Un pincement au coeur

Un pincement au coeur
Par Josée Bournival, Auteure, animatrice et blogueuse
19 mai 2016
J’appuie sur une touche de mon clavier d’ordinateur. Je viens de mettre notre balançoire pour bébé en vente sur un site d’annonces en ligne. Un autre article qui ne me servira plus…

J’appuie sur une touche de mon clavier d’ordinateur. Je viens de mettre notre balançoire pour bébé en vente sur un site d’annonces en ligne. Je l’ai d’abord nettoyée puis prise en photo. J’ai rédigé une courte description accrocheuse. J’espère vendre rapidement.

L’annonce vient rejoindre celle de la chaise vibrante, du siège d’appoint, du support pour le bain… tant d’articles qui ne me serviront plus.

En à peine quelques heures, tous mes articles trouvent preneurs. Peut-être que mes prix étaient trop bas? Mais ce n’est pas ce qui me préoccupe. C’est plutôt l’étrange sentiment de tristesse qui m’envahit. On dirait que je suis nostalgique…

Je revois chacun de mes enfants dans les premiers mois de leur vie. Chaque article me rappelle des souvenirs. Le bain pour bébé me rappelle à quel point ma fragile-Clémentine-née-prématurément aimait s’ébattre avec fougue dans l’eau. Le cale-tête est imprégné du souvenir de Simone et du torticolis avec lequel elle est née. Le petit coulou* me rappelle la rencontre entre mes deux grandes. Au retour de l’hôpital, Clémentine avait positionné son visage dans le trou pour découvrir « son » bébé soeur.

Chaque fois que des acheteurs se présentent à ma porte, je leur souris. Ils viennent tous chercher un article pour un bébé à naître. Je les envie. Je n’aurai plus jamais la chance de revivre une gestation ou la naissance d’un enfant.

Mes grossesses et congés de maternité marquent les sept dernières années de ma vie. Pour chaque objet vendu, c’est une page qui se tourne. Je vous avoue que ça m’effraie un peu. Je me demande parfois de quoi sera faite la prochaine année…

Et vous? Appréhendez-vous de tourner la page? Quelle est l’émotion qui vous envahit quand vous pensez à ne plus jamais avoir d’enfant?

 

Photos : iStock.com/FamVeld (en haut), Josée Bournival (en bas)

* Housse pour siège d’auto avec ouverture pour le visage.

Josée Bournival, Auteure, animatrice et blogueuse
Je suis la maman de 3 grandes filles et d’un petit garçon. Je souhaite échanger avec vous sur une foule de sujets reliés à la vie de famille.
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (77)

  1. Mélissa 19 mai 2016 à 11 h 04 min
    Bon matin! Mon deuil d'un enfant à naître est fait depuis longtemps. Je l'ai fais avant même la naissance de ma deuxième, qui est un peut un mon bébé de dernière chance. Je ne voulais plus avoir de de grossesse passé mes 35 ans et ma cocotte a fait son nid le mois avant ma fête de 35 ans. J'ai accouché en novembre et en mars je me fessais ligaturer. Je suis du genre très terre à terre. Je vois bien que je n'ai plus la patience d'entant. En plus, ma cocotte a été suivi pendant les 4 premier mois de sa vie pour des problèmes de taux de plaquettes trop bas. Mon chum et moi avons eu des prises de sang à Ste-Justine, on s'est fait dire qu'une future grossesse serait à ''risque'' et que si j'étais de nouveau enceinte devrais me faire suivre là. Faire la route de Trois-Rivières à Montréal aussi régulièrement ça ne m'enchante pas. Donc, je me départis volontiers des objets encore utile qui ne me serve plus. J,ai donner des vêtements à mon frère qui a eu une petite fille près d'un an a près moi. J'en ai donner a une amie (qui est grand-mère de 4 garçons et finalement d'une petite fille) qui avait que des vêtements de garçons. J'ai donner aussi plusieurs chose à ma nièce de 24 ans qui a eu une fille en janvier de cette année. Ce qui me soulage c'est la possibilité de ''voir'' les choses de mes filles sur d'autre enfants ou utilisé par d'autre maman. Malgré tout, je suis nostalgique de mes grossesses. J'ai tellement aimé être enceinte. J'ai étiré le plaisir avec l'allaitement. Ces contactes privilégier avec mes filles vont me manquer. Même si je tourne facilement la page, je fais comme quand je regarde un album photos, je me permet de revenir en arrière.
  2. Laurence 19 mai 2016 à 11 h 47 min
    C'est la première fois que je vois quelqu'un qui a eu le même problème de plaquettes que moi. Il semble que c'est très rare. C'était juste ton bébé ou toi aussi ? Pour ma première, aucun problème pourtant. Nous on désire un autre enfant alors la grossesse risquée me stresse ...
  3. Mélissa 19 mai 2016 à 13 h 05 min
    Mon taux de plaquettes était un peut plus bas sans être dangereux. Pour ma cocotte je sais qu'elles sont même descendus sous les 10 a un moment donné. On ne sais pas trop ce qui c'est passé parce que ma puce a eu son premier rendez-vous à Ste-Justine en Mars et elle aurait du être vu en Décembre. En Mars son taux était à la normale. Je crois que j'ai développé des anticorps ''contre'' mon chum, mais je sais que ça n'a rien a voir avec ce que l'on voit habituellement pour une maman au rhésus + et papa - (ou vice et versa). J'ai eu une première grossesse sans problème, puis j'ai fais une fausse-couche puis 7 mois plus tard une autre grossesse avec ma cocotte et ses petits problèmes. J'ai demandé si la fausse-couche avait pus jouer un rôle dans ce qui est arrivé. Ils ont pas pue me répondre puis qu'ils ne savaient pas ce qui est arrivé. Au mois aujourd'hui tout va bien et je garde dans un coin de ma mémoire ce qui est arrivé au cas ou ça deviendrait une information utile si jamais ma fille avait besoin d'une opération.
