À chacun sa rentrée

À chacun sa rentrée
Par Josée Bournival, Auteure, animatrice et blogueuse
29 août 2019
Septembre… un mois que Josée Bournival adore, mais qui apporte aussi son lot de stress avec la rentrée scolaire.

Septembre… un mois que j’adore, mais qui apporte aussi son lot de stress avec la rentrée scolaire.

Mes souvenirs sont très variés lorsque je pense à cette période de l’année. Avec 4 enfants, j’en ai vécu des « premières ». Première journée à la garderie. Première journée à la maternelle. Première fois dans une nouvelle classe, avec de nouveaux amis et un nouvel enseignant.

Certaines rentrées se sont déroulées en douceur. D’autres ont été plus chaotiques. Plusieurs m’ont fait verser des larmes. Et parfois, c’est une grande zénitude qui m’habite.

Chaque an, même si mon aînée est rendue en 5e année, je suis émue de voir mes filles quitter la maison, sac au dos et boite à lunch à la main. D’une rentrée à l’autre, elles grandissent tellement…

Depuis quelques jours, préparatifs obligent, les enfants parlent du retour à l’école. Les filles chialent que l’été a passé trop rapidement. J’en ai deux qui perdent leur sourire et vérifient chaque matin le nombre de jours de vacances qui leur reste. (Ça m’énerve!)

Doucement, je modifie notre horaire. L’heure du dodo est devancée. C’est nécessaire si je veux que les enfants se lèvent tôt pour la routine scolaire. Je préfère revenir à ces bonnes habitudes avant le jour J, question que le retour en classe se fasse sans trop de difficultés.

Quant à mon bébé, il prendra le chemin de la garderie après la fête du Travail. Il n’est pas content. Il préfère « jouer à la maison, avec maman. » Les matins de la première semaine risquent d’être émotifs…

Et moi? J’aimerais bien prolonger notre été qui a filé à vitesse grand V. Je n’ai pas envie de revenir aux matins pressés. Je voudrais repousser les devoirs et les lunchs à faire. Je préfère « jouer à la maison, avec mes enfants ». ;-)

Mais je ne leur dirai pas. Je vais prétendre que la rentrée est excitante, que plein de surprises nous attendent. J’essayerai de les motiver, de leur faire voir le bon côté des choses. Les mamans jouent parfois la comédie…

Et vous? Comment se déroule la rentrée de vos enfants? Comment se sentent-ils?

 

Photo : GettyImages/Sasiistock

Josée Bournival, Auteure, animatrice et blogueuse
Je suis la maman de 3 grandes filles et d’un petit garçon. Je souhaite échanger avec vous sur une foule de sujets reliés à la vie de famille.
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (23)

