Quand Leeloo se réveille la nuit…

Quand Leeloo se réveille la nuit…

baby after sleepLeeloo a maintenant 2 ans si on en parle en langage masculin ou 26 mois, en langage  féminin. Depuis quelques semaines, les nuits sont difficiles. Elle n’a pas de difficulté à s’endormir, mais elle se réveille souvent durant la nuit en criant : « Mamaaaan! ». Si elle n’a pas de réponse, elle se lève et elle marche jusqu’à la barrière qui sépare sa chambre du couloir pour crier directement vers notre chambre.

Les premières semaines, j’ai bien proposé des pistes d’interventions, mais ce fut alors une fin de non-recevoir de la part de ma conjointe.

Après 2 semaines de réveils nocturnes, elle a finalement accepté qu’on applique les stratégies conseillées par des psychologues spécialisés en petite enfance (Christophersen & Mortsweet, 2003). Cette méthode est directement alignée sur ma pratique clinique de tous les jours et  j’en maîtrise bien les concepts. D’ailleurs, ceux qui ont lu mon billet  sur la « loi antibacon » vont reconnaître certains principes de base, particulièrement de ne pas renforcer avec de l’attention les comportements que l’on veut voir disparaître. Voici donc les 3 stratégies que j’ai appliquées dernièrement avec Leeloo pour qu’elle apprenne à se rendormir seule la nuit.

Établir une routine avant le sommeil

Avant tout, on doit s’assurer que l’enfant ait une routine adéquate avant d’aller au lit. Une routine du sommeil, ça dure au moins 30 minutes et ça peut prendre jusqu’à 1 heure. Ensuite, cette routine doit être stable. Celle de Leeloo est la suivante : après son souper, elle prend son bain, on lui met son pyjama, on lui brosse les cheveux, on lui brosse les dents et ensuite, elle va au lit pour une histoire et une chanson. Nous quittons ensuite la chambre avant qu’elle s’endorme.

En passant, la routine qui précède le sommeil est importante pour les adultes aussi, car elle envoie un signal à notre corps de commencer la production de mélatonine, une hormone nécessaire au sommeil. L’établissement d’une routine de sommeil saine est même une des premières étapes de l’intervention clinique chez les patients adultes qui souffrent d’insomnie! D’où l’importance de commencer tôt dans la vie…

Prendre l’habitude de laisser son enfant s’endormir seul

Vous noterez que dans la routine Leeloo, on ne reste pas jusqu’à ce qu’elle s’endorme. Cette stratégie a pour but de lui apprendre à s’endormir. Si je restais avec ma fille tous les soirs jusqu’à ce qu’elle s’endorme, elle n’apprendrait pas à s’endormir seule et ne développerait pas ce sentiment si important d’auto-efficacité face au sommeil. Si je reste à côté de mon enfant jusqu’à ce qu’il s’endorme, il ne faut pas que je m’attende à ce qu’il se rendorme seul la nuit.

Ignorer ses demandes la nuit

Lorsque notre enfant se réveille soir après soir en pleine nuit (et qu’il est capable de s’endormir seul le soir et qu’on sait qu’il est en sécurité  ou qu’il n’a pas de problème de santé), on ignore ses demandes.

On doit laisser le temps à l’enfant de se ressaisir et de se rendormir seul, sans aucune intervention externe, et en évitant le plus possible le contact visuel. Lorsque Leeloo se lève et sort de sa chambre durant la nuit, je la prends dans mes bras, face vers son lit, de façon à ce qu’elle ne voit pas mon visage, et je la ramène en silence dans son lit.

Lorsque l’enfant se réveille la nuit, il est souvent dans un demi-sommeil et une interaction pourrait le réveiller. C’est pourquoi il est conseillé de ne pas lui parler ou de ne pas l’embrasser. S’il vous semble difficile d’appliquer cette stratégie, rappelez-vous pourquoi vous le faites. L’objectif de l’exercice, c’est d’aider votre enfant à développer l’habileté de se rendormir seul la nuit. C’est aussi pour cela qu’on doit limiter nos interventions au minimum (ne vous inquiétez pas, je ne suis pas cruel de nature).

Cette stratégie peut être longue et pénible, on peut avoir à la répéter souvent. J’ai déjà travaillé avec des parents qui ont dû remettre au lit leur enfant une trentaine de fois la première nuit! Heureusement, ce n’est pas la norme. La plupart des enfants vont appliquer assez vite ce qu’ils ont appris en début de nuit (s’endormir seul) lorsqu’ils se réveillent en pleine nuit.

Finalement, notons que cette dernière stratégie ne s’applique pas lorsqu’un enfant fait un cauchemar ou s’il a une terreur nocturne. Si votre enfant se réveille rarement la nuit, il est également important de le rassurer. C’est d’ailleurs ce que je fais avec les deux frères de Leeloo. Cette troisième stratégie s’applique à l’enfant qui a de la difficulté à se rendormir la nuit.

