Trouver la bonne école

Trouver la bonne école
5 octobre 2018
Mon plus jeune vient de vivre sa première rentrée scolaire dans une école spécialisée. Nous redoutions ce moment, mais nous l’avons vécu en toute tranquillité!

Mon plus jeune aura 6 ans en novembre. Il vient de vivre sa toute première rentrée scolaire. Comme il a plusieurs problèmes de santé, jumelés à une déficience intellectuelle, je devrais écrire que « nous venons de vivre notre toute première rentrée scolaire ».

Peu importe la condition d’un enfant, le rôle des parents est toujours primordial lors d’une première rentrée à l’école. Mais, dans notre cas, c’est un moment que nous planifiions depuis longtemps.

À une certaine période, nous avons craint ce passage. Toutefois, comme tous les services étaient en place, nous avons vécu cette rentrée en toute tranquillité.

Un milieu approprié

Comme notre garçon présente une déficience intellectuelle potentiellement de moyenne à importante (difficile de statuer clairement à cet âge), il a été accepté dans une école spécialisée. On y accueille exclusivement des enfants de 5 ans à 21 ans ayant une déficience intellectuelle moyenne ou plus, et/ou devant composer avec un trouble dans le spectre de l’autisme, en plus d’avoir des problématiques de santé associées.

En juin 2017, nous avons déménagé à cinq heures de route de notre ancienne demeure pour avoir accès à cette école. Un gros saut dans le vide pour notre famille, car il fallait tout recommencer à zéro. Mais, ce fut pour nous la meilleure décision!

Une infirmière en tout temps à l’école, des professionnels, une salle de stimulation, de la musicothérapie, un gymnase avec plein de parcours adaptés pour travailler la coordination des jeunes, une salle d’eau intérieure et un ratio élève/adulte de presque un pour un.

Tout ça à quelques pas de l’hôpital.

Le voir heureux

Aujourd’hui, nous sommes fiers de notre choix parce que nous sentons que notre garçon est au meilleur endroit pour lui. Il est entouré de gens qui nous aident à le faire progresser, à son rythme. Nous le savons aimé et en sécurité.

Chaque matin, lorsqu’il voit la conductrice de sa berline blanche arriver dans la cour (un transport adapté qu’il partage avec quatre autres jeunes), il saute de joie en criant « Ouiiiiiii!!! » et il part à courir pour monter à bord.

Il dit « Saaaluuuuut » à tout le monde, tape dans la main du plus vieux qui l’accueille comme un grand frère et, tout souriant, me lance un « Bye-bye! »

Je vous garantis que tout ça n’a pas de prix pour des parents!

 

Photo : Jean-François Quessy

Jean-François Quessy
Je suis un père passionné, mais aussi un grand amoureux qui aborde sa vie avec humour.
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (6)

  1. Typhaine 17 octobre 2018 à 08 h 20 min
    Vraiment merci d'avoir écrit ce texte; c'est très rassurant de lire votre ressenti à travers tout ce processus. Notre fils de 4 ans qui a un déficit intellectuel et moteur fera sa rentrée en maternelle l'année prochaine et nous avons des milliers de questions dans la tête à ce sujet. L'idée d'une école spécialisée est un cap psychologique pour moi, sa mère, et je n'arrive toujours pas à me faire à cette idée même si une petite voix raisonnable me souffle que c'est probablement la solution la plus adaptée pour lui. Mais il pourrait aussi y avoir la possibilité d'une classe adaptée en école régulière et qui plus est dans l'école de son grand frère ce qui semble tellement séduisant (mais peut être pas entièrement adapté à tous ses besoins...). Bref, c'est un sujet de questionnement sans fin pour nous et je me dis que quoi qu'il arrive, cela prendra fin en début d'année au moment des inscriptions à l'école et ça ne sera pas plus mal! J'arrêterai de me poser toutes ces questions et j'ai confiance dans le fait que nous trouverons certainement une belle place où il s'épanouira. Merci encore de votre article.
  2. Jean-Francois 17 octobre 2018 à 09 h 07 min
    Merci beaucoup pour votre commentaire. Je comprend tellement la situation dans laquelle vous vous trouver et les 1001 questions qui vous viennent en tête. N'hésitez pas à communiquer avec la conseillère pédagogique de la commission scolaire pour mieux comprendre les différentes options qui s'offriront à vous. De notre côté, nous discutions avec elle, nous lui faisions parvenir les évaluations/diagnostics de notre enfant et la directrice de l'école spécialisée nous a même accueilli les bras grands ouverts pour nos faire visiter l'école et nous en dire plus sur son fonctionnement, sa mission, sa clientèle, etc. Cela nous a permis, avant de procéder à l'inscription et au choix officiel, de mieux comprendre et de visualiser exactement où il pourrait se retrouver. Par la suite, notre choix fut beaucoup plus évident et nous étions rassurés. Bonne chance pour la suite et je vous souhaite que tout se passe pour le mieux!
  3. Jean-Francois 17 octobre 2018 à 09 h 09 min
    J'ai appuyé le bouton beaucoup trop rapidement et je ne peux faire des corrections à mon message précédent, mes excuses pour les fautes (je comprends, vous vous trouvez, accueillis, nous faire visiter). C'est à croire que je devrais retourner à l'école avec mes enfants! :)
  4. Typhaine 17 octobre 2018 à 11 h 13 min
    Merci beaucoup de votre réponse. Puis-je vous demander à quel moment vous avez commencé à communiquer avec la conseillère pédagogique? Au moment des inscriptions à l'école ou avant cela? Nous nous demandons si nous devrions prendre les devants ou simplement patienter à fin janvier le moment des inscriptions. Mercu
  5. Jean-Francois 17 octobre 2018 à 11 h 19 min
    De notre côté, nous avions commencé à échanger avant, mais ça dépend toujours de la réceptivité à l'autre bout, il y a aussi une question de personnalité et de disponibilité. Nous avons fait la visite de l'école spécialisée après l'inscription à la commission scolaire, mais à ce moment-là, nous ne savions pas encore officiellement s'il irait à l'école spécialisée ou pas. Nous avions besoin de voir l'endroit pour mieux imaginer ce qui risquait d'arriver. Et, puisque la maternelle n'est pas obligatoire (ce n'est pas tout le monde qui le sait), il y avait aussi l'option de le laisser à la garderie une année de plus. Si c'est plus simple, n'hésitez pas à m'écrire via info@ungarsunpere.com . Au plaisir
  6. Typhaine 17 octobre 2018 à 14 h 06 min
    Merci beaucoup!