Quand la nature fait peur aux enfants…

Quand la nature fait peur aux enfants…
Par Josée Bournival, Auteure, animatrice et blogueuse
21 janvier 2020
Environnement : entre informer nos enfants adéquatement et leur faire peur, la ligne est souvent mince.

Les arbres défilent doucement à gauche comme à droite. Je laisse mes pieds glisser sur la neige et j’inspire à pleins poumons. J’adore faire du ski de fond en famille! On profite de la nature et on fait de l’exercice.

Soudain, un bruit vient déranger la tranquillité de la forêt. Une de mes filles arrête d’avancer. Je parviens tout juste à freiner avant de lui rentrer dedans.

- C’était quoi, ce bruit-là?

- Aucune idée, Minette. Probablement de la machinerie qui déneige la rue, au bout du parc.

- J’ai peur que ce soit une météorite qui va détruire la terre.

Son commentaire m’a surprise. Je l’ai rassurée. On a discuté de l’extinction des dinosaures (je pensais que son commentaire référait à cet évènement) puis on a poursuivi notre promenade. Mais je sentais que quelque chose clochait…

Quelques jours plus tard, son professeur m’a écrit un mot : ma fille semble anxieuse et pose beaucoup de questions sur l’environnement. Le professeur s’informe à savoir s’il y a des changements à la maison…

Je trouve donc un moment pour m’assoir avec ma fille et aborder le sujet. Après quelques minutes, elle éclate en sanglots : à l’école, une éducatrice a mentionné qu’un jour, le soleil allait brûler la terre. Depuis, elle a peur que ça se produise.

- Est-ce qu’on t’a expliqué que ça arriverait dans des milliards d’années?

Ses yeux se sont écarquillés.

- Et les feux en Australie?

- Ça, c’est un autre sujet.

Elle s’est mise à me déballer tout ce qu’elle a entendu sur le sujet dans la cour d’école ou en classe. Il y avait un bon ménage à faire dans les informations reçues qui semblent créer de l’écoanxiété chez ma fille.

À la maison, on ne discute pas d’actualité internationale devant les enfants. Pas plus qu’on ne regarde les bulletins télévisés. Je trouve qu’il y a trop de violence et d’évènements alarmistes pour des enfants. Cela dit, on aborde n’importe quel sujet qui les intéresse ou à propos duquel ils veulent de l’information. L’environnement et le sort de la planète sont des thèmes qui leur sont chers.

Entre les informer adéquatement et leur faire peur, la ligne est souvent mince.

Et vous? Parlez-vous d’actualité internationale avec vos enfants? Regardez-vous les nouvelles avec eux? Comment abordez-vous les sujets « chauds » de l’actualité avec vos enfants?

 

Photo : GettyImages/Kaan Sezer

Josée Bournival, Auteure, animatrice et blogueuse
Je suis la maman de 3 grandes filles et d’un petit garçon. Je souhaite échanger avec vous sur une foule de sujets reliés à la vie de famille.
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (17)

