«Qu’est-ce qu’il y a pour dessert?»

«Qu’est-ce qu’il y a pour dessert?»
Par Stéphanie Côté, Nutritionniste
31 janvier 2015

iStock_000041068248_Full« Qu’est-ce qu’il y a pour dessert? » C’est la première question que ma fille pose en commençant le repas. Avez-vous aussi des petits amateurs – ou obsédés – du dessert autour de votre table?

Parfois, j’ai envie de répondre : « Hé, ma chérie, il y a autre chose que le dessert dans la vie! » Cependant, je préfère mettre en application certains principes qui parlent d’eux-mêmes. En voici les grandes lignes.

Quoi offrir en guise de dessert?

En général, il devrait s’agir d’aliments nourrissants. On pense alors tous au yogourt et aux fruits. Mais, attention! Il ne faut pas que ça devienne plate. Bien sûr, les fruits et le yogourt ne sont pas nécessairement plates. C’est plutôt le fait de les retrouver trop souvent au menu qui peut être ennuyeux. Le plus important est donc de varier.

Voici des exemples où le yogourt et les fruits sont à l’honneur, tout en étant des desserts spéciaux aux yeux des enfants.

  • Un parfait : Dans un verre, déposez d’abord de petits fruits, ajoutez du yogourt, puis garnissez d’une petite poignée de céréales granola ou autre.
  • Du yogourt glacé maison : À l’aide d’un pied mélangeur ou d’un mélangeur électrique, réduisez en purée la même quantité de fruits congelés et de yogourt nature.
  • Un yop maison ou un smoothie : Passez des fruits, du yogourt et un peu de lait au mélangeur. Les possibilités de saveurs sont alors infinies. Pour augmenter la note sur le « spécial-o-mètre », vous pouvez utiliser un beau verre avec une paille ou même réutiliser une bouteille de yogourt à boire du commerce.

Une fois par semaine, prenez le temps de cuisiner des desserts maison, comme des carrés aux dattes, des minimuffins, des barres tendres, des galettes, du pouding, du tapioca, etc. De plus, tous ces aliments se congèlent, à l’exception des desserts au lait. Faites alors des réserves quand c’est possible.
Les desserts moins nourrissants font aussi partie de la vie à l’occasion. Quelques fois par semaine, la crème glacée, le gâteau ou les biscuits sont tout à fait acceptables et ne ruinent pas vos efforts pour que vos enfants soient en santé. Au contraire, vos enfants comprennent alors qu’il n’y a pas d’aliments interdits, ce qui est un point très positif pour qu’ils développent une relation saine avec la nourriture. C’est donc bon pour leur santé mentale!

Quelle quantité?

UNE portion. Le dessert fait partie du repas, mais on ne se nourrit pas seulement de dessert. Les enfants doivent apprendre à gérer eux-mêmes leur faim et la quantité d’aliments qu’ils mangent au repas s’ils désirent se garder une petite place pour le dessert. Pour leur apprendre, vous devrez parfois réchauffer leur assiette principale après le dessert s’ils ont encore faim…

À quelle condition?

Aucune! Si le dessert est prévu au menu, les enfants y ont droit, qu’ils aient vidé leur assiette ou non. Pour éviter qu’ils voient le plat principal comme une épreuve à terminer, le dessert ne doit pas être une « récompense ». Pour que les enfants aient du plaisir à manger de tout, notre manière d’offrir le dessert ne doit pas laisser place à une autre interprétation.

Est-ce que le dessert représente un enjeu important chez vous? Comment gérez-vous la situation?

Stéphanie Côté, Nutritionniste
Nutritionniste et maman de 2 enfants, j'ai un intérêt particulier pour l'alimentation des petits. Conseils enrichissants et anecdotes savoureuses sont ici au menu chaque mois!
Tous les billets de l'auteur

Billets sur le même sujet

Commentaires (16)

