Lettre aux mamans fatiguées

Lettre aux mamans fatiguées
5 février 2015

Chères mamans,

Un rien vous énerve. Vous ne riez plus, vous grognez. Vous ne chantez plus, vous criez. Vous êtes une montagne d’émotions prête à exploser à la moindre contrariété. Bienvenue au club des mamans fatiguées!

Patience… un jour, pas si lointain, vos nuits vous appartiendront à nouveau. Le bébé qui hurlait se transformera bientôt en un joli petit ange endormi; les couches laisseront place aux petites culottes toutes propres; ces règles que vous répétez sans cesse finiront par être assimilées (et vous en serez bien fière), le nombre d’objets ou de vêtements qui traînent sur le plancher finira par diminuer (J’ai hâte!); ces crises que votre enfant vous fait pour un oui ou pour un non ne seront bientôt plus que souvenirs... Bref, tous ces petits moments qui vous semblent interminables et difficiles à vivre disparaîtront dans quelques heures, quelques jours, quelques semaines voire quelques mois et seront vite remplacés par de chouettes moments passés avec votre enfant.

Alors, quand la colère monte, lâchez prise. Respirez un grand coup. Prenez un peu de recul. Tout cela est passager. Revenez à l’essentiel avec vos enfants : les câlins, les rires, les petits plaisirs. Si vos émotions débordent dans le mauvais sens, faites une pause. Essayez de partir une heure, un jour, une semaine pour marcher, nager ou danser. Prendre un bain. Dessiner. Écrire. Dormir. Ne rien faire. Rire avec des amis. Parler à des inconnus. Observer votre enfant jouer. Entrer dans sa bulle. Tout y est plus lent et rime avec présent. Zéro passé. Zéro futur. On relaxe aujourd’hui et maintenant, 5 minutes ou 5 heures. Peu importe, trouvez un moyen de vous retrouver pour mieux revenir vers ceux que vous aimez. Dans mon cas, ces petites pauses avec moi-même ont été et sont toujours la clé de mon équilibre pour être en harmonie avec ma vie de famille. Je m’y ressource pour continuer de rire, de m’émerveiller et surtout de relativiser quand rien ne va plus dans la maison et que j’ai envie de crier au lieu de serrer mes enfants dans mes bras!

Et vous, comment faites-vous?

Catherine Goldschmidt
Je suis une drôle de maman qui adore dénicher ou inventer des jeux simples et peu coûteux pour amuser les enfants.
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (22)

  1. Véronique 5 février 2015 à 11 h 18 min
    Je prends une journée de congé du travail (comme aujourd'hui, justement) et je m'octroie le temps dont j'ai besoin parce que personne d'autre ne va me l'accorder...

    Et j'essaie de ne pas culpabiliser car j'ai tout de même envoyé les enfants à la garderie... En me disant que, probablement, ce soir, je serai plus en forme, moins émotive et fatiguée et que les enfants retrouveront leur maman souriantes et non leur maman à deux poils d'exploser pour un p'tit rien...

    Pas facile, la vie de parent (et encore moins celles des mamans parce qu'au lieu de me reposer en ce moment, je m'informe sur la parentalité et je me flagelle mentalement d'avoir laisser les cocos alors que je suis à la maison...)
  2. Amélie 5 février 2015 à 12 h 22 min
    Bonjour Véronique! Je me reconnais tellement dans votre texte. La culpabilité fera partie de nous pour le restant de notre vie. Il faut ce dire qu'on est pas de mauvaise mère pour ça et tu as raison tes enfants seront très heureux de retrouver leur maman qui semblera sûrement bien plus reposé et patiente! Et comme mon conjoint me dit toujours, les enfants adore aller à la garderie donc pourquoi s'en faire!
  3. No-Way-Me 5 février 2015 à 12 h 08 min
    Bonjour! Mon truc à moi, depuis que bébé est venu au monde,c'est de participer à des rencontres de mamans, mais pas avec les enfants. L'accueil et le ventilage que l'on retrouve lors de ses moments est délectable!
  4. Emilie 5 février 2015 à 12 h 26 min
    Étant mère monoparentale aux etudes je me permet une journée de temps en temps pas de ''corvée'' bouffe maison mais rapido donc pas de balai pas de moppe etc (a moins d'un tres gros degats) je ne touche pas a mes livres et si ça tombe une fin de semaine on passe la journée en pyjama.
  5. Cynthia Nolet 5 février 2015 à 15 h 13 min
    Bonjour Émilie,