Après une semaine, tout va bien, Leeloo fait de nouveau ses nuits depuis quelques jours. J’ai pensé à vous quand j’ai ramené au lit Leeloo, face vers son lit, sans lui adresser la parole. Elle ne s’est rendue compte de rien.  En fait, cette stratégie a l’air bien pire qu’elle  l’est en réalité.

Dr Nicolas Chevrier, psychologue
Mes 3 enfants me permettent de peaufiner mes talents de psychologue tous les jours…
Tous les billets de l'auteur

Billets sur le même sujet

Commentaires (40)

  1. Marie-Claude 13 février 2014 à 09 h 45 min
    Hum intérressant... ma fille se réveille souvent la nuit. Elle a la même âge que la vôtre... par contre elle pleure... beaucoup même!! On a donc cette tendance à aller la réconforter, car elle ne se lève JAMAIS de son lit (un mirâcle je crois!)... mais donc, nous devrions l'ignorer, même si elle pleure? Lui laisser la chance de se ''reprendre toute seule''?? Nous sommes fatigués et je dois avouer que comme elle a maintenant son ''lit de grande'', nous avons tendance parfois, parce que c'est la solution facile, à dormir avec elle...
    Pouvez-vous me conseiller s'il vous plait?
  2. Andreanne 13 février 2014 à 11 h 14 min
    Marie-Claude, nous avons eu la même chose que vous et ma fille avait le même âge. Elle ne se levait pas de son lit et pleurait et criait. au début, c'était 2-3 fois par semaine pour finalement être après 2 mois être à toutes les nuits et même 2 fois certaines nuits. Comme elle a commencé à parler vers la même période, ce que nous pensions être des terreurs nocturnes s'est révélé être des caprices, elle demandait son bébé, son eau...des choses qu'elle avait à portée de main dans sa chambre.

    Une bonne nuit, j'ai décidé de la laisser pleurer et tant pis si elle réveillait sa sœur de 5 mois. (nous avions applique une technique semblable à ses 5 mois et en une semaine elle faisait ses nuits). quand elle a vu que je n'y allais pas, elle s'est mise à hurler. après 5-7 minutes, je lui ai dit dodo Anika. Elle s'est mise à hurler de plus belle. Après un autre 10 minutes, j'ai à nouveau dit dodo Anika. Elle a encore hurler pour un total de 25 minutes...et s'est endormie.

    Et depuis ce temps, elle ne s'est plus jamais réveillée la nuit (et cela fait 2 mois:).

    Oui j'ai eu le cœur gros de la laisser pleurer mais j'ai choisi que moi aussi j'avais le droit de dormir la nuit...surtout que c'était seulement des caprices. Et je suis plus en forme dans le jour pour jouer avec mes 2 filles!
  3. Marie-Claude 13 février 2014 à 13 h 43 min
    effectivement, il faudrait bien la laisser pleurer un peu... il faut conditionner papa et maman aussi je crois :)

    merci de la compréhension!!! :)
  4. Andreanne 13 février 2014 à 15 h 37 min
    ça quand même pris 3 mois avant que je me décide complément! j'avais bien essayé de la laisser pleurer 5-7 minutes, mais je finissais toujours par y aller. je tentais de lui expliquer qu'elle ne devait pas nous réveiller pour ce qu'elle avait à portée de main, etc. si ça recommence (pour elle ou pour ma 2ème), je n'attendrai pas aussi longtemps!

    Je crois qu'on a tout simplement décidé que nous avions aussi des droits! Selon moi, même la nuit l'enfant doit comprendre qu'il y a des façons de vivre en société, en famille.
  5. Dominique 13 février 2014 à 10 h 27 min
    Je vis sensiblement la même chose... hélas, ignorer ses demandes ne marche pas très bien, elle trouve simplement une autre demande et ça dure des heures (ex. maman lait chaud, maman envie d'pipi, maman dodo dans lit papa-maman, maman dans l'salon, alouette!).
    Je lance une piste de réflexion-discussion, qui a dit que les enfants DEVAIENT dormir seuls... c'est très occidental comme mode de vie, dans beaucoup de culture les enfants dorment avec les parents, et ce, encore à 2ans!
    Donc selon moi, à chaque famille de trouver son équilibre et un mode de sommeil dans lequel tout le monde se sent bien... sans viser le sommeil seul dans le lit à tout prix.
    Merci pour les conseils!
  6. Nicolas Chevrier 13 février 2014 à 15 h 18 min
    Bonjour Dominique,
    si l'enfant change sa demande c'est qu'il est réellement en recherche d'attention. On réponds aux demandes physiologiques (pipi, de l'eau, j'ai froid..etc.) mais ces demandes vont s'atténuer d'elles-mêmes (Quand le garçon a tout uriné alors il n'y a plus rien qui sort...). On applique ensuite les techniques que j'ai exposé.

