La découverte des organes génitaux, ça commence tôt!

La découverte des organes génitaux, ça commence tôt!
Par Mireille Dion, Sexologue
10 octobre 2013

Dans mon dernier blogue, je vous parlais de la fascination des enfants pour les parties intimes des autres. Cette semaine, je vais vous parler des tout-petits qui découvrent leurs propres organes génitaux. À la surprise de bien des parents, cette étape commence très tôt.

Lorsque Fanny m’a demandé s’il était normal que son petit garçon de 1 an et demi touche souvent son pénis, je l’ai rassurée en lui répondant que oui. J’ai aussi ajouté que bientôt, elle aura à lui enseigner la notion d’intimité. Elle m’a rapidement répondu : « Ça, ce n’est pas pour tout de suite, il est bien trop jeune! »

Ce qu’il faut savoir, c’est qu’avant l’âge de 3 mois, l’enfant croit qu’il est le prolongement de sa mère ou de la personne qui prend soin de lui. Il ne sait pas qu’il est un être à part entière. Lorsqu’il a faim, il pleure et on lui donne à boire; lorsqu’il a froid, on le couvre; lorsqu’il a souillé sa couche, on le change. Le concept de la pensée magique perd un peu de son pouvoir lorsque l’enfant réalise que ses besoins ne sont plus aussi rapidement comblés.

C’est en touchant les différentes parties de son anatomie comme ses pieds, son visage et ses jambes que l’enfant commence à prendre peu à peu conscience de son corps. C’est aussi de cette même manière que l’enfant découvre ses organes génitaux; vers 7 ou 8 mois chez le garçon et vers 10 mois chez la fille.

Il importe tout d’abord de garder en tête que la découverte de ces parties intimes s’accompagne souvent de sensations agréables pour l’enfant qui peuvent le rassurer ou le détendre. Il peut donc être tentant pour lui de répéter l’expérience et, au début, un peu n’importe quand. Il s’avère donc très important de lui enseigner très tôt la notion d’intimité en ne réprimant pas son geste, mais en lui expliquant que le moment ou l’endroit est inapproprié.

Les filles aussi

Les garçons et les filles ont des comportements masturbatoires. Les gestes sont habituellement plus faciles à repérer chez le garçon qui prend par exemple son pénis dans sa main pour le manipuler. La fillette aura plutôt tendance à utiliser la pression de sa peluche entre ses jambes, par exemple. Bien qu’il s’agisse d’une découverte et de moments exploratoires, plusieurs considèrent le geste plus « normal » chez le garçon que chez la fille. Cela s’explique en partie par la société voulant que la masturbation chez les filles soit encore un sujet moins bien accepté et dont on parle peu.

Beaucoup de parents et d’intervenants en petite enfance sont gênés par les comportements masturbatoires de l’enfant. Il s’agit évidemment d’un geste intime. Selon l’âge de l’enfant, vous pouvez lui indiquer les endroits où ces gestes intimes peuvent avoir lieu (sa chambre, par exemple). Vous devez aussi intervenir lorsque vous remarquez que des blessures en résultent (par exemple, des rougeurs ou de l’irritation). Il importe alors de souligner à l’enfant que sa manière de le faire doit être différente. Sans lui montrer « comment faire », vous pouvez lui faire des suggestions en utilisant des mots qu’il comprend comme se toucher plus « doucement », par exemple.

Interdire à l’enfant de toucher certaines parties de son corps alors qu’il respecte la notion d’intimité sous-entend que la sexualité est négative et pourrait avoir des répercussions néfastes sur le développement de ses relations futures. Votre attitude à la fois positive et des interventions adéquates sont donc importantes. Les enfants grandissent souvent plus vite que l’on pense!

Billets sur le même sujet

Commentaires (6)

  1. Véronique 10 octobre 2013 à 20 h 13 min
    Merci beaucoup pour toutes vos interventions. Ça fait réellement du bien de lire sur la sexualité de façon si légère, si naturel! À croire que nous sommes encore soumis à l'influence judéo-chrétienne par moment! C'est encore tellement tabou, tellement "sale" dans le discours de beaucoup de gens...