  4. Laurence 19 mai 2016 à 15 h 17 min
    Moi mes plaquettes étaient basses, dans les 70-90. On m'a seulement dit que c'était dû à la grossesse et on me suivait en gare pour un suivi. Lorsque mon fils est né, il était à 64, il a descendu à 17 24h plus tard. Il a eu une transfusion de plaquettes et il a été transféré à mtl. On m'a alors dit que c'était une allo-immunisation (comme ce que tu sembles avoir eu). Cependant, ce n'est pas sensé affecter les plaquettes de la mère cette pathologie. Bref, mon chum et moi on a passé les prises de sang comme vous et aucune incompatibilité trouvée. Ils ont dit alors que c'était une maladie auto immune (qui explique mes plaquettes basses enceinte) et que les anticorps ont passés au bébé et que si jai un autre enfant ça risque de faire pareil. 3 jours après le transfert à mtl, les plaquettes de mon fils étaient à 211 alors jai quand même été chanceuse.
  5. Mélissa 21 mai 2016 à 09 h 43 min
    Oui, effectivement, toi et ton fils avez été chanceux. ma fille a eu un taux de plaquettes trop pas (sous les 50) pour les 3 premier mois de sa vie, elle devais avoir des prises de sang à toutes les semaines. Ou il y a eu un manque dans notre cas, c'est à la naissance, elle aurait du être transféré la première semaine quand son taux est descendu sous les 10. Mais bon, aujourd'hui elle est en santé et c'est ce qui compte.
  6. Cyndie 21 mai 2016 à 22 h 08 min
    Allo melissa, Cela m'est aussi arrivé à ma troisième grossesse en septembre 2014. Ma fille a du recevoir une transfusion de plaquettes d'urgence. En fait c'est que notre conjoint et nous sommes incompatibles au niveau des plaquettes. J'ai une forme de plaquette rare(toi aussi surement) et comme nos bébés ont des plaquettes du même type que notre conjoint(et 90% de la population) nous développons des anticorps contre les plaquettes de nos bébés. Plus on a des grossesses, plus on fabrique des anticorps. Donc, on ne se rend compte de ce probleme que quand il est trop tard pour y remédier, Cest à dire apres la naissance de plus d'un bebe(au 3e dans mon cas). Je ne peux plus avoir d'enfants non plus, les risques sont trop grands, il faudrait entre autre faire une transfusion de plaquettes in utero, ce qui serait très risqué. J'espère que cela t'aide à mieux comprendre. :)
  7. Mélissa 22 mai 2016 à 15 h 44 min
    Salut Cyndie! Merci pour l'infos, je comprend mieux ce qui est arrivé a ma cocotte. Je crois finalement que ma fausse-couche a jouer un rôle dans tout ça finalement. Je comprend mieux les risques d'une prochaine grossesse. Je suis contente d'avoir pris la décision de me faire ligaturer le plus tôt possible après mon accouchement. J'ais moins de chance de tomber enceinte.
  8. Josée Bournival 19 mai 2016 à 13 h 31 min
    Bonjour Mélissa. Contente de lire que certaines internautes se trouvent en Mauricie, dans ma région d'origine. (Je viens de St-Étienne-des-Grès) J'aime bien votre "retour en arrière". On a des souvenirs et on a le droit de les revisiter... Josée XX
  9. Isabelle 19 mai 2016 à 11 h 47 min
    Que je te comprends! Bébé 2 a cinq mois et demi et je donne ses vêtements rapidement, car monsieur porte du 12-18. Cela m'attriste réellement. Je n'aurai bientôt plus de bébé. Pour l'avenir, je regarde mon grand de 3 ans qui m'épate à tous les jours. Bientôt plus de bébé, mais de nouvelled aventures vécues dans l'amour s'offriront à toi et à moi. Voyons le positif! Bonne chance, je sais que c'est difficile... Je le vis!
  10. Josée Bournival 19 mai 2016 à 13 h 32 min
    Allo Isabelle. Votre fils a l'air aussi costaud que le mien. Cette semaine, j'ai abandonné la coquille de transport. Bébé ets déjà trop grand. Dire que Simone a passé plus de 12 mois dans cet article tellement elle était menue... ;-) Josée XX
  11. Christine Cantin 19 mai 2016 à 12 h 27 min
    Je vis présentement la même chose, je me départi tranquillement des mes articles en me disant que c'est le dernier, si petit, si dépendant. Un privilège tout de même d'avoir pu vivre ces 3 congés avec mes enfants, mais j'ai tout de même un pincement au cœur...
  12. Josée Bournival 19 mai 2016 à 13 h 34 min
    Allo Christine. Je me demande si ça finira par passer ou si à chaque étape ce sera "tristounet". Qu'en pensez-vous? Josée XX
  13. Julie 19 mai 2016 à 13 h 49 min
    ça passe, mais ça revient parfois. J'ai gardé certaines choses, comme des couvertures tricotées à la main par des g-m et des amies, leur premier pyjama, des petites choses. Quand je retombe dessus, ça serre un peu mon coeur. Mais il faut plutôt voir le chemin depuis ce moment. Bon blues!