    Pour ce qui est du dodo avec les enfants, je vois cette solution comme étant très problématique dans ce contexte. Problématique parce que ça devient une solution évoqué pour éviter un problème et non pas une habitude culturelle.

    Lorsqu'on décide comme famille de dormir tous dans le même lit pour des raisons culturelles, je peux concevoir (il y a des pour et des contres mais bon.). Mais lorsqu'on développe ce mode de vie comme solution à un problème de sommeil, là ce n'est pas adapté. On ne fait que repousser le problème à plus tard...
  7. Dominique 13 février 2014 à 20 h 43 min
    humm peut-être qu'on repousse le problème à plus tard ou peut-être qu'on se rend juste compte qu'on faisait fausse route avant!? et que les besoins de notre enfant sont mieux répondus d'une autre façon...
  8. ciara 13 février 2014 à 16 h 19 min
    ouf,bien merci parce que j'ai pense que je fesais mal de dormir quelques fois avec mon fils pour le rassurer ...il se leve dans la nuit et je ne me fais pas prier s'il demande a dormir avec nous!Merci,encore de comprendre la culture des autres,et merci pour le conseil.
  9. sandra 13 février 2014 à 10 h 35 min
    ici on a eu ce probleme avec ma fille entre ses 26 mois et ses 30 mois...bref durant 4 mois...ce qui a déclenché le tout, l'arrivé de bb 2...elle s'est mise a se lever 7-8 x par nuit...

    on a tenté les memes stratégies avec constance, amour et fermeté durant 3 mois sans résultats, il faut dire que notre grande a un temperament TRES tenace, lol...ce qui a fonctionné, des billets modérateurs, elle avait ainsi un peu de controle, 3 billets par nuit, un billet donnant le droit de venir nous réveiller, ensuite 2...et lorsqu'elle n'avait plus de billet, on mettait la barriere et elle l'acceptait...pour enfin depuis 2 semaines enlever les billets et depuis 3-4jrs enlever la barriere...retour a la normal:)

    le temps aussi est notre allié numero un a mon avis!!! lol!! et bcp bcp d'amour!!!

    je voulais partager mon expérience pour ne pas que les parents dépassés avec des enfants qui répondent plus lentement que leeloo croient qu'il n'y a rien a faire...
  10. Nicolas Chevrier 13 février 2014 à 15 h 23 min
    Oui, les billets modérateurs sont très efficaces et sont une excellente idée. Seulement ils supposent que l'enfant est éveillé complètement et qu'il comprend le principe du billet (Leeloo à 2 ans est encore trop jeune!). Si c'est le cas de votre enfant alors c'est une bonne idée d'appliquer cette stratégie complémentaire, c'est une bonne étape intermédiaire avant d'ignorer l'enfant.

    Merci Sandra!
  11. Amelie 13 février 2014 à 10 h 46 min
    Marieclaude, votre fille fait sûrement des cauchemards si elle se réveille en pleurant. Les cauchemards commencent vers 2-3 ans.
  12. Julie Cloutier 13 février 2014 à 10 h 58 min
    N'importe quoi!

    Un enfant de cet âge ne peut s'exprimer aussi clairement qu'un adulte. On ne sait pas ce qu'il la réveiller.
    Vous aimeriez être ignorer durant la nuit vous si vous vous réveiller pour X raison et que vous avez besoin de réconfort? D'être rhabriller parce que vous avez froid? Parce que vous êtes triste/stresser/wtv?

    Votre "shift" de parent s'arrête a 20h après avoir mis votre enfant au lit vous?
    C'est drôle le mien dure 24/24h 7/7 jours!
  13. Marie-Claude 13 février 2014 à 13 h 42 min
    Juste en passant, ce commentaire est particulièrement insultant.

    Vous avez droit à votre opinion, mais pas d'insulter ceux qui ne partage pas la vôtre.

    Commentaire inutile et qui n'apporte rien de concret: à l'avenir, on s'abstient s'il vous plait.
  14. Rébecca 13 février 2014 à 14 h 45 min
    je suis comme toi! JAMAIS mes enfants on manquer de ma présence...je suis disponible pour eux 24/24 7/7 c'est CA être parents, je suis scandalisé par de tel techniques! ignorer mon enfants!? non mais c'est quoi l'idée! ca fais 9 ans que j'ai pas fais une nuit sans que l'on m'appel pour x raison et je me suis TOUJOURS lever! le dressage de bébé, non merci!!
  15. Andreanne 13 février 2014 à 15 h 31 min
    c'est une technique qui est suggérée et c'est libre à chaque personne de l'utiliser ou non. Quand on est fatigué parce que l'on ne dort plus assez, que l'on est impatient avec notre enfant et que l'on ne s'endure plus nous même, je ne crois pas que ce soit mieux.

    c'était rendu que je dormais 3 heures à 4 heures par nuit alors j'ai décidé que mon enfant ne me dresserait pas ( si je comprends vos propos mais je ne vois pas cela comme du dressage, simplement de lui apprendre à vivre en société et de respecter les autres, ses parents inclus).

