Un troisième enfant?

Un troisième enfant?

Je profite de cette chronique pour répondre à une question que plusieurs parents se posent. Et aujourd’hui, je ne baserai pas mes propos sur des lectures, ni sur des recherches scientifiques qui appuieront mes dires grâce à des indices statistiques significatifs à 0,05.

C’est lors d’un BBQ avec deux bonnes amies que j’ai été confronté à ce questionnement. Toutes deux ont 2 enfants et elles ont des vies actives et des carrières assez prenantes. On se connaît depuis longtemps et elles me connaissent assez bien pour savoir que j’aime être impliqué dans toutes sortes d’activités stimulantes, ce qui fait que mon emploi du temps est toujours très chargé.

famille_de_troisC’est ainsi que le sujet a glissé vers la question suivante : « Et puis Nic, est-ce que c’est difficile un troisième enfant? Ça doit être l’enfer au quotidien? Moi, je ne sais pas si j’en veux un troisième. Qu’en penses-tu? »

J’ai été un peu figé par la question. Devant deux amies qui se demandaient si elles allaient elles-mêmes ajouter un petit à leur famille, je me trouvais pantois! J’ai donc entrepris une réflexion...

Est-ce plus difficile au quotidien avec 3 enfants? Pas pour moi, j’ai l’impression seulement de retourner dans le temps : changer les couches, appliquer du Zincofax, habiller bébé, donner le biberon sur le coussin d’allaitement, installer la barrière pour les escaliers, alouette. À part 2 nouvelles tâches qui sont stressantes pour un homme qui a eu 2 garçons - soit nettoyer correctement la vulve lors du changement de couche et faire des tresses (plutôt des « couettes » dans mon cas!) - c’est un copier-coller de ce que j’ai déjà vécu.

Est-ce que les 2 autres enfants sont heureux d’avoir une sœur? Dans notre cas, c’est oui. Le plus jeune a perdu son statut de bébé et les 2 se sont trouvé une partenaire de jeux qui apprécie leurs grimaces, en plus de participer à leurs fous rires.

Je crois que la meilleure façon de déterminer si on souhaite un troisième enfant, c’est de se poser honnêtement la question suivante : comment je me sens quand je passe du temps avec mes enfants? Je sais que c’est une question très difficile. Une question qu’on n’ose pas toujours se poser. Surtout comme père. La pression sociale est forte pour qu’on affirme haut et fort qu’on aime passer du temps avec nos enfants. Or pour certains, ce n’est pas toujours le cas. Il y a des parents qui font des cauchemars à l’idée d’un après-midi au Village du père Noël alors que d’autres trépignent d’impatience à l’idée de passer ce moment avec leurs enfants. L’important, c’est de vous demander dans quelle catégorie vous vous situez.

En fait, un troisième enfant c’est plus facile qu’on se l’imagine puisqu’il peut s’immiscer facilement dans la routine familiale déjà établie. C’est aussi moins de stress parce qu’on est maintenant des parents experts. Évidemment, c’est aussi plus de travail et d’organisation : nous devons faire plus de popote, plus de lavage, plus de discipline, mais cela nous donne aussi l’occasion de jouer plus avec les enfants et de passer plus de temps avec eux, en famille.

Si vous vous sentez bien dans ces activités, ces soins, cette discipline alors pourquoi pas! Vous passerez plus de temps au parc, à La Ronde ou au cours de judo, mais bon, on s’en fout, car on aime ça! Pas vrai?

