La grève de la faim

La grève de la faim
Par Josée Bournival, Auteure, animatrice et blogueuse
2 mai 2017
Aucun mets ne fait l’unanimité. Ce qui était tellement-bon-que-j’en-mangerais-tous-les-soirs devient parfois je-suis-sûre-que-je-vais-vomir-si-j’y-goûte. C’est déroutant!

Mon amoureux a atteint un point de non-retour. Je l’ai tout de suite senti quand Clémentine a prononcé le désormais célèbre « j’aime pas ça ». Tout l’amour qu’il a mis dans la préparation du souper vient d’être oublié. Il est frustré.

Je le comprends. Il a cuisiné un gratin gourmand et des filets de poisson dorés. Ça sent merveilleusement bon. J’en salive juste à regarder mon assiette. Mais Léonard-monsieur-terrible-2 refuse de s’asseoir pour manger, Clémentine a déjà repoussé son assiette sans même goûter au repas et les deux autres triturent les aliments du bout de leur fourchette. Elles font la moue, contaminées par la réaction de leur grande sœur.

- C’est délicieux, mon amour.

Mon commentaire est accueilli avec un sourire peu convaincant.

Soir après soir, c’est le même combat : faire manger les enfants. À part les pâtes, la pizza et les hot-dogs, aucun mets ne fait l’unanimité. Ce qui était tellement-bon-que-j’en-mangerais-tous-les-soirs devient parfois je-suis-sûre-que-je-vais-vomir-si-j’y-goûte. C’est déroutant! Il y a des semaines où j’ai l’impression que mes enfants font la grève de la faim. Littéralement! Je me demande souvent comment ils font pour fonctionner et avoir de l’énergie avec aussi peu de carburant dans le corps. Parce qu’il arrive aussi que les boîtes à lunch reviennent de l’école à moitié pleines.

Vous avez sûrement déjà entendu que les parents doivent fournir une alimentation variée et de qualité. Que leur travail s’arrête là. Qu’ensuite, c’est à chaque enfant de choisir les aliments qu’il veut manger et en quelle quantité. On s’efforce donc de proposer des repas équilibrés et nutritifs et, un soir sur deux, les enfants mangent uniquement des crudités. Heureusement qu’il y a toujours un grand plateau de bâtonnets de légumes au centre de la table familiale!

Avec les années, on a simplifié le menu, parce que les goûts complexes ne plaisent pas à nos petits. On a diminué les portions, pour ne pas les décourager. J’ai même proposé des repas en pièces détachées, parce que si les aliments se touchent dans l’assiette et que mes filles n’en aiment pas un, c’est assez pour que tout le repas soit compromis! Mais pas question de faire un deuxième repas. Pas question non plus d’offrir de plus grosses collations. Pas plus que je n’accepte que les enfants mangent 12 fruits comme dessert.

N’empêche, je suis toujours partagée entre la culpabilité et la confiance. Culpabilité qu’ils se couchent le ventre vide et dorment mal parce qu’ils ont faim. Et l’assurance que je mets à leur disposition tout ce dont ils ont besoin pour grandir en santé, même si ça ne leur plaît pas.

Et vous? Est-ce que vos enfants sont fines bouches? Refusent-ils de manger les mets que vous leur préparez avec amour? Quels sont vos trucs et astuces pour que les petits mangent équilibré? Avez-vous une recette infaillible?

 

Photo : GettyImages/marcduf

Josée Bournival, Auteure, animatrice et blogueuse
Je suis la maman de 3 grandes filles et d’un petit garçon. Je souhaite échanger avec vous sur une foule de sujets reliés à la vie de famille.
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (48)

