Bien vivre le sevrage

Bien vivre le sevrage
Par Stéphanie Côté, Nutritionniste
29 juillet 2013

Qui dit allaitement dit sevrage. Ce peut être quelques jours, mois ou années plus tard, mais c’est incontournable, le sevrage viendra. Peu importe quand et pour quelles raisons vous cessez d’allaiter, le sevrage est une étape importante pour vous et votre bébé. Afin que ça se déroule bien, tant sur le plan physique que psychologique, la Société canadienne de pédiatrie a émis des recommandations. En voici quelques-unes.

Sevrage progressif

Idéalement, tout sevrage se fait progressivement. Réduisez le nombre de tétées quotidiennes une à la fois. C’est préférable pour que  bébé s’habitue sans stress… et vos seins vous remercieront!

Quels boires conserver?

Gardez les boires que votre bébé apprécie le plus ou ceux qui s’harmonisent à votre horaire, par exemple si vous avez recommencé à travailler.

Combien de temps poursuivre l’allaitement?

Conservez les boires qui vous conviennent, à votre bébé et vous, aussi longtemps que vous le voulez. Ce sont parfois des obligations, mais aussi souvent une pression sociale qui poussent les mamans à mettre un terme à l’allaitement.

Comment gérer un sevrage abrupt?

Il peut arriver qu’un bébé refuse le biberon s’il est sevré abruptement. On essaie alors de lui offrir une tasse. S’il refuse tout aliment venant de sa mère, un peu en guise de riposte au sevrage, il convient qu’une autre personne prenne la relève. Dans un pareil cas, il est primordial que la maman passe du temps en contact étroit avec son bébé, car allaiter, c’est beaucoup plus que nourrir.

Cesser brusquement d’allaiter cause généralement un inconfort important à la maman. Dans ces cas, il est conseillé de s’exprimer juste un peu de lait pour soulager les seins engorgés. On peut aussi les masser délicatement. Les compresses et les feuilles de chou froides procurent un certain soulagement, même si les études scientifiques n’ont pas établi leur efficacité.

Un sevrage abrupt augmente les risques de mastite causée par le blocage d’un canal lactifère. Soyez attentive aux signes d’un tel blocage : une région dure ou sensible et isolée, environ de la taille d’un pois. Consultez un médecin si cela vous arrive.

Mots-clés

Si vous déterminez vous-même le moment du sevrage, on dit qu’il est planifié. Il est naturel lorsque c’est votre bébé qui décide. Dans un cas comme dans l’autre, le secret d’un sevrage bien vécu se résume en deux mots : temps et tendresse.

Stéphanie Côté, Nutritionniste
Nutritionniste et maman de 2 enfants, j'ai un intérêt particulier pour l'alimentation des petits. Conseils enrichissants et anecdotes savoureuses sont ici au menu chaque mois!
Tous les billets de l'auteur

Billets sur le même sujet

Commentaires (16)

