Purées et compotes en sachets: le pour et les contres

Purées et compotes en sachets: le pour et les contres
Par Stéphanie Côté, Nutritionniste
30 janvier 2020
Les sachets de purée ont envahi le marché. Qu’en pense Stéphanie Côté, nutritionniste? Voici son analyse.

L’ère des petits pots pour bébés est révolue. Les sachets de purée ont envahi le marché. Je ne suis pas convaincue de leurs avantages. Au contraire, j’y vois tellement de « hic » qu’on dirait que j’ai le hoquet!

Il y a deux types de purées en pochette : les repas pour bébés et les compotes-collations. Je les considère comme des options de dépannage, acceptables à l’occasion, sans plus. Je m’explique.

Pratiques, mais…

Les sachets sont plus pratiques que les petits pots. Il faut bien l’admettre, une collation qui se mange sans cuillère et sans se salir, on aime. Puis, le sachet est incassable. Quiconque a connu l’expérience du petit pot en verre qui éclate dans le fond du sac à couches sera d’accord pour dire que c’est un plus!

Cela dit, comme nutritionniste, je vois avec les sachets plusieurs désavantages importants (sans parler du prix…). Voici les « hic » qui, à mon avis, requièrent notre vigilance.

1er hic : pas (ou presque) de légumes uniques

Le nombre de variétés de purées a explosé! Il y a encore des purées de légumes uniques, mais on voit surtout une multitude de mélanges, tous plus originaux les uns que les autres, tels que :

  • Pommes, patates douces, maïs
  • Pommes, patates douces, betteraves, cannelle
  • Fruits (pommes, bananes, bleuets, framboises), épinards et chia
  • Pommes, chou frisé, figues
  • Pommes, fraises, betteraves, bleuets
  • Pois, poires, brocoli

Il y a des légumes dans toutes ces purées, mais ils sont rarement seuls. Ils sont même rarement majoritaires. Les fruits viennent presque toujours avant dans la liste des ingrédients, ce qui signifie qu’il y en a plus. Même les carottes, les patates douces et les courges, qui sont des légumes que les bébés apprécient si facilement à cause de leur saveur sucrée, sont mélangées à la pomme, la poire, la prune ou la cerise dans les différentes purées du commerce.

Je vois au moins deux problèmes avec les mélanges.

Le premier est que bébé ne peut pas y reconnaître un légume. On veut l’habituer au goût de chaque légume, ce qui est impossible avec un mélange. On ne peut même pas espérer qu’il découvre les légumes, car ce sont clairement les fruits qui prennent le dessus.

Le deuxième problème est que les mélanges permettent difficilement de savoir quel aliment est problématique en cas de réaction allergique ou d’intolérance. Quand on introduit les solides, il est préférable d’offrir un nouvel aliment à la fois à bébé.

2e hic : bébé s’habitue au sucre

Les fruits sont plus sucrés que les légumes. Ils contiennent des sucres naturels, ils sont plein de vitamines et minéraux et ils ont bien sûr leur place tous les jours dans l’alimentation de votre enfant. L’idée n’est surtout pas de dénigrer les fruits. Sauf qu’il ne faut pas non plus se servir d’eux exagérément pour manger des légumes. Les purées ou jus de fruits ajoutés aux légumes les transforment en purée beaucoup plus sucrée. Voyez par vous-mêmes les teneurs en sucre par portion de 60 ml :

Carottes seules : 2 g de sucre
Mangues, pommes, carottes : 7 g de sucre
Bananes, pommes, carottes : 8 g de sucre

Patates douces seules : 3 g de sucre
Patates douces, poires, prunes : 9 g de sucre

Pois seuls : 2 g de sucre
Pois, poires, brocoli : 3 g de sucre
Poires, chou frisé, pois : 4 g de sucre

Et les autres ingrédients?
La qualité du contenu est très acceptable pour la plupart. Il y a parfois quelques ingrédients discutables, mais pas de quoi monter aux barricades.