  1. Jessica 2 mai 2017 à 20 h 11 min
    J'étais justement décourager ce soir car mon fils de deux ans n'a pas voulu prendre une bouchée et boudais car il n'avait pas droit au yogourt et lait au chocolat!! c'est la même chose chaque jour!!
  2. Josée Bournival 4 mai 2017 à 05 h 54 min
    Bonjour Jessica. Y a-t-il quand même des repas nutritifs que votre garçon aime et mange avec appétit? Josée XX
  3. Jacynthe 2 mai 2017 à 20 h 38 min
    Je vis la même chose avec mon BB de 16 mois !?!?, un jour il aime le yogourt... le lendemain refus... idem pour le reste des groupes alimentaires... Je ne sais jamais quoi lui préparer comme repas, car il boude la nourriture si c pas à son goût ou vomit. Il ne prend pas beaucoup de poids. Consultation en ergo fait... et c toujours aussi compliquer. Il faut toujours avoir 3-4 choses différentes pour que M puisse manger un peu...Il peut manger des morceaux de fruits mous et le lendemain vouloir seulement de la purée de fruits lisse et aucun morceau. En plus des saveurs, il y a les textures... je pense que nous ne sommes pas sortie du bois.
  4. Josée Bournival 4 mai 2017 à 05 h 56 min
    Bonjour Jacynthe. Il y a effectivement plusieurs éléments à considérer. Ici, même la cuisson est problématique. Certains légumes sont aimés crus, mais dès qu'on les cuit, même juste un peu à la vapeur, ils sont rejetés. C'est le cas des carottes, par exemple. josée XX
  5. Martine 3 mai 2017 à 09 h 31 min
    Moi fils à deux ans et j'ai toujours eu de la difficulté à le faire bien mangé et quand il mangait super bien, il se faisait vomir pour nous montrer qu'il avait plus faim!!! Sa été tout une aventure à ses débuts jusqu'à ce qu'il comprenne enfin le signe qu'il à fini son repas. Il en à accrocher une habitude et aussitôt qu'il a un petit stress il se fait vomir. En plus qu'il ne mange pas beaucoup et qu'il se vidait l'estomac pour rien, je suis encore aujourd'hui inquiète car son poids joue au yoyo et il ne prend pas vraiment de poids même s'il ne vomit plus et qu'on a trouvé des trucs pour qu'il arrête de ce faire vomir dans toute les circonstances. Je dois tout de même maintenir le fait qu'on mange ce que maman a fait et c'est tout. Par contre, je lui met toujours un aliment qu'il aime beaucoup et un qu'il aime moins et sa se passe bien, la plupart du temps il va goûter à celui qu'il aime pas mais il peut le recracher comme aimer sa mais il va manger tout de même de son assiette et il peut être très variable aussi sur les textures. Lorsqu'il a très mal au gencives car il a les dents qui poussent, c'est l'enfer, il mange très peu et souvent plus difficile pour les repas. Sa dure plusieurs mois avant que les dents sortes en plus et oui je trouve sa décourageant. Il suit sa courbe de grandeur mais pas de poids. On va voir bientôt sil va avoir besoin d'aide ou si on continue à l'encourager à bien mangé!
  6. Josée Bournival 4 mai 2017 à 05 h 58 min
    Bonjour Martine, C'est une très bonne idée de toujours prévoir au moins un aliment aimé des enfants. Comme ça, ils ne sortent pas de table le ventre complètement vide. Courage et donnez-moi des nouvelles de votre garçon. Josée XX
  7. Martine 19 mai 2017 à 16 h 37 min
    Ma doc à dit de continuer ce qu'on fait, que les enfants de son âge son difficile par moment et on y peut rien, mais il a pris un ti peu de poids et il grandi bien à son rythme et de continuer nos trucs puisqu'il est sensible à émotions et autre.il ne vomit plus mais parfois il veut nous tester occasionnellement mais on le corrige doucement et sa va mieux. Aussi aillant des neveux et nièces plus vieux et très difficile à nourrir, je dirais que sa passé vers l'âge de plus de 5 ans, mais papa et maman insiste toujours pour qu'il mange leur assiette à leur faim. C'est de l'éducation qu'on fait à nos enfants aussi. Moi mon coco veut tout goûter quand j'utilise un appareil électrique, il sort sa cuillère et dit encore encore encore et tout est toujours meilleures dans l'assiette à maman et papa! Lolllll Bon courage à toutes les mamans!
  8. anne-marie 3 mai 2017 à 14 h 37 min