  1. Marie-Josee 29 juillet 2013 à 14 h 42 min
    Le temps passe vite moi c'est chose du passé le sevrage il y a quelques années déjà. Moi j'ai eu de la difficultés à la fin de l'allaitement. J'ai décidé d'arrêter progressivement par pression social oui c'est dommage je sais, et j'avais mal au sein pendant le sevrage. J'ai allaité 17 mois, j'ai toujours cru que le mal était parce que j'avais encore beaucoup de lait malgré les boire moins nombreux.
    Une chose que je n'avais pas pensé, j'avais gardé le boire avant le dodo, donc il s'endormait encore dans mes bras. C'est devenu un problèmes par la suite... dure à coucher.
    C'est une fierté pour moi d'avoir allaité mon bébé, j'ai donné le meilleur.
  2. vanessa 29 juillet 2013 à 19 h 45 min
    J'ai allaite a mees 3 enfants,le premier jusqu'au l'âge de douze mois( j'aurai voulu luid donner encore plus longtemps mais ma mère s'enmelait tout le temps)le deuxieme jusqu'au 15 mois(j'ai tombé enceinte du troisième alors c'etait difficile de se reveeiller pendant les nuits alors j,ai decidé d 'arrêter)et pour mon troisième il a deux ans et 8 mois et il est encore allaité surtout avant dormir et on adore ça..... je n'ecoute pas les gens
  3. Melanie 29 juillet 2013 à 20 h 39 min
    J'allaite encore mon fils de 21 mois. Même si les tetées sont moins fréquentes depuis qu' il va à la garderie, il est encore très attaché à nos petits moments :) je redoute le sevrage donc je crois que je vais attendre qu' il prenne la décision!
  4. Emilie 29 juillet 2013 à 22 h 03 min
    Ma fille à 12 mois. J'ai coupé les boire durant la journée (j'allaite le matin et le soir). Elle REFUSE de boire du lait de vache. J'ai tout essayé (chocolat, sucre, chaud, froid, biberon, gobelet...), elle ne veut rien savoir. Est-ce qu'il y a d'autres trucs que je ne connais pas?? (Papa a aussi essayé tout ces trucs)
  5. Julie 29 juillet 2013 à 22 h 21 min
    Bonjour Émilie,
    J'ai vécu le même problème avec mon fils de 10 mois. Il a toujours refusé le lait maternisé, et maintenant, refusait le lait de vache.

    Le truc qui a fonctionné avec lui est de lui donner le lait de vache à chaque repas dans un gobelet. Il fallait que le lait de vache ne soit pas associé à l'allaitement. Nous avons donc opté de lui donner dans un gobelet alors qu'il est assis dans sa chaise haute pour manger. Au début, il ne buvait pas grand chose, le refusait même. Après quelques jours, il a plus bu. Après 2 semaines, il boit 5-6 oz de lait de vache à chaque repas! Au fur et à mesure qu'il buvait plus de lait de vache, je diminuais l'allaitement. J'ai aussi toujours essayé durant cette transition de ne pas le nourrir au sein immédiatement avant ou après le repas.

    Bonne chance!!!
  6. Emilie 31 juillet 2013 à 20 h 36 min
    Merci pour vos commentaires, je vais continuer à lui en donner à chaque repas. J'avais arrêter, parce que je ne voulais pas l'écoeurer, mais je pense que je vais lui en donner sans insister.
  7. Caro 30 juillet 2013 à 09 h 42 min
    Bonjour, il m est arrive la meme chose avec mon garcon a 12 mois. Je l allaitais matin et soir et le jour je lui donnais du lait de vache dans un gobelet. Ca a du prendre au moins 2 semaines avant qu il accepte de boire le lait.... Il y goutait a chaque fois, mais le recrachait... Ca a passe tout seul a force d y gouter... Et maintenant il adore le lait ! :) Effectivement moi aussi je lui donnait pendant les repas et il n y avait plus de moment lait dans la journee.... Donc un gobelet a tous les repas et collation, on se collait pendant un jeu a la place :)
    Bonne chance
  8. Andréanne 29 juillet 2013 à 22 h 09 min
    Petite question: mon bébé de 8 mois est intolérant aux protéines bovines. J'ai coupé tous les produits laitiers de mon alimentation pour poursuivre l'allaitement (il ne tolère pas les laits "hypoallergènes", je dois essayer bientôt des laits sous prescription).

