Maman Web

Maman Web
12 novembre 2014

Je n’ai pas de lait de beurre pour la recette de muffins que je veux préparer à mes enfants et je ne sais pas par quoi le remplacer. J’appelle ma mère? Non, la réponse qu’elle va me donner risque de dégénérer en conversation d’une heure. Je file donc sur le web pour trouver une réponse rapido presto. Je la trouve en 3 secondes et quart. Tant qu’à être branchée, j’en profite pour regarder mes courriels.

Ma fille me tire le bras : « Maman! Regarde mon dessin. » Je lui réponds : « Attends ma puce, je vérifie un truc. Je n’ai pas de babeurre et j’en ai besoin pour ma recette. »

- Deux Ba quoi?

- Babeurre. Du lait de beurre.

- Tu veux du beurre?

- Oui; enfin non. Donne-moi 2 minutes, OK?

Je trouve 10 nouveaux messages dans ma boîte de réception, dont un lien vers un article qui pique ma curiosité. En cliquant dessus, mon œil s’accroche à une pub qui me donne envie de me laver les cheveux.

- Maman?

Je note le nom du shampoing en disant : « Oui, oui ma chérie, j’arrive » et j’en profite pour survoler rapidement l’article que ma copine m’a envoyé. Je dérape vers Facebook pour voir comment elle va et finis sur la photo du bébé de la fille d’une de ses cousines que je n’ai jamais vue de ma vie! Dix minutes plus tard, je partage une info sur mon fil Twitter.

Happée. Capturée. Hypnotisée. Me voilà prise dans les filets du web.

Une heure plus tard, je ne suis plus une simple maman qui sait par quoi remplacer son babeurre, je suis une mère qui sait quels jouets acheter pour son fils à Noël, dans quel pays elle ne veut jamais aller, pourquoi une de ses copines déteste les lutins alors que l’autre les adore, quoi faire pour soigner la toux de son fils (même s’il ne tousse pas!), comment un enfant de 2 ans a sauvé la vie de sa mère et j’en passe.  Je suis aussi et surtout une maman qui n’a plus le temps de cuisiner des muffins, qui ne sait pas comment va sa mère et qui a à peine regardé le joli dessin que sa fille, lasse d’attendre, a déposé à côté de son ordinateur… avec un paquet de beurre!

Être informé de tout, tout le temps. Raconter, écouter, partager tout. C’est passionnant, mais parfois je me dis que c’est trop. Ai-je vraiment besoin de savoir tout ça? Je me remplis le cerveau de milliers d’informations qui me donnent l’impression que tout va vite. Trop vite. Et que je n’aurai pas assez d’une journée pour faire tout ce que j’ai envie de faire une fois l’écran fermé.
Je préfère vivre au ralenti en regardant mes enfants dans les yeux, mais il m’arrive parfois de succomber à la tentation du clic. Et c’est bien correct, parce que j’en suis consciente et que je sais me rattraper.

J’ai éteint mon ordinateur. J’ai sorti un paquet de biscuits, j’ai pris ma fille sur mes genoux et j’ai regardé son dessin en écoutant l’histoire qu’elle voulait me raconter. Une histoire illustrée par un dessin adorable qui m’a fait rire et qui n’appartient qu’à elle et moi. Vous ne la trouverez d’ailleurs nulle part sur Facebook. ;-)

Catherine Goldschmidt
Je suis une drôle de maman qui adore dénicher ou inventer des jeux simples et peu coûteux pour amuser les enfants.
Tous les billets de l'auteur

Billets sur le même sujet

Commentaires (2)

  1. Gabrielle 12 novembre 2014 à 10 h 32 min
    C'est facile de devenir accroc à cette accès à l'information. C'est aussi facile de passer à côté de beaux moments avec son enfant. Comme je fais partie de ces gens qui ont toujours leur téléphone intelligent avec eux et qui sont accroc, je dois m'obliger tous les jours à passer du temps avec mon fils. La routine s'est installée et après le souper, on joue en famille. Dans notre vie de fou, il faut se créer des moments et oublier la technologie. :)
  2. audrey 12 novembre 2014 à 22 h 13 min
    c'est pareille ici jai du faire une cure facebook que j'appelle .. c'est une drogue de toujours vouloir savoir voir des autres et sa ne mene a rien les gens sont de plus en plus loin de tous et chacun ..