Des dons pour des petits bedons

Des dons pour des petits bedons
Par Stéphanie Côté, Nutritionniste
26 mars 2013

Des vêtements, un lit, des couvertures, des couches, des vitamines, des préparations pour nourrissons, de la nourriture, etc., ça coûte cher. Le bien-être et la santé de nos enfants n’ont pas de prix. Pour le reste, il y a la carte de crédit (pour ne pas la nommer).

Ça, c’est dans un monde idéal. Pas le crédit, évidemment, mais plutôt la possibilité de combler les besoins fondamentaux des enfants, dont les nourrir. La réalité de certains parents est toute autre cependant. Ma petite réalité imparfaite dont j’ai parlé dans mon dernier texte me paraît bien futile à côté des préoccupations qu’ils doivent avoir. Je n’ai jamais eu à calculer lorsque je faisais mon épicerie.

Comme le dit si bien Dany Michaud, directeur général de Moisson Montréal : « S’il est difficile pour les parents de vivre avec leur propre faim, il l’est encore davantage de vivre avec celle de leurs enfants. »

Car oui, dans la réalité, il y a de petits ventres vides. Des milliers même : seulement dans la grande région de Montréal, 21 000 enfants ne mangeraient pas à leur faim. Or, les tout-petits qui souffrent de la faim risquent d’en subir les conséquences très longtemps. La sous-alimentation en bas âge menace la santé et le développement.

Dans les banques alimentaires et les organismes communautaires aidés par Moisson Montréal, il y a une grande demande pour des aliments et autres nécessités pour les bébés. Pourtant, ces dons sont rares. C’est pour cette raison que Moisson Montréal, Moisson Rive-Sud ainsi que le  Centre de bénévolat et Moisson Laval mènent présentement une campagne intitulée La grande récolte pour les enfants. Jusqu’au 7 avril 2013, elle vise à recueillir des denrées destinées aux familles avec des enfants de 0 à 5 ans, ainsi qu’aux femmes enceintes vivant dans la précarité.

Quoi donner? Des aliments bien sûr : préparation pour nourrisson, céréales pour bébés, nourriture en purée, collations nourrissantes, etc., mais aussi des couches et des produits d’hygiène (serviettes humides, crèmes hydratantes, shampoing, etc.). Si vous souhaitez offrir les meilleures céréales pour bébé sur le plan nutritionnel, optez pour celles renfermant 8 g ou moins de sucres, et 100 % de la valeur quotidienne (%VQ) en fer. Biologiques et faites de grains entiers, tant qu’à y être, il y en a plusieurs. Quelles purées? De préférence celles pour débutants qui renferment habituellement moins – voire aucun – d’ingrédients superflus.

Où donner? Dans un des nombreux points de collectes dans la grande région métropolitaine, ou par téléphone, pour des dons en argent.

Le bien-être et la santé des enfants n’ont pas de prix. Pour le reste, il y a nos dons.

Stéphanie Côté, Nutritionniste
Nutritionniste et maman de 2 enfants, j'ai un intérêt particulier pour l'alimentation des petits. Conseils enrichissants et anecdotes savoureuses sont ici au menu chaque mois!
Tous les billets de l'auteur

Partager