Orientation sexuelle: le réflexe des parents

Orientation sexuelle: le réflexe des parents
25 octobre 2017
Peut-être parce qu’on ne parle pas aux enfants d’orientation sexuelle, on demande aux p’tits gars « as-tu une amoureuse? » sans présenter d’autres options. Et vice-versa pour les p’tites filles.

J’ai le souvenir d’une discussion en famille, lorsque mon frère est « sorti de la garde-robe ». Ma mère a dit : « Tu avais 2 ans et je me doutais que t’étais sûrement gai. » Nous avons tous réagi en nous moquant un peu d’elle, comme si à 2 ans elle pouvait savoir!

Mais maintenant, je sais que l’instinct parental peut faire de nous d’excellents cryptologues.

Et parfois, il peut arriver que certains codes, ou préjugés établis, viennent s’ajouter à cet instinct. Même si on ne veut pas être alimentés et influencés par les stéréotypes, ceux-ci ont la fâcheuse habitude de nous tirer par l’oreille pour nous rappeler qu’ils existent. Il est donc possible qu’un jour ou l’autre on en vienne à la réflexion suivante, celle qui me trotte parfois en tête : mon enfant serait-il gai?

Se poser réellement la question a l’effet d’une révélation : nous constatons qu’il se pourrait que la catégorisation imposée depuis le début à notre enfant ne soit pas la bonne. Qu’il existe une autre option qu’on oublie trop souvent.

J’ai la chance d’avoir un frère homosexuel. Il est en couple. Alors pour mes gars, ça fait partie de leur environnement familial. Ils savent qu’il y a justement d’autres options et j’espère qu’ils se sentiront toujours libres de montrer leurs vraies couleurs même si elles diffèrent du plus grand pourcentage.

Vous vous dites peut-être que je suis intense de penser à ça, que mes gars sont pas mal jeunes pour les embarquer dans cette réflexion. Mais avouez que vous avez déjà demandé à un enfant : « As-tu eu une petite amoureuse à la garderie toi? », que vous avez déjà tous « matché » votre petite dernière avec le garçon de votre amie! C’était des blagues, bien entendu, mais quand même, la catégorisation y était!

Bien sûr qu’il me dit des fois qu’il a une amoureuse, par jeu, parce que c’est ce qu’ils font à la garderie; ils jouent aux grands. Peut-être parce qu’on ne parle pas aux enfants d’orientation sexuelle (à moins qu’il nous pose des questions), et qu’en premier lieu on demande aux p’tits gars « as-tu une amoureuse? », sans présenter d’autres options. Et vice-versa pour les p’tites filles.

Catégorisons-nous nos enfants dès la naissance en leur imposant qu’ils seront droitiers ou gauchers? Non! C’est vrai qu’il y a une sorte d’automatisme à leur faire utiliser la droite, mais nous arrivons vite à l’essai/erreur quand ils nous montrent qu’ils sont peut-être plus à l’aise avec l’autre main. Et au fond, c’est aussi simple que ça!

Nous ne devrions même pas nous poser de question, mais plutôt attendre qu’ils nous le montrent, tout simplement, en les aidant ici et là; en leur proposant parfois l’option. En montrant dès le départ que les deux se valent, que les deux existent.

Mes loups, montrez-moi donc de quel côté vous vous débrouillez le mieux et je vais faire tout ce que je peux pour vous aider à écrire de beaux mots. #AmourInconditionnel

 

Vous pouvez aussi suivre Fier Père sur sa  page Facebook.

 

Photo : GettyImages/sergio_kumer

Fier Père
Je suis Keven Beauregard, fier père de 2 garçons qui tente, tant bien que mal, de transformer l'ordinaire en extraordinaire! Des fois, ça fonctionne.
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (11)