  14. Josée Bournival 19 mai 2016 à 13 h 54 min
    Merci!! Je suis en plein dedans. ;-) Josée XX
  15. Sonia 19 mai 2016 à 13 h 56 min
    J'ai eu 4 enfants. Ma plus vieille a 8 ans et ma petite dernière a 2 ans et demi. J'aime tellement la voir grandir avec ses soeurs que j'en oublie d'être nostalgique face a la vie d'avant. Bien au contraire, je suis ravie de ne plu avoir d'enfant au couches et de pouvoir aller prendre des marches avec les 4 en même temps! Le temps passe et les nouvelles possibilités sont immenses. J'aime me départir du stock qui ne sert plu, surtout qu'en vieillissant c'est autre chose qui prend de la place ( comme les vélos, les grands vêtements, la trottinette...) Je pense donc que la nostalgie nous quitte peut a peut quand l'enfant grandi et est capable de suivre la gang!! 😉
  16. Josée Bournival 23 mai 2016 à 07 h 07 min
    Bonjour Sonia. J'espère que mon coeur empruntera un chemin semblable au vôtre. Pour l'instant, j'avoue que c'est un peu plus boueux. ;-) Josée XX
  17. Valérie 19 mai 2016 à 12 h 27 min
    Nostalgique n'est pas le mot dans mon cas. J'ai deux enfants et j'ai tout gardé car on en veut au moins un autre. Dans la dernière année, j'ai fait trois fausses couches/arrêts de grossesse entre 6 et 12 semaines. Regarder tous ces trucs et penser que ça risque de ne plus me servir comme on l'avait souhaité et planifié me rend malade. Parce qu'il faut voir si on peut trouver à quoi mes problèmes sont dus; parce qu'il faudra ensuite décider si on veut affronter le stress et l'anxiété qui viendront nécessairement avec une autre grossesse. Sincèrement, j'envie ceux qui se seront départis de leurs trucs de bébé alors qu'ils savaient avoir mis au monde leur dernier. Je dis pas que ça se fait pas sans un pincement au cœur, mais au moins ça se fait pas dans la douleur au coeur...
  18. Josée Bournival 19 mai 2016 à 13 h 37 min
    Ma chère Valérie, j'ose à peine imaginer votre état d'esprit. Les problèmes de conception sont difficiles à supporter tellement ils sont cruels pour les adultes qui souhaitent un enfant. J'espère que la vie sera généreuse avec vous et vous comblera avec ce futur bébé que l'on sent très désiré. Josée XX
  19. Michèle 19 mai 2016 à 12 h 36 min
    Je comprends ce sentiment, tellement! Je vis présentement ma dernière grossesse. C'est clair dans ma tête depuis le début de cette quatrième grossesse. J'ai besoin de me reaproprier mon corps, de redevenir une femme et une conjointe et le besoin est vraiment criant. Alors le rituel d'accueil de bébé est comme encore plus symbolique. On a fait une nouvelle chambre pour lui, mes vêtements de maternité sont déjà triés pour la plupart et prets a etre vendus et j'ai donné beaucoup de vêtements de bébé, déjà, car je sais qu'ils ne serviront pas. On dirait que j'ai besoin de plus savourer chaque petite étape. Ça fait vraiment bizarre de me dire que je ne vivrai plus cela,même si je suis une de ces extraterrestres qui n'aiment pas particulièrement la grossesse. J'accoucherai dans quelques jours et je me surprends a vouloir faire les choses différemment, a être encore plus maternante et a graver dans ma memoire chaque seconde passée avec lui. C'est un peu anxiogène, car je prends la décision de passer officiellement à une autre étape de la vie au lieu de me laisser guider par celle-ci comme j'ai toujours fait.
  20. Josée Bournival 19 mai 2016 à 13 h 38 min
    Bonjour Michèle. Dans votre cas, le processus semble vraiment enclenché. ;-) Je vous souhaite de bien profiter de vos derniers jours avec un bedon plein de vie. Comment vous portez-vous? L'accouchement vous emballe ou vous angoisse? Josée XX
  21. Valerie 19 mai 2016 à 12 h 40 min
    Ah que je compatis avec vous Josee! Je vis déjà les serrements au cœur quand je range vêtements et objets devenus inutiles et pourtant, j'envisage d'avoir un petit quatrième et dernier bébé dans deux ans. Je n'ose imaginer ce que je ressentirai en me débarrassant de tous mes vêtements de maternité et de bébé et des objets qui font partie de ma vie depuis quelques années... Mais on peut pas faire des bébés à l'infini n'est-ce pas?
  22. Josée Bournival 19 mai 2016 à 13 h 40 min
    Malheureusement non, Valérie! Mais j'imagine que chaque étape à venir sera aussi exaltante. Celles qui ont déjà compléter leur famille il y a quelques années peuvent témoigner? Josée XX
  23. Josée 19 mai 2016 à 13 h 15 min
    J'ai attendu 4 ans avant de vendre mon premier item, ma poussette! C'était un point de non retour. Je n'avais pas accepté la situation ... que mon Xavier Alexandre serait mon seul et unique enfant. Je n'ai pas la santé pour avoir un 2e enfant. Fiston aura 7 ans dans les jours à venir. Il me demande encore quand il aura un frère ou une sœur et ça me fait, à chaque fois, un tourbillon d'émotion. On a tous un deuil à faire, peu importe notre situation personnelle!
  24. Josée Bournival 19 mai 2016 à 13 h 41 min
    Bonjour Josée. Je crois qu'être parent, c'est faire de nombreux petits deuils en chemin. Après tout, on souhaite que nos enfants deviennent des adultes autonomes et heureux. Pour ça, il faut toujours se détacher un peu... difficile (pour moi en tous cas) ! ;-) Josée XX
  25. Sara 19 mai 2016 à 13 h 17 min
    Bonjour Josée! Je lis ton texte avec les larmes aux yeux. Nous en voulons un 3e donc je conserve les choses pour le petit dernier ou petite dernière , mais j'apréhende ce moment! J'ai déjà le cœur gros quand je serre les choses de mon bébé qui grandit trop vite et j'ai pas hâte de voir comment je vais réagir lorsque viendra mon tour de vendre ces choses! on verra en temps et lieu!
  26. Josée Bournival 19 mai 2016 à 13 h 43 min
    Vous avez raison, Sara: une chose à la fois. Vous n'êtes pas encore rendue là! (chanceuse) ;-) Quant à votre réaction, elle pourrait vous surprendre. Il peut se passer bien des choses en un an. Pour ma part, à pareille date l'an dernier, j'imaginais être sereine à l'idée de me départir de tout ça. Et pourtant... Josée XX
  27. Nancy 19 mai 2016 à 13 h 59 min
    Bonjour, cela me rassure en lisant ton article mais malheureusement ... Façon de parler car j'ai une magnifique grande fille de 3 ans, je ne pourrais probablement ne pas en avoir d'autres enfant. J'arrive à 42ieme anniversaire cette été. Tout joue contre moi pour ne pas "tomber" enceinte une dernière fois. La pilule est très difficile a envaler. J'espérais tellement que j'avais garder certains chose pour mon prochain bébé.... Il va falloir que je me décide à vendre à ma grande tristesse et je dirais même à mon désespoir ...
