Les premiers mois avec des jumeaux

Les premiers mois avec des jumeaux
4 janvier 2016
Les gens sont fascinés par les jumeaux. J’ai entendu toutes sortes de commentaires, comme cette conversation que j’ai dû avoir plus de 100 fois.

Les gens sont fascinés par les jumeaux. Suffit de se promener dans un lieu public avec une poussette double bien remplie pour le comprendre. Je me faisais régulièrement arrêter et poser des tas de questions. J’ai entendu toutes sortes de commentaires, parfois les mêmes, comme cette conversation que j’ai dû avoir plus d’une centaine de fois.

- Vous êtes vraiment courageuse d’avoir des jumeaux!

- Merci. Mais en fait, je ne suis pas courageuse. Je n’ai pas le choix. Alors je m’adapte à la situation, et vous feriez probablement la même chose à ma place.

- Euh, peut-être, mais déjà un bébé, c’est difficile. J’imagine que ça doit être terrible avec deux. Ça prend du courage, non?

- Non. Quand ils sont bébés, ça prend de l’organisation. Le courage, c’est plus tard que ça en prend.

Une question d’organisation

Il n’est certes pas facile de contrôler les boires et les nuits d’un bébé. Et le fait d’en avoir deux ajoute au défi. Mais la période 0-6 mois n’est pas si difficile qu’on pourrait le penser. Ce n’est, à mon avis, qu’une question d’organisation. Je ne pensais jamais qu’un jour, je devrais préparer autant de biberons, moi qui ai toujours fait le choix de l’allaitement. J’ai d’ailleurs eu la chance d’allaiter les jumeaux durant leurs 10 premiers jours, mais, malheureusement, un problème de santé qui a nécessité une hospitalisation m’a forcée à arrêter.

Je me rappelle la fois où mon conjoint a trouvé une façon de faire tenir les biberons pour que les bébés puissent boire sans aide le temps qu’il prépare le repas pour nos filles aînées. Ou le jour où j’ai mis la purée dans une poche à pâtisserie pour faciliter les repas. Ou encore la fois où j’ai découvert que je pouvais porter les deux bébés en même temps avec deux écharpes de portage.

Par contre, je n’ai jamais réussi à dormir plus de 2 heures d’affilée la nuit avec les jumeaux. Je crois qu’ils avaient 3 ans quand j’ai pu dormir une nuit complète.

À deux, c’est 2 fois mieux

Le jour où mon quotidien est devenu doublement difficile, c’est quand ils ont commencé à se déplacer et à interagir davantage. Certes, l’interaction crée des moments inoubliables. Ils ont du plaisir ensemble, ils jouent, ils se sourient, ils explorent leur environnement, etc. Mais c’est aussi l’étape où ils s’arrachent la suce, se grimpent l’un sur l’autre, se tirent les cheveux ou se frappent avec ce qu’ils ont sous la main.

Déplacer une chaise est un jeu d’enfant quand on est deux, tout comme y grimper pour vider le garde-manger. Salir, briser, blesser… les catastrophes se succédaient à un rythme accéléré. Tout était plus vite et plus facile à deux. Ils parvenaient même à déjouer les barrières de sécurité. J’étais toujours sur le qui-vive, attentive au moindre bruit.

J’avais toujours la possibilité de les installer dans leurs exerciseurs ou dans leurs parcs pour qu’ils s’amusent en toute sécurité. Mais ils aimaient tellement se promener pour explorer la maison que je gardais ces options pour les moments où je ne pouvais vraiment pas les surveiller. Faire le choix que ce soit plus difficile. C’est un peu ça, être courageuse, non?

Et vous? Quelle période du développement de votre enfant avez-vous trouvée la plus difficile? Mamans de jumeaux, vous reconnaissez-vous?