    Oh là là... J'ai des p'tits frissons dans le dos juste à vous lire. Ce sont sans doute des séquelles d'un choc post-traumatique :) Mathilde ne voulait manger que du ''beige'' pendant un an. Toute forme de couleur dans l'assiette était suspecte. De son côté: Constance mangeait si peu qu'elle a inquiété l'ensemble de ses enseignantes. Les 2 situations se sont beaucoup améliorées, avec les mêmes techniques que vous avez utilisées. Elles respectent encore leurs appétits mais s'aventurent parfois vers des mets nouveaux. Questions de santé mentale parentale, nous avons instauré 2 règles à table. 1) Tu goûtes (même si c'est aussi peu qu'une molécule) à tout ce qu'il y a dans l'assiette. 2) Si cela ne te plait pas, par respect pour le cuisinier, tu ne le mentionne pas mais tu n'es pas obligée de manger. Les commentaires constructifs sont les bienvenue toutefois. Maintenant c'est très drôle de voir mon aînée suggérer des ajouts d'épices ou d'aliments à certains plats. Exprimer son opinion semble vital pour elle peu importe le sujet! Il a fallu leur rappeler ces règles chaque soir pendant des semaines. Nous leur disions nos attentes AVANT le repas et cela a fonctionné avec beaucoup de patience ET après les 3 ans de Mathilde. Seigneur! Je n'en voyait pas le bout! Nous leur disons aussi que le fait de s'alimenter n'est qu'une partie du repas. Le temps passé ensemble compte beaucoup plus. Et oui, pour les soir plus difficile: vive le plateau de fruits et de crudité ! Bonne chance et vous avez toute mon empathie, les repas ont longtemps été ma hantise, même d'avantage que les crises de bacon
  9. Martine 3 mai 2017 à 15 h 25 min
    Je ne comprends pas pourquoi vous parler de "séquelles de choc post-traumatique"?
  10. anne-marie 3 mai 2017 à 15 h 55 min
    Désolée si ce n'était pas clair :) C'était une tentative d'imager l'intensité des souvenirs que je gardais des nombreux repas ponctués de refus, de jérémiades, et même de crises par moment. C'est incroyable comment le fait de simplement devoir déposer de la nourriture 3 fois par jour, me semblait pénible avec les filles. Heureusement que les enfants et les parents aussi, évoluent avec le temps. Bonne journée
  11. Josée Bournival 4 mai 2017 à 06 h 02 min
    Moi, j'appelle ça simplement de l'humour parental! ;-) Josée XX
  12. Josée Bournival 4 mai 2017 à 06 h 01 min
    Bonjour Anne-Marie. J'aime bien votre idée de rappeler aux enfants, avant le repas, qu'ils ont le droit aux commentaires constructifs seulement. Je vais instaurer la même chose sous mon toit. Merci de l'idée. ;-) Josée XX
  13. Nathalie 3 mai 2017 à 17 h 26 min
    Les miens sont ados...et je dirai que c de pire en pire. 1 semaine c "tu n'as pas acheté le même que la dernière fois...celui que j'adore"et la semaine suivante ( tu en as acheté 2 fois plus pour être certaine de ne pas en manquer) ils te disent "j'en peux plus de manger ce truc là" ! Je ne propose jamais de deuxième choix et ils passent au reste du repas...sauf s'ils décident de quitter la table et crient à l'injustice !! Ils font des programmes de sport études et je me demande où ils puisent l'énergie...mais j'ai choisi de ne pas céder...quand ils ont faim ils mangent ce qu'ils ne voulaient pas la veille...et souvent ils avouent que c n'était pas si terrible !!! Un enfant ne se laissera jamais mourir de faim alors faisons leur confiance pour choisir de ne pas manger ceci ou cela...et gardons en tête que les goûts changent tout le temps !!!
  14. Josée Bournival 4 mai 2017 à 06 h 05 min
    Ah! Nathalie! J'avais oublié d'inclure cette réalité dans mon billet: les quantités achetées à l'épicerie. Je suis comme vous, je m'adapte à chaque semaine pour les achats en fonctions des goûts des enfants et je dois souvent cuisiner des quantités astronomiques de fruits pour leur éviter la poubelle parce qu'un aliment perd soudainement de son intérêt: pain aux bananes, croustades aux pommes, smoothies, etc. Josée XX
  15. Diane 3 mai 2017 à 17 h 29 min
    Il y a bientôt plus de 27 Ans mon pediatre me disais tu ignores tes enfants quand il ne veulent pas manger comme si c'était les enfants du voisin. Mais aucune collation seulement de l'eau. Au repas suivant ils mangeaient puisque ils avaient faim.
  16. Josée Bournival 4 mai 2017 à 06 h 07 min