    J'aimerais par contre poser une question... Devrait-on s'inquiéter de l'absence de comportement masturbatoire sur le bébé, le bambin, le jeune enfant? Ma fille de 3 ans ne semble pas vraiment intéressé par ses parties intimes (bien qu'elle en connaisse le nom) et je ne l'ai jamais surprise à s'adonner à un comportement masturbatoire... Y'a-t-il anguille sous roche? Aies-je commis une faute?
  2. Mélanie 11 octobre 2013 à 10 h 42 min
    Merci!!!!!! Enfin quelqu'un qui peut m'expliquer ce qui se passe réellement avec ma fille! Tout le monde est mal a laise devant ce qu'elle fait!! En fait elle se dendinne le popottin et se met en "trens" (bouche grande ouvert et regarde dans le vide) que ce soit sur sa chaise haute, par terre ou dans son lit!! Elle na que 16 mois... Est-il trop top pour lui apprendre la notion d'intimité!
  3. Marie 11 octobre 2013 à 11 h 04 min
    J'ai toujours perçu la sexualité comme une dimension de soi importante et normale. Connaître son corps, reconnaître ses forces et ses limites nous permet de s'épanouir sans se blesser...
    Ma fille a découvert jeune que le frottement de sa doudou sur sa vulve lui procurait du plaisir. Bébé, on m'a reproché de la laisser faire mais je n'y voyais pas de mal. Tôt, je lui ai expliqué la notion d'intimité et elle a rapidement limité ce geste à sa chambre. J'ai aussi dû intervenir 2-3 fois parce que sa vulve devenait très irritée. Je lui avais demandé si elle faisait ce geste parce qu'il lui faisait du bien. Un peu gênée, elle m'a répondu que oui. Je lui avais expliqué que c'était correct tant que ça lui faisait du bien mais qu'elle devait arrêter si ça lui faisait bobo ou si elle ne se sentait pas bien. Elle m'avait dit ok et m'avait avoué que ça la gênait un peu que je lui en parle. Je lui avais alors dit que je croyais que c'était normal de ressentir une certaine gêne parce qu'on parlait d'une partie du corps très privée et de geste intime... Je lui ai tout de même rappeler qu'elle ne devait pas garder ça pour elle si elle avait un bobo, une peur, un malaise lié à cette partie de son corps et que même si elle était gênée, elle pouvait m'en parler et que je l'écouterais comme il faut. Elle n'avait que 3 ans et je ne me sentais pas outillée mais je me fiais à ma petite voix. Elle en a 6 maintenant et beaucoup plus de pudeur mais vient vers moi si quelque chose la tracasse et ça me rassure. Je crois qu'elle se sens bien et c'est mon vœux. Je souhaite que la sexualité reste pour elle naturelle, saine et épanouissante... jamais honteuse ou tabou.
  4. Mireille Dion 12 octobre 2013 à 10 h 41 min
    @Véronique.
    L'intérêt pour la sexualité varie d'une personne à l'autre. Votre fille a peut-être moins d'intérêt pour cela, peut-être a-t-elle compris qu'elle devait le faire dans son intimité (donc lorsque vous n'y êtes pas) ou encore, peut-être n'aviez vous simplement pas remarqué son geste (qui peut être très subtil comme se "balancer'' doucement sur une chaise).
    Les enfants ne sont pas plus "normaux" lorsqu'il le font que lorsqu'ils ne le font pas. Il faut seulement s'inquiéter lorsqu'ils continuent de le faire ailleurs que dans leur intimité ou que le geste devient excessif.

    @Mélanie.
    Non, il n'est pas trop tôt pour lui expliquer la notion d'intimité. En fait, je crois que dès que le comportement se manifeste, nous devons intervenir. Vous aurez peut-être à répéter plus souvent les mêmes consignes que si votre fille était plus âgée, mais elle est en âge de comprendre.

    @Marie.
    Excellent commentaire; merci! En étant ouvert et respectueux face à la sexualité et aux développement de l'enfant, vous contribuez à créer un lien de confiance avec votre enfant et il vous sera utile tout au long de votre vie. Votre commentaire en est un très bel exemple!
  5. Marie-Ève 7 novembre 2013 à 12 h 28 min
    Bonjour Mireille,
    Je travaille comme éducatrice à l'enfance dans un CPE. Dans mon groupe de 3-4 ans, j'ai un petit garçon qui se "masturbe" sur son matelas avant chaque début de sieste. Comme je sais que c'est un comportement "normal" et que cela l'aide à se détendre, je me suis organisée pour le placer à un endroit plus isolé des autres dans le local. Pour le moment, il ne dérange pas les copains autour de lui; je n'ai pas eu à intervenir à ce sujet jusqu'à maintenant. Cependant, il y a des moments où je voudrais lui signifier que c'est "assez" et qu'il est temps de dormir. Parfois, sa séance peut durer jusqu'à 30 minutes et s'accompagne de "sons" qui peuvent déranger les autres autour de lui. Comment lui expliquer dans des mots qu'il comprendra? Est-ce que correct de le laisser faire à la garderie? Ou faut-il lui expliquer que cela doit se faire uniquement dans l'intimité? Merci à l'avance pour tes conseils ;)
  6. Mireille Dion 9 novembre 2013 à 10 h 02 min
    @ Marie-Eve.
    Effectivement, la masturbation est un comportement normal chez l'enfant qui fréquente votre garderie. Pour ce qui est de lui dire que c'est 'assez', je vous retourne la question suivante: après combien de minutes peut-on considérer que l'enfant qui se masturbe au moment de la sieste devrait arrêter de le faire? Pour répondre à cette question, transposons-la sur un autre comportement... Par exemple: après combien de temps peut-on considérer que l'enfant qui flatte son ours en peluche au moment de la sieste devrait arrêter de le faire? Je crois qu'en répondant à cette dernière, nous avons la réponse de la première... Qu'en pensez-vous?
    Dans le cas où les sons qu'il produit peuvent déranger les autres enfants, vous pouvez lui dire gentiment que ses bruits dérangent et qu'il doit cesser de les faire. S'il ne peut s'en empêcher, vous pourriez alors lui expliquer que puisque c'est un geste intime et qu'il doit le faire lorsqu'il est seul, à la garderie, son geste ne respecte pas une des deux règles (le faire dans un endroit intime et lorsqu'on est seul) donc l'endroit devient inapproprié. Pensez par contre à trouver avec lui des endroits où il est approprié de le faire (son lit, par exemple); il saura ainsi que son geste n'est pas malsain, mais qu'il doit être fait dans un contexte précis.
    Les enfants de 3-4 ans sont en âge de comprendre ces explications. Vous pourriez même être surprise qu'il continue de se masturber, mais sans faire de bruit suite à votre demande. Dans ce cas, vous pourriez effectivement le laisser faire, puisque vous le placez dans un endroit un peu isolé; c'est qui est très bien :)

Partager