«J’ai faiiiim!» Une collation?

«J’ai faiiiim!» Une collation?
Par Stéphanie Côté, Nutritionniste
21 mai 2015

Combien de fois ai-je entendu : « Maman, j’ai faiiiimmmm! » au moment de mettre mes enfants au lit? Presque chaque fois, je me demande si je suis en train de me faire avoir. Après tout, des enfants qui cherchent à repousser l’heure du dodo, ça s’est déjà vu!

Je doute donc un moment, mais je ne veux pas être insensible non plus. Alors, pour savoir si je donne une collation le soir ou non, je me pose d’abord la question : depuis combien de temps le souper est-il terminé? Si ça fait plus de 90 minutes, il se peut en effet qu’une collation soit justifiée. Si ça fait moins longtemps, la collation n’est, en théorie, pas nécessaire.

Oui, mais que faire s’il n’a presque rien mangé au souper? Demandez-vous pourquoi il n’a presque rien mangé et vous trouverez généralement votre réponse.

Si votre enfant n’a pas aimé le repas, résistez à la tentation de lui offrir une collation peu de temps après qu’il soit sorti de table parce que cela risque de le conforter dans son refus. Afin d’augmenter les chances qu’il mange quelque chose au repas, prenez le soin d’inclure au moins un aliment qu’il aime déjà. Il apprendra ainsi progressivement à connaître et à aimer les autres aliments, sans toutefois être démuni devant une assiette dans laquelle il n’y a rien qu’il aime.

Si votre enfant a mangé une collation avant le souper, elle peut avoir nui à sa faim au repas. Vous êtes sûrement tenté au retour du travail et de la garderie d’offrir quelque chose à manger à votre petit qui a l’estomac dans les talons. Si le souper se fait attendre, vous pouvez le faire. Choisissez alors une collation qui va calmer sa faim, sans le bourrer. La meilleure option est un fruit ou un légume : une petite salade de fruits, quelques fraises, des tranches de pomme, du concombre, des lanières de poivron, un petit bol de potage ou autres. Ces collations risquent peu de nuire à sa faim au souper.

Si vous jugez que la collation du soir est nécessaire pour votre tout-petit, optez pour des aliments qui se digèrent bien et qui ne troublent pas le sommeil. Par exemple :

Finalement, vous pouvez aussi demander à votre enfant s’il a besoin d’une collation… ou d’un câlin! C’est peut-être d’un moment calme avec vous dans sa routine du soir dont il a surtout besoin.

Stéphanie Côté, Nutritionniste
Nutritionniste et maman de 2 enfants, j'ai un intérêt particulier pour l'alimentation des petits. Conseils enrichissants et anecdotes savoureuses sont ici au menu chaque mois!
Tous les billets de l'auteur

Billets sur le même sujet

Partager