  28. Josée Bournival 23 mai 2016 à 07 h 08 min
    Bonjour Nancy. Je comprends que votre age est en cause, mais avez-vous peur d'une grossesse tardive ou si vous craignez de ne pas tomber enceinte parce que vous avez passé la quarantaine? Josée XX
  29. Andréanne 19 mai 2016 à 14 h 03 min
    Lors que j'ai rencontré mon amoureux, nous avions chacun un enfant et dans ma tête, j'en voulais pas d'autre mais pour mon amoureux, il voulait recommencer. Alors j'ai foncé et on a eu notre fille en sachant pertinemment qu'elle serait la dernière. Le rendez-vous pour la vasectomie était pris avant même la naissance de notre Sylvana. A sa naissance, j'ai failli mourir donc les médecins m'ont fortement conseillé de pas en avoir d'autre, dans ces circonstances, le deuil a été plus facile à faire. Ce que je trouve dur, c'est de voir mon bébé rentrer à la maternelle en septembre. Là on passe vraiment à une autre étape. Ouf, j'essaie de me faire à l'idée que je n'ai plus de bébé.
  30. Josée Bournival 23 mai 2016 à 07 h 10 min
    Allo Andréanne. Comme je vous comprends!!! Simone entre aussi en maternelle en septembre. C'est toujours un grand choc de réaliser que nos bébés grandissent, non? Josée XX
  31. Emma 19 mai 2016 à 14 h 15 min
    Bonjour! Mon 3e bébé a présentement 3 mois, et contrairement à mes autres enfants, je sais et je sens que cette fois ci cest le dernier, et jen suis heureuse. Je sais par contre que lorsque je me mettrai à vendre leurs choses je serai nostalgiques, mais j'ai juste hâte de les voir grandir. J'adore être maman mais j'ai hâte de retrouver un peu de liberté :)
  32. Josée Bournival 23 mai 2016 à 07 h 12 min
    Bonjour Emma. Mon conjoint est "à la même place" que vous. C'est lui qui me tient la main et me fait voir tous les avantages qui s'en viennent pour notre vie de famille. Une chance que je l'ai!!! Chez vous est-ce que votre conjoint a plus de facilité ou de difficulté que vous à tourner la page? Josée XX
  33. Emmanuelle 19 mai 2016 à 14 h 32 min
    Je comprends le sentiment qui t'envahit... Moi, c'était il y a dix ans, presque onze ! Il s'est passé tellement de choses depuis... Une séparation d'avec le papa de mes deux garçons, une restructuration de ma vie pour être là pour mon beau Émile qui a un TED, un retour aux études. En fait, je suis encore en train d'étudier, je termine mon deuxième Certificat à l'Université cet été. Je poursuivrai à l'automne afin d'obtenir un Bac. par cumul. J'adore encore et encore les bébés, je les aiment d'amour ! Un seul regret.... J'aurais vraiment aimé rencontré mon chum du moment, quelques années auparavant ! J'aurais pu porter un troisième enfant ! Pour sa part bien avant de me rencontrer, il avait décidé que c'était terminé pour lui !! Je me promets dans l'avenir de bercer, de cajoler ou de réconforter des bébés d'amour ! Même après presque onze années, je suis encore nostalgique !!! Qu'ils sont adorables ces petits êtres !!!
  34. Josée Bournival 23 mai 2016 à 07 h 13 min
    Allo Emmanuelle. J'ai l'impression que c'est un sentiment qui ne nous quitte jamais. Voir le bébé d'une autre nous replonge instantanément dans nos souvenirs personnels, non? Josée XX
  35. Marie-Eve 19 mai 2016 à 15 h 08 min
    Je vis tellement la même chose!!!! Au point où chaque fois que ma plus jeune change de taille de pyjama, j'ai un petit pincement au coeur de ne plus revoir une petite cocotte dedans!!! Autant ma plus vieille j'avais donc hâte qu'elle grandisse et pouvoir remiser les vetements/accessoires/jouets pour voir ses progrès, autant ma plus jeune j'aimerais la garder bébé longtemps!!
  36. Josée Bournival 23 mai 2016 à 07 h 16 min
    Allo Marie-Ève. Je vous lis, et j'ai l'impression que le même phénomène se passe ici. Je suis toujours contente de sortir de nouveaux vêtements pour Clémentine alors que je délaisse ceux de Léonard avec une pointe de regret. Parfois, je me passe la réflexion qu'une chance que les enfants ne savent pas toutes les émotions qu'ils nous font vivre... Josée XX
  37. Catherine 19 mai 2016 à 15 h 34 min
    Bonjour Josée, Enceinte de mon 2e, je me questionne régulièrement si ce sera la dernière fois où je porterai si sereinement et fièrement la vie... notre désir était d'avoir 2 enfants possiblement 3 mais optionnel... Je te comprends d'avoir les blues puisque chaque fois que je ressors un mini-vêtement que mon 2e garçon portera d'ici quelques mois me fait frisonner de nostalgie mais en même temps.... la vie est siii bien faite ... chaque étape du développement file entre nos doigts si viiiteee ... je me dis tous les matins de savourer chaque.instant présent / Carpediem Josée ;-)
  38. Josée Bournival 23 mai 2016 à 07 h 17 min
    Carpe diem... je vais essayer de mettre ça en pratique, ma chère Catherine. Merci pour le rappel!! ;-) Josée XX
  39. Cathy 19 mai 2016 à 15 h 50 min
    Bonjour. J'ai 2 filles de 18 et 15 ans. J'ai donné et vendu toutes leurs choses qui n'avaient pas de valeur affective pour moi. Et ca ne m'a pas dérangé. Mais maintenant j'ai un petit loup de 3 ans et à chaque fois que je vend ou donne un article de bébé ca me fait mal au coeur... Je n'aurai plus d'autres enfants... J'ai 43 ans. 18, 15 et 3 ans c'est une tres belle famille. Mais j'ai eu aussi une petite fille qui aurait eu 5 ans en septembre.. qui est décédée à la naissance. Mon pinçement au coeur vient peut etre du fait que ces articles auraient du servire à ma petite fille aussi. Alors il y a plusieurs items que j'ai gardé pour elle. Et mon garcon a 3 ans et a déjà 2 gros bacs de souvenirs... Si je n'avais pas 43 ans j'aurais encore au moins 1 ou 2 enfants...