    Ma fille est beaucoup plus reposée le matin et moi je pète le feu et je vais maintenant dehors à tous les jours avec elles alors qu'avant j'en avais pas l'énergie!
  16. Chantal 13 février 2014 à 11 h 02 min
    Pour l'avoir testé ici, je confirme que ça marche vraiment.
  17. Francheska 13 février 2014 à 11 h 19 min
    J'ai sensiblement le même problème sauf que ma fille à 3 ans et demi. Comme je suis enceinte de 8 mois et que ma fille ce réveille en général 3-4 fois par nuit je ne sais plus quoi faire. Bref, elle n'a jamais faites ses nuits et reste dans son lit. Elle ce réveille encore pour avoir du lait ce qui fait qu'elle n'est toujours pas propre la nuit ou simplement parce quelle à la fameuse tortue qui fait des étoiles et que cette dernière est éteinte. J'ai beau ne pas l'ignorer cela fini en crise de larmes et de cries. Puis elle ne veut pas que ce soit quelqu'un d'autre que maman qui va la voir. J'avoue parfois acheter le silence avec un verre de lait qui fini souvent dur la table de chevet. Je voix le deuxième enfants arriver et aimerait bien mettre un terme à son petit manège seulement je ne sais plus trop comment.
  18. mindy 13 février 2014 à 11 h 43 min
    Hello , je suis dans le même cas , un petit gars de 3 ans qui ne fait pas ses nuits , il se réveille 3 à 4 fois , sauf quand je dors avec lui il se rendort pour souvent finir sa nuit ,
    J'ai déjà essayer de le laisser pleurer , mais nous vivons dans un appartement et c'est pas vraiment possible de renouveler ça toutes les nuits , donc ...?
  19. Nicolas Chevrier 13 février 2014 à 15 h 41 min
    Bonjour Francheska,

    essayez par étape. Commencez pas impliquer Papa. Ensuite lorsqu'elle est habituée retirer ce que vous donnez d'attention étapes par étapes. Vous pouvez également intégrer le truc de Sandra (plus haut), votre fille est en âge de comprendre et de voir l'avantage d'utiliser cette stratégie...

    Bonne chance!
  20. Jules 13 février 2014 à 11 h 36 min
    Moi ça ressemble plutôt à ceci mais je l'accepte: http://lesenfantsabarbe.com/2014/01/29/bonne-nuit-cibole/
  21. Catherine 13 février 2014 à 12 h 14 min
    Bonjour! Je tente d'appliquer la même méthode avec ma fille de 8 mois, qui se lève toute les nuits de 23h et 1h am. La difficulté ici est qu'elle a un frère jumeau. Je n'ai pas vraiment le choix de la lever étant donné que si j'ignore ses pleurs, elle réveille son frère. Comme nous n'avons que 2 chambres dans la maison, je ne peux pas les séparer pour le dodo. À part lever l'enfant qui pleure sans arrêt, je ne sais pas trop quoi faire!
  22. Geneviève 13 février 2014 à 21 h 00 min
    De 7 mois à 9 mois, l’enfant vit l’anxiété de la séparation, une étape normale de son développement. Il n’aime pas beaucoup être loin de vous. Alors, avant son coucher ou pendant la nuit, il a parfois besoin d’être rassuré, ne serait-ce qu’en entendant votre voix ou en recevant des caresses. Il apprendra graduellement à se rendormir seul.
  23. Marie-Maude 14 février 2014 à 14 h 08 min
    J'ai des jumelles de 18 mois, moi aussi, il y a déja un bout, j'ai fait la méthode du 5-10-15...à ma manière...moi aussi elles dorment dans la même chambre. Il n'y en avait qu'une qui se réveillait et que je devais laissé pleurer. J'ai installé celle qui dormait bien dans un parc dans ma chambre pour 1 semaine. Après une semaine, le problème était réglé, j'ai pu les remettre les 2 ensemble après. 1 mois plus tard environ, j'ai du recommencé un peu a laisser pleurer, et je me suis rendu compte que sa soeur ne se réveillait pas...Je me suis rendu compte que c'était comme si elle avait apris a ignorer sa soeur qui pleure et a dormir quand même. Encore aujourd'hui, il y a des nuits que je dois laisser pleurer, et je me rends compte que ce qui réveille sa soeur, c'est quand je vais moi même dans la chambre et que je sort la première. C'est comme si elle se rendait compte que ça soeur ne pleurait plus, ou bien qu'elle était sortie, et c'est seulement à ces moments que j'ai des crises en duo... Bref, maintenant je préfère laisser pleurer, je trouve que c'est meilleur pour le sommeil de sa soeur ;)
  24. Marie-Noelle 13 février 2014 à 12 h 14 min
    Bonjour,
    J'aimerais savoir comment appliquer cette stratégie aux sieste. Ma fille a 27 mois, elle dort depuis 2 mois dans un lit simple. Depuis qu'elle a changé de lit elle ne fait plus la sieste l'après-midi. Nous appliquons la même routine que pour le dodo du soir (histoire, lait, câlin). Environ 2 minutes après qu'elle soit couchée elle se relève et joue dans sa chambre ou bien va à la barrière qui est dans la porte de la chambre et crie et pleure "Fini dodo". J'ai essayé de la recoucher 10-20 fois en ne lui donnant pas d'attention ou de la laisser pleurer mais rien ne fonctionne. Elle est tenace! Elle aurait besoin de dormir, elle est très fatiguée en fin d'après-midi. Je suis enceinte de 8 mois et j'aimerais avoir des pistes de solution.
  25. Julie 13 février 2014 à 12 h 30 min
    Et que fait-on si notre enfant partage sa chambre avec l'aîné et qu'il hurle dans son lit au milieu de la nuit? Impossible de le laisser faire sans rien dire... Et puis quand on vit en appartement, il est très difficile de laisser ainsi son enfant pleurer nuit après nuit sans que cela ne dérange les voisins...
    Il n'y a pas de solution miracle et chaque enfant est différent.
    Nous avons essayé plusieurs techniques avec notre fille de 21 mois et nous nous croisons les doigts pour que celle qui fonctionne depuis deux nuits soit la bonne. Peut-être avait-elle seulement faim et ça la réveillait alors nous lui donnons une collation avant le dodo... et elle ne se réveille plus en hurlant.
  26. Nicolas Chevrier 13 février 2014 à 15 h 44 min
    Bonne chance!

