Langage: est-ce normal?

Langage: est-ce normal?
Par Marie-Ève B-Gaudin, Orthophoniste
10 mai 2014

Ça y est! Mon Renaud, 7 mois, se tourne du dos au ventre! Plusieurs me diront qu’il n’y a là rien d’exceptionnel, que leur enfant a développé cette habileté plus tôt. Naître et grandir et d’autres sources fiables mentionnent en effet que bébé parvient généralement à se tourner du dos au ventre vers l’âge de 6 mois. Mais je suis fière quand même de mon petit garçon, justement parce qu’acquérir l’habileté en question ne semblait pas aller de soi pour lui. Que vient faire ce constat dans un billet sur la communication chez bébé, me direz-vous?!

Pour le développement de la communication comme pour le développement moteur, les différences entre les enfants peuvent être importantes, particulièrement en bas âge. Et il peut parfois être ardu de déterminer si les différences observées entre notre enfant et le petit voisin relèvent simplement d’une variation « normale » ou s’il y a matière à s’outiller, en tant que parent, pour favoriser certaines acquisitions chez notre enfant. En ce qui concerne mon petit Renaud, le bon sens m’aurait sûrement amenée à pousser l’investigation si ses difficultés avaient été nombreuses, importantes ou persistantes. Jusqu’à maintenant, je me suis surtout contentée de constater que mon fils a ses forces et ses défis… un peu comme moi, qui ne peut exceller à la fois dans les sports, les tâches manuelles, la cuisine et l’écriture! Nous vivons dans une société de performance et il est facile d’être exigeant envers nous… et malheureusement aussi envers nos enfants!

Détecter les difficultés en bas âge

Néanmoins, je pense qu’il faut reconnaître le bien-fondé des outils existants pour accompagner nos enfants dans leurs difficultés, lorsque difficultés il y a. En ce qui a trait aux problèmes de communication, l’efficacité des interventions en bas âge est démontrée. C’est dans cette optique que des CLSC se sont dotés de services en orthophonie pour les enfants de 0 à 4 ans il y a déjà plusieurs années. Ce n’est pas parfait, il y a souvent des listes d’attente, mais plusieurs CLSC offrent au moins des rencontres d’information et de formation afin d’outiller les parents pendant l’attente d’une évaluation.

Consulter en orthophonie, c’est d’abord et avant tout chercher des moyens pour rendre les apprentissages liés à la communication et au langage plus faciles et agréables pour notre enfant. Rencontrer une orthophoniste permet souvent d’avoir une vision objective de la situation et d’enrichir nos façons d’interagir avec notre enfant pour l’encourager à s’exprimer.

Quand consulter?

Mais consulter en orthophonie pour bébé? Existe-t-il vraiment des indicateurs qui peuvent nous mettre sur la piste de difficultés dès le tout jeune âge? L’Ordre des orthophonistes et des audiologistes du Québec, à l’aide d’un document publié sur son site, nous informe à ce sujet.  Nous pouvons résumer dans nos mots ici en disant qu’une consultation apparaît pertinente si…

De 0 à 6 mois, bébé :

  • ne sourit pas aux personnes;
  • ne répond pas par des sons à l’adulte;
  • ne diversifie pas les sons qu’il produit.


De 7 à 12 mois, bébé :

  • ne s’intéresse pas aux personnes qui lui parlent et ne les regarde pas;
  • ne fait pas savoir ce qu’il veut par des gestes combinés à des sons;
  • ne commence pas à comprendre de petites consignes simples (par exemple : « C’est le temps du LAIT!» et, plus tard, «Montre-moi le ballon »).


Bien sûr, toute autre inquiétude du parent peut justifier une consultation.

En somme, il existe effectivement une grande variabilité entre les bébés sur le plan de la communication. Par exemple, bébé commence à émettre plusieurs syllabes de suite et à comprendre des mots entre 6 et 10 mois, ce qui correspond à une période de développement de 4 mois. À cet âge, 4 mois, c’est beaucoup! Cependant, certains comportements sont signes de difficultés significatives et méritent qu’on s’y arrête.

Et vous, vous posez-vous parfois la question « Est-ce normal? » quand il s’agit du développement du langage de votre enfant?

Marie-Ève B-Gaudin, Orthophoniste
À la fois orthophoniste et maman, je vous parle dans mes mots du développement de la communication et du langage de mes deux enfants.
Tous les billets de l'auteur

Billets sur le même sujet

Commentaires (4)

  1. S 10 mai 2014 à 19 h 53 min
    Je suis désolée, mais il est faux de dire que tous les CLSC offrent des services d'orthophonie. Le CSSS pour lequel j'oeuvre en tant que travailleuse sociale n'offre pas de services d'orthophonie; il faut référer les parents vers le privé, ou encore, les mettre sur la liste d'attente en DI-TED jeunesse s'ils ont un diagnostic pour leur enfant.
  2. Marie-Ève 11 mai 2014 à 16 h 06 min
    Merci de cette précision. Même si des services en orthophonie ont été implantés dans les CLSC, il est vrai que certains CLSC n'en offrent pas. Il est vrai aussi que les cliniques privées peuvent être une alternative pour certaines personnes. Certains régimes d'assurance couvrent une partie des frais en orthophonie.
  3. Carmen 22 mai 2014 à 13 h 42 min
    A Laval, le CLSC sert de "guichet d'accès" pour le CARL (Centre ambulatoire régional de Laval). Il y a plus d'un an d'attente sans aucun service pour outiller le parent pendant cette attente. Une fois que l'évaluation est faite, s'il s'agit d'un trouble de langage, l'enfant est référé au programme de déficience en langage de la région. A ce moment, l'enfant a déjà 4 ans. Par contre, s'il s'agit d'un simple retard, 10 rencontres sont offerts seulement. Si l'évaluation démontre que le problème est plutôt d'un ordre développemental, l'enfant est placé sur la liste d'attente de la clinique de développement (où il y a 2 ans d'attente).

    Les interventions en bas-âge sont peut-être démontrées, mais elles sont loin d'être accessibles !
  4. Marie-Ève Bergeron-Gaudin 22 mai 2014 à 14 h 09 min
    Voici un commentaire très pertinent. À ce sujet, Geneviève Doray, directrice web et magazine de Naître et grandir, a écrit un éditorial que j'ai trouvé très intéressant dans le numéro de mai et aussi sur le blogue «Dans les coulisses». Elle y parle notamment du manque de postes d'orthophonistes dans le secteur public. Il s'agit en effet d'un réel problème...J'espère qu'à force d'en parler, les gens concernés parviendront à se faire entendre.

Partager