Miroir, miroir

Miroir, miroir
30 avril 2019
Nos tout-petits héritent de nos bons comme de nos mauvais côtés. Et ce n’est pas toujours facile de reconnaître ses propres défauts chez son enfant, comme le raconte Fier Père.

Faire des enfants, grosso modo, c’est mélanger nos gênes avec ceux d’une autre personne pour créer des êtres que l’on espère magnifiques et qui nous rempliront d’amour. Cet exercice provoquera d’inévitables « Oh! Qu’il a les yeux de sa mère lui! » Ou des « c’est fou comment elle rit comme son père! »

La plupart du temps, c’est valorisant et agréable de voir que des traits de notre personnalité ont été transmis à notre progéniture. Mais, personne n’est parfait et notre personnalité comporte aussi des défauts qui réussissent à se faufiler dans les trous du tamis. Et, on va se le dire, même si nos enfants sont les êtres que l’on aime le plus au monde, ça nous fâche de nous faire remettre en pleine face ce que l’on aime le moins de nous.

Je vois déjà que mon plus vieux a hérité de certains de mes défauts contre lesquels je me bats encore aujourd’hui. Un blogue ne serait pas un blogue si je n’y révélais pas des trucs plus perso; c’est donc ce que je vais faire. Je suis profondément peureux. J’ai aussi de la difficulté à dire non, car je veux faire plaisir à tout le monde quitte à marcher sur mes principes. Je fais passer les autres avant moi parce que moi, « rien ne me dérange » (yeah right!). Une attitude qui fait bien paraître, mais qui est malsaine au final.

Ma conjointe ajouterait que je ne ferme jamais les portes d’armoires, que je fais des blagues douteuses et que je n’écoute pas toujours quand elle me parle. Mais ça, c’est un autre débat.

Un miroir qui fait réfléchir…

Alors voilà, je vois clairement qu’en vieillissant, mon gars adopte de plus en plus la même attitude. Pour l’instant, cela n’a pas de graves conséquences. Il n’est qu’un enfant de 7 ans sans grandes responsabilités. Mais, quand je le vois, par exemple, pratiquement prêt à prendre la punition de son frère pour calmer la crise du plus jeune, je peux voir un peu ce qui se pointe à l’horizon pour lui à long terme.

La beauté dans tout ça, en voyant mon petit reflet de 7 ans, c’est que ça me pousse à m’améliorer. Car, même si certains comportements sont enracinés dans nos gênes, une bonne partie peut être modelée par l’exemple.

C’est pour cette raison que, lorsque je regarde mon garçon dans les yeux, que je réussis à attraper son attention et que je lui dis : « Mon loup, c’est gentil de ta part de penser aux autres comme ça, mais il faut penser à toi aussi. Faut pas toujours laisser les autres passer devant toi juste pour être gentil, tsé. Prends ta place, assume-toi, fais-toi confiance et fonce! », je sais que c’est aussi à moi que je parle.

À moi maintenant de faire en sorte que les bottines suivent les babines.

En espérant que mon petit reflet suive le modèle!

 

Vous pouvez aussi suivre Keven Beauregard sur sa page Facebook  Fier Père.

 

Photo : GettyImages/RoBeDeRo

Fier Père
Je suis Keven Beauregard, fier père de 2 garçons qui tente, tant bien que mal, de transformer l'ordinaire en extraordinaire! Des fois, ça fonctionne.
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (3)

  1. Karine 30 avril 2019 à 11 h 07 min
    Très bon texte - merci!
  2. caroline panneton 1 mai 2019 à 13 h 28 min
    Et ils feront le même constat lorsqu'ils seront grands et parents ;-)
  3. Diane Deschênes-Letellier 3 mai 2019 à 18 h 31 min
    Très bien de voir ce qui cloche en nous. Et oui, nous adultes, pensons plutôt à dire que de montrer l'exemple. Hélas c'est plus par l'exemple que ça se concrétise. Bravo de voir en toi ce qu'il faut changer. Un petit pas à la fois, mieux que rien. Tu donneras ainsi à ton fils, de meilleurs outils pour affronter la vie tout en étant heureux.

Partager