Bijoux de familles

Bijoux de familles
30 octobre 2013

Cet automne, j’ai « accouché » d’un nouveau bébé avec Julie, Nathalie, Manon, Anik, Valérie et Florence-Élise. Sept mamans différentes unies par une seule chose : un joli bébé en papier (beaucoup moins bruyant et salissant qu’un vrai) qui réunit quelques-unes de nos aventures dans le merveilleux et imprévisible monde de la maternité. Des drôles, des tristes, des nostalgiques, des sages et des farfelues. Bref des bijoux de famille que nous avons eu envie de partager avec d’autres parents ou futurs parents. Nous nous sommes même amusées à commenter les textes des unes et des autres en fonction de nos vécus respectifs. Pour couronner le tout, Martin Larocque, célèbre comédien, conférencier et surtout papa hors-pair nous a offert une préface tout en amour et en humour comme il sait si bien le faire.

Fidèle à moi-même, j’ai livré dans ce joyeux collectif quelques-unes de mes histoires dont voici un extrait:

Intimité… collective
Entre-jambes

Je suis couchée sur le dos. Les yeux fermés. Prête pour le grand jour. Enfin,
je crois. Quand j’imaginais cet instant, je me voyais allongée dans un grand lit
blanc avec mon amoureux d’un côté et mon médecin adoré de l’autre avec,
en fond sonore, ma musique préférée. Inquiète, certes, mais résolue à vivre le
grand Respire-Souffre-Accouche comme des milliards de femmes avant moi.
Seul hic : dans ma vie, mes rêves refusent systématiquement de fusionner
avec ma réalité qui a plutôt tendance à déraper.

En ouvrant les yeux, j’aperçois donc, entre mes jambes (à moitié épilées pour
cause de départ précipité), non pas la belle chevelure dorée de mon médecin
bien-aimé qui a suivi ma grossesse pas à pas, mais plutôt le haut du crâne
chauve d’un médecin de garde inconnu dont je suis incapable de me rappeler
le nom. Celui du jeune médecin résident qui l’accompagne non plus d’ailleurs.
L’étudiant, les yeux plissés en signe de profonde réflexion (pour moi, il
dort debout), a les mains sur les hanches et le corps légèrement penché vers
l’embouchure de mon intimité. Les deux hommes marmonnent. Je crois qu’ils
parlent de mes eaux (enfin, j’espère).

Pendant ce temps-là, à ma gauche, l’infirmière de jour, une vieille sèche au
menton poilu, vérifie mon soluté tandis que Barbie-infirmière-en-formation
me touche le ventre en poussant des petits cris. Quelque chose a bougé (...).

Je pense que toutes les mamans du monde ont besoin de parler de ce qui leur arrive. Cela fait tellement de bien. Être écoutée et découvrir au bout du compte que nous ne sommes pas seules à être bouleversées, émues, inquiètes, en colère ou émerveillées. Certaines le font en choisissant leurs mots en privé ou en public alors que d’autres le racontent en photos ou à coup de crayons. Peu importe, en autant que ça sorte!

Catherine Goldschmidt
Je suis une drôle de maman qui adore dénicher ou inventer des jeux simples et peu coûteux pour amuser les enfants.
Tous les billets de l'auteur

Billets sur le même sujet

Commentaires (2)

  1. andrée laplume 30 octobre 2013 à 13 h 46 min
    Bravo Catherine !! Je vais me procurer ce livre...il FAUT que je lise la suite !! Bravo pour le courage d'sller au bout de tes rêves !
  2. Josée 31 octobre 2013 à 08 h 28 min
    Merci de faire ce partage. Existe-t-il un blogue ou une place ou nous pourrions partager nos expériences. OU faire un concours pour un receuil

Partager