Attendre la guimauve

Attendre la guimauve
25 janvier 2018
Cette expérience bien connue en psychologie, menée auprès d’enfants, a été réalisée dans les années 1970. Comment ont-ils réagi?

Manger une guimauve tout de suite ou attendre pour en avoir plus? Cette expérience bien connue en psychologie, menée auprès d’enfants, a été réalisée dans les années 1970. Comment ont-ils réagi?

Dans une pièce sans rien pour les distraire, les enfants recevaient une guimauve dans une assiette. Ils pouvaient choisir de la manger tout de suite. Mais l’instructeur ajoutait : « Si tu n’as pas mangé la guimauve quand je reviendrai, je t’en apporterai une deuxième. »

Les enfants devaient attendre 15 minutes le retour de l’instructeur. Sur les 600 enfants de l’expérimentation initiale, une minorité a mangé la guimauve tout de suite. Mais le tiers des enfants a tenu pendant les 15 minutes et obtenu une deuxième guimauve… qu’ils ont dévorée!

Amusez-vous à regarder une vidéo de cette expérience.

Dans un suivi des mêmes enfants 15 ans plus tard, les chercheurs se sont rendu compte que les enfants qui avaient retardé la gratification et attendu pour obtenir la deuxième guimauve étaient beaucoup moins nombreux à abandonner leurs études et avaient des revenus sensiblement plus élevés que les plus impulsifs.

Il ne s’agit pas seulement de patience.

Il s’agit de surmonter l’impulsivité afin d’être capable de renoncer à un bénéfice immédiat, pour en obtenir davantage plus tard.

C’est de cela qu’il est question quand un jeune doit décider s’il fait son travail de français ou s’il joue à Minecraft. C’est la même chose quand c’est l’heure des exercices de guitare. Même chose pour celui ou celle qui a à choisir entre mettre de l’argent de côté pour son projet personnel ou le dépenser tout de suite pour un truc qu’il vient de voir.

Ils seront plus forts et prendront de meilleures décisions s’ils ont appris à repousser le moment de la satisfaction.

Pour y arriver, nous devrons être celui ou celle qui les fait attendre. Celui ou celle qui reçoit la crise de frustration et qui tient bon malgré tout. Je n’ai pas toujours réussi à tenir bon avec mes enfants… mais chaque fois que je l’ai fait, je leur ai permis de devenir plus forts.

 

Ce texte a été publié originalement sur le blogue de  France Paradis.

Photo : GettyImages/jaclynwr

France Paradis
Orthopédagogue de formation, je présente des conférences et j’offre des ateliers en intervention psychosociale depuis de nombreuses années. J'aime aussi me définir comme une archéologue du sens des choses.
Tous les billets de l'auteur