    Pas facile comme situation.

    Pour votre aîné, mon premier réflexe serait de l'amener dans votre lit pendant que le plus jeune crie. Cette stratégie pourrait peut-être fonctionner...
  27. Rébecca 13 février 2014 à 14 h 47 min
    effectivement! et après on se demande pourquoi il y a tant de monde instable émotionnellement...BIN VOILA LA CAUSE!!!
  28. Nicolas Chevrier 13 février 2014 à 15 h 35 min
    Je ne comprends pas vos commentaires mesdames (Julie Cloutier, Rébecca, Marie-Claude-2).

    On discute ici de stratégies qui ont pour objectif d'aider notre enfant à développer sa capacité de se rendormir la nuit.

    Croyez-vous vraiment que votre enfant aime se réveiller dans le noir à 3hrs am en croyant qu'il dépend de son parent pour se rendormir?

    Ne croyez-vous pas qu'il préfère, lors de ses réveils, avoir l'assurance qu'il est capable de se rendormir seul et qu'il n'a pas besoin du parent pour le faire?

    Votre enfant n'est pas fier de manger seul?

    De mon coté Leeloo m'interdit de lui enlever sa cuillère lorsqu'elle mange. Elle est bien trop fière de son autonomie...

    Léguer de l'autonomie à son enfant c'est lui léguer des moyens de se bâtir une estime de soi solide...

    Lui tourner autour 24/24 afin de s'assurer de son confort (notre confort?) c'est lui transmettre le message qu'il n'est pas assez compétent pour faire les choses seul.

    Et l'autonomie... ça inclut la capacité de se rendormir la nuit!
  29. Nathalie D 13 février 2014 à 16 h 25 min
    Bonjour,

    Je suis assez d'accord avec ce qui est dit par ces mamans. Il n'est pas forcément question d'autonomie lorsqu'un enfant pleure la nuit. Lorsque vous vous réveillez, vous avez votre compagne à côté de vous. Si vous avez fais un cauchemar, ou si vous vous sentez mal ou angoissé, sa seule présence peut suffire à vous réconforter.
    Un petit enfant, il n'a personne à côté de lui, et ne va pas forcément accéder plus facilement à l'autonomie lorsqu'il est angoissé de ne voir personne venir le réconforter. Il se résignera; c'est très différent que de réussir seul à manger, ou de mettre ses habits ou ses chaussures.
    Effectivement dans beaucoup de cultures, et là ou justement les enfants sont très vite autonome, bien plus vite que dans nos sociétés occidentales, on ne délaisse pas les enfants, on dort souvent tous dans la même pièce (comme chez moi, pour des raisons de place, et non de besoin, je m'aperçois que contrairement à mes copines, je m'en sors vachement bien. Mes enfants ont fait leur nuits à 1 mois et demi et ont toujours eu tout plein de réconfort lorsqu'ils se réveillaient). Il y a toujours quelqu'un pour consoler. Je trouve qu'on devrait au contraire peut être s'inspirer de ces pratiques, revoir plus l'esprit communautaire pour s'entre-aider. Mais dans un monde ou tout va trop vite, il faut faire selon son job, sa propre vie et non en fonction des besoins de son enfant (qui sont réels selon moi, mais c'est là mon avis, partagé par différents psy et pédiatres). Cet article propose une méthode. Ce n'est pas quelque chose d'imposé, ni même exposé comme étant une vérité totale et absolue. Est-ce que toutes les mamans en feront la part? Si elles ne le font pas, de toute évidence, c'est qu'elles en auront besoin, et cette méthode pourra sans doute en aider quelques unes.
    Personnellement, je suis convaincue que ce n'est pas la bonne méthode. Mais ça n'engage que moi. :)