Toutefois, je sourcille quand je vois de la farine de riz dans la liste d’ingrédients d’un pâté au saumon, car selon toutes vraisemblances, cette farine sert à épaissir la purée. Or, cette fameuse purée a comme ingrédient principal… l’eau. À la maison, on mettrait simplement moins d’eau pour obtenir la texture désirée. En industrie, on préfère diluer les ingrédients plus chers (saumon, légumes) et ajuster la texture avec un ingrédient pas cher (farine de riz). C’est discutable, comme j’ai dit.

Puis, certaines variétés de compotes-collations contiennent du jus de pomme concentré. C’est une façon détournée d’ajouter du sucre sans écrire le mot sucre. Discutable aussi.

3e hic : alerte au camouflage

En parents bienveillants que nous sommes, nous voulons offrir des légumes à notre bébé. Les fabricants le savent et c’est pourquoi ils nous fournissent des purées qui en contiennent… un petit peu.

Bébé aimera les purées de légumes et de fruits, j’en suis certaine. Ce n’est pas un exploit, car c’est inné d’aimer les saveurs sucrées. On est rassuré de savoir qu’il y a du kale dans le sachet, mais quand on y pense, on constate bien qu’on est loin d’une purée de légumes. Les légumes sont camouflés parmi les fruits. Il y en a si peu qu’on ne distingue ni leur couleur, ni leur saveur.

Si tout goûte sucré, comment peut-on espérer faire accepter les saveurs légèrement amères de certains légumes à bébé?

Ce dont bébé a besoin, ce sont des occasions pour apprendre à aimer les légumes. Pour les apprécier, il doit les goûter tels quels, régulièrement. Il aura beau manger du kale pendant des mois sous forme de purée mélangée à la pomme, la banane, la mangue ou la figue, il sera à la case départ lorsqu’il verra ce légume vert feuillu dans son assiette pour la première fois.

4e hic : le manque de textures

Les purées en sachet, de même que celles en pot, ne permettent pas à l’enfant d’essayer plusieurs textures. Les purées pour débutant (à partir de 6 mois) sont très lisses. Celles pour les bébés âgés d’au moins 8 mois sont plus épaisses. Dans tous les cas, il s’agit de purées sans morceaux. Or, c’est super important d’offrir des textures variées à l’enfant pour lui permettre de développer ses habiletés à mastiquer. En entretenant les purées trop longtemps, il risque de devenir paresseux.

La période de 6 à 9 mois est particulièrement importante pour l’acceptation de nouvelles textures. Quand je vois des repas en sachet pour les 10 mois et plus, je me dis qu’à cause de ça, certains enfants vont probablement passer tout droit…

C’est aussi l’envers de la médaille des compotes-collations. Croquer dans un fruit frais demande un effort quand on le compare à une compote qu’on avale si facilement au goulot d’une pochette. Croquer et mastiquer est important pour développer la mâchoire et la dentition.

Vous utilisez ces sachets pour une durée limitée ou à l’occasion seulement? Tant mieux.

5e hic : les sens mis de côté

S’il mange directement au sachet, l’enfant ne voit pas et ne sent pas ce qu’il mange. Comme s’il mangeait avec un bandeau sur les yeux et un pince-nez. Pour découvrir et apprivoiser les aliments, c’est un non-sens. Il a plutôt besoin de tous ses sens pour développer ses goûts.

Puis, comment vérifie-t-on la température? Je suis peut-être mère poule, mais si le contenu se réchauffe plus que souhaité, bébé pourrait se brûler, non?

Vous versez le contenu dans un bol, vérifiez la température et l’offrez à bébé à l’aide d’une cuillère? Oubliez cet argument alors!

Ne pas oublier la base

Selon moi, malheureusement, le côté poche des pochettes l’emporte sur leur aspect pratique. Étant donné leur forte présence sur les tablettes des commerces, j’aurais bien aimé leur trouver de bons côtés. Mon conseil serait donc de les utiliser à l’occasion, car c’est bien de se rappeler l’importance :

  • d’offrir des aliments, dont des légumes, uniques (purée du commerce ou maison, ou morceaux mous);
  • d’offrir des textures variées d’aliments;
  • de permettre à l’enfant de mettre tous ses sens à profit quand il mange;
  • d’accorder du temps au repas et accompagner l’enfant quand il mange.