  1. Vincent 25 octobre 2017 à 23 h 08 min
    Je t'adore!! Une allégorie qui veut tout dire! Si seulement.tous les parents pouvaient voir aussi clair que Toi,
  2. Fier Père 26 octobre 2017 à 07 h 58 min
    Merci Vincent! :)
  3. Emilie 26 octobre 2017 à 08 h 14 min
    Ici j'ai 5 enfants des filles et des garçons depuis leur plus jeune âge ils ont le droit de jouer avec ce qu'il veulent mes gars ont des porte poupées pour faire comme papa mes filles adorent les auto comme leur mère. Et des qu'ils sont en âge de comprendre ils ont eu l'explication qu'un couple sa se forme par 2 personnes qui s'aiment et que c'est tout ce qui est important. Que ce soit 2 hommes 2 femmes ou 1 homme et 1 femme sa n'a absolument aucune importance. Dans un couple c'est l'amour et dans la vie c'est d'etre qui nous somme et d'en être heureux qui est important.
  4. Fier Père 26 octobre 2017 à 09 h 26 min
    Bravo Émilie! C'est si simple au fond! T'es heureux, t'es heureuse? That's it! Bonne journée! :)
  5. Corinne 26 octobre 2017 à 10 h 19 min
    Deux réflexions me viennent à la lecture de votre texte: - la première n'est pas directement liée au sujet: le fait d'attribuer un amoureux ou une amoureuse aux enfants (ou de suggérer qu'ils en ont un, même par jeu). C'est quelque chose qui m'a toujours dérangé, parce que les amours que peuvent éprouver les enfants sont tellement différentes du sentiment amoureux des adultes. - en ce qui concerne l'orientation sexuelle: j'ai toujours dit à mes enfants (des filles en passant) qu'une femme peut être amoureuse d'une autre femme, et ce, de la même manière que j'explique tout ce qui tourne autour de la sexualité (c.-à-d. de manière naturelle). Je veux qu'elles se sentent parfaitement à l'aise plus tard, quelle que soit leur orientation, pour elles-mêmes et pour leurs relations avec les autres. Il a aussi fallu que j'explique seuls un homme et une femme peuvent «fabriquer» un bébé, mais que pour «élever» un enfant, il existe des tas de parents différents. Malheureusement, beaucoup de parents ne sont pas à l'aise avec ces sujets (mon conjoint par exemple est très content que je me charge de cs conversations!! :)).
  6. Fier Père 26 octobre 2017 à 16 h 19 min
    Je pense que vous avez raison, l'attribution de petits amoureux ou petites amoureuses amuse souvent bien plus le parent que l'enfant. Mais comme vous dites, ça pourrait faire un sujet de billet en soi! :) Et je vous félicite pour votre façon d'approcher le sujet avec vos enfants. Voyons ça comme notre mini pas vers un monde meilleur! Bonne journée à vous!
  7. Christine 26 octobre 2017 à 14 h 00 min
    Quand j'étais jeune je ne savais même pas qu'on pouvait être homosexuel!!!! La sexualité était si tabou chez-moi : même durant les baisers sur la bouche à la télé, nous les enfants devions fermer les yeux!!! Pourtant mes parents écoutaient la lutte le samedi matin et j'étais la bienvenue au salon! Comme c'est absurde! Bref j'étais perdante sur toute la ligne et je me suis promise d'être un parent différent. Mes deux enfants qui sont encore tout jeunes regardent peu la télé et je ne me gêne pas de donner des becs sur la bouche de leur papa devant eux. Il y a aussi un couple gai avec des enfants dans le quartier et j'ai répondu sans tabou aux questions de mon aîné. Il m'a dit que lui aussi plus tard il voulait vivre avec un homme! Ce à quoi j'ai répondu: oui plus tard tu pourras vivre avec la personne de ton choix. Il fut satisfait. Nous sommes des parents pas des tyrans!!! Nos enfants méritent respect et considération et surtout pas des insultes à leur intelligence.
  8. Fier Père 26 octobre 2017 à 16 h 23 min
    Bravo à vous Christine d'avoir cassé le moule pour ainsi ne pas répéter la même erreur avec vos enfants. On critique souvent en disant que "plus ça change, plus c'est pareil", mais vous êtes la preuve vivante que ça peut changer, et pour le mieux en plus de ça! :) Bonne journée!
  9. Mélanie 27 octobre 2017 à 09 h 28 min
    Merci... ça fait tellement de bien de lire cela! C’est pas toujours facile, de bien accompagner son enfant quand il est « différent »... les enfants entre eux peuvent parfois être si cruels...
  10. Geneviève 7 novembre 2017 à 10 h 25 min
    Je pense que les réflexes des parents dont vous parlez servent à s'auto-rassurer en se convainquant que leur enfant ne déviera pas de la 'normalité'. Je sais que mon chum aurait beaucoup de mal à accepter que notre garçon soit homo. Il m'a déjà fait comprendre que ce serait un énorme choc à encaisser. Les préjugés ont la vie dure, même si on accepte les gens homosexuels de notre entourage. De savoir son garçon homosexuel ce serait un énorme deuil pour lui. C'est correct chez le voisin mais pas chez nous. De mon côté, j'aimerais bien aussi qu'il suive la voie de la majorité, mais j'accepterai plus facilement que mon chum l'orientation de mon garçon quelle qu'elle soit.
  11. Gigi 7 novembre 2017 à 11 h 50 min
    Un échec? Si un enfant se présente avec des yeux bruns est-ce un échec? Je ne connais pas de gay personnellement mais je sais qu'ils auraient préféré ne pas l'être et vivre comme la majorité. C'est dur les préjugés mais il faut casser ça. Mes enfants, je l'espère, sauront se confier à moi car ils savent que jamais je ne les jugerait pour leur choix d'amoureux / amoureuse.

Partager