Les enfants… ou les situations difficiles

Les enfants… ou les situations difficiles
Par Stéphanie Côté, Nutritionniste
1 juillet 2014

Imaginez les situations suivantes :

  • Votre enfant accepte de manger uniquement de la purée de pommes de terre. 
  • Votre enfant ne mange presque rien au souper et réclame une collation peu de temps après. 
  • Votre enfant veut manger à la condition d’avoir son lecteur DVD - et un film - à la table. 

Dans ces situations réelles pour certains parents et dans tous les scénarios que vous vivez ou imaginez, comment faut-il réagir? Il y a 4 mots-clés pour résumer notre rôle de parent : quoi, quand, où et comment.

Quoi
On décide du menu, autant des repas que des collations. On peut bien offrir un choix de temps en temps : une rôtie ou des céréales pour déjeuner? Des fraises ou une pomme pour collation? Ce qu’il faut, c’est éviter de bâtir un menu en se limitant aux goûts des enfants ou de préparer un deuxième repas s’ils n’aiment pas celui prévu. On veut aider les enfants à développer leurs goûts et, pour cela, il faut régulièrement leur proposer des aliments variés.

Les enfants ont tendance à aimer les aliments qu’ils connaissent et donc ceux qu’ils voient souvent. C’est normal qu’ils n’aiment pas tout du premier coup. Ce peut être long. Et la seule chance qu’ils ont d’aimer ça un jour, c’est de continuer d’en avoir dans leur assiette, mais sans être forcés d’en manger. 

Quand
On décide de l’horaire des repas et des collations. Le garde-manger et le réfrigérateur ne sont pas des dépanneurs ouverts 24 heures. On explique aux enfants qu’ils peuvent refuser de manger certains aliments au repas, voire même le repas complet, mais que la prochaine occasion de manger sera la collation dans 2 heures (ou votre heure prévue). 


On mange à la table, sans télé. C’est aussi simple que ça!

Comment
On mange en famille ou, du moins, on s’assure que les enfants partagent leur repas avec un parent ou un adulte significatif. On essaie d’impliquer les enfants dans les discussions et on évite les sujets négatifs. Bref, on fait notre possible pour rendre le repas agréable, car les enfants ont tendance à associer les aliments qu’ils mangent à l’expérience qu’ils vivent. Quand le moment du repas est agréable, le souvenir que laissent les aliments a plus de chances de l’être aussi.

Ces grandes lignes sont celles du principe qu’on appelle le partage des responsabilités. Les appliquer nous aide vraiment à éviter des conflits et à éduquer de bons mangeurs. Quand je dis « bons mangeurs », je pense à des enfants qui sont ouverts aux découvertes et qui apprécient les repas en famille. 

Le défi, c’est bien sûr d’être cohérent et constant. C’est si tentant « d’acheter la paix » quand notre enfant est en pleurs... ou en crise. Pourtant, on n’achète pas la paix bien longtemps si on laisse les enfants déterminer ces 4 aspects importants. Au contraire, on s’assure de rencontrer de nouvelles batailles. Le partage des responsabilités, ça ne devrait pas être une bataille, mais plutôt un travail d’équipe avec nos enfants. Ils ont l’importante tâche de déterminer la quantité d’aliments qu’ils mangent. Le quoi, quand, où et comment nous reviennent. Patience, les scénarios dignes de mauvais films seront bientôt chose du passé.

Est-ce que vous vous reconnaissez dans les situations énoncées? Quelles sont vos difficultés entourant les repas avec vos enfants?

Stéphanie Côté, Nutritionniste
Nutritionniste et maman de 2 enfants, j'ai un intérêt particulier pour l'alimentation des petits. Conseils enrichissants et anecdotes savoureuses sont ici au menu chaque mois!
Tous les billets de l'auteur

Billets sur le même sujet

Commentaires (28)

