Comment gaspiller moins de nourriture

Comment gaspiller moins de nourriture
Par Stéphanie Côté, Nutritionniste
29 janvier 2014

Quelle quantité de nourriture jetez-vous chaque semaine? Drôle de question, pensez-vous, vous  ne pesez quand même pas vos poubelles!

En effet. Je reprends. Savez-vous combien de nourriture par semaine jette en moyenne chaque Canadien, selon les statistiques? Environ 3,5 kg. Je ne parle pas des épluchures de carottes, des cœurs de pommes et des coquilles d’œufs que vous mettez au compost. Je parle d’aliments gaspillés. Par année, c’est donc plus de 180 kg d’aliments et 85 litres de liquides par personne qui vont aux poubelles : des fruits, des légumes, de la viande, du lait, etc. Multipliez par le nombre de personnes vivant chez vous. Ça représente des centaines de dollars envolés de votre portefeuille pour rien. Pas étonnant qu’on trouve que ça coûte cher faire l’épicerie!

Comment réduire ces déchets superflus?

Planifier

Une cause importante de gaspillage? Acheter trop.

Faites l’inventaire de votre réfrigérateur et tenez une liste à jour. Planifiez vos repas et vos achats en tenant compte de ce que vous avez déjà. Les rabais sur les gros formats sont tentants? Demandez-vous si vous allez vraiment tout utiliser. Achetez les formats qui correspondent à vos besoins.

Servir les bonnes quantités

Vous n’aimez pas quand il reste de la nourriture dans les assiettes? Revoyez votre façon de les servir. Mettez-y de plus petites portions, et laissez la possibilité à vos enfants d’en avoir une 2e fois au besoin. On n’aime pas jeter de la nourriture, mais ce n’est pas une raison pour forcer les enfants à manger! Le gâchis sur leur santé serait trop grand.

Cuisiner les restes

On a de la difficulté à planifier les repas, alors imaginez la difficulté à planifier la 2e vie de certains repas! Pourtant, prévoir ce qu’on va faire avec les restes permet de réduire le gaspillage et, surtout, de faciliter et accélérer la préparation d’un prochain repas. Utilisez un reste de poulet dans des fajitas, un reste de purée de pommes de terre dans des croquettes de saumon, un reste de légumes dans un potage, une soupe ou une omelette. Puis, il n’y a pas de mal à prévoir un souper de restes. L’idéal est habituellement que tous les membres de la famille mangent la même chose, mais une fois par semaine, pour une bonne cause, retrouver 3 ou 4 plats différents sur la table se justifie et s’explique très bien aux enfants.

Bien conserver les aliments

Bien conserver les aliments est une question de conditions et de durée. La plupart des aliments périssables se conservent plus longtemps au réfrigérateur. C’est évident pour le lait, les œufs, la viande et les légumes direz-vous, mais vous prolongerez aussi la vie des fruits et du pain en les plaçant au frigo. Voici d’autres conseils en vrac :

Congelez les viandes et poissons en revenant de l’épicerie si vous ne prévoyez pas les faire cuire dans un délai de 2 jours.

N’ouvrez pas 6 boîtes de céréales différentes si vous en mangez seulement 2 fois par mois.

Utilisez un ustensile propre chaque fois que vous prenez de la mayonnaise, de la confiture ou un autre condiment afin d’éviter de le contaminer.

Placez le fromage entamé dans un sac de plastique ou un contenant hermétique.

Déposez les kiwis, les poires et les autres fruits fragiles sur une tablette du réfrigérateur plutôt que dans le tiroir où ils risquent d’être endommagés par leurs amies les pommes et les oranges.


Les valeurs de l’antigaspillage

Quand vous réussissez à moins gaspiller d’aliments, vous faites des économies, mais vous enseignez par le fait même à vos enfants à respecter les aliments et tout le travail qui est déployé pour les apporter jusqu’à votre table. Vous leur apprenez que les aliments ont une valeur.

La planète y gagne…

Gaspiller, c’est polluer. L’empreinte carbone associée au gaspillage alimentaire mondial représente 3,3 milliards de tonnes de gaz à effet de serre chaque année. C’est sans compter les 250 000 litres d’eau utilisés pour produire la nourriture perdue ou gaspillée.

Le gaspillage est un problème à l’échelle mondiale, et il n’est pas l’affaire des « autres ». Au contraire, le Canada est un des pays qui gaspillent le plus. De plus, le gaspillage n’est pas seulement de la faute des grosses compagnies, puisque c’est dans les foyers que se jette 51 % de la nourriture. « Dans les foyers », c’est chez vous, chez moi, chez nos amis, chez nos voisins. Des millions de foyers, ça génère des millions de poubelles.

Peu importe notre motivation, toutes les raisons sont bonnes pour réduire notre gaspillage. Je me sens concernée. Et vous? De quelle façon agissez-vous et l’enseignez-vous à vos enfants?

Stéphanie Côté, Nutritionniste
Nutritionniste et maman de 2 enfants, j'ai un intérêt particulier pour l'alimentation des petits. Conseils enrichissants et anecdotes savoureuses sont ici au menu chaque mois!
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (2)

  1. Mylène 29 janvier 2014 à 20 h 00 min
    Je crois qu'une grande partie du gaspillage provient aussi des dates de péremptions sur les contenants... L'industrie n'y perd rien de mettre ces dates puisqu'une majorité de gens vont jeter l'aliment sans se poser réellement de questions et racheter la même chose dès le lendemain. Ici, j'utilise le gros bon sens. Nous mangeons régulièrement du yogourt "passé dû", continuons à boire le lait, même si la date de péremption était hier, etc... Bref, je me fie beaucoup à mes papilles gustatives et à l'allure de l'aliment en question ! D'ailleurs, j'économise souvent 50% sur le prix de certains aliments en l'achetant lorsqu'il est en réduction car il passera date le lendemain...
    Aussi, je prépare des soupes ou potages avec les légumes qui commence à être moins appétissants. Smoothies ou yogourt à boire fait maison avec les fruits moins frais. Pain à l'ail grillé avec la baguette entamée il y a quelques jours. Toujours congeler la viande dès l'achat (j'achète en gros format, et je congèle en portions plus petites). Et les viandes cuites servent à préparer des sandwichs, wraps, soupes, salades...
  2. Marie-Claude 4 février 2014 à 20 h 09 min
    Je dois dire que je suis totalement d'accord avec vos propos. Je me reconnais dans toutes les choses que vous faites et je crois que ça fait autant de bien à la planète qu'à mon porte-feuille. D'ailleurs, les dates de péremption sont souvent des dates 'meilleur avant', ce qui ne veut pas dire 'plus bon après'! Et mon autre truc est que je prépare toujours un menu de la semaine, ce qui veut dire que je sais quoi dégeler la veille, quoi acheter à l'épicerie et qui va manger quoi lundi, mardi, etc. Çe me permet de beaucoup moins gaspiller et d'être tellement moins stressée quand je finis à 16h. Je ne me dis jamais (ou presque!) 'bon, qu'est-ce que je vais faire ce soir?'. Et les jeudis ou les vendredis sont toujours réservés aux touskis... Voilà mes petits trucs...

Partager