Photo : Isabelle Paradis

Isabelle Paradis
Mère de 4 enfants, dont des jumeaux, ma famille est mon oasis pour décrocher de mon travail mouvementé. Et mon travail est une soupape à ma vie de famille trop remplie!
Tous les billets de l'auteur

Billets sur le même sujet

Commentaires (17)

  1. Caro 4 janvier 2016 à 12 h 38 min
    Vous avez bien décris ma vie! Oui aller magasiner ça sucite bien des regards et des questions, voir même des commentaires parfois inutile ou inusité....le pire c'est le terrible 2! Elles veulent tout pareil, posent des milliers de questions mais je suis tellement fière de les voir évoluer.
  2. Isabelle Paradis 4 janvier 2016 à 20 h 25 min
    Merci de votre commentaire Caro. C'est effectivement une grande fierté de les voir grandir et de vivre les hauts et les bas de leur grande complicité.
  3. Marijo 4 janvier 2016 à 19 h 51 min
    C'est tellement ça!!! Des jumelles? Sont elles identiques? Ben oui sont pareilles... Ah quoi que celle là semble plus grosse... Comment faites vous pour les reconnaître?! Comment vous faites avec 2 bébés? Je sais pas mais je le fais!!! Haha!!! Tant de questions de gens que je ne connais pas!!!!
  4. Isabelle Paradis 4 janvier 2016 à 20 h 32 min
    Je crois qu'ensemble nous pourrions élaborer une longue liste des questions les plus fréquemment posées à une maman de jumeaux! C'est une vraie fascination pour les gens. Mais n'est-il pas fascinant en effet de les voir interagir ensemble? Merci Marijo d'avoir pris le temps de soumettre votre commentaire.
  5. Soso 4 janvier 2016 à 23 h 46 min
    J'ai toujours rêvé d'avoir des jumeaux mais lorsque j'ai eu mon premier enfant et que j'ai vu la somme de travail que cela représentait, j'étais très heureuse finalement! Et puis j'ai eu un 2e enfant avec des petits problèmes de santé qui m'obligeait à lui prodiguer des soins plusieurs heures par jour et ce, même durant ses siestes. Ouf! Là je sentais que j'étais maman de jumeaux, voire de triplés! Je n'ai fait ni ménage ni repas durant des mois, et j'ai failli y laisser ma peau!!! Alors maman de jumeaux (ou plus!), vous êtes admirable surtout en ce qui concerne les premiers mois et les nuits si courtes.
  6. Isabelle Paradis 5 janvier 2016 à 21 h 20 min
    Merci de vos bons mots Soso. Mais vous auriez été toute aussi admirable avec des jumeaux j'en suis certaine. D'ailleurs, la situation que vous décrivez ne me semble pas plus facile pour autant. Et c'est en effet une bonne défaite pour lâcher prise sur le ménage :-)
  7. Claudia Lupien 5 janvier 2016 à 08 h 51 min
    AAaahh que c'est bon à lire ! Il est tellement vrai que se promener avec une poussette double engendre tout plein de commentaires bizarres. Courage ? Non, même que si j'avais eu le choix, j'aurais eu trop peur. Mais j'ADORE avoir eu des jumeaux ! L'organisation, par contre, ça a amené une autonomie que j'ai parfois regretté. Comme les laisser boire seuls un biberon dès 2 mois (pendant que je m'occupais du rot de l'autre) et les prendre par la main au lieu e dans mes bras dès qu'ils en Ont été capable, car 2 en même c'était lourd. Mais que de beaux souvenirs, plaisirs et doubles câlins !!!
  8. Isabelle Paradis 5 janvier 2016 à 21 h 23 min
    C'est tout aussi bon de vous lire Claudia. Ça me brisait le cœur aussi de devoir en laisser pleurer un pour s'occuper de l'autre. Merci de votre témoignage.
  9. LEPINAY Hélène 5 janvier 2016 à 09 h 57 min