    Juste pour te dire que je te lève mon chapeau et à tous les parents monoparental également. Cette semaine pour la première je suis seule jour et nuit avec notre bébé et je pense à vous et j'ai envie de vous dire bravo et surtout ne lâcher pas comme le dit cet article....revenir au moment présent et savourer les moments merveilleux que nous offre nos petits trésors.
  6. zakia 5 février 2015 à 13 h 46 min
    Hé oui etre maman c'est ça! On est toutes partagées entre notre devoir de maman et la culpabilité si toutes fois on éprouve le besoin de faire un petit break histoire de se ressourcer et d'avoir les idées plus claires pour enfin pouvoir continuer à etre des bonnes méres. On est surement trés fatiguées mais nos enfants font aussi tout notre bonheur. Oui je l'avoue c'est dure d'etre maman.
  7. aline 5 février 2015 à 15 h 28 min
    Bonjour , une petite puce de 2 ans qui es pleine de vie, je suis en garde alternée avec mon ex conjoint et parfois je prend sur moi pour ne pas craquer. Je passe peu de temps la semaine avec elle car horaires compliqué et chaque soir je m ecroule quand elle est couché. Mais quand je ne l'ai pas la semaine suivante, je suis incapable de prendre du temps pour moi tellement elle me manque! C'est le plus beau des métier ?
  8. Maurel 5 février 2015 à 16 h 05 min
    Bonsoir à vous toutes les superbes mamans,
    quel plaisir de vous lire, je me reconnais dans les descriptions de cette maman fatiguée....maman qui a envie de claquer la porte ( mais qui ne le fera pas..), qui a envie juste de se retrouver avec elle-même, ou un bon bouquin pour lui permettre de s'évader ( même si je sais que je ne cesserai de penser à mes 3 trésors lol)....il arrive parfois que cet excès de fatigue entraîne d'autres mal-êtres, une incompréhension des autres ( tu l'as choisi ton petit 3ème !!!, on te l'avait dit qu'à 40 ans passés ce serait plus compliqué...), une perte d'identité, qui suis-je ? une mauvaise estime de soi, et puis envisager un cours de gym, ou aller voir une diététicienne te semble tellement difficile car cela va te demander encore plus d'énergie alors que cette énergie tu en manques....c'est difficile de se rebooster parfois !!! alors quelques fois on a un soubresaut de peps où on décide de se remuer, de se relever mais il faut du temps pour chaque chose....perso je ne parviens plus à savoir ce que je voudrais, ce que j'aimerais faire...un flou parfois désarmant je l'avoue...mais je suis heureuse aussi de me dire que dans quelques temps, Bébé fera ses nuits, je trouverai la force et le courage d'aller pousser la porte de cette diététicienne pour m'aider à enlever ces kilos en plus qui m'embêtent...dans quelques temps !!! mais en tout cas, je vous salue toutes pour vos soutiens, vos messages, votre courage et surtout pour avoir l'honnêteté de s'avouer ces difficultés.
    A bientôt.
    Séverine
  9. Annick 10 février 2015 à 10 h 26 min
    Tellement vrai! j'en ai juste un mais j'ai presque 38 ans et je suis si fatiguée que je me demande à quoi j'ai pensé... juste au souvenir de la forme que j'avais étant plus jeune, je me dit que j'aurais eu beaucoup plus de facilité à jouer avec lui par terre, me déplacer à genoux ou lui courir après! sans parler des kilos en trop qui me dérange aussi et dont je n'arrive pas à me départir car si j'ai le choix entre profiter de sa sieste pour m'étendre ou faire de l'exercice, mon lit m'appelle davantage que mon exerciseur!
  10. jennifer 5 février 2015 à 17 h 55 min
    Maman solo de 26ans d'une chipille de 6ans... je travail depuis 8 ans. Des journée de 12h pour moi du lundi au samedi matin...j'arrive a gérer la maison et les taches ménagères, j'adore faire des bons plats avec ma louna, mon echapatoir...le sport, jorganise mon temps de midi entre les courses, le repassage, les papiers et la course a pied...fatiguant vous direz mais une bonne fatigue...prenez du temps pour vous ...courage a toutes
  11. Mr. boudrea 5 février 2015 à 23 h 06 min
    j'ai bien aimer vous lire mais les papa seul avec leur enfants aussi sont la. Très bon article
  12. Jessica 16 février 2015 à 10 h 11 min
    Bonjour Mr. Boudrea,
    Je suis parfaitement d'accord avec vous. Dans le monde de la parentalité, les papas sont malheureusement souvent oubliés. Mon mari, très présent auprès de notre fils (avec qui j'ai partagé le congé parental), se sent souvent de côté car les papas n'ont malheureusement pas le même soutient que les mamans. Mais je sais que les papas font aussi un excellent travail et adorent leur progéniture tout comme les mamans.
  13. Val 6 février 2015 à 02 h 05 min
    Je ne veux pas jouer la rabat-joie mais les miens ont 7-7 (des jumeaux hé oui !) et 9 ans, il y a toujours des jouets partout, les lessives ont augmenté, les devoirs et les activités (courir partout, maman taxi!) aussi. Bref se reposer ce sera dans une autre vie mais vous avez raison il faut se faire plaisir !
  14. Andy Alou 6 février 2015 à 05 h 22 min
    Etre maman c'est pour la vie!
    C'est vrai que quand les enfants viellissent mais il y a les terreurs nocturnes vers 4 ans, les cauchemars entre 0-20 ans!
    Un enfant malade , qu'il ait 2 mois ou 10 ans nous tient réveillé la nuit!
    Les activités sportives où on doit faire le taxi et les compétitions où on doit parfois sortir de la,ville et accompagner notre enfant sur le "terrain" ... Et l'encourager ou encore en s'impliquant en faisant du bénévolat auprès de son équipe pour le supporter dans ses choix.
    Les amis qui viennent à la maison... Les repas à préparer pour un petit groupe!
    Les fêtes ... T'sé les party pyjama!
    Les peines d'amour... Qui nous font mal autant qu'à eux.
    C'est un contrat POUR LA VIE et même si parfois on a droit à un répis on peu presque mettre une croix sur les longues nuits de sommeil.
    Il y a le "avant" et le " après" !

