Faut-il dire à un enfant qu’il a un surplus de poids?

Faut-il dire à un enfant qu’il a un surplus de poids?
Par Stéphanie Côté, Nutritionniste
23 octobre 2014

L’obésité chez les enfants est l’un des sujets les plus délicats à aborder qui soit. Les opinions sont souvent controversées. Le jugement est facile. L’estime de soi des enfants est fragile.

On ne souhaite pas que notre enfant ait un problème de poids. Mais s’il en a un, préfère-t-on qu’il en soit conscient ou qu’il croit avoir un poids normal?

Une récente étude américaine s’est intéressée à la question. Elle rapporte que 76 % des enfants de 8 à 15 ans avec embonpoint et 42 % des jeunes obèses ne considèrent pas avoir un surplus de poids. La tendance est plus marquée chez ceux dont les parents sont aussi en surpoids. Si ces enfants considèrent avoir un poids correct, c’est que l’embonpoint et l’obésité sont maintenant perçus comme un état normal. D’ailleurs, bien des parents dont l’enfant a un problème de poids auraient eux-mêmes de la difficulté à le réaliser, particulièrement lorsque celui-ci a moins de 5 ans.

L’auteur principal de l’étude croit que cette mauvaise perception du poids est nuisible puisqu’il faut être conscient du problème pour modifier ses comportements.

D’accord, mais ce constat ne peut pas reposer sur les épaules de l’enfant, surtout quand il a 4-5 ans et qu’il ne prend aucune décision alimentaire. On n’a pas à dire à un enfant « tu es gros ». Lui créer des complexes n’est pas une option, encore moins une solution.

C’est aussi ce que croit une psychologue américaine qui s’est prononcée sur le sujet. Elle dit que la honte est une motivation terrible. Elle explique que l’éducation et les encouragements sont plus efficaces pour inspirer des changements d’habitudes de vie que le fait de catégoriser et d’étiqueter des enfants. Et comment! Être préoccupé par son poids dès l’enfance n’est pas un cadeau. C’est un fardeau qu’une personne traîne très longtemps.

Comme parents, on ne veut pas que notre enfant se sente différent, moins beau ou moins bon à cause d’un surplus de poids. Mais on tient à sa santé, tant physique que mentale. Et en ce sens, la meilleure chose à faire est de revoir graduellement les habitudes de vie de toute la famille au besoin. Sans parler de poids, de calories ou de mauvais aliments. Et en se rappelant que le poids « normal » n’est pas le même pour tout le monde.

Alors, faut-il dire à un enfant qu’il est gros? Non.

Stéphanie Côté, Nutritionniste
Nutritionniste et maman de 2 enfants, j'ai un intérêt particulier pour l'alimentation des petits. Conseils enrichissants et anecdotes savoureuses sont ici au menu chaque mois!
Tous les billets de l'auteur

Billets sur le même sujet

Commentaires (11)

  1. Céline 23 octobre 2014 à 10 h 26 min
    Pas d'accord. Passé 5 ans l'enfant est tout à fait conscient qu'il est en surpoids, ses congénères ne manquent d'ailleurs pas de lui rappeler. Le silence des adultes ne fait que l'isoler d'avantage et le tabou face à sa situation est dangereux. Je pense que dans la plus part des cas il ne s'agit pas d'un problème d'hygiène alimentaire mais de comportement alimentaire, et ça, ce n'est pas la cuisine de maman qui va régler le problème.
  2. Stéphanie Côté, nutritionniste 24 octobre 2014 à 11 h 09 min
    En effet Céline, l'idée n'est surtout pas d'isoler l'enfant. Il faut être là pour l'écouter s'il a besoin d'en parler. Cela dit, si l'enfant n'éprouve pas de difficulté particulière en lien avec son poids, il faut éviter d'en créer.
  3. Anny 23 octobre 2014 à 10 h 54 min
    Un enfant ne devrais pas ce faire dire par un adulte qu'il a un surplus de poids. D'ailleurs, il ne devrait même pas se rendre là !

    Les enfants sont méchants les un envers les autres, malheureusement malgré les campagnes de pubs sur l'intimidation, il y en aura toujours. :(

    On n'a pas tous le même porte feuille, souvent l'alimentation change en fonction de cette restriction. Tant mieux, si vous avec les moyens de payer des fruits et des légumes à vos enfants. Souvent, la où sa accroche c'est le savoir des valeurs nutritives. Mais qu'est-ce que c'est des Protéines ? Glucides ? Sodium ?