    Bonjour Diane. J'aimerais que ce soit aussi simple! ;-) Ici, le problème est aussi le manque de diversité. Par exemple, si le menu est composé de légumes, riz et poisson, je sais que le riz se mangera en grande quantité, mais pas le reste. Ça ne fait pas une diète équilibrée, même si l'enfant mange. Josée XX
  17. Simon 9 mai 2017 à 11 h 24 min
    Alors réduisez la portion de riz pour qu'elle soit insuffisante pour combler l'appétit :-) Ma mère m'a dit quelque chose qu'elle tenait de sa propre mère, quand je m'inquiétais du fait que mes deux plus vieilles (6 et 8 ans, à ce moment-là) ne mangeaient presque rien: "Simon, aucun enfant ne s'est jamais laissé mourir de faim." Et c'est ce que j'ai fait. Ce qu'elles aimaient, j'en réduisais graduellement la portion jusqu'à ce que ça ne soit plus qu'une décoration (ou à peu près) dans l'assiette. Elles mangent de tout, maintenant, ou presque.
  18. Cindi Gaudet 4 mai 2017 à 00 h 53 min
    Moi, j'ai trois enfants,des garçons. J'avoue que pendant les repas ça été l'enfer longtemps pis j'ai trouvé un truc, les condiments. Pour les nouveaux repas, je fais des petites portions et je sort tous les condiments que j'ai. Ketchup, moutarde, mayonnaise,sel ... En tout cas vous voyez ce que je veux dire. Je les laisse goûter leur repas avec ce qu'ils veulent. J'ai jamais d'assiettes pleines à la fin du repas. C'est pas leur repas préféré mais ils mangent tout.
  19. Josée Bournival 4 mai 2017 à 06 h 12 min
    Allo Cindi. C'est une astuce qui doit effectivement fonctionner avec la majorité des enfants. Mon seul bémol est que j'aime bien que mes enfants développent leurs goûts et noyé dans le ketchup, tout goûte la même chose. Peut-être à petite dose... Vous me rappelez que lorsque j'étais enfant, j'ai eu une phase "fromage et ketchup". Peu importe le repas servi par mes parents, je demandais à y mettre une tranche de fromage jaune et du ketchup, parce que j'avais l'impression de manger des hamburgers à chaque repas. ;-) Ma mère n'a pas toléré ce caprice très longtemps... ;-) Josée XX
  20. Cindy michaud 4 mai 2017 à 08 h 16 min
    Même chose fifille 17 mois et garçon 3 ans sous peu...régime stricte sans caséine..sans maïs sans soya sans gluten sans sucre raffiné donc maman cuisine tout....tout tout....je suis parfois décourager..le lendemain je leur redonne le même plat à la garderie et surprise ils mange comme des petit cochon... malgré une rigidité alimentaire solide un casse tête jour après jour....je garde en tête que à cette âge leur corps réclame un bon repas par jour ensuite leur petit corps mange ce qu'il a besoin dans la journée
  21. Josée Bournival 5 mai 2017 à 13 h 47 min
    Bonjour Cindy. Moi aussi, les enfants mangent bien à la garderie et goûtent à tout! C'est un peu frustrant à l'occasion. ;-) Josée XX
  22. Mireille 4 mai 2017 à 10 h 30 min
    Un autre petit truc : expliquer aux enfants qu'on doit se "pratiquer" à aimer certains aliments, comme il faut se pratiquer à marcher, s'habiller... donc il faut goûter, et si on n'aime pas, c'est pas grave, car la prochaine fois on aimera peut-être un peu plus ça, car on sera plus habitué au goût. J'ai été fière de voir mon grand parler à son petit frère quand ils avaient 4 et 2 ans : "Quand j'étais petit, j'aimais pas ça le saumon. Pis j'ai goûté encore, pis j'ai aimé ça juste un peu. Pis j'ai goûté encore, pis maintenant, j'aime beaucoup ça ! "
  23. Josée Bournival 5 mai 2017 à 13 h 49 min
    Allo Mireille. Quelle anecdote encourageante! De mémoire, ça peut parfois prendre jusqu'à 20 expositions à un aliment avant que bébé s'y fasse. Bref: patience!!! Josée XX
  24. Anna E 4 mai 2017 à 10 h 38 min