    Mais ça reste la chose la plus merveilleuse au monde. Si je devais recommencer, je ferais tout pareil!
    Mes enfants sont ma plus belle réussite et j'en suis fière...
    Bientôt l'aînée quittera la maison, la seconde partira pour étudier et pour la troisième... On passera du bon temps seule à seule...
  15. Katy 6 février 2015 à 13 h 51 min
    La question est pourquoi on est fatiguée comme ça? Le savez-vous vous? J'ai trouvé ma réponse à moi, je ne délègue pas assé. À qui? À mon chum, à mon fils (qui a 13 ans, mais que je répète toujours et encore). Mais pourquoi je ne délègue pas? Parce que ce ne sera pas fait a mon goût. Dans le fond, qu'est-ce que ça change que le balais soit passé partout sauf derrière le meuble de télé, sous les lits, derrière et sous le divan, etc. Qu'est-ce que ça va changer? La terre va se désaxer? Non. Une guerre va éclater? Non, sauf dans mon fort intérieur. Mais pourquoi la maison doit être en effet miroir et à l'équerre, que rien ne traîne nul part et que pas une poussière ne parait? Je crois savoir: J'ai la peur du jugement, de me faire montrer du doigt : regarde il y a de la poussière là-bas et ici aussi..... Et il y a aussi la vie sociale, il faut sortir avec les amis le vendredi soir et au restaurant le samedi et pourquoi pas sortir après. En plus de 1, 2 ou même 3 fois par semaine dans les 4 à 7. En tout cas les filles faites ce que je dis et non ce que je fais : délégué le plus possible au pire engagez une femme de ménage, oubliez les sorties et les 4 à 7, à la place amusez-vous avez votre famille!
  16. Mymi 6 février 2015 à 18 h 35 min
    J'ai présentement 3 garcons de 6-4-2, un bébé en construction et un mari bien aimant mais qui travaille de 55 à 70h par semaines. Je suis à la maison, j'ai 25 ans mais ça arrive que des fois j'en ai ras-le-ponpon même si j'adore mes ptits-singes et que même si j'essaie de me sauver une journée pour avoir la paix, je m'ennuies, je trouve ça plate :P Parfois les voir trop souvent, c'est comme les voir pas asser. Nous n'avons pas une grande maison mais ils ont maintenant une salle de jeux et ils doivent respecter que les jouets restent dans cette partie de la maison s'ils veulent que le climat familial reste vivable. Là bas ils peuvent faire toutes les singeries possibles, sauter sur le divan, faire du parcours aux travers les jouets, virer le tout en bordel, ils savent que c'est pas moi qui va ramasser. Je ne suis pas un crack du ménage mais je tiens à ce que la cuisine et le salon (du moins) restent vivables. Comme papa n'est pas là souvent, c'est maman le pillier à la maison, celle qui gère tous les chantiers et qu'ils ne doivent pas me niaiser bien longtemps parce que moi je ne pli pas. Ils vieillissent, ça s'en vient de plus en plus facile sur différents aspects et ça encourage :) Comme on les a eu rapproché, ils se sont habitué à être autonomes et responsables... même si c'est des ptits diables hihih Je commence enfin à récolter les fruits de mes efforts et ma constance. Je peux vous dire que la nuit, je suis tellement crevée que je ne me réveille même plus pour les pipis de grossesses.. ça vous donne une idée!
  17. Marilyn 9 février 2015 à 21 h 28 min
    Merci pour avoir partagée ton quotidien. Ça m'a bien rejoind. Tu as une longueur d'avance mais j'ai un garçon de près de 2 ans, je suis enceinte d'un deuxième et mon conjoint part pour la semaine en raison du travail et on est en auto-construction de notre nouvelle maison. Même si je suis en retrait préventif ça m'arrive aussi de trouver que ça grouille beaucoup a la maison et que tout repose toujours sur mes épaules. Mais c'est si agréable de voir notre enfant s'émerveiller et grandir a chaque jour. Merci de me donner espoir qu'avoir 3 enfants ça pourrait être possible malgré que je serais presque seule a garder le fort. Bonne nuit a toi et je penserai a toi lors de mes virée nocturnes a la toilette ;)
  18. Marie 10 février 2015 à 04 h 08 min
    je ne sais pas si vous lire me donne espoirs ou me décourage
    j'ai moi même deux filles 28 et 42 mois.je travaille 8h par jour , le trajet vers le bureau me prend 2H ( c'est 4 allé/retour)
    je sors très tôt le matin en laissant mes filles aux lits, je rentre le soir pour le deuxième combat après celui de la journée :préparer le diner, le ménage, et m'occuper un petit peu d'elles et oui un tout petit peu ! mon mari bien sur quand il est disponible( à cause de son travail aux horaires non définis) est très présent et m'aide beaucoup heureusement!