Dr Nicolas Chevrier, psychologue
Mes 3 enfants me permettent de peaufiner mes talents de psychologue tous les jours…
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (34)

  1. Catherine 4 juin 2013 à 08 h 12 min
    Oh que oui! Quand ma petite dernière a été assez grande pour s'asseoir toute seule et que j'ai réalisé qu'il y avait désormais plus d'enfants autour de la table que d'adultes. J'ai adoré. Le 3e enfant a moins de pression. Il est plus libre. Il apprend beaucoup par imitation et est souvent pris en charge par les plus grands. Un enfant c'est super, deux c'est mieux mais trois c'est génial :-)
  2. Raphaëlle Imbernon 4 juin 2013 à 09 h 03 min
    Moi aussi je trouve ça facile le 3ème enfant. Le 1er, c'est une révolution parce que c'est la découverte du rôle de parent et de la réalité des bébés (qui ne sont pas toujours comme on se les imaginait naïvement). Le 2ème, c'est aussi une révolution, parce qu'on ne peut plus s'occuper exclusivement du 1er qui accaparait déjà 200 % de notre temps et qu'on ne trouve pas toujours ça facile de se départager. Pour le 3ème, comme vous dites, la routine familiale est établie, on est plus expérimenté, il y a les 2 plus grands pour le distraire, lui montrer l'exemple (bon ou mauvais) voire aider à s'en occuper et du coup, c'est plus relax et il s'élève presque tout seul (j'ai bien dit presque). Je n'irai pas jusqu'au 4ème mais j'imagine que c'est assez similaire.
  3. Jean-François Quessy 4 juin 2013 à 10 h 12 min
    Bon, ça y est! Dès que ma blonde m'a demandé « As-tu lu le texte de Dr. Chevrier sur Naître et Grandir? », je savais que j'allais être dans le trouble et que je ne pourrais éviter une discussion... ;)
  4. Fazia Bessaha 4 juin 2013 à 10 h 22 min
    Eh bien moi, je suis rendue au quatrieme. à ma grossesse je pensais que ca va etre . Mais, finalement le 4eme c'est le plus gentil et calme, il apprend vite parcequ'il observe les plus vieux.
  5. Julie (via Facebook) 4 juin 2013 à 10 h 26 min
    Honnêtement, j'ai l'impression d'avoir un peu perdu le contrôle depuis que j'ai trois enfants... Mais j'aime ma joyeuse vie bordélique et je ne la changerais pour rien au monde!
  6. Vicky (via Facebook) 4 juin 2013 à 10 h 27 min
    Ça dépend des âges: 14 , 9 ans et 6 mois. A travers les pleurs et les couches, je dois gérer les crises d'un ado et d'un pré-ado. Oufff...
  7. Catherine (via Facebook) 4 juin 2013 à 10 h 30 min
    Nous avons 3 enfants, 2 filles et un garçon. Ma première et ma deuxième ont 17 mois de différence et ma deuxième et mon garçon ont 20 mois de différence. Nous avons donc eu 3 enfants en 3 ans et 1 mois J'adore ma vie, je ne la changerais pour rien au monde. Oui parfois c'est du sport, avoir 3 jeunes enfants mais on est super bien organisés La routine s'est vite installée avec les 3. Et c'est vrai que rendu au troisième (même au deuxième) on est pas mal plus confiant, on s'en fait beaucoup moins avec des petites choses.
  8. Mylène (via Facebook) 4 juin 2013 à 10 h 33 min
    Dans mon cas la petite dernière s'est glissée facilement dans la dynamique familiale déjà établie! Donc non, ce n'est pas difficile avec le troisième... Je crois que quand c'est ce que l'on souhaite, tout se fait naturellement
  9. Véronique 4 juin 2013 à 10 h 56 min
    Je trouve que: "Je crois que la meilleure façon de déterminer si on souhaite un troisième enfant, c’est de se poser honnêtement la question suivante : comment je me sens quand je passe du temps avec mes enfants? " c'est un peu simpliste comme raisonnement.

    J'adore mes deux marmots, inconditionnellement et j'adore par dessus tout passer du temps avec eux, aller au Village du Père Noël, au zoo, etc. par contre, je ne veux pas d'un 3e enfant. Ce n'est pas pour nous, ce n'est pas la vie que nous souhaitons. Nous sommes comblés avec nos deux amours. Pourtant, vous soutenez que le simple fait que nous aimons passé du temps avec eux devrait nous indiquer que nous en voulons un 3e... ce qui n'est clairement pas le cas.