    De plus en plus (heureusement), il y a un boom, côté recettes et valeurs nutritives. Le monde est de plus en plus au courant qu'il faut faire attention au sodium (sel) et au sucre et évidement ce que à peu près tout le monde sait... les Calories !

    Donc, si un parent n'est pas au fait et n'a pas les moyens de payer des aliments saints pour sont enfant. CE N'EST PAS LA FAUTE DE L'ENFANT !
  4. Anny 26 octobre 2014 à 16 h 26 min
    J'ajouterais évidement que si l'enfant est "plugger" sur toutes les technologies qui existe aujourd'hui (wii, tablettes, téléphone intelligent et j'en passe !) Faut pas chercher bien loin sur les valeurs qu'on donne à nos enfants.

    Sortez, bougez PRENEZ L'AIR !!!

    Nos enfants d'aujourd'hui seront les adultes de demain. Notre futur !!

    Et sérieusement, je me demande fortement vers quelle triste réalité nous nous en allons.
  5. sophie tremblay 20 novembre 2014 à 12 h 45 min
    Personne a dit que c était la faute de l enfant!!!
  6. arzhé 23 octobre 2014 à 11 h 13 min
    pour avoir eu un pb de poids enfant (8ans) la pire chose que j'ai pu entendre c'était le "t'es grosse" de la bouche de ma MERE. Cette simple phrase m'a détruite et surtout détruit l'image que j'avais de mon corps, ce n'est que mnt, à 28ans, que j'ai réalisé que NON, j'étais pas grosse à 14ans, au contraire, juste féminine avec une puberté précoce mais harmonieuse.

    Les enfants sont cruels entre eux, je l'ai vécu, mais pas besoin de défauts pour qu'ils se "pouillent" entre eux. Mon fils épais comme un haricot c'est déjà fait traité de gros ...

    Dire a enfant qu'il est gros ou qu'il a trop de poids, c'est quoi le but ? hormis le détruire ou altérer pour de très nombreuses années son image corporelle, je vois pas ...

    De plus, il faut savoir qu'avant la puberté, y'a un "rebond" graisseux physiologique et normal (depuis qq années c'est normal, a mon époque c'était "interdit" ) qui disparait très majoritairement pdt la puberté, car oui, + de 4000kcal/jour pour devenir un adulte, vaux mieux avoir un peu de réserve.

    Donc NON, si un jour un de mes enfants à un pb de poids, JE changerai l'alimentation sans pour autant lui faire peser ce fardeau sur SES épaules, mais sur les miennes en tant que mère ...
  7. Mireille 23 octobre 2014 à 12 h 11 min
    En tant que nutritionniste, je demande toujours à voir les parents seuls au rendez-vous, et je travaille avec eux pour les aider à avoir une saine alimentation selon leur réalité, à aider leurs enfants à écouter leurs signaux de faim et satiété, à donner le goût à toute la famille de bouger, et à valoriser leurs enfants pour ce qu'ils sont, leur donner assez de confiance en eux pour faire face à ces commentaires extérieurs sur leur apparence.
    Tout ça, je veux que ce soit fait sans que l'enfant en ait conscience. Oui, il le sait qu'il est plus corpulent que d'autres, mais ce n'est pas pour ça qu'il mange mieux ou qu'il joue au ballon, c'est parce que c'est le fun !
  8. Mireille 23 octobre 2014 à 12 h 19 min
    J'ajouterais que l'idée ici n'est pas de ne pas en parler, si notre enfant est triste au retour de l'école, parce qu'il s'est fait dire qu'il est gros, bien sûr on en parle ! Mais on le valorise.
  9. Stéphanie Côté, nutritionniste 24 octobre 2014 à 11 h 18 min
    Merci pour votre commentaire Mireille, je suis entièrement d'accord.
  10. sophie tremblay 20 novembre 2014 à 12 h 46 min
    Personne a dit que c etait la faute de l enfant!!!
  11. Natacha 24 novembre 2014 à 17 h 58 min
    Ca a été prouvé que de "shamer" quelqu'un, de lui faire ressentir de la honte par rapport à son poids, non seulement ca n'aide pas à la perte de poids, mais en plus ça nuit carrément. Alors pour les enfants, à quoi ca sert de lui dire qu'il est gros?

Partager