Papa, pourquoi me pousse-t-il des dents?

Papa, pourquoi me pousse-t-il des dents?
30 septembre 2013

Cela dure depuis 2 mois. Plus de 60 jours qui m’ont tout l’air de l’éternité. Elles se sont donné le mot et, sans lui offrir le moindre répit, elles font leur apparition les unes après les autres. 

Je grogne lorsque je me cogne le petit orteil, je soupire quand je dois affronter une couche qui déborde et je lève les yeux au ciel en l’absence de soleil pendant plus de 2 ou 3 jours.

istock_000019183030xsmallPeut-être. Mais tout ça n’est absolument rien comparativement à une poussée dentaire! Je regarde mon petit bonhomme souffrir et je me sens impuissant. S’il en avait la possibilité, il se mangerait probablement le bras jusqu’au coude!  J’aimerais beaucoup le consoler, le soulager, faire quelque chose, mais j’ai peu de pouvoir.

Bien oui! Comme tout le monde, j’ai fait bon nombre d’essais : le Tylenol, l’Advil, les 2 en alternance, les jouets froids, les produits naturels, la débarbouillette mouillée et tout le tralala.

Et je dois vous avouer que, parfois, je m’impatiente. Je ne sais plus quoi faire. J’aurais envie de lui dire : « Que veux-tu? Papa ne peut pas t’aider plus que ça. Je sais que ça fait mal, mais pleurer ne changera rien. SVP, pourrais-tu dormir un peu? Il est tard et les oreilles me silent. »

Puis, quand il me regarde en silence, entre 2 pleurs, j’ai l’impression qu’il me demande : « Papa, pourquoi me pousse-t-il des dents, bordel? »

J’aimerais tant qu’il me comprenne et que je puisse lui expliquer pourquoi souffrir vaut la peine :

  • Parce qu’un jour, mon bébé, tu me feras de grands sourires tout blancs lorsque j’arriverai pour te prendre à la garderie en fin de journée.
  • Parce qu’un jour, mon grand, nous serons assis côte-à-côte sur le sofa et nous regarderons un match des Canadiens, en grignotant des chips au ketchup.
  • Parce qu’un jour, mon homme, nous savourerons un bon gros steak cuit sur le BBQ, ensemble, par une superbe journée ensoleillée, sur une terrasse.
  • Parce qu’un jour, mon vieux, nous rirons ensemble en nous remémorant nos meilleurs souvenirs, combien tu étais un petit malcommode lorsque tu étais tout petit et à quel point tes premières poussées dentaires étaient insupportables.


C’est pour tout ça qu’il te pousse des dents!

Mais, s’il y a une chose que je veux lui cacher, c’est que dans quelques années, elles tomberont toutes. Je veux quand même préserver, encore un peu, mon image de papa cool!

Découvrez davantage de billets de Jean-François en visitant son bloguepersonnel.

Jean-François Quessy
Je suis un père passionné, mais aussi un grand amoureux qui aborde sa vie avec humour.
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (3)

  1. Valérie leduc 30 septembre 2013 à 20 h 13 min
    Vous m'avez fait rire, tout en étant touchant :) en plus de dédramatisé. Je suis présentement dans la même situation avec ma fille et seigneur que c'est pas facile ;( ni pour eux ni pour nous.

    Continuer ces beaux textes j'adore vous lire
  2. Jean-François Quessy 22 octobre 2013 à 11 h 18 min
    Merci beaucoup Valérie, c'est très gentil. Je suis bien heureux de vous compter parmi les lectrices! Bonne chance avec votre fille, ça se terminera un jour! :)
  3. Soso 1 octobre 2013 à 21 h 14 min
    Je dois avouer que j'ai plutôt un «doux» souvenir des poussées dentaires de mon petit homme... Lorsqu'une vilaine dent lui faisait mal, mon garçon alors âgé de quelques mois pleuraient toutes les larmes de son corps tout en me permettant de le coller à moi. Habituellement, il refusait tout rapprochement trop prononcé. J'étais alors aux anges, même si son mal me faisait souffrir aussi. Alors merci les poussées dentaires! Toutefois, les réveils nocturnes, ça je ne m'en réjouissais pas du tout!!!

Partager