    Donc je me mens à moi-même en prétendant que j'aime passer du temps avec eux, peut-être? Parce que si c'était "vraiment" le cas, j'en voudrais un 3e non?

    Ça serait comme prétendre que toutes les familles de moins de 3 enfants n'aiment pas passer du temps avec leur progéniture? Parce que sinon ils ne se seraient pas arrêté à deux enfants? Ou même un seul? Ne serait-ce pas un peu condescendant, comme prétention?

    Est-ce dire que les familles de 4 enfants aiment plus leur enfants, aiment plus passé du temps avec eux que les familles de 3 enfants? Et définitivement plus que les familles de 2 enfants?

    Ça ne fait aucun sens, comme logique. Désirer ou non un AUTRE enfant (que ce soit le 2e, le 3e ou le 6e!) va bien au delà du simple fait d'aimer ou non passer du temps avec eux. Il y a les contrainte de temps (carrière ou non, enfants différents qui nécessitent des soins particulier, des rendez-vous de suivi, etc.), des contrainte monétaire (oui, un nouveau bébé ça ne coûte pas grand chose, mais il faut voir au delà des 5 premières années de vie), des contrainte d'espace (maison, voiture, etc.) mais surtout, il faut que le désir soit là.

    Je dirais même qu'avoir un seul enfant, sans aimer passer du temps avec eux, c'est avoir eu un enfant de trop.
  10. Julie 4 juin 2013 à 11 h 46 min
    Vous détournez complètement son raisonnement. Il ne dit pas que les parents qui aiment passer du temps avec leurs enfants devraient avoir automatiquement un autre enfant. Son texte s'adresse aux parents qui se posent la question s'ils devraient avoir ou non un autre enfant, pas à ceux qui ont 1 ou 2 enfants et qui ne souhaitent pas élargir leur famille.
  11. Véronique 4 juin 2013 à 12 h 38 min
    Peu importe que l'on applique ce simpliste raisonnement à toutes les familles ou seulement à celle qui se questionnent un tant soit peu sur l'agrandissement ou non de leur famille, on ne me fera pas croire (surtout de la part d'un psychologue...) qu'il s'agit du seul et unique facteur à considérer. Baser la décision d'avoir un autre enfant, ou non, sur ce seul point est la meilleure façon de prendre une mauvaise décision pour le bien de la famille.
  12. Rachelle 4 juin 2013 à 17 h 48 min
    Je suis d'accord avec vous...et j'ajouterais même que d'aimer passer du temps avec son enfant, ne veut pas dire que nous devons tripper de faire une sortie au Village du Père Noël ou au Zoo....certaines sorties deviennent on dirait un passage obligé pour les familles, mais oh combien énervantes. Désolée, mais moi, aller au Zoo,entassé les uns sur les autres, car nos vacances tombent en même temps que pleins d'autres familles pour dire que nous sommes allées au zoo, je n'embarque pas....est-ce que ça fait que je n'aime pas être avec mon enfant, et que je devrais me limiter à un seul....

    Le nombre d'enfant, devrait être celui dont on a envie de s'occuper au quoitidien, mais aussi selon nos aspiration de vie. Je vois aussi des gens qui ont pleins d'enfants, mais qui ne s'en occupent pas, car justement, ils sont nombreux pour jouer ensemble selon leurs dires...est-ce mieux?
  13. Nicolas Chevrier 6 juin 2013 à 16 h 24 min
    @Rachelle

    Ce que je sous-entends par passer du temps avec notre enfant c'est d'aimer faire des activités avec lui, d'aimer vivre avec lui son émerveillement au zoo, son étonnement quand il donne une carotte à la girafe au Parc Safari... C'est d'aimer passer avec lui du temps qu'il aime, pas l'inverse. Je ne parle pas ici de comment "je" me sens, mais bien comment "mon enfant" se sent!