    Ici, c'est encore variable. Le petit de 12 mois ne mange rien au déjeuner, puis mange tout aux autres repas; sauf quand il y a un aliment aimé par-dessus tout (comme des frites, que je fais au four) alors là il ne veut que ça et nous fait clairement comprendre, devant le reste, qu'il n'est pas intéressé! Et pour celui de 2 ans, ça varie aussi. Il y a eu des périodes où il refusait de s'assoir, alors il ne mangeait pas. Ensuite il refusait la bavette (en pleurant et ne voulant donc plus s'assoir). Devant ça, je me suis dit qu'on travaille une chose à la fois, j'ai laissé tombé la bavette pendant un moment pour travailler seulement sur le fait de s'assoir pour manger, puis je l'ai réintégrée plus tard. Maintenant ça va beaucoup mieux. À travers tout ça, pour être sûre qu'il mange quelque chose, il y avait toujours un dessert santé, comme du yogourt nature avec des fruits, ou un muffin maison. Une portion de dessert, et si il a encore faim, il reste son repas. Il faut dire qu'ici, avec l'allaitement, je restais inquiète, mais pas outre mesure. :) Sinon, c'est une bonne idée le plat de crudités au milieu, moi j'en mets souvent quelques unes directement dans l'assiette. En même temps, je me demande si les enfants ne vont pas manger que ça et laisser un plan leur assiette!?
  25. Josée Bournival 5 mai 2017 à 13 h 51 min
    Bonjour Anna Je vous confirme que certains soirs, devant les crudités en abondance, les enfants ne mangent pratiquement rien d'autre. Mais, personnellement, je préfère ça à manger uniquement leur riz. ;-) Josée XX
  26. Marie Andree 4 mai 2017 à 10 h 50 min
    Les 2 miens ont fait ça. Mon plus jeune a 4 ans et demie et ne veux pas se mettre un legume dans la bouche. J'ai acheté le livre de Jessica Seinfield. On a trouvé des Trucs pour qu'ils en mangent jusqu'à ce que la "phase" passe. J'ai lâché prise! Moins de stress comme ça! Je lui donne du "Ensure" avec une multi vitamine. Et j'essaie à tous les jours! Un jour, il va manger!
  27. Josée Bournival 5 mai 2017 à 13 h 52 min
    Allo Marie-Andrée. En avez-vous parlé à votre pédiatre? Josée XX
  28. Isabelle 4 mai 2017 à 12 h 01 min
    Chez nous il y tjrs assiette de crudités Je m'assure qu'il y a au moins un élément du repas qu'elles aiment C'est elles qui décident de la quantité de chaque élément Les désserts sucrés sont rares je suis plus yogourt compottes fruits et un seul dessert Si suite au dessert elles ont encore faim je propose ce qu'il y avait pour souper Si elles ne mangent pas assez elles savent qu'il y a rien d'autre avant le déjeuner le lendemain Elles ont 2 et 5 ans
  29. Josée Bournival 5 mai 2017 à 13 h 53 min
    Allo Isabelle. J'aime beaucoup l'idée d'inclure au moins un aliment qui est aimé. le seul problème, c'est qu'avec 4 enfants qui ont des goûts différents, il est difficile de contenter tout le monde à chaque repas. ;-) Josée XX
  30. Christine 4 mai 2017 à 19 h 20 min
    Ma bou't chou à 2 ans, étrangement elle a un bon appétit au déjeuner et au dîner (à la garderie) mais au souper, c toujours l'incertitude à chaque soir... Un mets qu'elle aimait qques temps plus tôt, devient une séance de Non et de repoussage d'assiette(alors qu'on avait choisi spécialement de faire un mets qui lui plaît pour être sûr qu'elle mange)... Par contre dans l'assiette de son papa c toujours meilleur même si les 2 assiette ont le même contenu! Ou elle choisi l'option de ne pas manger! Sinon, les pâtes, c toujours Winners! Mais.. j'ai essayé de rendre ses assiettes plus attrayante et sa à fonctionné qques temps ex:patate pilée=volcan, brocoli=arbre, bref faut juste faire preuve d'imagination et de patience!😊
  31. Josée Bournival 5 mai 2017 à 13 h 55 min
    Allo Christine. j'avoue que la présentation de l'assiette a un impact sur mes enfants aussi. J'ai même déjà caché des figurines dans les patates pilées un jour de tempête de neige. ;-) Josée XX
  32. Vero 5 mai 2017 à 09 h 14 min
    Un petit truc qui a bien fonctionné chez moi avec ma fille ! Elle avait environ 3 ans et ça faisait plusieurs soirs collés quelle chialait sur le Souper! Un soir , on s'installe à la table j'amène l'assiette à mon chum, la mienne (remplie de nourriture du Souper) et une assiette vide à ma fille! Nous avons commencer à manger moi et mon chum en ignorant un peu la petite! Au bout de quelques minutes elle nous dit : " je ne mange pas moi?? " nous lui avons simplement dit que non car quoi que nous lui offrons elle chiale et n'en veux pas de toute façon! Bien sur nous lui avons servie son repas pas la suite! Et elle a tout mangé! Depuis ce temps elle fait attention à ce qu'elle dit et goûte à presque tout!
  33. Josée Bournival 5 mai 2017 à 13 h 57 min