  1. Mélissa 29 août 2019 à 13 h 42 min
    Cette année la rentrée est un moment doux-amer. Ma grande a fait son entrée en 6 ième année et ma plus jeune, mon ti-bébé, a fait sa grande rentrée à la maternelle. Je n'ai pas eu le temps d'être émotive entre les allées-retours à l'école pour l'entré progressive, les obligations familiale régulières, le spectacle de magie... Bref, c'est aujourd'hui (la rentrée était le 28 pour nous) le 29, que je commence a réaliser que je n'ai plus de bébé... C'est présentement, à écrire ces lignes que je verse quelques larmes. Ma puce était tellement inquiète, gêné de rencontrer du nouveau monde, la foule de la grande école (une classe par niveau avec une moyenne de 18 personnes par classe). Mais tout a l'air de bien se passé. En plus les 6 ième aident l'enseignante de maternel avec certaines responsabilités donc ma grande peut veiller sur sa petite sœur. Par contre, il était temps pour moi que la rentrée arrive, mes filles s’ennuyaient de leur amies et la façon qu'elles ont trouver pour passer le temps c'est de se chicaner et de se frapper... 14 jours de chicanes, de pleures, de perte de patience... enfin un peut de calme...
  2. Josée Bournival 31 août 2019 à 11 h 09 min
    Bonjour Mélissa. Mon coeur se serre de compassion en vous lisant. Le terme "doux-amer" résume l'état d'esprit de bien des parents en cette période de rentrée scolaire. Ma tête sait que je devrais être fière de les voir grandir, évoluer et avancer. Mon coeur, en revanche, a toujours un peu de difficulté à accepter cette séparation pourtant naturelle. Pleurez... ça ne fait de mal à personne et ça soulage. Gros câlin, chère Mélissa. Josée XX
  3. Marie 31 août 2019 à 10 h 38 min
    Bonjour, la mienne déjà à la fin de maternelle en juin elle voulait commencer sa première année. Elle voulait que l'on achète ses fournitures scolaire. On lui a donner des petites vacances d'une semaine avant d'aller au camp de jour. Ainsi que les deux dernières semaine d'août. Déjà, on avaient mon conjoint et moi commencés à la préparer au retour. Mais mercredi, pleurs veut pas y aller mais en même temps elle a hâte de retrouver ses amis. Elle a passée l'été à dire qu'elle s'ennuyait de sa prof de maternelle… La veille jeudi la même chose rendue à l'heure du dodo… mais en même temps prête. Vendredi, miracle la première prête déjeuner, habillée.. Surprise, elle voit son ancienne professeur de maternelle. Elle va à sa rencontre on là suit mon conjoint et moi. Elle va enseigner en deuxième année donc, sa classe va être proche. Elle revoit ses amis qu'elle n'a pas pu voir durant l'été. Certain sont dans sa classe d'autres non. Elle s'est fait une nouvelle amie. Elle a passer une belle première journée. Nous, on a retenu nos larmes… Mais, présentement les coulent sur mes joues.
  4. Josée Bournival 31 août 2019 à 11 h 13 min
    Bonjour Marie. Je comprends votre émotion. Ils sont si petits, mais si résiliants. On a peur pour eux, pour leur adaptation et ils nous surprennent par leur adaptabilité. Quand on constate leur victoire sur les événements on ne peut que s'émouvoir de fierté. Bonne rentrée à votre cocotte et à toute votre famille! Josée XX
  5. France 31 août 2019 à 16 h 20 min
    Bonjour, mes deux plus grands (2e et 4e année) ont fait leur rentrée. Le plus jeune fera son entrée à la maternelle l'an prochain. On fera le choix de l'accompagner comme on l'a fait pour ses 2 grands frères à la même étape. Pour nous parents-enseignants, c'est le branle bas de combat pour s'assurer que nos propres enfants vivent une rentrée comme les autres avec au moins un adulte signifiant (grands parents, voisins ou les parents d'amis) à leur côté puisque papa et maman s'occupent de la rentrée de d'autres enfants. C'est le coeur gros en versant quelques larmes en se rendant au travail que nous les laissons faire leur rentrée. On se rabat sur les moments en famille quand tous reviennent à la maison et le long weekend qui suit cette rentrée pour se dire que finalement ils se sont bien adaptés et qu'on est fier d'eux.
  6. Catherine 2 septembre 2019 à 23 h 55 min
    Oh que je vous comprends! Étant enseignants aussi les deux, il n’est pas toujours possible d’y être. Mon plus vieux a fait sa première rentrée scolaire à la maternelle l’an dernier sans moi mais avec papa heureusement. Par contre, mon horaire a changé cette année j’ai donc eu le temps d’assister à sa rentrée en 1re année. J’ai toujours quelques larmes qui coulent, mais c’est de la fierté de le voir grandir.
  7. Josée Bournival 4 septembre 2019 à 08 h 37 min
    Bonjour France, votre point de vue est intéressant. On oublie trop souvent que les enseignants sont aussi des parents. C'est une raison de plus pour apprécier le travail que vous faites! ;-) Josée XX
  8. Carole 3 septembre 2019 à 09 h 54 min