  1. Charlotte 1 juillet 2014 à 11 h 06 min
    Je me reconnais très bien dans cette situation. Ma fille de 19 mois n'aime pas grand chose. J'avais comme mauvaise habitude de lui préparer 2 repas au cas où elle n'aime pas l'un des deux (elle n'a jamais été une grande mangeuse). Par manque de temps et en me disant que ma fille ne mourra pas de faim, je lui fait maintenant un seul repas, si elle n'aime pas (ou ne veut même pas goûter à ce qu'il y a dans son assiette), la seule façon qui fonctionne c'est que je fasse autre chose (comme la vaisselle, tout en gardant un oeil sur elle) et c'est lorsqu'elle voit que personne ne la regarde (ou pense que personne ne la regarde, hihi), elle reprend son assiette et mange. Comme vous disiez dans votre article, on pense acheter la paix en faisant ce que l'enfant veut que l'on fasse mais quelque fois, le fait d'être un peu plus catégorique dans nos choix, cela permet à l'enfant de mieux s'y retrouver et par le fait même qu'il mange plus de variété dans son assiette! Merci pour cet article!
  2. Stéphanie Côté, nutritionniste 2 juillet 2014 à 15 h 48 min
    Merci pour votre commentaire. Je vous souhaite qu'avec le temps, votre fille accepte de manger en votre compagnie. Les repas en famille sont tellement une belle occasion pour passer du temps de qualité avec nos trésors!
  3. Marie-Claude 1 juillet 2014 à 11 h 19 min
    À la maison c'est un éternel combat qui dur depuis 2 ans. Mon garçon a commencer a ne plus rien manger à l'âge de 1 ans et demi. Je peux vous dire que j'ai tout essayé! La plus grande peur que j'ai dans tout ça c'est qu'il manque de vitamines dans son petit corps et qu'il y ait des répercussions!!! Il y a des semaines où il avale seulement le pain du petit déjeuner!!!! :(
  4. lamia 1 juillet 2014 à 13 h 34 min
    Je suis dans la même situation que vous . mon garçon 2 ans ne mange rien à part un la rôtie de pain le matin , je suis obligée de tricher avec un biberon de lait de temps en temps pour remplacer un repas . j'ai consulté son pédiatre et là elle a constaté que sa courbe de croissance avait baissé . donc elle m'a référé à une nutritionniste sauf qu'on est sur une liste d'attente... j'essaye présentement de lui donner plusieurs petites collations ... peut etre que ça ira mieux dans quelque temps ...
  5. Stéphanie Côté, nutritionniste 2 juillet 2014 à 15 h 50 min
    pour consulter une nutritionniste plus rapidement, vous pouvez aussi contacter l'Ordre professionnel des diététistes du Québec (www.opdq.org). Si c'est une question de coûts, vérifiez avec votre compagnie d'assurances, peut-être couvre-t-elle les frais.
  6. Marie-Ève 1 juillet 2014 à 14 h 37 min
    Chez nous, il faut manger au moins la moitié de l'assiette si on veut manger un dessert santé (yogourt, fruit). Qu'en pensez-vous?
  7. Stéphanie Côté, nutritionniste 2 juillet 2014 à 15 h 53 min
    Idéalement, il ne faut pas demander une quantité minimale à manger. Il est préférable de demander à l'enfant s'il a une petite, moyenne ou grosse faim avant de le servir. Puis, si on offre une seule portion de dessert et qu'il a encore faim encore, il comprendra qu'il est mieux de manger un peu plus au repas, car il ne pourra pas se nourrir uniquement de dessert.
    Mieux vaut laisser l'entière responsabilité du "combien" à l'enfant afin qu'il prenne conscience que cette capacité à savoir quelle quantité manger est en lui.
  8. Marie-Ève 3 juillet 2014 à 14 h 55 min
    Merci pour les bons conseils, je crois que les règles pour ma fille de 3 ans vont changer très bientôt! Une petite question : à partir de quel âge selon vous faut-il appliquer cette règle? Mon fils de 10 mois commence à avoir plus de caprices et refuse parfois catégoriquement son repas principal. Je trouverais par contre un peu drastique il me semble de ne lui donner qu'un fruit puis le sortir de table s'il ne veut toujours rien...
  9. Isabelle 1 juillet 2014 à 14 h 49 min
    Mon fils à 3 ans et demi, son père et moi sommes séparé, je sais que lorsqu'il est avec son père il mange souvent très mal ( pizza, croquette, frite...). Malheureusement, je n'ai pas mon mot a dire la dessus. Chez moi, ce sont en générale que des bons repas et à la garderie aussi. Chez moi il ne mange jamais, lorsqu'il ne mange pas sont dinner, je lui redonne ce même repas à la collation et au souper. Parfois le seul repas de la journée qu'il mange c'est le déjeuner. Et pourtant je sais que ce sont des aliments qu'il aime puisqu' à la garderie il en mange. Je sais pas si c'est parce que les amis à la garderie mange qu'il mange, mais le problème est seulement chez moi. Nous mangeons toujours sans aucune distraction autour, j'essais d'apporter une ambiance joyeuse à table mais il n'y a rien a faire....
  10. Stéphanie Côté, nutritionniste 2 juillet 2014 à 15 h 58 min
    Je comprends que c'est une situation difficile. Assurez-vous que vous mangiez le même repas. Si vous lui re-servez le dîner au souper, les repas sont sans doute différent et ce n'est pas optimal. De plus, de cette façon, il risque de se sentir forcé de manger des aliments en particulier, ce qui nuit au plaisir et au développement de son goût. Il est préférable de lui servir des petites portions, sans le forcer à manger, mais de varier le menu des collations et des soupers. Il a ainsi plus de chance d'avoir une alimentation variée et d'apprendre à connaître différents aliments.
  11. Marc-Henri Faure 1 juillet 2014 à 20 h 37 min
    Je suis français d'origine, et marié à une québécoise. J'ai institué deux règles simples mais très strictes dès le début :
    1- Tu as le droit de ne pas aimer un aliment, mais tu n'as pas le droit de ne pas le goûter
    2- Ce n'est pas parce que tu n'aime pas, que je vais cuisiner autre chose. C'est ce qu'il y a au menu, Point Barre. Si tu ne le manges pas, il n'y aura rien d'autre.