    Effectivement, lire ces messages on ne se sent plus seule... C'est vrai que c'est de l'organisation. Et c'est aussi dur moralement quand une pleure et que vous n'avez pas le choix de la laisser pleurer car l'autre a vraiment besoin qu'on change sa couche ou qu'on lui donne à manger... Et les nuits où vous êtes réveillés toutes les 1h30 pour les bibs car elles ne sont pas calées ensemble (au début). Heureusement le conjoint est là !!! C'est un rythme que certain ne soupçonne pas et le fameux "bah quand vous faîtes les choses une fois vous êtes prêt pour la deuxième"!!! euh bah non change jusqu'à 14 couches par jour, donne jusqu'à 12 biberons par jour, fait tout en double tout le temps et on verra si tu dit ça... Mais avec le recul se dire que l'on a été capable de le faire "Quelle fierté !" (et ce n'est pas finit c'est que le début) et lorsqu'on les voit rires et jouer ensemble c'est que du bonheur !!!
  10. Isabelle Paradis 5 janvier 2016 à 21 h 36 min
    Vous me faites sourire Hélène tellement je me reconnais aussi dans tout ce que vous dites ! Heureusement le conjoint pour moi aussi ! Ça me fait aussi un très grand bien de lire tous ces beaux témoignages. On se sent en effet moins seule. Merci de ce partage.
  11. Fabienne 5 janvier 2016 à 20 h 48 min
    Tellement nous!!! Maintenant 9 ans, gars-fille mais comme je nous reconnaîs surtout le manque de sommeil;) En vieillissant quelle complicité qui...joue parfois contre papa-maman;) et parfois cette obstacle qu'est l'impossibilité d'en avoi un en mesure de raisonner l'autre ca peut être un peu ardu. Quel bonheur de les voir grandir. Merci pour ce joli texte!
  12. Isabelle Paradis 5 janvier 2016 à 21 h 40 min
    Merci Fabienne de votre témoignage. J'attends aussi avec impatience le jour où l'un raisonnera l'autre, mais vous me confirmez que je devrai être patiente ! Merci à vous de prendre le temps de commenter. C'est très apprécié.
  13. Amélie Faubert 6 janvier 2016 à 16 h 14 min
    La pire réplique.....Ho vous avez 2 beaux cocos, ils ont l'air rapproché, ils ont 6 mois de différence? Hooo boy!!! J'ai un garcon et une fille et souvent on me demande s'ils sont identiques. à date, à ce que je sache, un pénis et un vagin c'est très différent! Mais je suis très fière d'être différente des autres avec mes 2 cookies! On peut vivre bien des moments privilégiés!
  14. Isabelle Paradis 7 janvier 2016 à 08 h 02 min
    Je partage votre avis qu'il y a des moments privilégiés. Merci de votre témoignage Amélie.
  15. Caro 11 janvier 2016 à 19 h 27 min
    Les choses qu'on entend souvent par maladresse: ha les beaux garçons! Dsl c'est deux petites filles de plus elles portent des robes!!!:( ou elles se ressemblent beaucoup! Effectivement, elles sont jumelles!
  16. Lucile 11 janvier 2016 à 19 h 26 min
    Oh lala, il fait du bien cet article. J'ai des jumeaux fille-garçon de 10 mois. Je ne dors jamais plus de 2h d'affilée non plus. Je les allaite donc je n'ai pas les biberons, mais 15000 tetées. Je rêve d'une nuit de 6h d'affilée comme quand ils avaient 3 mois ! À côté de ça, ils sont trop mignons, ils se font des bisous, des caresses, et juste après, ils s'arrachent une touffe de cheveux ou ils se mettent un coup de cuillere sur la tête. Les commentaires ridicules, je ne les compte plus non plus... C'est juste dommage pour la personne qui les fait alors que j'ai passé une/des très mauvaises nuits, je n'ai pas la patience de répondre "gentiment". :p
  17. jacinthe 12 janvier 2016 à 13 h 47 min
    C est très bien dit...Je suis présentement dans l étape ou les jumeaux découvrent, vident, brisent etc...Juste avoir un petit moment intime est presqu' impossible , maintenant ils savent ouvrir les portent ...Souvent , en faisant le ménage lorsque j avance d un pas , j en recul de deux, c est un peu frustrant mais, ils réussissent quand meme a m émouvoir. Je ne regrette pas mon choix de mettre mon travail de coté pour m occuper de mes petits.