    Allo Véro. C'est fou comme chaque enfant réagit différemment... Je n'oserais même pas tester votre truc ici. Je ne pense pas que j'obtiendrais la même réaction que chez vous. ;-) J'ai des poulettes hyper sensibles. Josée XX
  34. Patricia 5 mai 2017 à 09 h 49 min
    Hahaha!!.Ha... omg... mon coco de 3 ans... Il refuse Toujours (bon ok, disons 99.9% du temps) de manger! Mon truc? Papa le diverti, ou on lui donne un jouet pour le distraire le temps que je lui glisse une première bouchée dans la bouche! Il réalise alors 1: que c'est bon 2: qu'il a effectivement faim. Il est bon après pour manger son repas comme un grand jusqu'à ce qu'il n'ait plus faim. S'il aime moins, il mange moins, mais mange quand même et s'il aime plus, il mange comme un ado!! Mon loulou de 1 an lui, c'était les textures. Il mangeait bien toutes ses purées et d'un jour à l'autre, plus rien. J'ai réalisé qu'il voulait désormais manger des morceaux! Parfois en plus il veut que je le nourrisse et d'autres fois il veut absolument manger par lui même! ...moins évident quand ça tombe sur un soir où on mange du riz!!! 😉
  35. Josée Bournival 5 mai 2017 à 13 h 59 min
    Allo Patricia. Vous me faites réaliser que c'est la même chose ici. Parfois, j'ai l'impression de mettre une bouchée de force entre les lèvres de Léonard parce que je sais qu'il va apprécier. Je n'aime pas insister mais dès qu'il a goûté à l'aliment en question, souvent, il en redemande! Josée XX
  36. Annie 5 mai 2017 à 11 h 53 min
    Moi aussi j'ai une petite difficile qui ne mangerait que des sucreries toute la journée. Ma seule règle, c'est qu'elle doit goûter et si elle n'aime pas c'est correct. Oui, je lui prépare souvent autre chose, parce que tout comme nous, parents, on n'aime pas tous les aliments qui existent. Jusqu'à pas très longtemps je détestais les poivrons, mais j'en mangeais quand-même un peu de temps à autre et aujourd'hui j'aime ça. Même chose pour les enfants. On le sait tous que les goûts ça se développe avec le temps. J'essaie le plus possible de lui donner tout ce qu'il faut, mais je peux pas la forcer et je crois que ça risque au contraire de créer un mauvais lien avec la nourriture. Je refuse que ma fille se couche le ventre vide aussi. C'est sûr que c'est frustrant quand ma fille n'aime pas ce que je fais, mais des fois y'a des nouvelles choses qui passent. Moi je déteste le poisson, si on m'en sert, je ne le mange pas, alors pourquoi forcer des enfants à manger ce qu'ils n'aiment pas? Bref, ma seule "règle" c'est de goûter. Ah oui et vive les vitamines! :) Je sais que ça ne remplace pas la vraie nourriture, mais bon ... éventuellement elle finira par développer ses goûts! :) Faut arrêter de s'en faire un moment donné, c'est à devenir fou!
  37. Josée Bournival 5 mai 2017 à 14 h 02 min
    Bonjour Annie. Je pense aussi que lorsqu'on offre des aliments de qualité, bons pour la santé et dans un contexte agréable, c'est le meilleur moyen pour développer de saines habitudes alimentaires. Prendre le temps de manger en famille, de rire autour de la table au lieu de se disputer avec un enfant qui refuse de manger, c'est également apprendre à notre enfant à bien se nourrir. Merci pour votre message. Josée XX
  38. nancy 5 mai 2017 à 20 h 05 min
    moi j'ai ma 2 ans et demi qui est pas facile à faire manger surtout les protéines car les fruits et légumes ne sont pas un problème, même ce qu'elle mangeait avant deviens un non pour elle , heureusement elle aime les crudités qu'elle mange avec de l'humus en trempette en grande quantité . J'espère vraiment que c'est une phase car on commence à manquer d'imagination pour lui offrir des repas qu'elle va gouter . je te dis que quand on trouve un OUI on lui en fait souvent :D cette semaine c'est le jambon hihihihi
  39. Josée Bournival 10 mai 2017 à 09 h 01 min
    Allo Nancy. J'aimerais pouvoir en dire autant, mais il faudrait que TOUS mes enfants aient les mêmes envies en même temps. Quand une trippe sur le jambon, l'autre refuse d'y goûter. Josée XX
  40. Elise 7 mai 2017 à 16 h 26 min