  40. Josée Bournival 23 mai 2016 à 07 h 21 min
    Allo Cathy. Je compatis avec vous. La perte d'un enfant... quel drame. Aucun parent ne devrait vivre ça. J'imagine que le temps adoucira cette blessure. Du moins, je l'espère... Josée XX
  41. Marianne 19 mai 2016 à 19 h 34 min
    Ce soir j'ai allaité mon bébé de 8 mois et il s'est endormi sur moi, comme tous les soirs. Alors que je l'avais encore dans les bras, je me suis mise à pleurer. Je recommence à travailler dans 2 semaines sur des horaires rotatifs, et ça me brise le coeur. Je trouve difficile de faire le sevrage, même si mon bébé prend bien le biberon ou le gobelet. Je suis très nostalgique des derniers mois passé dans mon cocon d'amour avec ce petit être si important pour moi. Et je suis tombé sur votre billet. C'est bon de voir que d'autres mamans aussi ne voudraient jamais que leur bébé grandisse !
  42. Josée Bournival 23 mai 2016 à 07 h 23 min
    Ma chère Marianne... je vous souhaite un retour au travail serein. Votre bébé vous surprendra peut-être avec sa capacité d'adaptation. Ce sont de merveilleux enseignants pour les parents. ;-) Bonne chance et au plaisir de vous relire pour savoir comment ça se passe pour vous et bébé. Josée XX
  43. Céline 19 mai 2016 à 20 h 06 min
    Même chose pour moi. Je mettrais tout dans la boite souvenir mais... on ne peut pas tout garder. Nous sommes toutes pareilles. Je viens d'imprimer l'album de ma fille : ''ma première année'' avec toutes ses premières fois. On dit que le temps passe mais... c'est nous qui passons!
  44. Josée Bournival 23 mai 2016 à 07 h 23 min
    Bonjour Céline. Très juste. Et très joli. Merci d'avoir pris le temps de partager cette réflexion. Josée XX
  45. Katherine 19 mai 2016 à 20 h 51 min
    Cet article tombe drôlement à point dans ma vie. J'ai vendu il y a quelques jours ma chaise berçante. Ouch! Ça m'a fait mal. Tellement de moments, de souvenirs, d'odeurs, d'amour....C'est le seul article dont je me suis départi qui a provoqué un réel chagrin. Si j'avais eu une maison plus grande, je l'aurais très certainement gardé!
  46. Josée Bournival 23 mai 2016 à 07 h 25 min
    Allo Katherine. Oh... tous les moments passés à bercer, consoler, endormir, chanter des chansons... la chaise berçante est effectivement un article clé. Bien heureuse de garder la mienne pour l'instant. Josée XX
  47. Sandra Leblanc 19 mai 2016 à 21 h 10 min
    J'ai eu ma première.....et ce sera la seule...car je l'ai eu à 36 ans et mon conjoint en à 10 de plus que moi. Nous aimons notre fille et nous nous émerveillons à tous les jours de l'avoir dans nos vies. Nous nous sommes rencontrés tard dans nos vies et nous savons que nous n'aurions pas l'énergie d'en avoir un deuxième. Cependant, penser que je ne vivrai plus la joie d'attendre un petit être et de voir grandir ma fille qui à maintenant 17 mois.....oufff c difficile. Je suis déjà nostalgique quand je pense à elle toute petite. Je vois très peu de famille faire le choix d'arrêter après un enfant et j'avoue que j'ai tendance à me comparer et j'ai peur de me faire juger..... Je sais que je sors un peu du sujet, mais j'avais besoin de l'exprimer.
  48. Josée Bournival 23 mai 2016 à 07 h 31 min
    Bonjour Sandra. Il y a effectivement beaucoup de jugements de valeur entourant le choix d'avoir un enfant unique. Je ne le vis pas personnellement, mais une amie à moi a fait ce choix et elle m'en parle à l'occasion. Ça m'a d'ailleurs inspiré pour le personnage de Frédérique dans les tomes 3 et 4 de ma série Bébé boum. Dites-vous que peu importe vos choix, quelqu'un trouvera à redire sur votre décision. Au-delà du jugement que les autres peuvent avoir à son endroit, mon amie s'inquiète davantage de l'avenir de sa fille qui n'aura pas de frère ou soeur pour l'accompagner quand ses parents seront morts. Vous pensez à ça aussi? Josée XX
  49. Aglaë 23 mai 2016 à 07 h 36 min
    Bonjour Sandra! En apparence, j'ai l'air d'avoir choisi d'avoir un enfant unique alors que ce n'est pas du tout le cas: Premièrement, j'ai fait une fausse couche, donc mon fils est mon second enfant. Deuxièmement, j'ai subit une hystérectomie à l'âge de 24 ans. Je n'ai pas CHOISI, mais quand les gens me demande si j'en ai JUSTE un (enfant), je me sens tout de même jugée...
  50. Josée Bournival 23 mai 2016 à 07 h 39 min
    Et votre fils est grand à présent Aglaë... arrivez-vous, avec les années, à laisser glisser le jugement des autres sans qu'il ne vous atteigne autant ou si ça vous affecte autant que quand il était bébé? Josée XX
  51. Aglaë 23 mai 2016 à 08 h 00 min
    Disons qu'aujourd'hui le jugement des autres m'écorche plus qu'il ne me dérange.