    Je retourne aux études en septembre donc bébé commencera la garderie. Je tire déjà mon lait pour préparer ses céréales et me faire une petite réserve. Je compte tirer mon lait pour la gardienne. Avez-vous des conseils pour bien réussir? J'ai peur de ne pas pouvoir tirer assez de lait pour le temps que mon fils passera à la garderie!
  9. Amélie 30 juillet 2013 à 09 h 02 min
    Le retour au travail amène souvent une baisse de la production de lait (même si on s'en tire durant la journée). Le lait Alimentum goûte extrèmement mauvais et les bébés le refuse souvent! Je suis en train de vivre cette situation et j'ai demandé à me faire prescrire du Dompéridone car j'étais en train de perdre mon allaitement... Il y a aussi des trucs naturels (recette = fenu Grecque + chardon béni qui aide à augmenter la production, en vente dans les centres de produits naturels) je te souahite que l'intolérance de ton bébé se passe, c'est souvent le cas vers 10 mois. bonne chance!!!
  10. isabelle 30 juillet 2013 à 09 h 02 min
    j'ai allaité ma 1ère fille jusqu'à 11 mois et c'est elle qui a décidé que c'était fini. du jour au lendemain, elle a refusé le sein. je lui donnais 4 boires par jour, donc ca été dur, autant physiquement (monté de lait très douloureuses) que psychologiquement (ma fille était prête, mais pas moi!). ma deuxième fille, je l'ai allaité jusqu'à 2 ans et le sevrage s'est fait progressif, tout en douceur, autant pour elle que pour moi. j'ai une autre fille, elle a 11 mois et je l'allaite encore de façon exclusive. si tout va bien, le sevrage se fera de façon progressive aussi, parce que je crois que c'est ce qu'il y a de mieux à faire pour la maman et pour le bébé.
  11. Stéphanie Côté 31 juillet 2013 à 10 h 43 min
    @Émilie, les éléments de réponses ont déjà été données et je suis d'accord. Il ne faut pas forcer, mais continuer à en offrir. Au gobelet ou au verre, idéalement. Votre fille est encore petite, mais si elle aime un personnage ou une couleur, offrez-lui un verre ou gobelet spécial. Au repas, essayez d'avoir un verre de lait vous aussi. Le temps arrangera les choses s'il n'y a pas de pression ni de chicane. Je ne crois pas que l'habitude d'ajouter du sucre ou de changer pour le lait au chocolat soit une bonne idée, car le lait nature ne sera pas plus accepté.

    @Andréanne, si vous pouvez continuer d'exprimer votre lait durant la journée selon le même horaire que les boires, cela vous aiderait sans doute. N'oubliez pas la petite glacière et sac réfrigérant pour le conserver jusqu'à votre retour à la maison. Si vous souhaitez consulter une nutritionniste spécialisée en allergies alimentaires, je vous recommande chaudement la clinique NUTRIUM à l'Université de Montréal.

    Comme vous, j'ai vécu différemment le sevrage de mes deux enfants. Ma fille a décidé quand ça se passait, tandis que les circonstances nous l'ont plutôt imposé à mon fils et moi! Mais dans les deux cas, les moments calmes et d'exclusivité avec bébé sont restés. C'est la fin de l'allaitement, mais la continuité de la maternité et ça demeure magique.
  12. Lee 31 juillet 2013 à 20 h 19 min
    Merci pour vos témoignages! Je me sens ainsi moins seule a vivre les défis relies au sevrage. Mon fils a 91/2 mois et j'ai commence a le sevrer le jour pour le préparer a l'entrée a la garderie.. On pleure a tous les jours.. Lui pour son lait et moi, par culpabilité de ne pas pouvoir lui offrir.. Le sevrage émotif est assez important dans mon cas. Il dort aux seins lui aussi et refuse de se faire bercer par maman.. Une chance que papa est la..