    Et finalement, ne vous inquiétez pas si vos enfants "jouent ensemble", ils développeront ainsi d'excellentes habiletés sociales. Les enfants n'ont pas besoin qu'on s'occupe constamment d'eux, ils ont besoin qu'on leur fournisse un cadre pour se développer. Et dans ce cadre, notre présence n'est pas requise à tous les moments (selon l'âge de l'enfant, bien sûr!)... au contraire!
  14. Nicolas Chevrier 6 juin 2013 à 16 h 25 min
    @Véronique
    Vous me faites dire beaucoup de choses que je n’ai pas dites. De même, les heuristiques que vous faites ici me laissent un peu pantois. Par contre, vous avez raison quand vous dites que le raisonnement que vous décrivez n’a pas de logique, seulement ce raisonnement, c’est vous qui le faites, pas moi.
  15. Andréanne 4 juin 2013 à 11 h 20 min
    Bonjour,

    Je n'ai qu'une fille de 2 ans. En théorie, j'aurais également un bébé de 7-8 mois, mais nous avons dû interrompre la grossesse à 33SA à cause de très graves malformations. Cette 2e grossesse n'était pas prévue, mais nous l'avions aussitôt accueillie avec grand bonheur. C'était un petit garçon.

    Malgré que nous serions "supposé" en avoir deux, je n'ai pas (pas encore en tout cas, qui sait si ça viendra) envie d'autres enfants. Non pas à cause de notre mésaventure qui n'était qu'une "bad luck" si on veut. Pas de tare génétique qui nous empêche d'en avoir d'autres si on le voulait.

    Mon conjoint et moi avons des vies très actives et on court déjà pas mal à mon goût. Peut-être ne suis-je pas une pro de l'organisation comme d'autres le sont, c'est pourquoi je trouve cet aspect difficile et ça joue certainement dans ma réflexion. Et non, nous ne voulons pas arrêter nos activités et projets personnels, car cela nous défini aussi en tant que personne adulte et que nous en avons besoin. Nous ne sommes pas juste des parents finalement. J'aime passer du temps avec ma fille, certainement. Mais j'ai besoin de temps pour moi aussi, je l'avoue.

    Je comprends que le 1er enfant est une révolution, et il est vrai que, même si j'avais un bébé plutôt facile (sauf qu'elle a fait ses nuits seulement à 10 mois), j'ai trouvé ça difficile et ça ne me tente juste pas de recommencer tout ça encore. Élever un enfant m'apporte quand même une bonne dose de stress, je n'en veux pas davantage. J'ai longtemps ressenti la pression sociale et je me sentais parfois "lâche" de ne pas en vouloir d'autres, mais j'ai appris à accepter mon choix et à être bien avec.

    Sois dit en passant, il y a juste les fous qui ne changent pas d'idée...

    Et je suis d'accord avec Véronique.
  16. Emilie 5 juin 2013 à 15 h 35 min
    Je me sens exactement comme vous! Nous avons des carrières que nous adorons et une fille de presque 3 ans qui nous comblent. Je pense que c'est surtout la pression extérieure qui nous fait parfois penser à un 2e. Tu te dis que toi aussi tu devrais en faire un autre et wow! as-tu vu cette amie qui est déjà rendu à son 3e... Sans parler de plusieurs parents qui te disent que tu ne connais pas vraiment la vie de parent tant que tu n'en as pas 2... heuuuuuu... c'est quoi cette phrase-là!!! Franchement, nous ne sommes pas moins parents que les autres. Finalement, je me pose souvent cette question: Est-ce que je suis heureuse? Mon mari? Ma fille? Est-ce que j'ai envie de recommencer tout ça (même si j'aime faire pleins d'activités avec ma fille)? Est-ce que c'est correcte de se dire que ma carrière et mes hobbies sont importants pour moi tout comme le bonheur de ma fille mais que je ne veux tout simplement pas un autre enfant?
  17. Nicolas Chevrier 6 juin 2013 à 16 h 00 min
    @Andréanne