  1. Marie 2 février 2015 à 12 h 24 min
    Mais si l'enfant n'a plus faim pour le souper par exemple, il n'a pmus faim pour le dessert!? Parfois le dessert devient si important au yeux de l'enfant qu'il ne mange pas bien le repas principal!
  2. Stéphanie 2 février 2015 à 15 h 20 min
    Je suis totalement d'accord avec vos propos. Mes enfants ont toujours le droit a un dessert santé (exemple: yogourt, compote, fruits, muffin santé) même s'ils refusent le repas principal. Par contre, s'ils veulent avoir droit à un dessert type crème glacé, chocolat, biscuits, gâteau, je "deal" avec eux une certaine quantité minimale à manger dans leur assiette, sans les forcer à manger au complet non plus. Je suis d'accord avec: tu n'as plus faim pour ton spaghetti = tu n'as donc plus faim pour le gâteau.
  3. Stéphanie Côté, nutritionniste 3 février 2015 à 18 h 40 min
    Il est vrai que certains enfants aimeraient bien se nourrir de dessert. C'est pourquoi on dit qu'on sert une seule portion de dessert. Si l'enfant a encore faim après, il comprend que le dessert n'est pas suffisant et qu'il doit manger de son plat principal pour combler sa faim. De plus, il est possible que l'enfant se garde volontairement une petite place pour le dessert plutôt que de manger en repoussant les limites de sa faim au risque de se sentir trop plein.
  4. Melanie 2 février 2015 à 13 h 02 min
    Nous gèrons "le temps" du repas avec la plus vieille (3ans) parce qu'elle mâche à l'infini...nous ne la privons pas de dessert mais après 45minutes-1h (lorsqu'habituellement tout le monde a terminé repas/dessert sauf elle) nous retirons les assiettes et si elle ne s'est pas "rendu" au dessert parce qu'elle mangeait à une vitesse hallucinement lente, c'est tant pis pour elle...le tout se passe habituellement sans crise. La méthode est-elle adéquate? Nous avons tenté plusieurs méthode (attendre, lui mettre un chrono, enlever son repas, la laisser manger seule) et ça peut durer jusqu'à 3h....

