Les choix difficiles d’une bibliothécaire

Les choix difficiles d’une bibliothécaire
Par Mariouche Famelart, Bibliothécaire
17 novembre 2014

Dans le réseau de bibliothèques où je travaille, je côtoie de grandes passionnées de livres jeunesse. C’est pourquoi je vous le dis sans hésiter : demandez conseil à vos bibliothécaires jeunesse, elles seront enchantées de partager leurs coups de cœur avec vous afin de trouver LE livre pour votre enfant, en chaque occasion!

Pour ma part, chaque semaine, je lis plusieurs livres jeunesse (et même, chaque jour en certaines périodes) afin de d’élargir mon expertise. Car, parmi mes tâches en tant que bibliothécaire, il y en a une que j’aime particulièrement : choisir les livres qui seront achetés par ma bibliothèque pour le secteur jeunesse. Une fois par mois, je me rends en librairie pour visiter la salle de montre. On y trouve des centaines de livres à évaluer! Des cartonnés pour les tout-petits aux romans pour jeunes adolescents, en passant par les contes, les albums, la poésie et les livres d’activités et j’en passe.

Comment choisir la crème des livres?

Commence alors le plaisir de découvrir toutes ces nouveautés, mais aussi un travail crucial : celui d’examiner attentivement toutes ces publications afin de sélectionner la crème des livres pour ma bibliothèque. Choisir, ce n’est pas une mince tâche, car forcément, si je choisis d’en acquérir certains, je dois en laisser passer d’autres... C’est la dure réalité budgétaire. Plus le budget est petit, plus la tâche est ardue. Et si je laissais passer une perle? C’est l’angoisse des bibliothécaires!

Les livres de fiction

Pour la fiction, nous nous fions à plusieurs critères : la renommée de l’auteur et de l’éditeur, les thèmes abordés et la façon de les aborder. Pour les albums et les cartonnés, nous prenons le temps de les lire en entier : l’histoire est-elle à la hauteur, la chute est-elle intéressante? Les illustrations et la présentation graphique sont-elles soignées? Des albums au contenu difficile ou abstrait seront parfois rejetés, parfois, au contraire, achetés pour des animations particulières (je pense notamment au programme Coup de poing du réseau des bibliothèques de Montréal). Dans le cas de la fiction, je porte une attention particulière aux qualités littéraires, à l’humour, à la tendresse qui se dégage des ouvrages. Je vais laisser une grande place à la littérature québécoise, mais sans non plus acheter aveuglément tout ce qui se publie ici.

Les livres documentaires

Pour les documentaires, je vérifie ce que nous avons déjà en collection, pour remplacer les documentaires plus anciens, souvent abimés et désuets, ou pour combler les trous de notre collection. Je vais aussi privilégier les livres faciles à consulter et qui contiennent une information fiable. Les livres qui portent sur des sujets inédits ou ceux qui présentent des sujets courants, mais de façon originale captent aussi souvent mon attention. Parfois, certains documentaires européens pourtant très bien faits seront laissés de côté, car ils présentent un point de vue ou un vocabulaire qui ne collent pas à la réalité québécoise.

La durabilité est aussi un critère : la faiblesse du papier ou de la reliure peut nous inciter à rejeter certains titres. Les livres avec pop-up et tirettes ont une durée de vie assez réduite en bibliothèque en raison de leur fragilité. Cela ne m’empêche pas d’en choisir quelques-uns occasionnellement : je trouve important que nos jeunes abonnés puissent en voir et en toucher.

Enfin, les besoins de la bibliothèque sont aussi à prendre en considération (exposition, animation, heure du conte et suggestions des parents). Pour m’aider à choisir de façon éclairée, je consulte aussi  les revues littéraires spécialisées en livres jeunesse et je discute de livres avec mes collègues, notamment lors des rencontres de notre comité de lecture.

Bref, choisir des livres, ce n’est pas une tâche à prendre à la légère, aussi plaisante soit-elle! Après 8 ans de travail en bibliothèque, à côtoyer les livres jeunesse, mais aussi nos jeunes usagers et leurs parents, je peux dire que je fais maintenant le choix de livres avec confiance.

Mariouche Famelart, Bibliothécaire
Bibliothécaire passionnée de littérature jeunesse, je souhaite partager avec vous mes idées et mes trucs pour éveiller vos tout-petits à la lecture.
Tous les billets de l'auteur

Billets sur le même sujet

Commentaires (2)

  1. Véro 18 novembre 2014 à 19 h 18 min
    Est-ce normal d'avoir l'impression de n'avoir aucun service à notre bibliothèque? Est-ce parce que nous vivons dans une (trop) grande ville? Vous parlez souvent des bibliothécaires et des services qu'ils offrent à la clientèle et des tâches qu'ils accomplissent et pourtant, bien que nous nous rendions fréquemment dans une des bibliothèques de notre ville, j'ai l'impression d'y être seule. Je comprends évidemment que nous ne sommes pas dans une boutique (où chaque vendeur se lance littéralement vers nous pour nous offrir son aide) mais tout de même...

    Les gens à l'accueil ressemblent plus à des préposés aux prêts (peut-être est-ce vraiment le cas?) qui ne nous salut qu'une fois qu'on arrive au comptoir avec notre choix... et des ordinateurs qui permettant de faire une recherche parmi les milliers de livres disponible: rarement quelqu'un dans les rayons pouvant nous aider à la recherche ou même nous conseiller.

    J'y vais régulièrement avec mes enfants et je fini inlassablement par livre à la va-vite quelques pages d'un livres demandé par ma fille ou mon fils pour savoir s'il sera intéressant pour nous. C'est bien dommage... j'aimerais bien retrouver par ici quelqu'un d'aussi passionnée que vous.
  2. Mariouche Famelart 20 novembre 2014 à 22 h 54 min
    Effectivement, les gens au comptoir d'accueil sont des commis et non des bibliothécaires (règle générale). Pour ma part, j'en côtoie des excellents, qui aiment travailler avec le public, discuter de livres avec les usagers (quand il n'y a pas de file au comptoir, bien entendu !) et qui sont empressés de bien servir la clientèle. Plusieurs d'entre eux s'investissent dans les projets d'animation de ma bibliothèque, chacun selon ses intérêts et ses forces.

    Je ne trouve pas ça normal que vous ne vous sentiez pas accueillie comme il se doit dans votre bibliothèque de quartier. N'y étant pas, je ne peux pas me l'expliquer. Je ne peux que le regretter, et j'en suis bien triste. Espérons que les services vont évoluer pour le mieux dans votre bibliothèque ! Peut-être pouvez vous laisser vos commentaires au responsable de l'établissement ? Si votre ville vous donne accès à plusieurs bibliothèques, je vous encourage à visiter les autres. Peut-être trouverez vous une bibliothèque qui vous siéra.

    Il devrait y avoir un service d'aide au lecteur pour vous venir en aide dans vos recherches. Généralement, le bibliothécaire de référence est localisé près des catalogues informatisés, justement pour enseigner aux usagers comment chercher. Quand je ne suis pas surchargée de travail, je peux me permettre de passer beaucoup de temps à expliquer comment faire des recherches aux abonnés. Je vais souvent dans les rayons avec eux, surtout avec les enfants, pour leur montrer comment chercher.

    La bibliothèque du 21e siècle se doit d'être un lieu accueillant pour tous les usagers, quelque soit leur âge, un troisième lieu ou chacun devrait pouvoir se sentir à l'aise.

Partager