    Bonjour, Ca à l'air tout un défi ( combat...) de réussir à nourrir une tablé de 4 enfants ! Moi j'en ai une qui vient de décider qu'elle n'aime pas du tout les purées (elle a 7 mois), je vais essayer pour elle l'alimentation autonome. Mais bon, pour la grande de 3 ans et demi, qui passe par la même phase de " j'aime-pas-ca-j'veux-pas-manger-c'est-pas-bon... sauf les nouilles au beurre!". J'utilise les mêmes trucs cités dans les commentaires. Je ne coupe ni le dessert ni la collation du soir, mais je la voit dans ce cas un complément de repas: fruits, pain 14 grains avec beurre de peanut, yogout, légumes, morceaux de fromage, céréales.... Surtout je voit le repas "équilibré" sur trois jours. Est-ce que en trois jours elle a bien mangé? Même si elle mange un repas complet de nouille au beurre ou de riz blanc, étalé sur trois ou quatre jours, avec tout le reste c'est pas si pire finalement!
  41. Josée Bournival 10 mai 2017 à 08 h 59 min
    Allo Élise. J'aime beaucoup le "gros bon sens" de votre proposition. Effectivement, lorsqu'on regarde notre menu sur 3 jours, les enfants mangent habituellement bien. Merci de l'astuce! ;-) Josée XX
  42. Émylie 8 mai 2017 à 20 h 22 min
    Mon petit garçon de deux ans et demi mange très peu parfois aussi. J'ai remarqué depuis qu 'il est tout petit qu'il est assez dédaigneux... L'apparence de ce qu'il mange est donc très important : on essaie quand c'est possible de lui séparé les aliments dans son assiette et de lui donner dans sa belle assiette de la pat patrouille qu'il aime beaucoup. Ça aide un peu, mais il y quand même des jour où je me demande aussi comment il fait pour fonctionner en ayant si peu mangé.
  43. Josée Bournival 10 mai 2017 à 09 h 03 min
    Bonjour Émylie. En même temps, il m'arrive de penser que ce sont nous, les adultes, qui mangeons trop pour nos besoins... nos portions sont énormes comparées à celles des enfants, mais elles le sont aussi souvent pour nos propres estomacs. Josée XX
  44. Caroline 8 mai 2017 à 20 h 48 min
    Parfois ça m'horripile au plus haut point lorsque je me suis donnée corps et âme pour faire un souper qui ne manque de rien et qu'avant même d'être assis, j'attend '' J'aime pas ce souper!'' Ok! Est-ce que tu t'es donné la peine d'y goûter ?? ''J'aime pas ça, c'est différent .'' ( parce que chez nous, dire c'est dégueu, ça ne passe pas, j'ai essayer de faire comprendre a mes enfants que lorsqu'elle seront a l'âge de commencer a cuisiner et d'expérimenter , si elles aimeraient cela qu'on qualifie leurs efforts a ''dégueu'' ? Bref, j'ai l'impression d'aller a la guerre chaque fois qu'on s'assoit pour manger et que le combat est de mener a terme le repas dans l'assiette . Mais je nous trouve quand même chanceux parce que nous avons des jeunes enfants qui façonnent leurs goût propre a eux et elles font quand même le geste d'ouvrir leurs horizons avec des choses vraiment folle que nous leurs proposons . Je peux comprendre lorsque l'envie n'y est pas et c'est correct mais on fini par les connaître et faire la différence entre ''J'ai pas faim. et ''J'ai pas faim." :-)
  45. Josée Bournival 10 mai 2017 à 09 h 05 min
    Bonjour Caroline. Contrairement à vous, j'ai souvent de la difficulté à différencier "j'aime pas ça" et "j'ai pas faim". Parce que mes filles ont des "merveilleuses têtes de cochon comme leur mère" elles s'entêtent parfois à ne pas manger même si elles ont faim. Impossible d'être parfaite, n'est-ce pas? Josée XX
  46. Cécile 9 mai 2017 à 12 h 04 min
    Un post pour partager une modeste astuce que j'ai trouvé avec mes jumeaux de 18 mois maintenant. Nous avons eu des difficultés il y a quelques mois avec numéro 1 qui ne voulait plus manger le midi (surtout si la texture n'était pas parfaitement lisse) et qui se mettait à hurler. Et son frère par solidarité qui finissait par rechigner son assiette. J'ai alors eu l'idée de les faire participer à l'élaboration du repas à leur niveau : j'épluche et coupe les légumes ils les mettent dans la cocotte. On verse l'eau ensemble. Et puis au moment de mouliner la purée je les appelle ils voient que le morceau passe de la cocotte au mixeur puis dans leur assiette qu'on ajoute aussi la viande et des herbes ou de la crème et que le tout va dans leur assiette. Et là en quelques jours les résultats ont commencé à se voir! Maintenant impossible d'aller préparer le repas sans eux! Et ils goûtent à tout dans la cuisine (ce qui n'est pas toujours évident à table). Bon ce n'est pas miraculeux il y a toujours des repas difficile des odeurs qui les rebutent mais bon c'est normal nous aussi on n'ime pas tout. Dans ces moments on leur demande juste de goûter mais pas de compensation sur autre chose. Je note toutes vos astuces pour les autres repas difficiles qui ne manqueront pas nous arriver ;-)