    -une maman un peu perdue...
  5. Stéphanie 2 février 2015 à 15 h 22 min
    Ben oui! Il faut se fier à nos convictions et valeurs aussi! Je suis pour le fait de lire des articles sur le comment faire/pourquoi le faire/quoi ne pas faire avec nos enfants, mais faut en prendre ET en laisser, et se fier à nos instincts.
  6. Marie-Ève 2 février 2015 à 18 h 32 min
    Nous, un truc qui a marché pour les repas qui s'éternisaient, c'est de cesser de jaser avec ma fille lorsque toute la famille est sortie de la table. Je me suis rendue compte que je continuais à jaser avec elle pendant que je faisais la vaisselle et que ça prolongeait le repas. Donc, si tout le monde est sorti, je ne lui donne pas d'attention et elle se concentre sur le fait de manger pendant ce temps.
  7. Stephanie 2 février 2015 à 14 h 13 min
    Ici le dessert est plutôt exceptionnel. Au fête, en visite et avec certains invités à la maison. Je préfère leur donner des "sucreries" occasionnellement a la collation de trois heure. Ils ont ainsi le temps de faire passer le rush de sucre avant le dodo et n'ont pas "besoin" de sucre après le repas puisqu'ils n'y sont pas habitués.
  8. Ann 2 février 2015 à 15 h 35 min
    Je ne vois pas pourquoi je priverais ma fille de dessert si elle ne termine pas son assiette. Ils nous arrivent a nous aussi de ne pas finir notre assiettes et nous prenons un dessert. Nous sommes chanceux d'avoir la possibilité de choisir ce que nous mangeons, pour les enfants, le Menu est imposé. C'est possible qu'ils ne souhaitent pas mangé ce que nous avons fait pour le souper par exemple. Elle mange un peu, je lui donne des fruits, yogourt ou compote. Par contre, si elle mange bien elle a droit a de la crème glacé ou biscuit par exemple.
  9. Stéphanie Côté, nutritionniste 3 février 2015 à 18 h 48 min
    Vous avez raison de dire que la faim varie et qu'on doit laisser les enfants décider de la quantité qu'ils mangent.
    Concernant le choix du dessert, il est recommandé d'offrir le dessert prévu peu importe la quantité que l'enfant a mangé. Il ne doit pas interpréter le fait de manger plus comme un comportement qu'on récompense. Je comprends que vous souhaitiez offrir un dessert nourrissant dans certaines situations plus que d'autres, mais il faut se rappeler que la qualité de l'alimentation s'évaluer sur plusieurs jours (2-3 semaines, même), pas uniquement sur un repas. Bien sûr, on essaie d'avoir des repas équilibrés au quotidien, mais des notes imparfaites à l'occasion ne ruinent pas la santé de nos enfants.
  10. France 3 février 2015 à 09 h 32 min
    J'aimerais qu'on m'explique en quoi le yogourt est un dessert santé? C'est un produit laitier certes, mais bourré de sucre. Regardez la quantité de sucre comparé à un pudding (qui contient aussi du lait) ou un biscuit, c'est pas mieux. Et pour ce qui est des vitamines et minéraux, l'enfant qui mange varié en aura probablement cumulés assez à ce stade de la journée. J'ai l'impression qu'on s'achète une bonne conscience en disant que son enfant mange du yogourt pour dessert.
  11. Julie Lemieux 3 février 2015 à 13 h 17 min
    Chez moi, après le repas, il y a un bol de fruits (leurs préférés, je garde les autres pour les collations). Et si elles ont encore faim, il y a un dessert, n'importe lequel (sauf le chocolat en soirée) mais en petite portion. Pour moi, le dessert est super important dans mon plaisir de manger, mais je n'en abuse jamais. Je cuisine beaucoup de desserts faibles en sucre, riches en fibres et à base de fruits.
    Et le yogourt nature est un met bon pour la santé, surtout si on le prends sans sucre et sans gras… J'avoue que je préfère un vrai yogourt onctueux qu'un sans rien avec des produits épaississant dedans. Il s'agit alors d'en prendre moins. Et pour les enfants, la fin de semaine, je passe des fruits au robot avec un peu de miel… un délice!
    Peut-être que mes enfants sont raisonnables de nature, mais mon aînée ne prend jamais son dessert à l'école, elle préfère avoir plus du repas principal dans son thermos. Elle dit qu'elle a moins faim en fin d'après-midi.
    À moins d'excès, je trouve qu'il ne faut pas trop se casser la tête. Lorsque la privation est trop grande, le désir de transgression de la règle devient très grand aussi… de la mesure, de la mesure, de la mesure… c'est ce que j'essaie de me dire à propos de presque tout en éducation.
  12. Stéphanie Côté, nutritionniste 3 février 2015 à 18 h 53 min
    Vous avez raison de trouver le yogourt aux fruits du commerce sucré. C'est vrai pour la majorité des produits. Dans le meilleur des mondes, on souhaite offrir du yogourt nature, en y ajoutant soi-même des petits fruits. Avec des petits fruits surgelés qui dégèlent, on n'a même pas besoin d'ajouter du sirop, du miel ou du sucre! On croit à tort que les enfants aiment seulement ce qui est sucré. Mes enfants et plusieurs autres ont connu le yogourt nature dès leur plus jeune âge et c'est encore aujourd'hui celui qu'il mange.
    Quand on ne veut pas passer directement au yogourt nature, je recommande de mélanger notre yogourt préféré avec du yogourt nature (dont la proportion augmente au fil du temps). Ça réduit la teneur en sucre graduellement et ça habitue ainsi les papilles qui ne sont pas habituées.
  13. Caroline 16 février 2015 à 21 h 28 min
    À la fin de chaque repas, ma fille de 4 ans mange des fruits ... et un carré de chocolat! :-)
    pas de gâteau, pas de desserts sucrés...elle a trouvé comment se gâter, même si elle n'a plus très faim après son plat principal. Je la laisse faire et elle mange très bien à tous les repas.
  14. Mélina 17 février 2015 à 07 h 59 min
    Je pense qu'il ne faut pas devenir dogmatique et tenir compte de la personnalité de notre petit. Notre plus grande a maintenant 4 ans, elle a toujours eu un appétit d'oiseau. Elle ne ressent presque pas la faim (elle n'a presque jamais dit "j'ai faim") et peut facilement sauter la moitié des repas d'une journée sans conséquence... Pour elle, je me suis rendue compte que si j'offre systématiquement du dessert, elle ne mangera que très occasionnellement son plat principal, car elle choisit un aliment préféré de tout le repas et se contente de celui-là (même si la portion est petite). Je ne peux pas accepter qu'elle boude le plat principal. Je pense aussi que je dois lui apprendre à ne pas gaspiller (un véritable fléau dans notre société.... moi si je ne finis pas mon assiette, je ne prendrai pas de dessert). Ma solution? servir de petites portions ( 1 c. à s. de viande, 2 de légumes et 2 de féculents) et demander qu'elle en mange. On n'argumente pas, on ne négocie pas, la règle est simple, si tu n'as pas bien mangé, tu n'as pas faim pour le dessert et le fromage... bien mangé c'est au moins la moitié de l'assiette. Aussi, le midi, comme à la garderie, pas de dessert, alors pas trop le choix que de profiter du plat principal. Je comprends qu'on ne veuille pas encourager les enfants à finir l'assiette s'ils n'ont pas faim, mais pour moi, ce n'est pas une raison pour leur inculquer que le gaspillage alimentaire est normal et récompensé. Finir son assiette n'est pas obligatoire, mais la commencer oui!
  15. Audrée 4 mars 2015 à 23 h 00 min
    Je suis d'accord que gaspiller est moche mais alors pourquoi ne pas servir de petites portions à toute la famille? Chez nous, je me sers moins que je pense manger. Mes enfants apprennent ainsi qu'écouter sa faim est quelque chose que tout le monde fait chez nous. Et si on s'est trop servi, on garde le reste pour le lunch tout simplement alors pas de gaspillage.
    Je me demande pourquoi tout le monde s'inquiète que son enfant ne mange pas assez. Le vrai problème alimentaire de notre société n'est-il pas que les gens mangent trop; mangent sans avoir vraiment faim, mangent leurs émotions, mangent par gourmandise...
  16. Stéphanie Côté, nutritionniste 5 mars 2015 à 12 h 14 min
    Vous touchez un point très pertinent, et votre façon de faire est intéressante également. Merci pour votre commentaire.

Partager