    Vous avez parfaitement raison, l'important c'est de se poser les bonnes questions et d'y répondre honnêtement. Se tenir debout devant les pression sociales est très important surtout quand c'est le temps de prendre une décisions qui va affecter toute notre vie! Nous sommes tous différents et notre valeur n'a rien a voir avec notre niveau de conformité sociale.
  18. Martin 4 juin 2013 à 12 h 45 min
    Moi & ma conjointe avions mis les choses au clair, je voulais 2 enfants et elle 4 !!! Je savais que les années étaient comptées avant que je me retrouve dans l'eau chaude et qu'elle me torde de plus en plus le bras pour avoir au moins un 3e enfant ... Avec beaucoup de discussions, de négociations & de mises au point, nous avons trouvé un terrain d'entente qui serait à mi-chemin de la vision idéale de chacun; faire un 3e enfant ! Mais cette démarche n'a pas été facile et a pris quelques années de réflexion de mon côté. Tout est une question de "timing". Maintenant je peux dire que je ne regrette aucunement notre choix et la famille s'en porte très bien. Notre nouveau bébé (qui a maintenant 14 mois) nous amène une dose incroyable de bonheur combinée à celle déjà ressentie grâce à nos 2 autres fils. Beaucoup de fous rires au quotidien ainsi que des moments inoubliables en famille. Pour ceux & celles qui se posent la question à savoir si ça vaut vraiment le coup d'avoir un 3e enfant ... Oui c'est un peu plus de travail, d'organisation, de discipline à faire & de crises à gérer mais ... avec toute l'expérience acquise avec nos 2 premiers fils , si on compare, c'est vraiment plus facile avec le 3e ! Sans compter le fait que les plus vieux sont maintenant en âge de nous aider avec certaines tâches de routine. Pour un 4e enfant, le sujet est maintenant clos. Avec 3 fils, il ne manque pas d'action dans notre maison et je ne veux pas donner de faux espoir à ma conjointe sur la possibilité d'en avoir un 4e. Tout va bien, tout le monde est heureux & tout est clair !
  19. Andréanne 4 juin 2013 à 13 h 24 min
    Je ressens vraiment dans votre commentaire que l'expérience de parent rend probablement les choses plus "faciles" au 3e. Mais ça me fait quand même peur au point de ne pas oser je pense. Bref, votre façon de l'écrire me l'a bien fait comprendre. Merci !
  20. Mélanie 4 juin 2013 à 12 h 56 min
    Moi aussi, je suis d'accord avec Véronique. Je vois beaucoup de familles dans le cadre de mon travail et les familles nombreuses (3 enfants) sont de plus en plus populaires. Malheureusement, les parents sont très occupés... De plus en plus occupés. Ça ne doit pas être plus difficile d'avoir un troisième enfant, la routine se poursuit et la garderie est là... Surtout! La vraie question devrait plutôt être "avons-nous le temps d'avoir un autre enfant"? Quand on voit nos enfants de 17h30 à 20h00, c'est bien peu de temps pour 3 ou 4 enfants... Mon conjoint m'a déjà dit: tu sais, si on avait du temps et de l'argent, mais surtout du temps, on en aurait 5 enfants. Il ne savait si bien dire.
  21. Tina 4 juin 2013 à 13 h 50 min
    Je suis d'accord avec toi Mélanie.. nous avons un garçon de 26 mois et j'attends un 2e garçon d'ici 2 semaines. Je regarde mon plus grand aller et je suis presque certaine qu'il sera inscrit dans une équipe sportive tellement il aime bouger, déjà! Probablement que son petit frère voudra le suivre, mais nous nous demandons : si nous en avons un 3e, il nous manquera un parent pour l'accompagner au sport, cours de musique, danse ou autre? Nous travaillons tous les 2 à temps plein et c'est vrai que le temps passe très vite. On jongle avec le travail, la garderie, les commissions, les repas, le ménage, ...... éventuellement les devoirs, le hockey la fin de semaine (ou autre!) et dans tout ça on veut passer du temps avec eux et avoir des activités pour nous aussi, pour ne pas s'oublier en tant qu'individu dans notre rôle de parent. Ça prendrait quelques heures de plus dans une journée, ou un 2e samedi dans une semaine ;)
  22. Caroline (via Facebook) 4 juin 2013 à 13 h 53 min
    C'est tellement personnel à chaque couple comme décision et souvent peu importe le nombre d'enfants que compte notre famille, on reçoit souvent un commentaire. "tu n'en veux pas? Ben voyons, comment ça?!!?? " "tu en as seulement qu'un? voyons, tu ne veux pas lui donner un frère ou une soeur? t'as pas peur de trop le gâter ou qu'il s'ennuie?" "tu en veux 3 ? ah non, n'en fait surtout pas 3, il y en aura toujours un tout seul. C'Est pas un beau chiffre 3..." "Quoi? 4 enfants? Achetez vous un autobus tant qu'à y être! C'est ben trop 4 enfants! " .........et j'en passe Je suis coiffeuse, je côtoie (côtoyais...encore en congé de maternité ) beaucoup de gens dans ma profession, alors les jugements et opinons j'en ai entendus de toutes sortes.
  23. Jackie 4 juin 2013 à 14 h 03 min
    Je vais à contre-courant je crois, mais après un premier enfant "parfait" (santé de fer, tempérament zen, facile en tous points) né dans des conditions idéales (maison, santé familiale, etc.), avoir un deuxième bébé m'a plus stressée que le premier. Ce deuxième bébé aussi sinon plus "parfait" (calme et facile) malgré des conditions moins idéales (condition médicale, déménagement, etc.) fait qu'on craint qu'un troisième bébé ne puisse être aussi calme et donc que nous ne soyons pas si prêt à tout ce qu'un troisième pourrait nous faire vivre...
    Mais au-delà de ça, les autres considérations: financières, accomplissement au travail, mode de vie, temps, etc. nous font grandement apprécier notre famille à 4 et c'est pourquoi nous ne pensons pas avoir un 3e enfant.
  24. Sophie 4 juin 2013 à 16 h 37 min
    J'ai 3 enfants, de 3 pères différents.
    Ça sonne lourd en partant pour la majeure partie d'entre vous j'en suis certaine et pourtant nous ne pourrions être une famille plus équilibrée et épanouie.
    J'ai eu mon premier enfant ( age de 11 ans aujourd'hui) très jeune, ça n'a pas fonctionne avec son père, j'ai refais ma vie alors que je le portais.
    J'ai eu mon second enfant 5 ans plus tard avec ce même homme, puis après 9 ans de vie commune, nous avons convenu de nous séparer. Je vis depuis plus de deux ans avec l'homme de ma vie, avec qui j'ai souhaité recommencer l'expérience d'avoir un enfant, nous avons une magnifique petite fille âgée de 10 mois, ses deux frères ( on ne dit pas demi) l'adorent et le mot est faible! Je crois que c'est une décision bien personnelle a chaque couple, pour notre famille, trois enfants c'est merveilleux. Si je n'avais pas rencontré mon mari et connu avec lui ce que c'est que d'avoir un vrai partenaire pour élever nos (presque) trois enfants, je n'aurais jamais souhaité en avoir d'autres. Écoutez-vous et faites-vous confiance, ce ne sont pas les autres qui élèveront votre troisième, etc...
  25. Caroline Beaulieu 4 juin 2013 à 16 h 48 min
    Étant moi-même une troisième de famille, je m'aurais mal vue dire que je ne voulais pas de troisième enfant. Nous en avons trois, eh oui! Je dis nous, car la décision s'est prise à deux! Avoir trois enfants implique un peu plus de responsabilités, mais tant que cela. C'est aussi un peu de sous à investir dans les couches, les vêtements et l'éducation, mais je me dis que je mettrais cette argent ailleurs de toute façon.

