Les repas préférés des enfants

Les repas préférés des enfants
Par Stéphanie Côté, Nutritionniste
29 mars 2014

Quels sont les aliments préférés de vos enfants? Combien d’aliments différents font partie de leur répertoire alimentaire? Mangent-ils des légumes? Ce sont des questions de sondage qui ont récemment été posées à 1 912 parents d’enfants de 10 ans et moins, en Grande-Bretagne. Les résultats préoccupent les spécialistes. En voici quelques-uns.

  • L’alimentation d’une semaine tourne autour de 5 repas uniquement.
  • Parmi les repas préférés des enfants britanniques : spaghetti sauce à la viande, doigts de poisson et frites, saucisses avec purée de pommes de terre ou frites et rôti de viande.
  • Seulement 1 enfant sur  5 mange des légumes tous les jours. Un sur 10 n’en mange jamais.
  • 40 % des parents ne croient pas que les légumes sont nécessaires à chaque repas.
  • 82 % des parents trouvent que leur enfant est difficile, mais moins d’un quart d’entre eux essaient d’améliorer l’introduction de nouveaux aliments.

Quand on y pense, ces résultats ne sont pas si surprenants, disent les experts. Les enfants préfèrent des aliments qui leur sont familiers et les parents ont tendance à offrir des aliments qu’ils savent que leurs enfants mangeront. C’est un cercle vicieux, car si on n’expose pas les enfants à la variété, elle ne fera jamais partie de leur vie. On voit la nouveauté comme risquée, alors qu’elle est essentielle au développement du goût.

Habituer les tout-petits à la nouveauté et à la diversité

Un de nos rôles, comme parents, est d’encourager nos enfants à essayer de nouveaux aliments. Pas forcer. Encourager. Le plus tôt est le mieux, puisque les tout-petits sont généralement très ouverts et heureux de découvrir de nouvelles saveurs. Qui n’a jamais dit ou entendu « Moi mon bébé, il mange de tout! »?

La lune de miel avec les aliments prend souvent fin abruptement vers l’âge de 2 ans. L’attitude de la majorité des enfants change et ils n’aiment tout à coup plus beaucoup d’aliments. Mais c’est normal. Plate et difficile, mais normal. C’est une étape du développement du goût qu’on appelle la néophobie alimentaire. La meilleure stratégie pour aider nos enfants à passer à travers – et pour s’en sortir soi-même! –, c’est de manger avec eux et de montrer l’exemple. Si nous prenons plaisir à manger nos repas, nos enfants développeront eux aussi ce plaisir. Mais je précise : « développeront ». Au futur. Ce n’est pas immédiat. Pas avec tous les aliments, du moins. Apprécier certains aliments, et surtout certains légumes, peut même être long.

Offrir régulièrement de nouveaux aliments et être un modèle positif est une méthode éprouvée pour aider les enfants à apprécier une grande variété d’aliments et pour instaurer des bases solides à la saine alimentation. Soyons patients. Les goûts et les préférences qui se développent durant la petite enfance influencent les habitudes alimentaires de toute la vie. Et les habitudes alimentaires  influencent à leur tour la santé. Dans un pays comme l’Angleterre, où le tiers des enfants font de l’embonpoint ou sont obèses, la santé d’un grand nombre d’enfants est menacée par des constats comme ceux révélés récemment.

Est-ce différent au Québec? Il n’y a pas de sondage récent sur les habitudes alimentaires des tout-petits, mais selon le ministère de la Santé et des Services sociaux, 1 enfant sur 4 de 2 ans à 5 ans fait de l’embonpoint ou est obèse. On sait aussi que, comme ailleurs, l’alimentation des enfants représente un défi au quotidien pour les parents d’ici et que les trucs pour le relever sont les mêmes.

Et vous, êtes-vous positifs ou découragés par ces défis?

Stéphanie Côté, Nutritionniste
Nutritionniste et maman de 2 enfants, j'ai un intérêt particulier pour l'alimentation des petits. Conseils enrichissants et anecdotes savoureuses sont ici au menu chaque mois!
Tous les billets de l'auteur

Billets sur le même sujet

Commentaires (5)

  1. Hélène 1 avril 2014 à 12 h 05 min
    J'ai un fils de 2 ans et demi qui mangeait de tout même des olives et du fromage bleu! Effectivement, ça a changé autour de 2 ans. On continue d'offrir des aliments variés tous les jours. Le problème maintenant c'est de parvenir à lui faire goûter des aliments qui, pour une raison obscure, ne lui tente ce jour là.
  2. Stéphanie Côté, nutritionniste 9 avril 2014 à 10 h 24 min
    Ne changez pas vos menus, mais ne le forcez pas non plus. Il redeviendra le petit goûteur aventurier qu'il était un jour ou l'autre! :-)
  3. Dominique 1 avril 2014 à 16 h 20 min
    Pour ma part, mes enfants de 3 et 5 ans mangent de tout (soupe thaÏ, avocat, olive et même Gravlax). Toutefois, nous sommes deux à cuisiner. Mon conjoint cuisine très bien alors que moi, je me débrouille. Pas facile de cuisiner tout les jours quand les deux parents travaillent et que la routine nous pousse toujours à aller plus vite. Mais si le pâter chinoi, la lasagne, le couscous et la soupe sont congelés, cela permet d'essayer une nouvelle recette chaque semaine... Et, pour contenter les enfants avant le souper, pourquoi ne pas leur offrir un poivron ou une carotte ou un concombre coupé?
  4. Stéphanie Côté, nutritionniste 9 avril 2014 à 10 h 29 min
    Quel défi au quotidien en effet. Par chance, avec une bonne équipe comme vous et votre conjoint, vous avez l'essentiel pour le relever!
    Offrir des crudités de légumes aux enfants avant le souper, quand ils ont faim, est un truc que je mets moi aussi en pratique. En fait, ils viennent eux-mêmes m'en "voler" quand je les prépare pour le souper!
  5. Marie-Eve 9 mai 2014 à 22 h 22 min
    Mon fils a 18 mois.. je dirais que depuis ses 12 mois il ne veut plus rien manger. Quand je dit rien, c'est tout ce qui touche le repas principal. il ne veut que des patates. Je brois la viande dans ses patates. il ne mange aucun repas solide comme nous..je suis decouragée. il est plutôt difficile de faire un menu varié avec un enfant qui ne veut que manger des patates en purée!! dois-je couper les purée et lui donner les mêmes repas que nous?? je suis perdu.. en même temps je ne veux pas qu'il soit des semaines à ne pas manger sauf ses collations. il mange presque tout les fruits, des biscottes, fromage etc. mais les repas principaux aucun morceau.. j'ai même songé consulté un professionnel pour de l'aide!

Partager