    Bonne soirée.
  30. Dominique 13 février 2014 à 19 h 56 min
    Est-ce qu'il n'y que l'autonomie qui compte? Et doit-on léguer l'autonomie à son enfant où doit-il la développer à son rythme?
    Encore une fois des pistes de réflexions...
    Parce que je veux bien croire que la psychologie occidentale tourne autour de l'autonomie, mais l'histoire de l'humanité tourne autour d'une proximité entre le parent (la mère notamment) et l'enfant...
    et les cultures qui dorment avec leur enfant ont souvent des enfants TRÈS autonomes... bien plus que nous qui essayons de les rendre autonomes, non!?
  31. Claudia 13 février 2014 à 16 h 34 min
    ''Si je restais avec ma fille tous les soirs jusqu’à ce qu’elle s’endorme, elle n’apprendrait pas à s’endormir seule...'' Je trouve que c'est d'avoir très peu de foi en les capacités humaines... Chez énormément de peuples, les parents dorment avec les enfants! C'est comme si vous insinuez que ceux-ci seront incapables de s'endormir seul un jour?

    Je pense que cette méthode est bien si vous êtes certains que le réveil est devenu un jeu ou une habitude qui n'a pas lieu d'être, mais malheureusement elle ouvre toute grande la porte à ignorer un besoin de réconfort, une faim ou un malaise que l'enfant ne pourrait expliquer par des mots... Le mot prudence serait de mise ;)
  32. Nicolas Chevrier 13 février 2014 à 20 h 09 min
    Concernant le co-dodo

    Je n'ai pas d'opinion sur le co-dodo dans un contexte culturel, je n'ai pas fait les recherches sur ce thème.

    L'important dans ce qui nous concerne n'est pas tellement s'il y a co-dodo ou non. Ce qui importe c'est pourquoi on amène notre enfant dans notre lit.

    Si on amène notre enfant dans notre lit pour régler un problème en lien avec la difficulté de l'enfant à retrouver le sommeil la nuit alors on fait fausse route...

    Si on fait du co-dodo, simplement pour faire du co-dodo, je n'y vois pas de problème à premier abord car, en effet plusieurs cultures font du co-dodo...

    L'important en psychologie c'est pas tellement un comportement mais bien la fonction du comportement dans son environnement. À preuve, j'ai suggéré plus tôt à Julie de prend son plus vieux dans son lit...

    Au plaisir!
  33. Genny 13 février 2014 à 21 h 02 min
    Ben en tout cas, moi je trouve que ce texte fait du sens. Il n’y a rien de cruel là-dedans. Si ça ne rejoint pas vos valeurs, vous n’avez qu’à ne pas le faire, personne ne vous y oblige. Faites ce que vous voulez et laissez les autres faire ce qu’ils veulent. Pas besoin d’essayer de nous convaincre que c’est vous qui avez raison! Laissez la place ici aux gens qui ont des questions à demander à l’expert.
  34. Josée 13 février 2014 à 21 h 54 min
    Bonjour !

    Mon fils de 4 ans s'est presque toujours réveillé la nuit sauf une période de 6-8 mois alors qu'il avait environ 12 mois. Lorsqu'il était plus petit, il s'est toujours endormi seul. Nous avions une routine et nous le déposions dans son lit et il s'endormait seul. Cependant, vers l'âge de 18-24 mois, les peurs ont commencé. Il avait besoin d'une veilleuse dans sa chambre et de plus, nous devions laisser la lumière de la salle de bain attenante à sa chambre allumée et plus question de fermer sa porte. À chaque nuit, il se réveillait pour s'assurer que nous étions présents. On lui répondait: "Maman (ou Papa) est là, tu peux faire dodo et il se rendormait par la suite. Ensuite, plus il vieillissait, plus il se réveillait et encore là, pas question d'éteindre sa veilleuse, pas question d'éteindre la lumière de la salle de bain et en plus, plus question de laisser notre porte fermée pour empêcher la lumière d'entrer dans notre chambre. Si nous tentions de le faire, c'était la crise. À certains moments, sa peur s'atténuait mais revenait toujours et ses réveils aussi. Pourtant, nous avons toujours fait ce qui était recommandé pour nous assurer un bon sommeil de sa part.