    Nos trois enfants ont maintenant 14, 12 et 9 ans. Deux garçons et une fille, tout comme dans ma propre famille et celle de mon conjoint...nous suivons la tradition! Farce à part, je ne regrette pas d'avoir trois enfants, par contre, j'aimerais bien que les forfaits familiaux soient plus adaptés à cette réalité! C'est souvent pour 2 adultes et 2 enfants, mais ça passe vite tout ça, notre grand, ne compte même plus pour un enfant...alors allez-y faites des bébés...désirés S.V.P.!
  26. Maude 6 juin 2013 à 09 h 29 min
    wow! Quel beau message positif! Merci Caroline!
  27. Karine Fausse 5 juin 2013 à 10 h 09 min
    Quand j'ai rencontré mon conjoint actuel, j'avais déjà une fille de 5 ans. Par la suite, nous avons convenu ensemble que nous aurions 3 enfants (donc 4 au total). Nous avons eu 2 garçons qui ont 16 mois de différence. Ensuite une fille est venue s'ajouter à notre famille, avec 22 mois de différence avec son frère. Pour ma part, j'ai trouvé très difficile l'ajustement du 2e au 3e enfant (étant donné que ma grande était rendue à 12 ans quand sa sœur est arrivée, je considère mon 4e enfant comme mon 3e). Les grands frères avaient 3 ans et presque 2 ans à cette époque. Comme j'étais maman à la maison, j'ai eu la chance que mon conjoint puisse prendre 20 semaines de congé parental suite à l'accouchement. Durant ces premiers mois, ça s'est bien déroulé. C'est à son retour au travail que ça s'est dégradé. Je me sentais débordée, je n'arrivais pas à m'organiser. Je crois que ça m'a pris environ 6 mois avant d'avoir trouvé mes trucs pour que ça fonctionne bien.