  52. Josée Bournival 25 mai 2016 à 16 h 08 min
    ;-)
  53. Catherine Desroches 19 mai 2016 à 22 h 00 min
    C'est particulier de lire ces lignes ce soir, car en fin de semaine, nous ferons notre première vente de garage...avec des articles de bébé et vêtements de mes deux garçons... Je réalise donc que mes deux petits loups grandissent vite et qu'il faut tourner la page (même si ce n'est pas évident!) Nous aussi, comme certaines ont dit plus haut, nous avions une certaine incompatibilité avec le sang, qui augmentait le risque d'anémie du bébé, d'une grossesse à l'autre... J'aurais tellement aimé avoir un troisième, et que ce soit une fille... Ça fait du bien de voir que nous ne sommes pas les seuls... Et je remercie la Vie à chaque jour, car j'ai pu vivre tout de même de belles grossesses, malgré les suivis serrés, et je suis fière d'avoir mis au monde deux beaux enfants en très bonne santé! Alors, je regarde les vidéos, les photos, je profite du présent! Et pour ce qui est des fruits de la vente, je me dis que je me gâterais un peu, pour agrémenter ma propre garde-robe, maintenant que j'ai ma "presque" taille d'avant... hihi! :)
  54. Josée Bournival 23 mai 2016 à 07 h 34 min
    Bonjour Catherine. Nous avons passé un week-end similaire puisque j'ai aussi fait une vente de garage. ;-) Ici ça a été un peu tranquille... peut-être le long week-end... Je suis fière de moi, parce que j'ai laissé partir des articles qui me tenaient à coeur pour des prix dérisoires. Je m'efforce de tourner la page... Et vous, comment a été votre week-end? Josée XX
  55. Marie Racine 19 mai 2016 à 22 h 51 min
    Ho la la que je comprends. Mon petit 4e a tout juste 1 mois et demi et, techniquement, il sera le dernier. C'est ce que l'on avait convenu, mais mon cœur ne peut se résoudre pour le moment à dire officiellement que la famille est terminé. Juste de penser à me départir de mes choses me met la larme à l'œil. Je rangeais les pyjamas 3 mois et j'avais le cœur gros. (Vive les hormones ;) ) J'ai 4 merveilleux garçons et il y a tout juste 5 ans entre mon ainé et mon petit dernier. On a une belle famille rempli de vie et surtout de santé. J'ai décidé de prendre les choses au jour le jour et je verrai bien où la vie me mène. Je ne me mets plus trop pression et je me départirai des choses de bébé lorsque le moment sera venu!!!
  56. Josée Bournival 23 mai 2016 à 07 h 35 min
    Allo Marie. Vous avez raison, chaque chose en son temps et il vient un moment où la maison est tellement encombrée de souvenirs de toutes sortes que ça fait du bien d'en donner et d'en vendre un peu. Josée XX
  57. Gen 20 mai 2016 à 03 h 31 min
    3h10 du matin... Je termine d'allaiter mon petit dernier de 10 semaines. J'ai deux bequx garçons issue du "feu" programme gouvernemental pour la procréation assitée. Mon premier garçon à maintenant 2 1/2 ans de folie, de joie et de caractère!:-) J'ai 35 ans et toutes mes dents!:-) Lors de ma dernière grossesse, tout semblait clair que se serait notre dernier enfant. Mais quelques heures après la naissance de ma petite merveille ... J'ai ressenti en moi un désir immense de ravoir un 3e enfant. Mais mon mari lui, aimerait bien, mais est plus rationnel que moi. Comme il est maintenant quinquagénaire depuis peu, il dit qu'il aimerait voir grandir nos enfants, qu'il aimerait être présent pour eux, pour nous ... Et que côté financier, nous n'avons pas les moyens de déboursser des milliers de dollars sans savoir si nous aurons la chance une 3e fois de donner la vie. Adopter à l'internantional aurait pû être une solution, mais le temps joue contre nous et le côté financier également. De plus, nous avons 2 embryons congelés du dernier cycle in-vitro ... Que vont-ils devenir? Je regarde mes deux garçons et je me dis que je ne peux pas décider de simplement les donner à la science parce que je n'es pas les moyens financier pour faire les transferts (2000$/ embryon transférer sans compter les médicaments) Bref, lorsque je place dans les bacs de plastique, les petits pyjamas de ma petite merveille ... J'ai le coeur gros, très gros!! Je suis ravie et reconnaissante de grandir aux côtés de mes deux garçons biologiques et j'ai une pensée quotidienne pour ceux et celles qui n'ont pas cette chance.
  58. Josée Bournival 23 mai 2016 à 07 h 37 min
    Allo Gen. Ça me touche beaucoup de vous lire. Quels dilemmes... C'est toujours frustrant d'opposer le coeur à la raison. Si seulement les deux faisaient équipe en permanence... Josée XX
  59. Madame Octopus 20 mai 2016 à 03 h 32 min
    C'est marrant j'ai écrit un billet très similaire sur mon blog il y a quelques mois... Au moins je ne suis pas la seule dans ce cas. Bon courage!
  60. Josée Bournival 23 mai 2016 à 07 h 41 min
    Bonjour Madame Octopus! J'imagine qu'avec le pseudonyme on peut facilement vous retrouver sur le web? J'irai lire le tout avec plaisir. Merci de votre visite sur le mien. J'irai vous rendre la pareille. ;-) Josée XX
  61. Josée Bournival 23 mai 2016 à 07 h 42 min
    Hum... je viens d'effectuer une recherche et je ne vous trouve pas... vous pouvez m'aider? Josée XX
  62. Madame Octopus 20 mai 2016 à 03 h 33 min
    C'est marrant j'ai écrit un billet très similaire sur mon blog il y a quelques mois... Au moins je ne suis pas la seule dans ce cas. Bon courage!
  63. Aglaë 20 mai 2016 à 11 h 50 min
    L'obstination à «finir» sa famille alors qu'on est encore en âge de procréé ET qu'on désire d'autres enfants me fascine. Moi je n'ai pas le loisir de choisir: J'ai subit une hystérectomie à l'âge de 24 ans suite à des erreurs médicales et la nostalgie m'envahis encore, même si mon bébé à 20 ans. Mon mari n'aura jamais d'enfants. Ça me rend vraiment triste...