    Bonjour Josée, Je suis votre blog de loin (de France) et quand je lis dans un des commentaires que dans la classe de maternelle il n'y a que 18 enfants, ça me fait rêver! Mon garçon de 3 ans a fait sa rentrée de maternelle hier et ils sont 32 dans la classe!! La maîtresse est aidée par une assistante (ATSEM) mais je trouve que c'est bien peu pour s'occuper d'autant de petits... Quand j'ai été chercher mon fils après sa 1ère journée, je l'ai retrouvé avec les chaussures à l'envers. Le pauvre... C'est des hurlements et pleurs des enfants quand je dépose mon fils le matin ce qui l'inquiète et ne lui donne pas envie d'entrer dans la classe. Dans les REP (zone prioritaire) ils ont la chance d'être 15 par classe... Quand on me parle de liberté et d'égalité ça me fait bien rire! J'envie votre pédagogie qui a l'air de mieux respecter l'enfant. Espérons que mon garçon s'adaptera à cette foule. Bises.
  9. Josée Bournival 4 septembre 2019 à 08 h 41 min
    Bonjour Carole. Même à distance, je sens votre coeur de maman bien lourd. Les pleurs des autres enfants (ou les cris) sont malheureusement bien souvent contagieux. J'espère que votre fils n'en sera pas trop contaminé. Après quelques journées d'adaptation, les enfants seront sûrement plus calmes et sereins. Du moins, je l'espère, car avec plus de 30 enfants par classe... ouf!!! Bon courage! Josée XX
  10. Carole 5 septembre 2019 à 08 h 49 min
    Merci Josée pour votre soutien! J'avais besoin d'évacuer tout ce stress!!
  11. Aude 5 septembre 2019 à 11 h 03 min
    Bonjour Carole, si cela peut vous rassurer, ma fille a fait sa rentrée l'an dernier en maternelle (en France aussi) dans une classe de 31, avec une maîtresse et une ATSEM pour la classe. Avant cela, elle était gardée par une nounou avec 2 autres enfants, donc pas habituée au collectif. En plus, elle est née en novembre donc elle n'avait pas encore 3 ans à la rentrée. L'année s'est très bien passée, elle a appris plein de choses, s'est fait des copines et même un amoureux! Cette semaine, elle a fait son entrée en moyenne section. Ses copines ne sont plus dans sa classe, j'ai stressé toute la première journée qu'elle se retrouve seule. Le soir, elle avait un grand sourire et était ravie car sa nouvelle maîtresse leur apprend des nouvelles chansons! Je vous souhaite, à vous et votre fils, une belle première année d'école.
  12. Carole 7 septembre 2019 à 09 h 42 min
    Merci Aude. Vous me rassurez ! Déjà vendredi matin, il n'a pas pleuré quand je suis partie. C'est une première victoire!! Il faut que ça continue. Bonne rentrée à votre fille.
  13. Josée Bournival 8 septembre 2019 à 06 h 50 min
    Le blogue est là pour ça, ma chère Carole. Vous êtes toujours la bienvenue pour partager ce que vous vivez. Josée XX
  14. Karine 3 septembre 2019 à 15 h 35 min
    Notre rentrée s'est fait dans une zénitude que je n'avais pas vue venir. Après un déménagement au début de l'été, nouvelle école pour le début de la première année de ma grande fille. J'anticipais, elle avait manifesté plusieurs fois son désaccord avec ce changement au cours de l'été. Ma plus jeune au CPE s'en allait dans les groupes 4 ans, donc pas de changement de milieu, mais changement d'éducatrice et d'amis dans le groupe. Elle avait vécu de l'anxiété tout l'été en lien avec ce changement. Et finalement, ça s'est passé comme un charme pour les deux! Ma grande a retrouvé des amies du CPE qu'elle n'avait pas revues depuis un moment et est revenue très enthousiaste de ses premières journée, excitée par les nouveaux apprentissages à faire. Ma plus jeune s'est tout de suite attachée à son éducatrice (elle la connaissait déjà) et la transition s'est faite comme un charme. Elle est fière d'être une "4 ans", une grande! Et moi, je n'ai pu que sourire et me sentir heureuse de les voir s'épanouir, alors que notre nouvelle routine d'école s'est mise en place sans stress et sans heurts (le déménagement nous fait gagner une bonne demi-heure matin et soir).
  15. Josée Bournival 4 septembre 2019 à 08 h 45 min
    Ahhhhh... Bravo Karine! Je suis heureuse de lire que la rentrée peut aussi être synonyme de douceur. Chaque enfant est différent, mais c'est certain que pour vos filles, d'avoir la chance d'exprimer leurs craintes pendant l'été (et d'avoir eu des parents à l'écoute) les a aidé a affronter les changements de la rentrée. J'espère que le bonheur durera toute l'année! Vous m'en donnerez des nouvelles! ;-) Josée XX
  16. caroline panneton 4 septembre 2019 à 13 h 30 min
    Dans la vie, ils doivent comprendre que toutes bonne choses ont une fin! Les obligations nous permettre d'avoir un toit, du linges, de la nourriture.... et un diplôme quelconque. Bref, «le changement est la loi de la vie. Et ceux qui ne regardent que le passé ou le présent sont assuré de rater leur avenir.» paroles de John F. Kennedy. Mes filles ont plongé les deux pieds en même temps dans la rentrée... Elles se sentaient prête malgré leurs inquiétudes. Les problèmes seront à venir.....évidement. Ma petite troisième me fait d'avantage réalisé que le temps passe vite. Mon petit homme trouve la maison bien silencieuse juste moi et lui ensemble. La tornade autours de lui le sécurisait. J'aimerais écrire que je ne fais que ça jouer et lui accorder toute mon attention mais être seul chacun dans ses affaires fait du bien. ;-) Bonne rentrée à tous!