    C'est vrai que parfois nous courons après le temps. C'est une des raisons pour laquelle je n'ai pas repris mon travail. Le choix de rester à la maison avec les petits s'est fait de façon naturelle et j'en suis bien heureuse.

    Et surprise... quand ma fille avait environ 13 mois, une autre poupoune est venue s'installer dans mon bedon. Pas prévue, mais pour nous, pas question d'interrompre la grossesse. J'ai maintenant une belle fille de 10 mois, mon 5e et dernier enfant. Cette fois, ce bébé est venu s'ajouter à la famille en douceur, sans heurter la dynamique familiale (sauf bien sûr lors des allaitement et des nuits avec sommeil entrecoupé).

    J'ai hâte de voir dans quelques années si nous allons savoir rester aussi bien organisés avec l'école et les activités de chacun, mais je suis certaine d'y arriver tout en conservant une belle qualité de vie. Cet été, nous profiterons de la présence de papa à qui il reste quelques semaines de congé parental. Nous irons au Zoo avec les enfants parce que l'on aime ça... ok, on a notre passe de saison et nous habitons à 5 minutes... ;) c'est plus facile !! Nos enfants (oui, même la grande, qui n'est pas considérée comme une demi-sœur comme une autre maman l'a mentionné avant) sont maintenant âgés de 15 ans, 6 ans, 4 ans et demi, presque 3 ans et 10 mois. On ne pourrait pas imaginer notre famille autrement.
  28. Nicolas Chevrier 6 juin 2013 à 16 h 04 min
    @Karine Fausse