    L'an passé, nous sommes déménagés dans une maison plus grande mais sa chambre est toujours sur le même étage que nous. Au début, il s'endormait seul mais se réveillait régulièrement. Cependant, il a commencé à se réveiller de plus en plus, jusqu'à 10 fois certaines nuits. J'avais beau l'ignorer, essayer de le réconforter, aller le reconduire à sa chambre sans dire un mot, etc. rien n'y faisait. J'en suis devenue épuisée au point où un peu avant les fêtes 2013, je devais choisir entre craquer et continuer à nous entêter à vouloir le faire dormir seul ou sauver ma peau et ma santé mentale en abandonnant l'idée de le faire dormir seul et choisir de dormir avec lui. Et, au moins avoir quelques heures réparatrices de sommeil. Cela fait donc près de 2 mois que nous dormons à tour de rôle (mon tour venant plus souvent) avec lui à toutes les nuits, dans son lit (double). Mais au moins, j'ai retrouvé un peu de patience et quelques heures de sommeil. Cependant, à chaque nuit, il revient me chercher pour faire dodo dans son lit (nous ne le laissons pas dormir dans notre lit, au moins). Et, nous n'avons pas (surtout moi) l'énergie de nous battre parce que nous sommes au bout du rouleau même si nous dormons mieux en dormant dans son lit.

    Cependant, nous savons que c'est un couteau à double tranchant. Nous recherchons le meilleur moyen pour lui faire comprendre qu'il devra tôt ou tard ré-apprendre à dormir seul. Mais comme sa peur est toujours très présente, la tâche est très difficile puisque sa peur semble bien réelle même si nous tentons très fort de ne pas la nourrir et lui faire comprendre qu'il est en sécurité.
  35. Claudia 13 février 2014 à 22 h 30 min
    Il ne s'agit pas non plus uniquement de faire du cododo, mais de répondre à une demande... Cododo ou non! Est-ce qu'il a faim, soif, besoin de réconfort, étiquette qui pique, chaud, froid, réveillé par un bruit qui lui a fait peur, une ombre effrayante sur un mur, un début de maladie, etc... il y a une multitude de raisons pour lesquelles un enfant peut se réveiller. Il est souvent très difficile de savoir clairement ce qui se passe dans leur tête. Il est important de savoir pourquoi cet enfant se réveille. A-t-il vécu une situation particulière dans la journée, est-ce que Papa ou Maman ont eu le temps de jouer avec lui, de le coller, de le réconforter, a-t-il eu une journée très stimulante de sorte que le sommeil s'en trouve affecté... Il me semble que le rôle premier du parent est de combler les besoins de son enfant et de cette manière, il faut d'abord être à l'écoute et les comprendre... Ce que je trouve triste dans ce type de discours, c'est la notion qu'un enfant devrait s'endormir seul, faire ses nuits, se rendormir seul sans intervention. Il n'y a pas un seul enfant qui fonctionne de la même manière... Certains enfants y arriveront dès les premières semaines, d'autres enfants auront besoin de plusieurs mois, voire des années et c'est ainsi: c'est la beauté de l'humanité, nous sommes tous différents! Un enfant qui ne fait pas ses nuits tôt n'est pas pour autant mésadapté, ses besoins sont différents tout simplement. Faut-il de cette manière les laisser à eux-mêmes ou les accompagner dans cette évolution, à chacune et chacun de choisir...
  36. denise 13 février 2014 à 23 h 38 min
    Jai eu le meme probleme cas dure de 0 a 2 ans edemie et la cest mon plus vieux qui a 7 ans parfois il die jai peur je veux formir avec vous ondie non mes ca revien tous les soi
  37. cher 14 février 2014 à 00 h 05 min
    Ici mon premier dort jusqu'au petit matin mais le probleme il ne peut pas s'endormir tout seul faut que maman ou papa soit avec lui dans son lit jusqu"a son profond sommeil sinon,il se reveil.comment l'aider a s'endormir sans personne a cote
  38. Marie-Eve 14 février 2014 à 10 h 31 min
    Ha! Quel épineux sujet que celui du sommeil. Ici nous avons une petite fille de 19 mois qui fait bien ses nuits depuis l'âge de 10 mois et demi. Vers l'âge de 3 mois nous avons pratiqué le co-dodo parcequ'il devenait de plus en plus difficile de la recoucher et que je trouvais plus facile de l'allaiter à demi endormie dans mon lit. Ça demeure de très bons souvenirs mais au bout de quelques mois elle était de plus en plus dépendante de moi/allaitement pour se rendormir et j'étais épuisée et elle aussi. Nous l'avons finalement transférée dans sa chambre et avons fait le 5-10-15 et ça très bien marché. Elle a bénéficié de beaucoup de réconfort et d'amour durant cette période d'adaptation. Après une semaine de cette méthode c'est elle-même qui nous pointait son lit pour se coucher. Donc nous avons pratiqués les deux écoles de pensées ici et je retiens qu'il faut que tout le monde en bénéficie, pas juste le bébé, on s'oublie trop souvent nous les mamans.
    Bientôt nous changerons son lit pour "un lit de grande" et je pense poursuivre son autonomie en ce concerne le dodo.
    Je pense qu'il faut utiliser notre jugement, on sait très bien lorsqu'il s'agit de caprices et lorsque c'est un besoin réel.
  39. Nathalie 16 février 2014 à 02 h 19 min
    Le gros problème à mon avis, c'est de ne pas adapter nos attentes selon l'âge de l'enfant. Quand mon enfant de cinq ans me réclame la nuit, je sais pourquoi il me réclame, et quand je vois qu'il demande trop ma présence pour des futilités et que j'ai besoin de dormir, je suis tout à fait capable de lui expliquer que maman a besoin de dormir et il comprend. Il est en âge de comprendre le respect et la vie en société et que ses parents ont besoin de dormir la nuit. Mais là on parle d'un enfant de deux ans!! Un bébé, qui est programmé depuis la nuit des temps à réclamer la présence de ses parents la nuit (autrement il risquait de se faire manger par un loup dans un lointain passé...). Ce besoin de sécurité et de présence est présent à mon avis pour au moins les trois premières années de la vie d'un enfant et même au-delà, jusqu'à ce qu'il soit assez grand pour intégrer le fait que maman et papa dorme dans la chambre juste à-côté et que cette pensée le sécurise. Alors là seulement, il sera capable de se rendormir seul, et pour les bonnes raisons. Et non pas parce qu'il a dû se résigner à ne plus réclamer de réconfort parce que ce réconfort ne vient jamais...