  17. Josée Bournival 8 septembre 2019 à 06 h 54 min
    Bonjour Caroline. Cette semaine, j'ai ressenti le même vide que vous évoquez. Nos chats également! Notre gros Dimitri s'ennuie de sa petite maîtresse préférée lorsqu'elle quitte pour l'école. Il réclame de l'attention qu'il ne me quête habituellement pas. Bonne rentrée à vous aussi! Josée XX
  18. Florence 5 septembre 2019 à 06 h 09 min
    Bonjour, Je n'ai pas l'habitude de commenter sjr les blogues, mais je souhaite partager ma nouvelle réalité qui est celle de bien d'autres parents, mais qui est parfois oublié: ce début septembre est aussi synonyme de rentrée pour les parent-étudiants comme moi! À la fin de mon congé de maternité et réalisant mes faibles possibilités professionnelles chez mon employeur, mon conjoint m'a suggéré de retourner aux études compléter ma maîtrise. Alors non seulement nous vivons la rentrée à la garderie de notre premier enfant - ce qui est en soit assez stressant merci! - mais je vis aussi ma rentrée universitaire à un campus que je ne connais pas dans un programme exigeant (comme toutes les maîtrises). Et depuis deux jours, en essayant de ne pas être en retard nul part, je me demande pensant un bref instant si j'ai fait le bon choix. Je me répète cependant que ces deux années nous porteront vers du meilleur à long terme...et que personne ne se rappelle du trauma de sa propre première journée à la garderie hihi
  19. Karine 5 septembre 2019 à 10 h 19 min
    Oh! Nous aussi on vit cette réalité avec mon conjoint qui a fait un retour aux études quand ma plus vieille avait 16 mois et qui poursuit à la maîtrise. C'est devenu habituel ici après 5 ans, mais c'est effectivement une réalité un peu complexe par moments! Je vous comprend et je veux vous dire que de notre côté, ce fut un choix extrêmement positif qui nous amène chaque jour vers du meilleur et qui permet à mon conjoint de s'épanouir réellement! En plus c'est un merveilleux exemple de persévérance pour nos filles. Je suis certaine que vous trouverez votre rythme dans ce projet et que vous en tirerez bien du positif pour vous et votre famille :)
  20. Julie 6 septembre 2019 à 12 h 04 min
    Wow! Chapeau! Je pense effectivement que c'est une période difficile qui en vaut la peine. Dans 2 mois la routine va être intégrée. Ça va bien se passer.
  21. Josée Bournival 8 septembre 2019 à 06 h 58 min
    Bonjour Florence. Merci d'avoir osé partager votre quotidien avec nous. Vous faites du bien à tous les parents qui traversent la même situation. Je partage l'avis de Karine et Julie: ne doutez pas de votre choix! Mon conjoint a effectué un retour aux études lorsque Simone avait 3 mois. On a trimé dur, on en a arraché financièrement... et ça en valait le coût! Bon courage et bonnes études! Josée XX
  22. Julie 6 septembre 2019 à 11 h 54 min
    Souvenirs, souvenirs... Mon fils a 19 ans et est diplômé en soutien informatique. Avec mon grand anxieux je le faisait participer à tous les préparatifs, lui disait qu'il le fallait. Pas le choix. Jusqu'au jour il est revenu fier de lui en me disant qu'il s'était battu avec 7 enfants (sans me dire qu'ils lui faisaient de l'intimidation). On est passé par l'école régulière, l'école à la maison et en 3e il a été accepté à l'école alternative publique (créé par une maman du coin, insatisfaite du système normal). Secondaire régulier sauf le 5 qu'il a fait aux adultes parce qu'il n'arrivait plus à supporter les grosses classes, les mauvais profs et la lenteur d'apprentissage. Il a clanché son année et des cours supplémentaires en 6 mois. Reçu son diplôme en février. Chaque année c'était un gros stress. Pour moi, le moins pire à été l'école à la maison. Maintenant j'ai une fille de 1 an, pas de garderie de prévu et je m'intétroge déjà sur le futur de ma puce, en cette période de l'année. Moi j'opterais pour le unschooling, mon copain veut qu'elle aille à l'école. Faudra chercher un compromis. Des écoles alternatives anglaise il y en a? Peu importe nos choix, on a toujours peur pour le futur de nos enfants... Et ils trouveront toujours de quoi se plaindre. Mais l'important c'est de leur dire qu'on sera toujours là pour eux. (Et trouver des solutions si rien d'existant ne convient)... Il ne faut pas oublier que l'être humain est extrêmement adaptable, c'est grâce à ce trait commun que nous sommes là aujourd'hui. J'ai observé que l'humanité avance toujours grâce aux "fous" qui sortent des sentiers battus, qui font et pensent autrement. ;-) courage mes dames, on ne peut pas faire plus que de notre mieux! Bisous
  23. Josée Bournival 8 septembre 2019 à 07 h 01 min
    Quel parcours, ma chère Julie! Vos sages paroles nous rassurent en cette période de rentrée. Merci d'avoir écrit! Et bonne chance pour le parcours scolaire de votre fillette. Gageons que d'ici à ce qu'elle ait l'âge d'entrer à l'école, vous aurez "créé sur mesure", une solution pour elle. ;-) Josée XX

Laisser un commentaire



En cliquant sur Soumettre, vous acceptez nos modalités d'utilisation

Partager