    C'est dur, mais il faut tenir!

    Résultat : deux grands garçons de 6 et 4 ans qui mangent absolument de tout et en assez grandes quantités, merci!
  12. Sophia 5 août 2014 à 21 h 39 min
    On applique exactement ces deux consignes aussi sans jamais flancher....mais nos garçons de 2 et 4 ans sont loin de manger de tout et constamment en grandes quantités. ( le 2e point étant normal selon moi)

    Il n y a pas de règle infaillible. Chaque enfant a ses préférences et ses particularités. Peu importe ce que l on fait.
  13. Soso 1 juillet 2014 à 22 h 37 min
    Mon garçon de 4 ans a tenté il y a quelque temps de faire le petit malin: s'il n'aimait pas son repas (il y goûtait de mauvais gré), eh bien il se reprenait sur le dessert. Une, deux, trois portions de desserts!!! Bon, je dis desserts mais il s'agit en fait de fruits ou de yogourt. J'ai bien vu son petit jeu et maintenant c'est UNE portion de dessert et s'il a encore faim, je lui redonne son repas, que j'avais bien pris soin de garder près de la table. Le regard qu'il m'a jeté la première fois!!!
  14. Stéphanie Côté, nutritionniste 9 juillet 2014 à 11 h 28 min
    Très drôle! Ils comprennent vite, n'est-ce pas?
  15. Isabelle 2 juillet 2014 à 11 h 33 min
    Merci à tous pour vos témoignages. Vous m'aidez à me rendre compte que j'ai commencé à donner trop de laisse à mon fils de 3 ans et demi: comme il n'accepte que les pâtes ou le riz (sans sauce, sans protéines) pour souper, je ne me pose plus de questions et le lui sers, pendant que son père et moi on mange le repas prévu... C'est sûr que je préfère qu'il mange son amidon que rien du tout, mais au final ça nous laisse insatisfaits car son alimentation ne se diversifie pas (même si lui a l'air bien content). Je vais profiter des vacances pour reprendre la situation en main et servir un seul repas commun. Mais ce n'est vraiment pas facile ! Une épreuve pour les nerfs.
  16. Stéphanie Côté, nutritionniste 9 juillet 2014 à 11 h 29 min
    Bonne chance dans vos démarches. Ça demandera un peu (beaucoup) de patience, mais ça vaut réellement la peine.
  17. Roseline 2 juillet 2014 à 22 h 02 min
    C'est tellement rassurant de lire tous les commentaires, j'ai comme l'impression soudainement que la crise à la table ce n'est pas juste chez moi! Oufff! Même tableau de mon côté, on cède aux caprices et c'est une constante, l'assiette n'est même pas arrivée qu'il commence à chicaner... On a du chemin à faire pour améliorer tout ça et vos commentaires me donnent le goût de changer tout ça! Bonne chance à tous!
  18. Stéphanie Côté, nutritionniste 9 juillet 2014 à 11 h 33 min
    Bonne chance à vous. Merci pour votre commentaire.
  19. Mylène 3 juillet 2014 à 09 h 24 min
    Avec mon aînée qui a maintenant 9 ans, et ses 2 petites sœurs de 7 et 4 ans, j'ai vécu plusieurs refus ou dégoûts alimentaires... Et effectivement, ça finir toujours par passer ! Tour à tour, les légumes, le riz, la viande devenait l'aliment détesté par l'une ou l'autre... Parfois, c'est même une couleur qui est carrément écartée (ma fille n'aime pas les oignons rouges, et refuse de manger du chou rouge, au cas où il y aurait de l'oignon caché dedans !!!) chaque fois que ça se présente, j'applique la même règle : tu as le droit de ne pas aimer, mais il faut goûter (2-3 bouchées au moins) pour que ta langue soit certaine qu'elle n'aime pas ça ! Et la règle d'une seule portion de dessert s'applique aussi chez nous, ensuite, je leur redonne l'assiette qu'elles n'ont pas terminé. Je varie aussi beaucoup la façon de présenter un aliment qui est moins aimé (en salade, en accompagnement, cuit, cru, grillé, avec de la sauce, vinaigrette, etc..) et je fini toujours par trouver une recette qui passe mieux ! Par contre, avec 3 enfants c'est rare que ça fasse l'unanimité pour tout le monde en même temps !!!
  20. Stéphanie Côté, nutritionniste 9 juillet 2014 à 11 h 32 min
    Avec de la patience, du lâcher-prise et de l'imagination, on y arrive toujours! Merci pour votre témoignage.