  64. Josée Bournival 23 mai 2016 à 07 h 45 min
    Allo Aglaë. Ce sont probablement les réalités économiques et sociales qui poussent les parents à faire ces choix. J'avoue que je suis privilégiée, je n'ai écouté que mon coeur pour bâtir ma famille. D'autres n'ont peut-être pas ce luxe. Quant à votre histoire personnelle... elle est à vous tirer des larmes. Josée XX
  65. Marie 20 mai 2016 à 15 h 25 min
    Merci pour ce billet. J'ai 3 enfants en santé et depuis ma 3e grossesse je rêve d'en avoir un 4e. Mon chum refuse categoriquement. La vasectomie est prevue mais je surprends a aimer les histoires de vasectomies qui n'ont pas fonctionné lol je pense que je suis encore dans le déni que je n'aurai plus jamais de bébé. J'ai un peu de ressentiment contre mon chum car je sens qu'il m'impose son choix mais en même temps je dois respecter ses limites quant à la patience qu'il a pour nos enfants. Pas toujours facile les choix de famille
  66. Josée Bournival 23 mai 2016 à 07 h 48 min
    Allo Marie. Ce n'est effectivement pas facile de "négocier" cette étape pour deux amoureux. Surtout si un des parents est inflexible. J'espère que le temps vous aidera a accepter la situation. ;-) Josée XX
  67. Évelyne 20 mai 2016 à 15 h 55 min
    Je suis maman de trois charmantes princesses. Ma petite dernière à 4 mois et demi et je suis à vendre au fur et à mesure ce qui ne lui convient plus. Je n'ai pas de pincement au cœur, car j'ai 37 ans et je boucle la boucle de la maternité avec serénité avec ce troisième petit ange qui est arrivé dans nos vies en étant très espéré de ma part mais non planifié. Si on m'aurait demandé de tout vendre après ma deuxième fille, j'aurais versé plusieurs larmes, car je ne pouvais me résigner à ce que ce soit la dernière fois que je vivrais la maternité. Pour dire, j'avais gardé tous mes gros morceaux en disant à mon homme, "sait-on jamais"'. Maintenant, je suis heureuse de penser que je tournerai cette page et que de belles grandes choses m'attendent pour l'avenir. Vous savez Josée, vos filles vont vous apportez autre chose en grandissant d'aussi beau et un lot de défis qui demanderont une bonne dose d'énergie et peut être que la porte n'est pas complètement fermée qui sait? :)
  68. Josée Bournival 23 mai 2016 à 07 h 50 min
    Ha ha ha!!! Je vous confirme Évelyne que la porte est fermée à double tour, cadenassée et probablement enduite de super colle. ;-) La vasectomie est planifiée. ;-) Josée XX
  69. Geneviève 23 mai 2016 à 11 h 41 min
    Je comprends parfaitement ton sentiment. Cependant, de mon côté, le deuil du dernier enfant et des objets de bébé n'a pas eu vraiment lieu. Au contraire, je suis très contente d'en avoir fini avec les grossesses (énormément de nausées, repos complet, restrictions importantes, fatigue, etc.), l'accouchement et le séjour à l'hôpital que je considère 'pas trippant' sur tous les points à part la rencontre et l'attachement avec mes enfants, les premières semaines difficiles à ne presque rien faire d'autre que s'occuper des enfants, sans jamais dormir. Je n'ai aucune envie de repasser à travers tout ça. Je suis dévouée corps et âme à mes enfants (mon garçon de 19 mois et ma fille de 4 mois), et tout mon temps et mon énergie y passent, mais j'aspire maintenant à voir une augmentation de ma qualité de vie, à poursuivre quelques buts 'égoistes' comme bien dormir la nuit, avoir plus de temps pour cuisiner et faire mon ménage, pouvoir m'évacher ne serait-ce qu'une seule fois devant un film chez nous. J'avoue être émue quand je vois les photos et vidéos de mes enfants pris depuis leur naissance. Je pense que c'est d'ailleurs la clé: prendre plein plein de photos et vidéos de chaque période de leur vie pour avoir des souvenirs, faire des beaux albums et montages en prenant plein de notes sur leur développement (âge de leurs premières dents, la première fois qu'ils ont marché, etc.). Concernant les objets de bébé, je suis très heureuse de pouvoir m'en départir pour le bonheur d'un nouveau parent et le mien, car ça signifie pour moi une maison plus aérée et propre, avec moins d'objets encombrants et qui rendent le ménage plus long et fastidieux. Je lève mon chapeau à toutes les mamans (et tous les papas) qui sont prêts à mettre de nouveau leurs besoins en veilleuse et recommencer tout à zéro avec un nouveau petit! Pour moi 2 c'est une famille idéale qui me comble entièrement. Ça a toujours été clair dans ma tête que j'aurais 2 enfants, pas plus pas moins.
