«Oui, oui, je vais le faire plus tard, maman»

«Oui, oui, je vais le faire plus tard, maman»
Par Solène Bourque, Psychoéducatrice
12 décembre 2018
Votre enfant a-t-il tendance à procrastiner? Il n’est pas le seul! Voici les conseils de Solène Bourque, psychoéducatrice.

La maman de Clément, 5 ans, lui demande pour la troisième fois d’aller ranger les jouets dans sa chambre. Ce à quoi Clément répond : « Oui, oui, tantôt, promis! », mais il ne le fait pas.

Anne-Sophie, 8 ans, dessine sur une feuille alors qu’elle est installée pour ses devoirs depuis 10 minutes. Quand son papa l’interpelle, elle dit : « Dès que j’ai terminé mon dessin! » Mais 10 autres minutes passent et Anne-Sophie n’est toujours pas au travail.

La procrastination, pas qu’une affaire d’adultes!

Que le premier parent qui n’a jamais procrastiné lève la main! Car, rares sont les adultes qui n’ont jamais remis à plus tard une tâche pourtant importante. Les enfants peuvent eux aussi procrastiner! Et les petits procrastinent pour les mêmes raisons que les grands :

  • Le plaisir d’abord! Les enfants sont dans l’instant présent. S’ils sont dans un jeu ou une activité agréable, ils auront tendance à ne pas vouloir l’arrêter et ainsi repousser la responsabilité qui les attend.
  • Le stress et l’anxiété : Si un devoir d’école ou une tâche de la maison leur semble un trop grand effort pour leurs capacités, leur niveau d’énergie ou leur concentration, cela augmentera leur anxiété à se mettre au travail et ils pourraient repousser l’échéance en faisant autre chose.
  • Le manque de confiance en soi : Par peur de vivre un échec ou de ne pas arriver à faire une tâche à la perfection, certains enfants auront tendance à les éviter ou à les remettre à plus tard.

Il y a tout de même des différences!

Toutefois, la grande différence entre les enfants et les adultes est qu’avant 9 ou 10 ans, un enfant a peu conscience de l’impact ou des conséquences de ses choix. Par exemple, au moment où Anne-Sophie dessine au lieu de faire ses devoirs, elle ne réalise probablement pas que lorsqu’elle devra finalement se mettre au travail, elle manquera un moment de jeu extérieur avec ses amis. Sa procrastination est plus insouciante.

Un autre enfant pourrait faire tous ses devoirs les plus faciles en premier en gardant le plus difficile en dernier, parce qu’il est stressé à l’idée de ne pas le réussir. La procrastination de cet enfant est plus de type anxieux ou causée par le manque de confiance.

Comment les aider?

Si votre enfant a tendance à prioriser le plaisir au lieu de faire ses tâches, vous pouvez l’aider de ces différentes façons :

  • Coupez les sources de distraction pour qu’il puisse mieux se concentrer sur ce qu’il a à faire.
  • Utilisez un minuteur qui l’aidera à mieux vivre les transitions entre les moments de jeux et les petites responsabilités que vous lui demandez.
  • Offrez-lui de petits moments agréables quand il a accompli la tâche demandée, par exemple se coucher 15 minutes plus tard, ou encore passer un moment de jeu seul avec vous.

Si vous sentez que c’est plus l’anxiété qui occasionne la procrastination de votre enfant, vous pouvez l’aider afin qu’il prenne conscience de ses capacités, qu’il ait des attentes réalistes envers lui-même aussi!

Certains enfants anxieux sont très perfectionnistes et évitent de se mettre à la tâche s’ils ne sont pas convaincus qu’ils arriveront parfaitement au résultat attendu! Vous pouvez faire un plan avec votre enfant afin de le sécuriser et pour qu’il puisse morceler ce qu’il a à faire en petits segments, entrecoupés de « pauses-plaisir ».

Une fois le travail terminé, vous pouvez aussi lui demander de nommer en quoi il est fier de lui. Ça vous donnera ainsi de bonnes pistes pour ressortir ces forces la prochaine fois qu’il vous dira : « Oui, oui, je le fais plus tard! »

Est-ce que vos enfants ont tendance à procrastiner? De façon insouciante ou de façon plus anxieuse?

Et vous, comme adulte, vous reconnaissez-vous dans un des deux types de procrastination? J’ai envie de vous entendre!

 

Photo : GettyImages/skynesher

Solène Bourque, Psychoéducatrice
Psychoéducatrice et auteure, j'œuvre dans le domaine de l'intervention et de l'éducation depuis plus de 20 ans. Je suis aussi la maman de deux grands enfants.
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (2)

  1. Caroline 12 décembre 2018 à 20 h 32 min
    Bonjour ;-) Je réalise souvent que je remet des choses à plus tard par peur et manque de temps (Type anxieux) ! Mais quand je m'en rend compte je me dis que j'ai tellement négliger ce ou ces points que cela me coûte plus cher au final. Et je perd vraiment du temps après. Mes 2 plus grandes sont des championnes pour procrastiner. Mais je me dis que cela doit en découler de ma propre faute?! L'expérience fait aussi une différence pour ma part avec mes 2 plus jeunes. J'évite plus aujourd'hui de remettre à demain certaines chose concernant les enfants et c"est plus payant. Dans la vie de tout les jours, je crois que procrastiner est quelque chose qui prend d'avantage de place dans la vie des gens mais je crois tout de même que l'éducation y est pour quelque chose et probablement le type de personnalité. Sûrement que l'échelle de Maslow y est pour quelque chose, cela fait en sorte que nous nous concentrons plus sur nos besoins de base avant tout et le reste peut attendre;-)
  2. Solène Bourque 12 décembre 2018 à 23 h 34 min
    Bonsoir Caroline! En effet, dans nos vies bien chargées, on y va aux priorités et le reste attend bien souvent! C'est tout de même différent de la procrastination dite "anxieuse", où même, et surtout des tâches importantes sont remises parce qu'elles génèrent une certaine angoisse. Et au niveau de ce qu'on appelle "les facteurs de risque", il y a bien sûr le fait d'apprendre des habitudes de vie sous ce mode en famille, alors que dans d'autres cas, c'est davantage le tempérament de l'enfant (ou de l'adulte!) qui est en cause. Ici, j'ai tendance à procrastiner de façon anxieuse, mon fils plus de façon insouciante et ma fille ne procrastine pas du tout (Je l'admire!) Merci de nous avoir partagé votre réalité! C'est toujours enrichissant de vous lire!

Partager