L’art de négocier

L’art de négocier
Par Josée Bournival, Auteure, animatrice et blogueuse
31 juillet 2019
Les enfants de Josée désiraient une friandise glacée avant le souper. A-t-elle dit oui?

Les enfants gambadent dans la cour arrière. Ils sont des chevaliers à la recherche de pierres aux pouvoirs spéciaux… Du moins, c’est ce que je saisis à travers les bribes de conversation que je capte.

- Maman? On peut avoir une friandise glacée?

- Non. C’est bientôt l’heure du souper.

- On pourrait en partager une à deux?

- J’ai dit non.

J’ai grandi dans une maison ou « non » voulait dire « non ». Quand ma mère refusait une demande ou un privilège, je n’avais pas intérêt à insister. Le « non » ne se transformait jamais en « oui », ni même en « peut-être ». Cette manière de faire offre des avantages : les limites sont claires, il n’y a pas de séances d’obstination et la constance de la réaction parentale ne laisse pas de doute dans l’esprit des enfants. Non, c’est non.

Étonnamment, j’ai choisi une approche différente avec mes enfants. Il m’arrive de changer d’avis lorsqu’ils ont de bons arguments.

- Maman? Les Mr. Freeze c’est pour faire des cristaux magiques dans notre jeu.

- Prenez autre chose. Des roches colorées?

Ma fille hésite, consulte les petits du regard et ajoute :

- Tout le monde est d’accord pour ne pas avoir de dessert au souper si on peut prendre un Mr. Freeze tout de suite.

Je souris en coin.

- Il fait chaud. Ça va nous hydrater, lance le plus jeune, du haut de ses 3 ans.

Là, j’avoue, je ris de bon cœur. Tous les arguments n’ont pas la même valeur!

- Prenez des gourdes d’eau si vous avez soif!

Ils babounent et retournent dehors.

Je suis fière d’eux. Contente de développer leur capacité à réfléchir, à trouver des arguments. Heureuse de les forcer à préciser leur pensée, leurs motivations.

À l’occasion, ils me font saisir leur point de vue d’une situation. Je les comprends davantage. Je pense que l’art de négocier leur servira en grandissant : au travail comme dans leurs relations personnelles.

Honnêtement, cette approche est parfois épuisante. Les enfants ont beaucoup d’imagination et leurs arguments ne tiennent pas toujours la route. Aujourd’hui, non restera non. Mais demain, peut-être que les chevaliers gagneront leurs pierres précieuses gelées.

Et vous? Est-ce que vous négociez avec les enfants? Acceptez-vous d’écouter leur point de vue ou si vous préférez qu’ils vous écoutent aveuglément?

 

Photo : GettyImages/GrashAlex

Josée Bournival, Auteure, animatrice et blogueuse
Je suis la maman de 3 grandes filles et d’un petit garçon. Je souhaite échanger avec vous sur une foule de sujets reliés à la vie de famille.
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (6)

  1. Stephanie 31 juillet 2019 à 21 h 47 min
    Ce billet arrive tellement à point 🤣 Nous avons eu une conversation du genre ce soir, comme à tous les jours, avec notre fils de trois ans, bientôt quatre! As de la négociation, futur avocat peut-être (!?) tous les jours sont soldés par des efforts incroyables de sa part et je dois l’admettre, nous perdons parfois.. il commence toujours sa défense par:”j’ai une idée”..! Comment résister! Ce soir il voulait un Mr Freeze pour le dessert, mais il en avait mangé un au courant de la journée, nous avons insisté pour qu’il mange autre chose...nous nous sommes entendus sur une sandwich à la crème glacée 🤦‍♀️ Comme quoi parfois on perd pareil!
  2. Amal 7 août 2019 à 18 h 39 min
    😊😊,j'ai bcp aimé l'expression AS,hhh,c vrai que parfois on est incapable de resister à leur argumentation si innocente mais assez forte,
  3. caroline panneton 1 août 2019 à 08 h 53 min
    OMG !!! J'adore ;-) Je suis, et bien entendu mon conjoint aussi, très ''ouvert'' à l'idée d'échanger nos points de vue et mon dieu que mes enfants (surtout l'aînée) sont des AS de l'argumentation. Sauf, que parfois nous en payons le prix. Mais je les admires d'être autant allumé et d'avoir autant d'audace pour nous convaincre. Je qualifierais tout ça comme quelque chose d'enrichissant. J'apprends que rien ne doit être acquis et que le renouveau fait sa place très souvent. Pareil pour moi, dans ma tendre enfance, NON c'est non, pas question d'argumenter. Extérieurement, la place donné à l'argumentation, est vue négativement, comme si les enfants ne respectaient pas les consignes mais oui je comprends qu'à court terme c'est pénible mais je reviens à dire qu'à long terme, ils bénéficient d'un petit quelque chose de différent. Je ne suis pas entrain d'expliquer qu'ils doivent argumenter sur tout, bien entendu, parfois aussi le non est catégorique. Dans mes enfants, j'ai 4 types de négociateur et je les trouves toujours charmant de la façon qu'ils utilisent leurs stratagème pour nous convaincre. Même entre eux, ils font pareil. ;-) Merci pour l'article!
  4. brunosito 7 août 2019 à 08 h 32 min
    Belle histoire, le problème c'est que les enfants ne savent pas s'arrêter de négocier et que souvent quand nous disons "non" ils entendent "oui". Alors oui pour l'art de la négociation mais il faut quand même des limites.
  5. Cyril 7 août 2019 à 10 h 25 min
    Exactement du même avis !!! Plus jeune, la négociation se fait dans l'autre sens... - Non, je ne veux pas me ranger les jouets !! Je veux jouer avec toi - D'accord, je vais jouer 2 minutes avec toi aux voitures - ensuite c'est terminé et tu ranges tes affaires". - OK" C'est impressionnant comme un enfant qui refuse obstinément de faire quelque chose est prêt à le faire de bon coeur dans le cadre d'un deal - et de constater qu'il prend plaisir à honorer sa parole une fois que l'autre partie a honoré la sienne. Comme vous je considère que cette capacité à "contractualiser", à argumenter, à proposer à contextualiser, etc. est forcément bénéfique.
  6. Vincent 9 août 2019 à 02 h 59 min
    Trop top. De là où je viens (ile Maurice), dépendant des familles les enfants ont très peu de libre expressions. Les choses changent fort heureusement et c'est tellement admirable de voir l'art de négociation chez nos touts petits d'autant que ça pourrait certainement leur servir plus tard dans le milieu professionnel. Merci encore.

Partager