  21. Wirilome 8 juillet 2014 à 08 h 31 min
    Pour ma part, avec mon fils qui était pénible pour manger entre 2 ans et demi et 4 ans (en opposition constante), j'ai laissé des pâtes/riz/semoule à midi mais compensé les apports vitaminés avec une grosse soupe de légumes le soir, éventuellement enrichie de viande. Heureusement, il a toujours aimé la soupe et ça a toujours été le gros repas journalier, depuis qu'il était bébé.
    C'était d'ailleurs comme ça que ma mère forçait son père à s'alimenter il y a quelques années, il ne mangeait presque plus que de la soupe et elle y ajoutait donc de la viande, de la graisse etc, pour apporter des calories et des protéines en plus des légumes.
  22. Stéphanie Côté, nutritionniste 9 juillet 2014 à 11 h 40 min
    La soupe-repas est une bonne idée, tout en continuant à exposer l'enfant aux aliments qu'ils apprécient moins afin qu'il apprenne à les connaître. Les 3/4 des enfants traversent une période similaire. On se sent moins seule quand on sait cela!
  23. Gabrielle 8 juillet 2014 à 11 h 13 min
    Chez nous aussi c'est la crise aux repas. Fiston de 16 mois ne veut manger que des fruits et du fromage. Au départ, je compensais avec le dessert (yogourt), mais là, j'ai remarqué qu'il prennait ça pour acquis. Alors, s'il ne mange pas son repas principal, il n'a qu'une portion de yogourt et c'est tout. C'est dur sur mon coeur de maman, mais pas le choix!!! Le pire là-dedans c'est qu'il a toujours été un gros mangeur, mais depuis qu'il a eu la roséole, c'est la crise au repas!!!
  24. Stéphanie Côté, nutritionniste 9 juillet 2014 à 11 h 45 min
    Les épisodes de maladie ont parfois des conséquences temporaires sur l'alimentation, surtout si l'enfant a été malade à cause d'un aliment ou qu'il associe (à tort ou à raison) un événement désagréable à un aliment. Tout devrait rentrer dans l'ordre. Continuez de gérer les repas comme vous le faites.
  25. Isabelle 8 juillet 2014 à 11 h 46 min
    J'ai une petite de 3 ans un peu difficile sur les légumes mais elle finit toujours par trouver son compte. Nous ne nous privons de rien mais j'intègre toujours au moins un truc que je sais qu'elle aime. Par exemple nouilles asiatiques au boeuf et brocoli: elle mange les nouilles et la viande, ne touche pas son brocoli... et je complète avec un jus de légumes ou encore une bonne portion de fruit frais au dessert. 1 fois par semaine je la laisse décider du souper, souvent c'est des pâtes ou bien des pizza-pitas...parfois des crêpes ;)
  26. Stéphanie Côté, nutritionniste 9 juillet 2014 à 11 h 46 min
    Très bonne stratégie! Impliquer les enfants aide à leur faire voir les repas comme des moments agréables. Merci pour votre commentaire.
  27. Clément 16 juillet 2014 à 03 h 20 min
    Moi je suis papa d’un petit garçon de 3 ans et j’ai trouvé une solution pour lui faire manger des légumes je vous la raconte ici http://wp.me/p4Jc3q-4U
  28. Émilie 23 juillet 2014 à 19 h 50 min
    Ma fille (10 mois) a un très petit appétit, et elle est toute petite. Par peur qu'elle manque de quoi que ce soit, j'ai pris la mauvaise habitude de lui servir pluuuuuusieurs aliments aux repas. Elle a tendance à goûter à tout, mais se tanne après 2-3 bouchées (car peut etre a-t-elle comprise qu'elle aura autre chose après) donc, quelques bouchées de chaque aliment seulement.

    1: Donc, selon vous, déja à 10 mois je devrais intégrer le: 1 choix de repas seulement? Car elle mange des morceaux, je lui donne souvent des morceaux de toutes sortes de choses....ou bien j'attends qu'elle mange comme nous et là je maintiens l'exigence qu'elle mange ce repas?

    2: Souvent par exemple pour les céréales de bébés, elle mange quelques bouchées ensuite elle se tanne. Je lui redonne quelques bouchées mi-cereales mi-yogourt, elle se tanne. Je lui redonne quelques bouchées céréales avec un mrcx de fruit dessus, etc. Est-ce que vous me conseilleriez ce genre de "stratégies" pour faire avaler sa purée?

    Merci beaucoup!

Partager