    Est- ce que ma production de lait risque de baisser si je ne tire pas mon lait le jour? Je l'allaite le soir, au dodo, la nuit et au lever.. Merci!
  13. Marie-Ève 1 août 2013 à 11 h 52 min
    J'ai sevré récemment ma fille qui avait 16 mois puisque je suis enceinte de 14 semaines et que je produisais de moins en moins de lait et que j'étais très fatiguée. Ma fille adorait boire au sein. D'ailleurs chaque fois qu'elle voit une maman allaiter son bébé elle en demande par gestes et elle devient toute excitée! C'est plutôt gênant! On regarde parfois un livre qui explique la grossesse et l'arrivée de bébé et à la page qui parle de l'allaitement, elle fait semblant de téter les photos de seins! Bref, ce n'est pas facile pour elle de ne plus boire au sein. Elle touche souvent mes seins lorsqu'elle veut du réconfort et demande encore une fois de temps en temps à boire... Mais à ma grande surprise l'explication que je lui donne: il n'y a plus de lait dedans, semble la satisfaire! Bon courage à toutes les mamans lors du sevrage!
  14. Christine 5 août 2013 à 10 h 35 min
    Avec ma fille (mon deuxième bébé), j'avais commencé à l'allaiter, même si ça avait été difficile au début (elle est née à 37 semaines et manquait un peu d'énergie pour téter). Mais après sa septième semaine, j'ai dû être hospitalisée d'urgence et mise sous morphine. Alors je ne pouvais plus l'allaiter, puisque mon lait était bourré de narcotiques, et je n'avais pas eu le temps de faire des réserves de lait. Mon mari a dû débuter les biberons de lait maternisé. Quand je suis rentrée de l'hôpital, 48h plus tard, le bébé ne buvais que 1 once ou 2 et était déshydratée. Elle faisait vraiment pitié. Mais dès que je l'ai prise dans mes bras pour lui donner le biberon, elle l'a vidé d'un trait, comme si elle m'attendait...Je me sentais d'autant plus mal que je n'ai jamais repris l'allaitement puisque je devais attendre 1 mois pour que mon lait redevienne bon pour elle (à cause des narcotiques) et qu'une semaine avant l'échéance j'ai été hospitalisée à nouveau, ce qui a fait que je n'ai jamais été capable de maintenir ma production. De plus, comme j'avais toujours peur de devoir quitter la petite en urgence, j'étais rassurée de savoir qu'elle pourrait être nourrie sans problèmes. Mais j'ai eu un mois intense pendant lesquel je devais pomper mon lait pour soulager mes seins engorgés. J'ai même fait deux débuts de mastites. Bref...ce fut plutôt traumatique. Si jamais j'ai un autre enfant, je vais probablement considérer l'allaitement mixte (un biberon par jour) parce que je serais probablement nerveuse que ce petit être dépende uniquement de moi...
  15. Stéphanie Côté 5 août 2013 à 11 h 01 min
    @Lee, votre production diminuera en ce sens que la quantité de lait que vous produirez dans une journée sera moindre s'il y a un ou deux boires de moins. Cela dit, votre production de lait s'ajustera aux besoins de l'allaitement et vous ne manquerez pas de lait lors des boires conservés.

    Merci à toutes de partager votre histoire touchante ou vos anecdotes.
  16. Benjamine 6 août 2013 à 05 h 53 min
    J'ai allaité mon fils, arrivé à 32 semaines, en exprimant mon lait qui lui était donné par sonde durant son séjour à l'hôpital, puits suis passée à l'allaitement au sein. A 7 mois, j'ai dû reprendre le travail, j'ai donc continué l'allaitement au sein matin et soir en passant au lait maternisé pendant la journée. J'ai ainsi pû prolonger l'allaitement partiel jusqu'à ses 10 mois.
    J'ai maintenant une fille de 5 mois que j'allaite exclusivement. Je dois me rendre à l'étranger pour trois jours le mois prochain et laisser les enfants pour des raisons de sécurité (vais exprimer et jeter le lait durant cette période). J'ai 2 préoccupations:
    1/ J'ai essayé de lui donner une tasse à bec et elle l'a acceptée, mais n'a bu que très peu. (Biberon=refus absolu!) avez vous des conseils pour qu'elle s'habitue maintenant à la tasse afin de pouvoir se nourrir durant mon absence?
    2/ J'ai peur qu'à mon retour elle ne veuille plus prendre mon sein...

Partager