    en lisant vos témoignages je me dit finalement je ne suis pas seule , toutes les mamans sont fatiguées et se culpabilisent , car moi je le suis et je sens que la pression a beaucoup monté ces derniers mois.
    en revanche je me pose la question: est ce que ça ne serai pas mieux d’arrêter de travailler et de rester avec mes petites, finalement il faudrait gérer ses priorités. je sais que le temps que je avec elle n'est pas suffisants, nous ne faisant pas assez d'activités ensembles nous ne sortant pas assez, et quand je suis à la maison je râle pour des détails.... je noircis l'image

    pour me ressourcer qu' est ce que je fais ? une journée de repos ..que je passe à râler car finalement je ne me repose pas... je me retrouve le lendemain plus fatiguée.
  19. Sendy 10 février 2015 à 12 h 07 min
    Parfois je reconnais que mon état n'est pas positif .Et j'ai bien envie de suivre à la lettre tout ce que j'ai appris dans des séminaires de formation sur la petite enfance ,tout ce que j'ai lu sur ce site.Mais je ne peux pas quoique j'aie situé mon cas mais le résoudre ,je ne trouve pas comment le faire.
    Après le travail je me rends à la fac .En rentrant à la maison je me sens totalement épuisée et qui paie les conséquences,mon mignon de 19mois.Je sais bien qu'il doit jouer et que je dois respecter ce qu'il fait mais cela m'énerve de lui dire non non non à chaque fois.Parfois je sens que je le gronde trop souvent car il ne comprend pas grand'chose.Et cela me rend trop nerveuse d'ailleurs avec tout le monde.Et à chaque fois que j'essaye de me calmer je sens le monde tourner autour de moi.Heureusement que mon mari me comprend lorsque je suis comme du feu.
    Mais je vais essayer encore et toujours encore d'être plus tendre avec mon ange que j'adore.
    Et merci pour cet article .Je vais essayer d'être plus patiente,plus sensible à ses besoins.Car être maman est un cadeau précieux,toutes les femmes du monde n'ont pas cette chance là.
    Merci encore.
  20. Lybedu 10 février 2015 à 17 h 33 min
    Oui, prendre une bonne respiration, du recul et toujours se souvenir que dans pas si longtemps (car le temps passe vite), ils quitteront la maison et que tout ces petits riens, ces petites bêtises, nous manqueront alors affreusement. Car soyons honnête, la plupart du temps c'est nous qui nous mettons la pression...
    seules. On oublie trop souvent de se demander si sérieusement, cette colère là, ces cris là, ces gros yeux là, ce rythme de dingue qu'on s'impose, sont vraiment nécessaires et si le jeu en vaut vraiment la chandelle.
    Et si on ne passe pas l'aspirateur, que le linge traîne et que le repas est préparé une heure plus tard que d'habitude, qu'est ce que ça peut faire ? Il suffit juste de décider, qu'aujourd'hui, toutes ces corvées peuvent attendre et que le plus important ce sont les enfants et le temps passé avec eux (et pourquoi pas à faire la sieste) alors c'est autant de cris et de fatigue en moins, d'Amour et de bonheur en plus. A bientôt.
  21. fahima 11 février 2015 à 10 h 08 min
    merci pour ce message , etre une maman pas facile, ocuuper des enfants de plua bas age jusqua ladolecence , pas facile , mais un bon conseil au moment exacte soit le bienvenu
  22. Catherine Goldschmidt 11 février 2015 à 16 h 46 min
    Merci à vous! Vous m'avez énormément touchée avec vos commentaires. Je vous souhaite moins de fatigue et plus de plaisir. Lâchez pas les mamans et si rien ne va vraiment plus, demandez de l'aide!

Partager