre commentaire ! Nous avons ici le cas des nourrices de la petite (17mois) qui ont fermé 7 jours ouvrés sur 2 semaines consécutives, à cause de grippe et rhumes parmi les enfants... Ou bien elles ferment d'un jour sur l'autre pour tout nettoyer dès qu'il y a une maladie contagieuse. C'est très attentionné pour les enfants, mais n'empêche aucune transmission de maladies, et est très dérangeant pour le travail et l'organisation. Je n'ai jamais été très ferme sur la désinfection générale, et plutôt partisane d'un bon système immunitaire et de lavages de mains réguliers mais sans forcer, mais avec cette expérience, les craintes de microbes et virus me font vraiment penser à de la paranoia et sont particulièrement exaspérantes. @ Josée: merci beaucoup pour les autres textes de votre blog !
  7. Josée Bournival 21 février 2020 à 13 h 49 min
    C'est un grand plaisir, Anne-Laure. Contente de voir que vous me lisez régulièrement. Au plaisir décharger de nouveau! Josée XX
  8. Doreen 19 février 2020 à 22 h 10 min
    J’observe exactement la même chose chez moi! Bien que je me transforme en mégère qui ne cesse de dire aux (4) enfants de ne pas trop se partager leurs microbes de mille et une façons, ils finissent tous par y passer! Alors j’ai le goût de baisser les bras et de laisser libre cours à tout l’amour qu’il y a entre nous au lieu de se traiter comme des microbes ambulants! Désagréable en plus d’être inefficace au final...
  9. Josée Bournival 21 février 2020 à 13 h 50 min
    Très bien dit, ma chère Doreen. Place à l'amour! Josée XX
  10. Josée Bournival 21 février 2020 à 13 h 46 min
    Bonjour Geneviève. Ma partie préférée de votre commentaire, c'est lorsque vous mentionnez qu'on a envie de continuer à coller nos enfants sans toujours craindre de tomber malade à notre tour. D'ailleurs, n'est-il pas prouvé par la science que les câlins sont bénéfiques à la santé??? Merci d'avoir écrit. Josée XX
  11. Alexandra 20 février 2020 à 20 h 04 min
    Livre intéressants sur le sujet avec petits rabats: c'est quoi... un microbe? Des éditions Usborne 🙂
  12. Josée Bournival 21 février 2020 à 13 h 47 min
    Oh.... chic chic chic!!! Merci pour la suggestion, Alexandra. J'adore avoir des idées de livres qui vont de pair avec notre quotidien. Josée XX

Partager