    J'adore les belles histoires de familles reconstituées. Quoi de mieux que de pouvoir retrouver un bonheur familial que l'on croyait perdu à jamais!
  29. Caro 5 juin 2013 à 20 h 20 min
    Je suis une maman de trois enfants!!! 2 gars et une fille !!! LA vie au quotidient est simple, puisque la routine est établie! Mais les choses ce complique lors des activités, sortie, sports, épicerie, glissade d eau et j'en passe. Un petit example mon plus vieux a une parti de soccer en meme temps que le milieu et a 1heur dinterval ma fille a un cour de gym on fait quoi les quelle on laisse avec qqun dautre dite vous que vos enfants veulent que leur mere soit presente pour ces belle activité !!! disons juste que la vie ce complique quand les enfants grandisse!!! Je ne regrette pas ma belle surprise cé juste que les gens oublie que 3 enfants sa vient avec des restriction!!!!La question est la suivant .... est -ce que vous etre pret pour des sacrifisses envers vos enfants que vous aimé plus que tout au monde ...... sa peux devenir déchirant et imginer il sont encore jeune !!!!
  30. Nicolas Chevrier 6 juin 2013 à 16 h 07 min
    @ Caro

    C'est vrai que c'est plus compliqué mais les enfants font d'autres apprentissages; le partage, la conciliation, la tolérance, la débrouillardise. Mais pour les parents, c'est souvent la course, ça je l'admets!
  31. Nicolas Chevrier 6 juin 2013 à 16 h 29 min
    Plusieurs histoires inspirantes et des belles expériences dans les commentaires, j'aime particulièrement celles qui concernent les familles reconstituées. Bien sûr, chacun va vivre une situation différente, plusieurs facteurs vont affecter la décision d'avoir un autre enfant: des facteurs économiques, des facteurs liés aux aspirations professionnelles, à la santé des individus...etc. Ces facteurs sont très importants mais c'est à chacun de bien les pondérer dans leur décision. Je n'ai pas parlé de ces facteurs dans mon texte car ils me semblent plus évidents. L'objectif était plutôt de souligner un facteur dont on ose rarement parler haut et fort. Certains parents aiment passer du temps avec leurs enfants alors que d’autres non.
  32. Jessika 8 juin 2013 à 13 h 26 min
    A vrai dire le troisieme est le plus facile, nous avons l expérience et deja un rythme de vie établie en fonction des enfants. Il est tres stimuler par les deux plus vieux. Même que nous en sommes a l arrivée de bebe 4. En 6 ans nous allons avoir eu 4 enfants, jamais on aura lâcher les couches et en enlever les sécurités pour enfants. Nous passerons a autres choses dans 3 ans lollll.
  33. Angie 8 juin 2013 à 20 h 08 min
    Je suis mère de 3 enfants et enceinte de mon 4ème. Nous avons eu recours à la fécondation in vitro pour notre premier fils qui va avoir 4 ans en juillet et surprise 2 sœurs on suivi et une troisième est attendue pour août. Toutes de facon naturelle. Ça demande beaucoup d organisation c est vrai, mais notre 3ème qui a 8 mois est un ange. Elle s est installée tranquillement et presque silencieusement dans notre quotidien. Mon mari dit souvent que si elle aurais été notre premier enfant nous en aurions eu une douzaine...
    Mais serieusement je ne pense pas que nous aurions pris la décision d avoir 4 ou même 3 enfants de nous même mais je suis contente que la vie a choisi pour nous. Quoi que les gens nous font souvent remarquer que rendu au 4e nous avons sûrement appris comment les bébés se font.
    Bref, pour nous plus de deux enfants c est parfait mais je comprend que ce n est pas pour tous..
  34. Roxanne 8 juillet 2013 à 21 h 56 min
    Je fais partie d'une famille recomposée: je suis l'ainee et mon frère a trois ans plus jeune. Nos parents de sont séparés quand j'entrais à l'école et ma mere s'est trouvé un nouveau conjoint. Deux ans plus tard, un nouveau petit frère est venu se greffer à notre famille et je pense que c'est ce qui nous a vraiment soudé. Ce n'est pas mon demi-frère, c'est mon petit frère. Meme que jetais sa deuxième petite maman puisque nous avons presque 10 ans de différence.
    Bref, le troisième enfant qui s'est ajouté à notre famille nous a rendu plus unis et nous ne pourrions imaginer une vie sans lui. Et son handicap nous fait l'aimer encore plus.
    Je t'aime mon grand!

Partager