  1. Amaia Dextras 21 janvier 2020 à 20 h 02 min
    Entre effrayer son enfant et lui dire que tout est rose et merveilleux, il y a une différence. On peut le conscientiser et le féliciter de prendre soin de son environnement selon son âge, bien sûr. On se fait rassurant, positif mais on dit les choses comme elles le sont.
  2. Josée Bournival 22 janvier 2020 à 09 h 02 min
    Bonjour Amaia. Ce qui m'embête, c'est lorsque l'information donnée génère de l'anxiété. Je me contente souvent de répondre aux questions de mes enfants. Assurément, je ne vais pas prendre l'initiative d'aborder ces sujets avec eux s'ils ne provoquent pas la discussion eux-mêmes. J'imagine que ça dépend de chaque enfant, de sa "sensibilité". Merci d'avoir écrit! Josée XX
  3. Caroline 22 janvier 2020 à 19 h 45 min
    Je dois avouer que je ne peux comprendre à 100% l’anxiété du à l’information par rapport à votre situation mais j’espère que tout se résorbera sous peu pour votre fille! Je comprends que les enfants perçoivent souvent mal les Informations divulguées et qu’ils transforment cette information. Parfois, l’information qu’on croît qu’ils seront capable de comprendre, ils ne le capte pas de la bonne façon et l’inverse. Chez nous, ils nous arrivent de discuter de choses dont nous n’aurions peut-être pas dû, malheureusement et c’est une chose que je constate encore aujourd’hui, avec 4 enfants, je me met les pieds dans les plats! Certains enfants trop « allumés » pour leurs âges comprendront des informations différemment des autres...
  4. Josée Bournival 23 janvier 2020 à 08 h 39 min
    Bonjour Caroline, je crois que vous avez raison. C'est la façon dont les enfants perçoivent ce qu'on dit qui fluctue d'un individu à l'autre. La même information n'a pas le même impact chez tous les enfants. Josée XX
  5. Maman IEFeuse 24 janvier 2020 à 23 h 55 min
    Bonjour Je ne regarde jamais la tv sauf documentaires et parfois dessins animés 😂 mais on discute beaucoup avec mes enfants de ce qu'il se passe dans le monde J'essaye d'adapter la situation à l'âge de mes enfants âgés de 9 mois à 11 ans 😉 Nous sommes abonnés à un magazine d'enfants sur l'actualité et nous regardons des documentaires FB mes 5 doigts de ma main en IEF 😊
  6. Josée Bournival 3 février 2020 à 06 h 51 min
    Bonjour Maman IeFeuse. Merci pour la suggestion d'écoute. Je ne connais pas "Mes 5 doigts de ma main". Je vais regarder ça de près. Bonne journée!! Josée XX
  7. Maman IEFeuse 11 février 2020 à 16 h 00 min
    Mes 5 doigts de ma main en IEF 😉 Avec plaisir
  8. Vivky 31 janvier 2020 à 07 h 17 min
    Bonjour, J’aimerais des pistes de solution pour calmer l’ecoanxiété chez les enfants de moins de 10 ans car en effet, ils entendent parler de tout cela et cela génère une anxiété difficile à gérer pour mon fils qui me parle régulièrement de « quand nous allons tous mourir à cause de la pollution ». Cela ferait un bon sujet d’article à inclure dans la revue. Merci et bonne journée
  9. Josée Bournival 3 février 2020 à 06 h 57 min
    Bonjour Vivky. Je ne suis malheureusement pas une experte, mais je sais que Naître et Grandir se penche justement sur le sujet. Pour ma part, j'essaye souvent de relativiser: montrer sur un globe terrestre ou une mappemonde que notre planète est très grande. Ils ont l'impression que le Coronavirus est dans notre salon... L'autre façon que j'ai de les aider à gérer leur angoisse est de focaliser sur ce qu'ils contrôlent. Ils ne peuvent pas contrôler une épidémie de grippe, mais ils peuvent tousser dans leur coude et se laver les mains. Je les encourage à faire ce qui est à leur portée, à se mettre en action plutôt que de rester passif à angoisser. J'espère que ça vous aidera un peu. ;-) Josée XX
  10. François Dorais 2 février 2020 à 22 h 56 min
    Pour gérer l'écoanxiété, j'intensifie d'abord ma capacité à ressentir de la gratitude pour tout ce qui m'est donné dans l'ici et maintenant. Voyons voir combien de temps encore nous seront donné ces bouffées d'air frais et ces voitures à essence; impermanence... Ensuite, de voir la quantité de déchets que notre famille jette encore ou la façon dont plusieurs entreprises exploitent les ressources naturelles me rends très humble face à l'ampleur de la tâche, tant individuellement que collectivement. Ça me pousse donc à faire ma part de mon mieux, en toute humilité. Ces deux états m'aident à me sentir en paix tant à l'intérieur qu'à l'extérieur avec la situation actuelle. Ce sont ces deux états que je m'efforce de transmettre à ma fille pour qu'elle aussi puisse continuer à faire évoluer notre conscience collective qui apprends à vivre durablement dans un monde de ressources limitées...
  11. Josée Bournival 3 février 2020 à 07 h 02 min
    Bonjour François. Merci pour votre point de vue. Contente que vous ayez trouvé une recette qui fonctionne bien dans votre famille et qui pourra peut-être aider d'autres internautes. Chez moi, votre méthode serait beaucoup trop abstraite pour mes jeunes enfants, pas assez terre à terre. Mais c'est la beauté du blogue: avoir plusieurs outils et choisir ceux qui fonctionnent pour soi. Josée XX
  12. François Dorais 3 février 2020 à 07 h 38 min
    Ha oui!? Dire merci et faire sa part de son mieux est trop abstrait pour vos grandes de 10 et 8 ans Josée!? Ça me surprend beaucoup! Ne prenez vous pas le temps de dire merci à notre maman la planète pour la nourriture qui est sur votre table familiale parfois? Ou de choisir une activité toute proche pour ne pas avoir à prendre l'auto et ainsi réduire la pollution?
  13. Josée Bournival 3 février 2020 à 08 h 29 min
    Rebonjour François. Les concepts qui vous tiennent à coeur sont présents dans ma famille. C'est la façon de les présenter aux enfants qui diffère. ;-) Josée
  14. François Dorais 3 février 2020 à 08 h 50 min
    Merci pour vos réponses Josée, je les apprécie. Elles me permettent de voir qu'on s'est mal compris. Mon premier message est abstrait car je m'adresse aux adultes, surtout à ceux qui comme moi, ressentent une certaine difficulté à gérer les contradictions de notre société (ex: on conduit des véhicules qui détruisent notre planète). À la fin du message, je fais un lien avec ma fille en disant que je tente de lui transmettre ces 2 états (la capacité à dire merci et à faire sa part de son mieux, (ex: tousser dans son coude ;-)). Bien entendu, je ne lui parle pas du concept d'impermanence, cela viendra plus tard. Est-ce qu'on se comprends mieux?
  15. Josée Bournival 10 février 2020 à 11 h 24 min
    Tout à fait, mon cher François. Merci d'avoir précisé votre pensée. J'admire les gens qui prennent le temps d'essayer de comprendre l'autre. C'est tout à votre honneur! Josée XX
  16. François Dorais 10 février 2020 à 15 h 50 min
    Merci et je vous renvoie le compliment; je trouve ça très généreux de votre part de prendre le temps de répondre à tous les commentaires qui vous sont adressés. C'est déjà un défi de communiquer en personne, imaginons via un blogue et sur des thématiques aussi complexes que l'écoanxiété! Pas évident!!
  17. Josée Bournival 11 février 2020 à 08 h 24 min
    ;-)

Laisser un commentaire



En cliquant sur Soumettre, vous acceptez nos modalités d'utilisation

Partager