Halloween: être raisonnable... ou pas?

Halloween: être raisonnable... ou pas?
Par Stéphanie Côté, Nutritionniste
23 octobre 2019
Comment peut-on gérer les bonbons sans gâcher le plaisir ni la santé de votre tout-petit? Stéphanie Côté, nutritionniste, propose quelques repères.

La plupart des enfants que je connais aiment se déguiser et tous les enfants que je connais aiment les bonbons. Ça place Halloween haut sur l’échelle des fêtes préférées!

Pour certains parents, par contre, ça signifie de devoir gérer un petit monstre ou une princesse (je parle du déguisement, bien sûr) et son sac (trop) plein de bonbons. Sans compter la surdose de sucre qui menace de gâcher leurs efforts quotidiens pour bien nourrir leur tout-petit.

Premièrement, rassurez-vous. Aussi nombreuses soient les friandises que votre enfant mangera le 31 octobre, elles ne suffiront pas à gâcher vos efforts à bien le nourrir. Les aliments nourrissants et variés que vous cuisinez au jour le jour ont un bien plus gros impact sur sa santé.

C’est à condition, évidemment, qu’il ne mange pas des bonbons tous les jours jusqu’à ce qu’il ait vidé sa réserve! Voici donc comment on peut gérer les bonbons sans gâcher son plaisir ni sa santé.

Le jour d’Halloween : laisser l’enfant manger les bonbons qu’il veut. Les bonbons font partie de la fête. On ne va pas changer ça. On déguise notre petit et on se réjouit avec lui!

Le lendemain : laisser encore l’enfant fouiller dans son butin comme il l’entend au moment de la collation ou en guise de dessert. Conserver un horaire de repas. Éviter de lui permettre de manger tous les bonbons qu’il veut.

Laisser l’enfant gérer sa récolte est d’abord inquiétant pour le parent, mais on se répète que c’est une façon de lui apprendre à ne pas abuser, en lui disant qu’il aura l’occasion d’en manger encore prochainement. Puis, s’il exagère, un petit mal de ventre ou de coeur lui servira peut-être de leçon!

Le surlendemain : ranger la réserve de bonbons. La placer dans un endroit que l’enfant connaît, mais hors de sa vue. Ces deux points sont importants:

  1. Un endroit qu’il connaît, car une cachette amène une notion d’interdit (et double l’attrait).
  2. Hors de sa vue, car c’est plus efficace pour ne pas toujours y penser!

Le reste de l’année : offrir une friandise à une fréquence raisonnable. C’est quoi « raisonnable »? Si l’alimentation de tous les jours est équilibrée, une fréquence d’une fois toutes les deux semaines ou jusqu’à une fois par semaine est acceptable. Les bonbons ne doivent pas être vus comme des aliments interdits, car l’enfant pourrait développer une attirance exagérée et une préoccupation malsaine envers eux.

Le mythe des bons bonbons

Il y a des bonbons biologiques, vendus à prix d’or. Il y a des bonbons qui contiennent du vrai jus. Mais on ne va pas se raconter d’histoire, ils demeurent des bonbons : ils sont zéro nourrissants. Alors on se fiche que certains bonbons veulent bien paraître et on fait en sorte qu’ils soient tous des exceptions dans l’alimentation.

Passez au triage!

L’aspect relié à la santé qui compte le plus à l’Halloween, c’est la prévention des étouffements et des réactions allergiques. Triez les friandises immédiatement après la cueillette et retirez les bonbons ronds durs et collants si votre enfant a 4 ans ou moins. Et, bien sûr, débarrassez-vous des bonbons mal emballés et de ceux auxquels votre enfant pourrait être allergique. On est plus tranquille une fois ce tri fait.

Bonbons = brossage

Peu importe la provenance et le prix du sucre, il titille les bactéries qui causent la carie dentaire de la même façon. N’oubliez pas le brossage des dents chaque fois que votre enfant croque, suce ou mâchouille un bonbon.

Invitez des aliments nourrissants à la fête

Je termine avec un point qui me tient beaucoup à coeur. Saviez-vous que les enfants associent les aliments qu’ils mangent aux émotions qu’ils ressentent? S’ils ont du plaisir lors d’un repas, ils développent une opinion positive des aliments mangés. Au contraire, s’ils se font disputer ou s’ils ont de la peine, les aliments du repas prendront une connotation négative. Vous me voyez donc venir…

Halloween rime avec friandises, c’est correct. Cela dit, on peut aussi inclure des aliments nourrissants. C’est même une manière efficace d’apprendre aux enfants que bien manger, c’est bon et plaisant. Ils garderont un bon souvenir des aliments qui étaient présents à la fête.

Alors, profitez-en pour cuisiner et renommer vos meilleures recettes : la soupe aux lentilles de la sorcière, les légumes de la pleine lune, le brocoli de la forêt enchantée, le muffin magique, etc. Demandez à Pinterest des idées de repas et de collations sur la thématique Halloween et vous aurez plus de suggestions que vous pourrez en faire!

Photo : GettyImages/Onfokus

Stéphanie Côté, Nutritionniste
Nutritionniste et maman de 2 enfants, j'ai un intérêt particulier pour l'alimentation des petits. Conseils enrichissants et anecdotes savoureuses sont ici au menu chaque mois!
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (6)

  1. Flo 23 octobre 2019 à 15 h 46 min
    Merci, encore un article de qualité sur votre site. Flo, Suisse
  2. Naître et grandir 24 octobre 2019 à 09 h 43 min
    Et merci à vous pour ce beau commentaire! Nous sommes très heureux de collaborer avec la nutritionniste Stéphanie Côté. Elle est un atout dans notre équipe. :)
  3. Mélissa 29 octobre 2019 à 13 h 19 min
    Merci pour les bons commentaires! À la maison, nous feront le tri quelques jours après l'euphorie passée. Mes enfants auront à trier les bonbons qu'ils veulent absolument garder, puisque le reste retournera à l'école et sera distribué à des organismes de charité qui les inclueront dans les paniers de Noël des familles défavorisées. Ils apprendront ainsi à partager ce qu'ils aimeraient tant garder.
  4. Stéphanie Côté 31 octobre 2019 à 16 h 31 min
    C'est une excellente idée!
  5. Myriam Chiasson 31 octobre 2019 à 14 h 21 min
    Wow, quel article formidable et déculpabilisant... Merci!
  6. Stéphanie Côté 31 octobre 2019 à 16 h 32 min
    Merci et surtout, joyeuse Halloween!

Laisser un commentaire



En cliquant sur Soumettre, vous acceptez nos modalités d'utilisation

Partager