  70. Josée Bournival 25 mai 2016 à 11 h 09 min
    Allo Geneviève. Je prends en note tous vos arguments et je les relirai quand la nostalgie me gagnera... Josée XX
  71. Maude 23 mai 2016 à 14 h 53 min
    Bonjour! Moi je suis en train de faire mon deuil. Je viens d'accoucher de notre première fille, elle a trois mois. J'en voudrais un ou deux de plus mais mon mari ne veut pas. J'ai connu des complications en fin de grossesse et nous ne savions pas si notre enfant verrait même le jour. Elle fut diagnostiquée peu après avec une rare maladie cardiaque. Elle semble être parli les deux tiers qui survivent et peut-être même dans le 20% qui en guérissent spontanément. Mais il y a de fortes chances que nos prochains enfants pourraient aussi en souffrir. Il semblerait que nous soyons la troiéme famille au monde porteuse de cette maladie. Donc à cause de tout cela mon mari ne croit pas être capable de traverser toutes ces épreuves à nouveau... Je garde tout pour l'instant car in ne sait jamais :)
  72. Josée Bournival 25 mai 2016 à 11 h 11 min
    Bonjour Maude. Je vous lève mon chapeau d'affronter la maladie avec autant de sérénité. Je touche du bois. Mes enfants sont en santé. Est-ce que votre quotidien est hypothéqué à cause de la maladie de votre fille? Qu'est-ce que ça implique concrètement pour vous? Josée XX
  73. Maude 3 juin 2016 à 15 h 47 min
    Bonjour Josée. Merci de votre réponse. On ne se rend jamais compte à quel point la santé est importante jusqu'au jour où l'on doit faire face à la maladie. On prend la santé pour acquis. Mon mari et moi sommes tous les deux médecins et nous y sommes habitués en quelque sorte à y être confronter mais je trouve bien difficile de rester objective avec ma fille. Elle a passé le premier mois de sa vie dans mes bras 24h sur 24 jusqu'à ce qu'elle soit diagnostiquée. À l'hôpital aussi j'ai passé chaque seconde avec elle. Depuis son congé il y a un mois notre quotidien est redevenu plutôt normal je dirais... Elle prend des médicaments quatre fois par jour ce qui est parfois difficile à coordonner avec ses boires car il faut attendre 30 avant ou aprés pour pouvoir l'allaiter. Essayez d'expliquer ça à un bébé! J'avoue qu'à chaque fois qu'elle est plus irritable ou ne prend pas bien le sein j'ai toujours un pincement au coeur et je le dis que son coeur a recommencé à battre la chamade. Ou sinon la liste des complications possibles déferlent dans ma tête. Donc d'une façon je suis sans doute chanceuse d'être médecin et de pouvoir prendre mon stéthoscope pour l'ausculter dans ces molents mais en même temps j'en sais trop! Je souhaite juste être sa maman. À chaque jour je remercie le ciel et tous les médecins, mes sages femmes et les infirmières qui ont sauvé ma fille. Grâce à eux j'ai le bonheur de la serrer contre mon coeur à tous les jours :) Je me dis que cette expérience m'aidera à accompagner encore mieux mes patients lorsque je recommencerai à pratiquer.
  74. florence nallet 26 mai 2016 à 05 h 20 min
    Bonjour, Je vis actuellement la même chose que vous. Mon petit Maxence est né le 16 juin dernier (2015). C'est mon deuxième enfant et ce sera dernier, le premier a 5 ans. Je commence aussi à vendre des vêtements et quelques affaires de puériculture qui ne me serviront plus. Ca me sert le coeur. C'est dur parce que c'est la fin d'un épisode de vie liée à l'attente d'un bébé et de toutes les projections qui l'entourent. C'est infiniment difficile, comme le sevrage de l'allaitement que je vis aussi actuellement. Ce sont des petits deuils à faire. Mais bon, je me dis qu'il y a encore pleins de belles aventures à vivre. Avec des enfants plus grands, c'est plus facile de se déplacer, de voyager, de partager des activités ensemble, et c'est tout à faire réjouissant.
  75. Céline 28 mai 2016 à 21 h 54 min
    Bonjour, mon troisième bébé a 3 mois et je suis contente de savoir que je ne serai plus enceinte, car ce n'est vraiment pas mon activité préférée ( bb 1: prééclampsie, accouchement prématuré à 32 semaines, bb 2: beaucoup de r-v et d'examens préventifs en plus d'injections quotidiennes pendant 24 semaines et bb 3: mêmes injections) en plus de tous les malaises normaux.Ouf ! Mais ce qui me fait un pincement au cœur est de savoir que je ne ferai plus jamais la rencontre d'un nouvel être que j'aurai porté. Snif ! J'ai tellement aimé le premier contact avec mes bébés. Ce sont des empreintes émotives indélébiles qui sont tatouées sur mon cœur. Vive la maternité !
  76. Caroline 30 mai 2016 à 11 h 23 min
    J'ai toujours voulu avoir une grande famille. Je me voyais avec 4 ou 5 enfants. Célibataire encore dans la trentaine, mon rêve a commencé à rétrécir... J'ai maintenant 40 ans et je suis maman d'une merveilleuse petite fille de 4 ans conçue grâce à la fiv. Après de nombreuses tentatives pour en avoir un deuxième, je devrai bientôt me résoudre à ne plus jamais être enceinte, à ne plus jamais allaiter, à ne plus jamais faire la découverte d'un petit être tout nouveau, à ne plus sentir ce doux mélange de lait et de chaleur. Je suis tellement triste car ce n'est pas mon choix. Je ne peux être sereine face à cela. C'est une décision économique qui m'est imposée. Je n'ai encore rien jeté. Je ne suis pas prête. Si vous saviez comme je vous envie d'avoir eu plusieurs enfants. Ce n'est pas de la jalousie, c'est plutôt que je vous trouve tellement chanceuse.
  77. Nancy 30 mai 2016 à 13 h 55 min
    Ah... Les transitions. Avec les années, j'ai appris à me connaître et je sais que le franchissement des étapes m'est toujours difficile. Je crois que le deuil m'aurait été difficile à 2, à 4 ou à 8... Je me dis que ce deuil était inévitable, je le vis après 3 enfants. Alors, j'opte pour la fuite:). J'essaie de ne pas y penser de focusser sur les joies et les défis du quotidien. Je me dis "C'est ça qui est ça, la famille n'est pas terminée, elle commence!". Mais pour être honnête, c'est mon conjoint qui s'est chargé de vendre les articles comme la poussette, le bumbo... J'avoue que malgré la fuite, je me questionne souvent... Tout comme toi, ma vie des 7 dernières années tournait autour des grossesses et des naissances, de l'adaptation qui s'en suit. Il nous faudra trouver de nouveaux défis, de nouvelles passions. Notre plus jeune a maintenant 18 mois et je crois que le deuil se fait doucement. Il ne faut pas trop que je m'y attarde toutefois. Regarder en avant...