  47. Josée Bournival 10 mai 2017 à 09 h 08 min
    Bonjour Cécile. C'est une excellente astuce. Des recherches scientifiques prouvent votre point. Lorsque l'enfant a le sentiment d'avoir contribué au résultat se trouvant dans l'assiette, il mange plus volontiers ce qu'on lui sert. Même résultat si l'enfant participe à l'épicerie pour l'achat des denrées. Josée XX
  48. Vanessa 15 juin 2017 à 16 h 46 min
    Bonjour Josée! J'écris rarement, mais ce sujet m'interpelle beaucoup parce que j'ai été une enfant très difficile aux repas étant jeune. Beaucoup d'aliments me roulaient dans la bouche. Maintenant adulte, je comprends mieux ce qui m'a aidé et je me permets donc de te donner quelques conseils à la volée: - L'assiette de crudités fait peut-être partie du problème. Tes enfants n'ont pas à manger quoi que ce soit de leur assiette, puisqu'ils ont une solution de rechange (pour eux, pas pour nous mais bon!) - Donner le choix de la composition de l'assiette au moment de servir (et leur faire faire leur assiette lorsqu'assez grands). Exemple: les légumes cuisinés sont le brocoli et les carottes; l'enfant peut avoir des deux, ou un des deux en majorité avec un seul 'exemplaire' de l'autre pour goûter (une bouchée et c'est réglé). - Les enfants ont un goût plus prononcé que nous, ils goûtent davantage les assaisonnements. Donc, présenter les aliments tels quels aux enfants et ajouter les épices dans les assiettes des adultes uniquement. À moins qu'ils ne demandent à goûter, ce qu'ils feront très probablement! - Les faire aider en cuisine. Ma vie alimentaire a complètement changée le jour où j'ai préparé et cuisiné moi-même les aliments. La grande majorité ont cessé de me dégoûter de cette façon. En appartement, je me suis mise à manger de tout, parce que j'étais libre de choisir et qu'à l'épicerie les aliments sont devenus moins 'ennemis' qu'une fois présentés dans mon assiette. Un des gros problèmes que je rencontrais étant petite, ce sont les oignons. Ma mère en mettait dans tout, et je déteste ça. Elle les mettait en gros morceaux, et j'avais le droit de les enlever et de ne pas les manger, mais de devoir trier mon assiette à presque tous les repas a fait en sorte que je mangeais avec beaucoup moins d'appétit. Je crois que dans ton cas, il y a assez de variétés pour que ce ne soit pas un problème unique, mais je le dis au passage, si ça peut aider quelqu'un. Une dernière note, et je ne veux pas partir de débat! Mais la plupart des aliments d'origine animale (viande, oeufs, produits laitiers) ne sont pas 'naturels' à manger pour les humains. Ce n'est pas d'instinct qu'on se met à les aimer, mais plutôt à force d'années à se faire dire que c'est normal et qu'ils doivent faire partie de notre alimentation (ce qui n'est absolument pas vrai, mais notre société est ainsi construite). Bref, mon point est qu'il y a une raison pour laquelle c'est difficile d'intégrer certains aliments. Pour ma part, si ma famille avait été végétalienne en grandissant, probablement que j'aurais mangé beaucoup plus équilibré (sauf les oignons ;)). Je vous met au défi d'essayer un plat végétal de temps en temps, et de voir la réaction de vos enfants. Bien sûr, chaque enfant est différent et le problème peut venir de plusieurs sources. Mais il s'agit d'une piste qui peut faire la différence chez vous! P.S. Je ne suis végétalienne que depuis 2 ans, donc mes trucs s'appliquent aux omnivores aussi! ReP.S. Je me porte très bien, et je mange bel et bien des protéines. La seule et unique vitamine que je dois prendre en comprimé (entièrement végétal!) est la B12, qui est en carence dans la population en général (tout régime alimentaire confondu). ;)

Partager