Et vous, avez-vous adopté ces pochettes? Comment les utilisez-vous?

 

Stéphanie Côté, Nutritionniste
Nutritionniste et maman de 2 enfants, j'ai un intérêt particulier pour l'alimentation des petits. Conseils enrichissants et anecdotes savoureuses sont ici au menu chaque mois!
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (13)

  1. Christelle 30 janvier 2020 à 12 h 12 min
    Bien pratique pour dépanner en déplacement, nous avons toujours un sachet dans le sac... Par contre, nous préférons maintenant utiliser les sachets réutilisables que nous remplissons avec nos purées faites maison. Ça nous permet de mieux contrôler la liste des ingrédients!
  2. Stéphanie Côté 31 janvier 2020 à 14 h 03 min
    Quelle bonne idée que ces sachets réutilisables maison. Contenant et contenu parfaits!
  3. Isabelle 30 janvier 2020 à 13 h 05 min
    Ici, les purées ne servent qu'à dépanner pendant un voyage ou comme petite douceur plaisir à la maison de temps à autre, par exemple. Je privilégie de loin les recettes de galettes-muffin-yogourt à boire maison et dans lesquelles je m'amuse à intégrer des fruits, des légumes, des légumineuses et des noix et farines diverses :) Et les vrais fruits et légumes, même si ces derniers n'ont pas la cote à tous les repas. Je me méfie énormément des purées et autres collations préparées et souvent trop sucrées pour mon enfant...
  4. stephanie cote 31 janvier 2020 à 14 h 05 min
    Il n'y a rien comme les versions maison de toutes ces collations, en effet!
  5. Anne-Marie Turcotte-Tremblay 30 janvier 2020 à 15 h 40 min
    Il faut aussi considérer l'emballage qui n'est pas super pour l'environnement.
  6. stephanie cote 31 janvier 2020 à 14 h 08 min
    Absolument vrai. Un autre hic!
  7. Sarah Desjardins 6 février 2020 à 20 h 18 min
    C'est effectivement MA première raison de les boycotter. Mais avec la DME, je n'ai jamais donné de purée à ma 9 mois et je regrette de ne pas avoir été plus puriste en DME avec mon ainée.
  8. Cindy 30 janvier 2020 à 19 h 50 min
    Je trouve tellement les mélanges du commerce extravagant que nous avons décidé d'acheter des sacs réutilisables pour y mettre les purée maison ou encore tu yogourt. Par contre, c'est seulement pour dépanner et nous avons commencé à les utiliser seulement après avoir fait l'introduction des aliments et qu'elle est commencée à manger seule.
  9. stephanie cote 31 janvier 2020 à 14 h 10 min
    Extravagants vous dites?! Des mélanges qui ont peu de chances de se retrouver dans l'assiette des petits autrement que par ces sachets.
  10. Stubbs 31 janvier 2020 à 06 h 30 min
    Je suis à 100% contre !! Des déchets artificiels en plus, des substances nocives avalées par les enfants par le biais de l'emballage, un coût bien de trop élévé, 3 points qui ont été oubliés dans cet article.
  11. stephanie cote 31 janvier 2020 à 14 h 07 min
    Il n'y a rien comme les versions maison de toutes ces collations, en effet!
  12. Francine Forget 2 février 2020 à 11 h 37 min
    Tellement d'accord avec le texte, sur tous les points.
  13. Martine 7 février 2020 à 08 h 31 min
    Bonjour, 100% contre les compotes et purées en sachet du commerce. D'abord pour une question de coût mais aussi de contenu. Je fais mes compotes de fruits moi-même et les mets dans des sachets réutilisables. Mes fils de 2 et 6 ans les consomment régulièrement en balade ou lors de la récréation (pause durant la matinée d'école, en Suisse). Je ne comprends pas que l'on puisse mélanger à ce point les goûts dans un seul sachet. Comme vous l'avez dit, c'est complètement à l'envers de l'éducation au goût. Le temps des purées de légume passe tellement vite qu'avec un minimum d'organisation, il est possible de faire ses purées "maison". Bravo pour tous vos articles !

Partager