    Et pour ceux qui croient qu'il faut "apprendre" à un enfant à s'endormir seul sinon il ne le fera jamais (vous croyez sérieusement qu'un ado va vouloir dormir avec ses parents la nuit?), ma petite histoire: mon garçon m'a réclamé pour s'endormir et se rendormir la nuit jusqu'à ses trois ans. Nous avons toujours répondu à ses besoins, incluant le cododo si nécessaire. Puis, à trois ans et demi, il s'endormait seul le soir, se rendormait seul la nuit, et allait même faire pipi tout seul, dans le noir, en pleine nuit, sans même nous réveiller. Il n'a jamais eu peur du noir, n'a pratiquement jamais fait de cauchemar, et à quatre ans il avait dépassé tous les enfants de son âge qu'on connaît en fait "d'autonomie" nocturne. Les bases de sécurité solides qu'on lui a données ont valu cent fois toutes les nuits interrompues des premières années...

    Comme société occidentale, on croit bien souvent qu'on doit tirer sur la pomme pour qu'elle se détache de l'arbre, alors qu'elle tombe toujours d'elle-même, tout en douceur, quand elle est mûre...En Occident, on croit qu'un enfant de deux ans qui réclame ses parents la nuit et qui ne se rendort pas seul a des "problèmes" de sommeil, alors que pour moi (et pour la majorité des êtres humains sur Terre) c'est une étape normale de son développement...
  40. julie 11 mars 2014 à 13 h 46 min
    Bonjour,
    Je trouve triste que souvent, dans les commentaires, les propos dérapent vers les convictions personnelles co-dodo, laisser pleurer, présence vigilante et constante, etc. Il y a beaucoup d'approches, beaucoup de convictions, beaucoup d'opinions… Je trouve les pistes présentées censées et mesurées, adaptables à notre situation et rassurantes quand on est rendu au bout de son rouleau. Ma première enfant dormait comme un loir la plupart du temps et avait des terreurs nocturnes très tôt, très très très tôt, vers 10 mois. Et on le savait parce qu'elle commençait déjà à parler assez clairement pour dire peur, noir, là-bas, bruits, etc. Plus tard, vers 4 ans, elle a fait des siennes avec l'heure du coucher, en se relevant 20 fois. On a été plus sévères, 3 appels pour rien et puis dodo. Après 3 appels, ça prenait une bonne raison pour me faire bouger.
    Ma seconde enfant dort généralement très bien, mais elle était très inconfortable dans les couches et elle a été propre très tôt (15 mois). Elle se lève donc la nuit 2 fois parce qu'elle a envi. J'ai remarqué que de se réveiller comme ça la nuit l'a rendue plus craintive, parce qu'elle a réalisé qu'elle était seule. Elle m'appelle donc régulièrement 1 ou 2 fois après, comme pour vérifier que je suis là. Elle fait ça aussi 2-3 soirs par semaine après qu'on l'ait couchée, ou si un soir je n'étais pas là pour sa routine de dodo. Chez moi, ça, ça fonctionne. J'ai une nièce qui appelait de plus en plus, jusqu'à se lever complètement vers 3h30… Chez mon frère, ça ne fonctionnait pas. Il a fallu mettre des limites.
    On connait nos enfants, on connait nos limites et il est toujours utile d'avoir des conseils avisés quand on se sent un peu perdu.
    Il ne faut donc pas en faire une prise de position! Être bien outillé, c'est ce qu'il y a de mieux pour bien choisir la marche à suivre qui nous convient. Non?
    Bonnes nuits ;-)

Partager